Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Publicités sur Overblog

25 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca

Ne vous étonnez pas si les billets de ce blog apparaissent au milieu de publicités pour le saucisson au canard, le papier hygiénique ou l'occultisme le plus dérisoire (astrologie, voyance) : le choix des thèmes des pubs reflète l'estime qu'a la plateforme Overblog pour les blogs qu'elle héberge.

Lire la suite

Tour d'horizon

24 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Espagne, #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Revue de presse, #Le monde autour de nous

Début d'année assez difficile pour les peuples.

Les responsables du "Big five" (les grandes puissances occidentales) débarquent à Belgrade pour dire aux Serbes "Reconnaissez le Kosovo, laissez le entrer à l'ONU, ou nous retirons nos investissements de chez vous". Le président de ce pays lance des appels pathétiques pour dire qu'on l'étrangle à la table des négociations (il est même allé à Davos, certains estiment qu'il en fait trop). Au Nord-Est de l'Europe l'Estonie menace de bloquer Saint Petersbourg en modifiant sa frontière, et les fous furieux polonais ainsi que Washington pressurisent Berlin pour les livraisons de chars Léopard. Macron bien sûr n'a rien à dire, sauf qu'il est d'accord pour débloquer un projet d'approvisionnement en hydrogène de l'Europe du Sud-Ouest.

L'Union européenne se tire plutôt bien pour l'instant sur le plan énergétique de son engagement délirant en Ukraine grâce aux températures hivernales clémentes de début janvier, mais tout repose sur le charbon et sur des contrats gaziers à court terme (donc les prix resteront volatiles)

On assiste à un intéressant rapprochement par delà le clivage droite-gauche : le premier ministre croate de gauche soutient Orban à Budapest contre l'Union européenne. Tandis que les alliés de Washington, eux, jouent des coudes pour profiter des tensions Est-Ouest : la Bulgarie qui revend son pétrole (russe, raffiné par Loukoil) à Kiev, l'Albanie qui crée son petit Kosovo en Epire.

On suit avec intérêt le déclin de la présence française en Afrique (Ouagadougou met fin aux opérations des forces spéciales de l'ancienne puissance coloniale) et le déplacement de Lavrov en Afrique du Sud (qui provoque une levée de bouclier de  l'opposition dans ce pays), avec un projet d'entrainement militaire russo-chinois au large du Cap. Egalement la réunion de la Celac en Argentine, organe à l'origine anti-impérialiste, mais auquel le président argentin a convié Biden par vidéo (et des hauts fonctionnaires américains seront présents). Diaz-Canel de Cuba (au fait, je serai bientôt dans ce pays), Lula et quelques autres y seront : au menu le développement d'une monnaie régionale le "Sur".

Sur l'Asie je recommande cette petite interview de Cao de Benos sur la Corée du Nord, y compris la 31ème minute où il dit que le sécessionnisme catalan était très soutenu par Israël (je l'avais signalé dans mon livre sur les régimes populistes).

En Europe les socialistes espagnols s'accrochent à leur culte de Moloch en faisant barrage à Vox qui voudrait que les femmes avorteuses puissent entendre le battement de coeur de leur bébé comme en Hongrie.

Au niveau social, il y a 6 mois le système médiatique délirant voulait nous faire paniquer pour une "variole du singe" ultra-minoritaire. Cet hiver tout le monde a des virus plus baroques les uns que les autres. Certains (pourtant jeunes) sont terrassés par des grippes qui les conduisent même à l'hôpital. Mais les médias n'en disent rien. Allez comprendre...

Une bonne nouvelle en France : alors que Micron déjeune avec les dix principaux éditorialistes pour leur dicter leurs éléments de langage, la mobilisation massive pour la sauvegarde de la retraite à 62 ans. Pourvu que cela se confirme...

Lire la suite

Sahra Wagenknecht va-t-elle quitter Die Linke ?

20 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Peuples d'Europe et UE

Comme LFI (La France Insoumise) en France, Die Linke, fusion de l'ancienne parti communiste est-allemand et de la frange de gauche du SPD, est en plein alignement sur les bobos urbains, en se coupant des classes populaires. Du coup, le parti n'a même pas atteint les 5 % aux dernières élections législatives.

Dans son livre à succès Die Selbstgerechten, Sahra Wagenknecht, membre du Bundestag de Rhénanie du Nord-Westphalie, dont je vous parle depuis 2009, qui en est une figure phare, accuse ce parti d'avoir délaissé les "gens ordinaires" au profit de ce qu'elle appelle une "clientèle universitaire" citadine. Elle dit que sa préoccupation pour des problèmes tels que "un langage sensible au genre et des produits biologiques coûteux" plutôt que des problèmes de pain quotidien tels que "lutter contre les bas salaires" l'a rendu étranger à sa base de soutien populaire de la classe ouvrière.

Alors que Wagenknecht en reste quand même membre, son mari, Oskar Lafontaine, ancien ministre des Finances sous Gerhard Schröder et ancien chef social-démocrate qui en fut un co-fondateuri, l'a quitté en mars. Le journal atlantiste de gauche britannique The Guardian la soupçonne de vouloir faire "le jeu de l'extrême droite" en créant prochainement son propre parti. Franchira-t-elle le pas ?

En tout cas elle continue de défendre des positions non-conformistes, notamment sur l'Ukraine - elle encourage Scholz à refuser de livrer des chars Leopard au régime de Zelensky, et à résister à l'alignement sur Washington qui ruine l'Europe - et sur les politiques migratoires, et cela lui vaut un très grand succès dans l'opinion publique (elle est la deuxième personnalité la plus populaire du pays).

Lire la suite

Les ghettos que Davos nous prépare

18 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants", #Peuples d'Europe et UE

Les milliardaires sont réunis à Davos en ce moment comme tous les ans dans le cadre du Forum économique mondial. Ils réquisitionnent tous les logements de la petite bourgade suisse, emploient une police spéciale pour les protéger, et, à l'abri des regards indiscrets, préparent votre avenir.

Malgré leur volonté de se dissimuler, leurs discussions sont au coeur des débats chez les chercheurs de vérité. Aujourd'hui même la presse russe discutait de leur volonté de développer les thérapies géniques (2 000 seraient en cours de développement en 2022, et cela pourrait représenter un marché de 20 milliards de dollars en 2027), avec toutes les manipulations qui vont avec, dont le génome DRD3 code pour les récepteurs dopaminergiques D3 qui sont la clé du bonheur des individus. Si vous ne coopérez pas, ils vous rendront malades, explique Pravda.ru, Mais, ajoute ce média, Poutine a vaincu le Covid sans les thérapies à base d'ARN et la Chine aussi a suivi sa propre voie si bien que les scientifiques chinois ont boycotté Davos cette année (mais le vice premier ministre Liu He lui y était).

On comprend d'ailleurs que les Russes soient de plus en plus agacés par Davos, vu que le président ukrainien Zelensky s'y est encore rendu pour demander toujours plus de tanks et d'argent pour financer sa très sanglante guerre, guerre dont son ministre de la défense Reznikov a avoué le 5 janvier qu'elle était faite pour le compte de l'OTAN, une guerre qu'il faut mener sans fin jusqu'à la victoire ukrainienne selon la première ministre finlandaise, une guerre qui peut-être aussi joue un rôle de sacrifice rituel (il faut que du sang soit versé pour qu'une cause politique comme celle du mondialisme l'emporte).

Aux Etats-Unis, une intervention suscite des réactions : avant-hier celle de Bastien Girod, membre du parti des Verts siégeant au Conseil national suisse. Il y a expliqué comment amener la population à renoncer à son véhicule personnel et décrit un monde « idéal » basé sur ce qui ressemble à un « quartier de 15 minutes », ainsi que cela se fait déjà à Zurich. On appelle cela des "fifteen minutes cities" - les "villes du quart d'heure". Ce n'est pas une gloire pour la France : le terme a été inventé par un professeur de la Sorbonne, Carlos Moreno, et d'ailleurs Paris est sur les rangs pour adopter le modèle, comme Cleveland aux Etats-Unis, Séoul en Corée du Sud etc.

Le but est clair : jouer sur l'intox des émissions de carbone à l'origine du réchauffement climatique pour réorganiser les villes de sorte que les gens aient tous les services à 15 minutes de chez eux. Rien de révolutionnaire, direz-vous : on généralisera simplement l'envie que peuvent avoir les gens de diminuer les longs trajets fastidieux. Sauf que, dans ce modèle, couplé avec l'identité numérique et l'indexation de vos comptes bancaires à votre empreinte carbone comme Doconomy, on ne vous autorisera à sortir de ces périmètres de 15 minutes qu'exceptionnellement, en fonction de votre crédit social comme en Chine. Il ne s'agira plus d'envie mais d'obligation. Vous ne pourrez même plus aller visiter des proches à 200 kilomètres de chez vous, ou alors quand vous le ferez, vous devrez ensuite compenser en restant cloîtrés le reste de l'année, ou vous serez privés de viande pendant trois mois etc. Ce seront simplement des formes de confinement indolores dans des ghettos high-techs où les gens auront eu le cerveau tellement lavé par la propagande écologiste qu'ils ne verront même pas le problème.

Vous serez concernés, "tracés" comme du bétail, mais, évidemment, pas vos maîtres de Davos qui, déjà sont venus à leur réunion avec des jets privés conduits par des pilotes non vaccinés... (rien à faire : ils seront toujours au dessus des lois qu'ils vous imposent).

Vous ne vous en rendrez pas compte, quand cela arrivera, parce que, selon leurs projets, les dissidents taxés de "complotisme" ou d'être "d'extrême droite" auront été complètement marginalisés, de sorte que plus personne n'écoutera plus leurs avertissements.  Richard Edelman, PDG de la société  de communication Edelman (la première firme de relations publiques au monde), l'a redit aujourd'hui à Davos : il faut lutter contre la "droite" et la "désinformation" qui font diminuer la confiance de l'opinion publique dans les "ONG", ainsi qu'on l'a vu pendant la crise du Covid. Par ONG, il faut entendre les milices de jeunes globalistes financées par les milliardaires comme One, Global Citizen, ou Global Shapers (le "hub de Paris" de Paris organisait un happening avant hier, avis aux sociologues qui veulent étudier le profil des intervenants de cette soirée). Que nous concoctent Richard Edelman et ses amis des ONG pour continuer à conditionner nos cerveaux à grands coups de psy ops traumatisantes ? Nous le saurons bientôt...

La lutte continue...

Lire la suite

La fin de l'impôt sur le revenu ?

14 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #La droite, #Bill Gates

L'an dernier le membre du comité judiciaire de la Chambre basse américaine, Matt Gaetz, représentant républicain de la Floride., avait révélé que l'Internal Revenue Service (IRS - les services fiscaux), le Railroad Retirement Board et d'autres agences fédérales avaient stocké sans raison apparente des milliers de cartouches alors que les citoyens ordinaires faisaient face à des pénuries de munitions.

A peine repassée à droite, la chambre des représentants a supprimé les stocks d'armes de l'administration fiscale. Et certains de ses membres sont passés à l'offensive pour faire supprimer l'impôt sur le revenu et le service qui le gère - voir le projet présenté par le représentant de Géorgie Earl L. “Buddy” Carter .

Cet impôt est le fruit des efforts des mouvements de gauche en Europe et en Amérique du Nord tout au long du XIXe siècle pour faire en sorte que la fiscalité ne repose pas uniquement sur la consommation (ce qui pénalise les pauvres qui consomment plus en pourcentage de leur revenu que les riches).

Aujourd'hui des gens classés à gauche sur des questions comme l'écologie, les moeurs et le gouvernement mondial comme Bill Gates se sont prononcés pour la suppression de l'impôt sur le revenu (et de toute forme de taxation du travail) au profit de la seule taxation de la consommation.

Avec la mise en place du totalitarisme mondial, les gouvernants n'ont plus besoin de cet impôt. Ils veulent concentrer à nouveau la fiscalité sur la consommation (notamment sur l'empreinte carbone des produits), ce qui peut se faire de façon aussi implacable qu'indolore par l'intelligence artificielle. Par ce biais ils obtiennent un contrôle total des comportements alimentaires, vestimentaires, culturels, ludiques etc de la population, en éliminant tout l'aspect redistributif de l'imposition directe (et aussi son aspect bureaucratique), qui de toute façon n'aura plus lieu d'être quand toute la population (sauf les 1 % les plus riches, le haut de la pyramide), ne percevront plus qu'un revenu universel faible octroyé au troupeau humain affamé par Big Brother.

Lire la suite

Vladimir Saldo et l'utilisation rhétorique du christianisme dans l'Est ukrainien

13 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme

Un helvéto-serbe qui a lui-même grandi dans le giron d'un éditeur qui flirtait avec l'ésotérisme (et qui de temps en temps dit du bien de Douguine qui est lié au néo-paganisme russe et peut-être même au satanisme d'Aleister Crowley), a publié sur Twitter le 11 janvier : " La Russie est sans doute le dernier pays chrétien d'Europe (l'autre pouvant être la Serbie). Le reste du continent étant maintenant immergé dans l'idéologie Woke". On connaît bien ce genre de discours : Poutine en sauveur chrétien face à un Occident sataniste.

Si nos leaders occidentaux sont effectivement très liés à des sectes lucifériennes comme le Forum économique mondial, le "christianisme" des Russes et des pro-russes peut légitimement faire débat. J'avais écouté les voeux de Poutine le 1er janvier 2022. Aucune référence à la transcendance ne s'y trouvait. Et j'ai montré en 2019 quelles forces spirituelles très liées à l'occultisme avaient pignon sur rue dans le Donbass.

Dans la même veine une déclaration du gouverneur pro-russe de Kherson (récemment perdue par les forces de Poutine), Vladimir Saldo sur les ondes de la chaîne de télévision Krym 24, a attiré mon attention : "Le principal désir est de retourner à notre Kherson, qui, je le souligne, est maintenant temporairement occupée. Il y a un désir. Et comme le dit la sagesse pratique, si vous voulez quelque chose, tout l'univers vous aidera. Nous reviendrons".

L'idée que l' "univers" vous aide (et pas Dieu) est typiquement New Age. Cela n'a rien de chrétien...

Je me suis un peu penché sur ce personnage, ingénieur né en 1956 à Nikolaev, qui a été conseiller militaire en Mongolie dans les années 1980 à l'époque de l'URSS, puis maire de Kherson dans les années 2000 et député du Parti des Régions.

Evidemment les partisans de Zelensky le dépeignent comme un traître et un horrible mafieux. "Le nom Saldo est devenu un symbole de dévastation, de déclin, de corruption, de saisies de pillards et de guerre des gangs." lit-on ici. En 2005, Volodymyr Saldo avait un concurrent sérieux à l'élection du chef de Kherson, qui avait une réelle chance de contourner le maire sortant. Sergei Sokolov, l'ancien chef de l'Inspection nationale de la circulation de Crimée, a abandonné de manière inattendue la course aux élections, mourant dans un étrange accident. (...) La chaussée au moment de la collision était sèche, la visibilité était bonne. On ne sait pas pourquoi un minibus Mercedes-Benz se déplaçant en direction de Simferopol a soudainement sauté dans la voie venant en sens inverse, le long de laquelle, à l'époque, l'ancien chef de la police de la circulation de Crimée, le colonel Sergei Sokolov, conduisait en direction de Kherson. dans une voiture Mazda-6. À en juger par l'emplacement des voitures sur les lieux de l'accident, Sokolov, essayant de dépasser la Mercedes, a tourné à droite et a conduit sur le côté de la route. Pour une raison quelconque, le minibus au moment de la collision se trouvait sur le même bord de la route. Mercedes, qui était conduite par un résident de Simferopol âgé de 41 ans, a frappé Mazda de plein fouet avec une telle force que même les airbags qui se sont déployés n'ont pas pu sauver Sokolov de blessures graves. L'avant de la voiture a été complètement détruit. Le conducteur de la Mercedes n'a pas été blessé. Puis des décès similaires sont arrivés à d'autres concurrents de Saldo", est sûr Konstantin Ryjenko. - Pour la Russie, ce sont bien sûr des histoires de routine où des gens meurent dans des circonstances mystérieuses dès qu'ils croisent le chemin de quelqu'un au pouvoir. Mais ce sont précisément ces faits qui le caractérisent bien en tant que personne.

"De manière mystérieuse, son adversaire de longue date Denis Pachtchenko a été abattu à Kherson(...). - Tout le monde a compris que cela pouvait être de sa faute, mais légalement, il n'avait rien à voir avec cela. Une affaire pénale a été ouverte, mais dans son cadre, ils ne peuvent en aucun cas prouver que Saldo est derrière le crime. En 2016, Vladimir Saldo a été arrêté en République dominicaine, il a été accusé d'enlèvement. Après trois mois de détention, il est mystérieusement retourné en Ukraine."

Et bien sûr, je n'ai aucun moyen de vérifier ces accusations qui, dans un contexte de guerre civile, peuvent être montées de toute pièce. Je vois qu'à l'été 2022, l'intéressé a été hospitalisé. Il a été dit qu'il avait un cancer et avait coutume de se faire soigner en Israël. Puis, qu'il a été dans le coma suite à un empoisonnement - peut-être une action des pro-ukrainiens qui ont même annoncé d'une façon un peu prématurée sa mort - et soigné en Crimée. Ses adversaires favorables au régime de Kiev en appelaient au "karma" contre lui - cf Serhiy Khlan sur les ondes d'Espreso TV

On a vu à propos de l'assassinat de Maria Pirogova que ce vocabulaire est habituel chez les partisans du régime de Kiev.

J'ignore si le personnage est aussi antipathique que le prétendent ses ennemis. J'observe que sur Facebook, il affiche - ça va de soi - des côtés aimables : son attachement à sa ville, son patriotisme etc. Détail amusant vu de Paris, il dit qu'il était en France 5 jours en janvier 2022, et, quelques mois plus tôt, qu'il a pleuré devant les obsèques télévisées de Jean-Paul Belmondo.

Mais revenons à l'aspect spirituel.

Comme il convient à un notable de sa ville, sur son profil Facebook, le 24 juin 2021, Saldo rendait hommage à la procession annuelle de l'icône miraculeuse de Kasperiv. Cette tradition remonte à une légende charmante du XVIIIe siècle (légende ou histoire réelle on ne sait). Un noble serbe ruiné s'était installé dans les steppes de Kherson. Il avait apporté avec lui de sa patrie une icône familiale de la Sainte Mère de Dieu. A sa mort, il l'a transmise à ses descendants, et ils l'ont transmis à leurs descendants. En 1809, cette image se retrouva chez la propriétaire terrienne de Kherson Yuliania Ionivna Kasperova qui, une nuit, en allant la prier vit qu'elle était luminescente dans l'obscurité. A partir de là l'icône guérit beaucoup de gens d'une façon miraculeuse.

Tout cela peut plaider en faveur d'un rattachement effectif du gouverneur Saldo à la culture chrétienne. Mais l'attachement culturel ne vaut pas engagement spirituel.

Toujours sur son profil Facebook, le 28 novembre 2021, il exposait sa philosophie de la vie : "L'intuition et votre expérience personnelle sont le guide le plus fiable. La vie n'a pas de manuel clair ou de matrice, sinon tout serait facile et frais. Chacun devrait avoir sa propre expérience, à la fois positive et négative. Lorsque vous prenez des décisions vous-même, votre chemin de vie est composé de vos moments personnels. Pas ceux de quelqu'un d'autre, mais les vôtres". Le "chemin de vie", encore une notion New Age, et il n'y a pas là la moindre référence à la volonté de Dieu, pourtant centrale dans le christianisme. Tout cela n'est donc pas plus chrétien que les vœux de Nouvel An de Vladimir Poutine au Kremlin pour 2022. On se trouve là typiquement dans une pure instrumentalisation rhétorique de la religion.

Lire la suite

Pfizer de plus en plus exposé

12 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Christianisme, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants"

Chez Pfizer, on n'a pas la conscience tranquille. James Latino de Project Veritas avait essayé il y a un peu plus d'un an d'interviewer V* G*, Directrice principale de la recherche mondiale du groupe (Senior Director of Worldwide Research). Il voulait lui poser une question : "Pourquoi avez-vous envoyé des courriels aux employés de Pfizer leur demandant de ne pas parler des lignées de cellules foetales que vous utilisez (pour le développement du vaccin anti-covid) ?". Et tout ce qu'il a obtenu, c'est de la faire détaler comme un lièvre...

Les lignées cellulaires, qui sont essentielles à la recherche médicale, sont des copies clonées de cellules de la même source qui ont été adaptées pour se développer en continu dans les laboratoires. Le fact checking d'Associated Press en octobre 2021 avait reconnu que les cellules issues de fétus de bébés étaient utilisées pour le contrôle des vaccins.

Melissa Strickler (Melissa McAtee) ex-employée comme auditrice qualité chez Pfizer (pendant 5 ans), et qui a des convictions chrétiennes, avait divulgué des courriels internes qui montrent que les dirigeants (dont VG) de l'entreprise ont demandé à leur personnel de garder le secret sur l'utilisation de tissus fœtaux humains  La lanceuse d'alerte avait déclaré qu'elle avait souvent voulu démissionner après le début de la fabrication de vaccins Covid à l'usine McPherson aux États-Unis (Kansas), mais qu'elle se sentait obligée de s'accrocher, jusqu'à ce qu'elle découvre une base de données d'e-mails qu'elle aurait partagée avec Project Veritas.

Le même mois Strickler avait avancé que le vaccin contenait de la luciférase (dont on avait parlé à propos du tatouage à points quantiques de Bill Gates), et de l'oxyde de graphène ce que Pfizer avait démenti. Selon elle le vaccin brillait dans l'obscurité. Cette vidéo est censée prouver que les vaccins sont luminescents. Elle souligne aussi que le Remdesivir produit par Pfizer présentait les mêmes caractéristiques.

Le travail de divulgation de Project Veritas avait donné lieu à des échanges directs entre Pfzizer et le FBI très suspects fin 2021.

Aujourd'hui de nouveaux éléments apparaissent, grâce à des fuites organisées par Elon Musk, sur les pressions exercées par un membre du Conseil d'administration de Pfizer Scott Gottlieb sur la direction de Twitter pour supprimer des posts défavorables à leur vaccin, notamment du Dr Brett Giroir ancien commissaire de la Food and Drugs Agency. Gottlieb ex membre du FDA lui aussi avait été omniprésent sur les plateaux TV et auprès de l'administration Trump pour exiger un confinement strict en 2020.

Nous ne sommes peut-être qu'au début des révélations sur ces sujets.

Lire la suite

La capitale du Haut-Karabakh assiégée

11 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Proche-Orient

 

Depuis le 12 décembre le corridor (de Latchine) qui relie la capitale du Haut-Karabakh Stepanaker à l'Arménie est bloqué par des militants soi-disant écologistes azéris, qui disent protester contre l'extraction minière dans l'enclave arménienne. Les Arméniens accusent cette ONG d'être en fait payée par le gouvernement de Bakou (car en Azerbaïdjan, grand exportateur de pétrole, il n'y a pas de mouvement écologiste structuré), et un article ici montre que la plupart des cadres de cette ONG sont liés à des notables d'Azerbaïdjan.

Selon l'ex-diplomate Sossi Tatikyan, en juillet 2022, l'Azerbaïdjan aurait vendu deux mines dans la région de Martakert au Haut-Karabakh à une société britannique appelée Anglo-Asian Mining PLC, qui prétend être le premier producteur d'or et de cuivre en Azerbaïdjan. Par conséquent, l'objectif tactique à court terme de la fermeture du corridor est d'établir un contrôle sur les mines et de priver les Arméniens locaux de leur principale source de revenus et donc de moyens de subsistance. Du coup la capitale du Haut-Karabakh est plongée dans une pénurie relative (atténuée par quelques approvisionnements locaux), tandis que le président azerbaïdjanais Aliev s'enferme dans le déni en affirmant que ce sont des véhicules russes qui bloquent le corridor. L'Azerbaïdjan souligne aussi que ce corridor est utilisé pour du trafic d'armes.

En tout cas la situation actuelle aboutit à une forte dégradation des rapports entre Poutine et les Arméniens. Ceux-ci estiment que la Russie qui sécurise le corridor et a besoin de Bakou pour revendre son gaz (outre son alliance stratégique avec la Turquie d'Erdogan) a donné son feu vert pour cette opération de blocus. Du coup, le premier-ministre arménien Nikol Pachinayan émet le voeu poli (pour ne pas trop froisser Moscou) de voir le conseil de sécurité de l'ONU envoyer des casques bleus en lieu et place de la force d'interposition de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). A Gyumri dans l'Ouest de l'Arménie des dizaines de manifestants qui protestaient le 8 janvier devant une base militaire russe, à l'initiative du parti d'extrême-droite Sasna Tsrer, contre l'inaction des soldats de Moscou face aux Azéris ont été arrêtés. Le sentiment anti-russe est exacerbé dans cette zone où les soldats russes ont commis des assassinats restés impunis. Pachinayan a par la même occasion démenti l'information russe selon laquelle l'OTSC organiserait des exercices militaires en Arménie en 2023.

Les demandes arméniennes de levée du blocus commencent à recevoir le soutien de diplomates américains (rappelons que Biden avait reconnu le génocide arménien et que Nancy Pelosi avant de perdre son poste de speaker de la chambre basse s'était rendue à Erevan). Mais la voix d'Erevan reste étouffée au niveau international. Selon l'ambassadeur d'Azerbaïdjan à Bruxelles, le 31 décembre la France a échoué a échoué à faire passer au conseil de sécurité de l'ONU une résolution condamnant le blocus de Stepanaker. L'Albanie, la Russie, les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni s'y sont opposés.

L'Iran (où vivent 20 millions d'Azéris, 4 fois plus qu'en Azerbaïdjan), et qui s'oppose à la création d'une autre corridor, vers son enclave du Naxcivan, celui-ci, a aussi été sollicité par la voix du primat du catholicossat arménien de Cilicie basé près de Beyrouth, qui a demandé le 10 janvier à l'ambassadeur d'Iran au Liban que Téhéran intervienne pour faire lever le blocus du Karabakh. Cela peut renforcer l'accusation azerbaïdjanaise de collusion arméno-iranienne, et conforter en outre le rapprochement israélo-azéri depuis qu'un gouvernement très nationaliste s'est formé à Tel-Aviv. Ce dernier pourrait profiter des tensions autour de Stepanaker pour renforcer l'alliance avec Bakou et mener une opération militaire contre le régime des mollahs via l'Azerbaïdjan iranien (en contrant ainsi les efforts de normalisation américano-iraniens menés par Biden). C'est du moins ce que laisse entendre le membre de l'académie des sciences arménienne Edmond Y. Azadian, qui note que le leader en exil Mahmudali Chehregani s'est vu ouvrir les canaux des médias d'Azerbaïdjan en novembre dernier pour y appeler au sécessionnisme de l'Azerbaïdjan iranien... 

Un effet collatéral de la nouvelle dépendance de la Russie à l'égard du monde turcophone depuis l'engagement de la guerre en Ukraine...

Lire la suite

Péguy de Romain Rolland

6 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #La gauche, #La droite, #Christianisme, #Peuples d'Europe et UE, #Divers histoire

Du temps où j’œuvrais à Brosseville, une époque où je faisais tout de travers, je m'intéressais à Romain Rolland, mais au Romain Rolland jeune, panthéiste et hindouïsant de la première moitié de sa vie. Et un certain Plagne, ami du Dissident internationaliste, avait essayé de m'initier à Péguy. Mais c'était le mauvais intermédiaire, je n'avais pas accroché. Introduit différemment, il y a trois mois, par le journal de Claudel, à Péguy via un Romain Rolland au seuil de la mort, je perçois les choses différemment et saisis tout sous un angle nouveau. La gauche socialiste française de 1900 était-elle le vrai visage du christianisme, et donc la fille de Clovis plus que la Réaction catholique ? Peut-être... Leroux en 1845 l'eut sans doute par avance certifié, lui qui voyait le vrai visage religieux de la France dans les soldats de l'an I. Souvenez-vous de Lanzmann disant (à la conférence « Après l’émotion la réflexion politique », Fondation Marc Bloch, 29 mai 1999) que l'injustice faite aux Serbes était une nouvelle affaire Dreyfus. Parfois un combat pour la justice exorcise plus de démons dans une nation qu'une défense pharisienne du dogme.

Romain Rolland me fait voir le visage condamnable de Jaurès à travers son influence sur le ministère Combes en 1904 et l'interdiction des congrégations. Là-dessus Péguy avait raison.  Fut-il aussi perspicace dans son emportement contre l'Allemagne à partir de la crise de Tanger de 1905 (un emportement que bien sûr Jaurès ne partageait pas) ? Rolland est circonspect, lui qui avec son Jean-Christophe fut toujours le pont avec l'Outre-Rhin. Il rappelle ce point : Péguy défendait qu'il y avait quatre grandes civilisations au service de l'humanité - celle des Juifs, celle des Grecs, la civilisation chrétienne et la civilisation française. Et pour lui les trois dernières étaient maintenant les trois dernières étaient menacées par l'Allemagne. Rolland souligne qu'au moins le diagnostic sur la menace sur la civilisation est avéré depuis la guerre russo-japonaise de 1904 en laquelle il voit la première guerre d'extermination.

Alors que nous nous affrontons sévèrement cet hiver avec l'Allemagne sur la question de l'énergie - verbalement du moins sur les plateaux médiatiques, mais pas assez par le canal diplomatique car Macron n'ose pas parler - il est bon de réfléchir aux erreurs de Péguy sur le sujet. A-t-il exagéré la barbarie germanique ? Sans doute. Cela dit que la France fût une nouvelle Grèce, Nietzsche lui-même l'admettait sur le plan culturel (à défaut d'en soutenir la République, et le philosémitisme, comme Péguy le faisait). Et si Péguy a sans doute tort de construire excessivement son patriotisme contre l'Allemagne (qui, cependant, était en effet menaçante après 1905, Rolland le reconnaît), ce travail de réflexion sur la civilisation française lui permettait de réfléchir sans cesse au génie français - une réflexion aujourd'hui interdite par le wokisme, et dévoyée par l'extrême droite. Je suis très frappé de voir que Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc il est prêt à fonder, par la voix de Jeanne, contre le pape, une Eglise nouvelle sur la base des seules vertus des saints français et du peuple du bassin parisien, en proclamant que eux, à la différence de St Pierre, n'auraient jamais abandonné Jésus après son arrestation. Rolland affirme que Péguy eût fondé cette Eglise s'il n'était mort en 1914.

Simple divagation de normalien ? Voire... Rolland rappelle qu'une femme de ménage d'une prof de lettres appréciait plus Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc que sa patronne, qu'il y avait une affinité particulière entre le style de Péguy et le petit peuple dont il était issu, donc peut-être au niveau de la pensée aussi...

Le rapport de Péguy à la terre de l'Orléanais et de Chartres nous interroge. Car il n'en fait pas un simple musée à la gloire de la royauté destituée des Bourbons déchus. Avec excès parfois (car il avait hélas un tempérament trop sanguin comme le mien) mais avant tout avec une inspiration visiblement transcendante (qui l'enflammait pendant des jours), cet auteur avait le mérite de sortir de ce terreau là d'autres vertus, une autre France, une France ensemble chrétienne et socialiste et toute entière tournée vers la Justice et la Vérité. Il y a là un défi intellectuel, spirituel et affectif autrement plus intéressant que la bien-pensance identitaire bourgeoise à laquelle s'est toujours résumé (et se résume encore) le catholicisme de droite auquel Péguy, révolutionnaire, ne s'est jamais rallié.

Lire la suite

Villepin, la politique à l'égard de l'Ukraine et de la Chine

5 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

J'écoutais ce soir une interview (ci-dessous) de Villepin (l'ex-premier ministre de Chirac) sur France Inter datée d'il y a quinze jours. Villepin, comme la plupart des élites "organiques", est macronien (sans quoi les micros de France Inter ne lui seraient pas tendus).

Il trouve que Macron a le ton juste sur la question ukrainienne notamment parce qu'il ne compromet pas toute possibilité de dialogue avec la Russie (encore heureux : si on veut la paix il faut bien dialoguer avec un belligérant in fine). Il se réjouit de ce que l'Europe ait apporté plus de milliards à l'Ukraine (52 milliards d'euros) que les Etats-Unis (avant les promesses à l'issue de la dernière visite de Zelensky à Washington). et trouve que notre rôle de cocohon-tire-lire est en soi une marque de notre existence diplomatique (de qui se moque-t-on ? nous n'avons jamais cessé de n'être que cela, au Proche-Orient et ailleurs). Du coup son appel à renouer la confiance avec des pays d'Afrique qui ont clairement choisi la coopération avec la Russie comme le Mali, le Burkina et la Centrafrique s'avère purement incantatoire - mais ça ne gène pas les grands médias qui l'invitent lui et son alter ego Védrine uniquement pour des incantations.

Nulle imagination donc, à l'heure où les appels à la négociations de Kissinger ont échoué et où l'on repart pour un semestre de guerre d'usure avec les risques de dérapage (de troisième guerre mondiale) toujours présents.

Sur la Chine, Villepin semble vouloir le containment. Maintenant que la reprise du Covid dans ce pays nous donne un prétexte pour l'isoler à nouveau, Gideon Rachman dans le Financial Times du 2 janvier se demandait si c'était une bonne idée de mettre ce pays à genoux, en référence notamment à l'embargo sur les micro-processeurs. L'auteur y rappelle le risque que cela conduise à toujours plus de radicalisation nationaliste de la part des Chinois et rappelle en outre que commercialement les Américains sont plutôt en position de faiblesse pour contrer l'influence chinoise en Asie. Il suggère donc de limiter la pression à ce qui pourrait profiter au complexe militaro-industriel chinois... Un distingo avec le bien-être des civils qui est parfois bien difficile à faire... Pas sûr que Villepin ou Macron (qui n'arrive déjà pas à faire ployer l'Allemagne sur la question du marché européen de l'énergie) aient une idée là-dessus. Mais de toute façon Biden ne leur demande même pas leur avis.

Lire la suite

Effets secondaires des thérapies géniques anti-Covid

4 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Grundlegung zur Metaphysik, #Bill Gates

Dès le début de la "pandémie" Covid-19 j'ai expliqué sur ce blog que c'était là principalement une opération psychologique destinée à contraindre tout le monde à accepter un vaccination, fondée sur un virus sorti d'un laboratoire de recherche (plutôt que de ce pauvre pangolin que le mensuel des Rothschild The Economist nous présentait en "une"  avec son homme de Vitruve et ses hélices d'ADN dès le mois de décembre 2018). Il faut bien aujourd'hui continuer de faire le bilan des effets négatifs de toute cette opération (bilan dont sont complices tous ceux qui n'ont pas relayé les infos que moi et d'autres postions sur Internet pour dissuader les gens d'accepter la thérapie génique).

Commençons par signaler que les effets secondaires de ces thérapies géniques inquiètent au Japon qui est un des pays où elles ont été les plus administrées.

Le professeur Masataka Nagao médecin légiste de l'école de médecine de l'université d'Hiroshima au Japon s'étonne que les cadavres de personnes "vaccinées" autopsiées restent chauds plus longtemps que la moyenne, comme si la thérapie ARN avait provoqué une inflammation de tout le corps (un choc cytokinique).

Mais le Japon n'est qu'un exemple parmi d'autres des méfaits de ces thérapies. Aux Etats-Unis, de février 2021 à mars 2022, la génération des millenials aurait connu 60 000 décès supplémentaires (l'équivalent du nombre de morts ans douze ans chez les recrues de la guerre du Vietnam) pour cause inconnue. Et selon un sondage de l'Institut Rasmussen 28 % des gens disent connaître  personnellement quelqu'un dont le décès a pu être causé par le "vaccin" anti-covid.

Au Royaume-Uni les vaccinés ont une mortalité augmentée de +26% rapport aux 'non' vaccinés

En septembre, le Danemark a interdit la vaccination des moins de 50 ans. L'impact cardiaque du vaccin chez les jeunes sportifs inquiète particulièrement : un taux de décès des adeptes de l'athlétisme (pourtant normalement suivis par des médecins du sports) qui passe de 2,4 par mois de 1966 à 2004 à 46,6 en 2021-2022. Les myocardites inquiètent en Inde.

La surmortalité touche aussi les personnes âgées (15 % dans les EHPADS français en 2022, dernier cas récent la chanteuse Linda de Souza).

Le vaccin ARN provoque aussi des cancers car il génère une hausse de la mort cellulaire programmée tout en affaiblissant le système immunitaire pour les autres affections.

Il y a aussi des effets non mortels mais fort ennuyeux : on parle des formations de caillots sanguins et d'oedèmes un peu partout, du cycle menstruel des femmes (qui peuvent aller jusqu'à des pré-ménopause chez des femmes de 20 ans), mais il faut encore signaler les aspects épidermiques, ainsi le dermatologue Shigetoshi Sano de l'université de Kochi repère des protéines spike dans les cellules des "vaccinés" qui réactivent les herpès. Tout cela pour une maladie qui avait un taux de létalité pratiquement nul chez les moins de 60 ans, et avec un vaccin qu'on voulait imposer pour ne pas "contaminer" les personnes âgées, alors que son effet sur la diffusion de la maladie n'avait même pas été testé.

Et pendant ce temps en Afrique où il n'y a que 6 % de vaccinés, le Covid a pratiquement disparu...

Lire la suite

Tensions israélo-ukrainiennes

3 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE, #Proche-Orient

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé ce mardi 3 janvier son homologue israélien, Eli Cohen, pour le féliciter de sa prise de fonction et pour discuter de "questions bilatérales et régionales". Le ministre des affaires étrangère ukrainien Dmytro Kuleba avait souhaité s'entretenir avec Cohen avant cette discussion mais s'est heurté à une fin de non-recevoir. Ce dernier  a aussi indiqué que Tel Aviv se bornerait à fournir une aide humanitaire à Kiev mais s'exprimerait moins souvent sur le conflit russo-ukrainien.

L'attention portée par les partis d'extrême droite à la communauté russophone israélienne explique cette position, mais pas seulement. Le régime ukrainien est très soutenu par Soros et par les milieux juifs de gauche américains qui ne sont pas exactement, loin s'en faut, sur la même ligne que Netanyahou.

En outre, ce dernier vendredi soir 30 décembre, avait demandé au président Volodymyr Zelensky, de voter contre la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU appelant la Cour internationale de Justice à émettre un avis juridique sur les conséquences de l'occupation par Israël des territoires palestiniens (un sujet qui suscite toujours d'intéressantes controverses cf ici). Zélensky ne s'est pas exécuté, et l'Ukraine n'a tout simplement pas pris part au vote ( résolution finalement adoptée par 87 voix pour - dont tous les pays arabes y compris ceux qui ont reconnu Israël, la Russie, Cuba, la Chine, la Mexique, l'Irlande, l'Afrique du Sud -, 26 contre dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Italien le Kenya, le Libéria, le Congo RDC, l'Australie, l'Albanie, le Canada et l'Allemagne et 53 abstentions dont la France, la Serbie, le Sud Soudan, le Myanmar, le Ghana, l'Ethiopie, la Biélorussie, l'Inde, le Rwanda, la Tanzanie, le Japon).

Il est vrai que Kiev accumulait déjà un certain ressentiment contre le refus des israéliens de fournir à l'Ukraine un système de défense anti-missile performant... Pendant un temps, l'alliance russo-iranienne et la fourniture de drones iranien à Moscou avait pu laisser entrevoir une communauté d'intérêts entre Ukrainiens et Israéliens, mais le jeu diplomatique est plus complexe qu'il n'y paraît notamment en Syrie où Moscou laisse Tel-Aviv bombarder des bases de son allié iranien (et même l'aéroport de Damas où s'effectueraient des livraisons d'armes iraniennes).

Lire la suite

Le premier député musulman de l'histoire de France

1 Janvier 2023 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #XIXe siècle - Auteurs et personnalités

Mon illustre compatriote béarnais Louis Barthou dans "Le Politique" raconte (p. 19) son souvenir de l'élection surprise à la députation dans le Doubs du temps du gouvernement Méline d'un médecin, le Dr Philippe Grenier (1865-1944), qui s'était converti à l'Islam à la faveur d'un voyage en Algérie. Radical (gauche de la gauche à l'époque), élu confortablement au second tour dans une circonscription de droite où il n'avait pu se maintenir que  parce qu'aucun de ses deux adversaires ne se désistait, il avait donné des sueurs froides au jeune ministre de l'intérieur qu'était Barthou, car personne ne l'avait vu venir alors qu'il était 3ème au premier tour  Le journal chrétien La Croix du 23 décembre 1896 le décrit venant en burnous blanc à la chambre des députés et se prosternant avant un conseil municipal... Il avait voulu se faire mufti en Algérie, mais sa claudication l'en avait empêché, explique le journal (il avait en effet passé une enfance de martyr chez son père, la jambe coincée dans un plâtre après avoir reçu à bout portant un coup de fusil tiré à blanc. Une rumeur voulait qu'il ait étudié chez les Pères à Besançon, ais il la démentit :il avait étudié au collège de Baume-les-Dames, puis à partir de 15 ans étudia seul et fut bercé par la libre-pensée (et rendit hommage dans une interview à la franc-maçonnerie - on peut se demander aussi si son hommage à la Verrerie ouvrière d'Albi ne renvoie pas à l'alchimie). Puis il rejoignit l'Algérie, puis de faire ses sept ans de médecine à Paris où il côtoya des musulmans algériens qui l'intéressèrent à leur religion. Il se rendit en Algérie (où il se rendra encore d'autres fois) où son frère Ernest servait dans les chasseurs d'Afrique (il allait être ensuite inspecteur des finances du sultan d'Istanbul, puis inspecteur général de la dette publique ottomane). "Quand il revint à Pontarlier, dira la presse, dans la maison blanche de ses pères, il portait, comme un bracelet aux triples tours à son poing, un long chapelet de santal qu'il égrenait sans cesse en psalmodiant les sacrés versets ; i! jeûna longuement et commença de publiques mortifications C’est ainsi qu’un jour, s’étant fendu le front contre une pierre, il baisait la place ensanglantée et y meurtrissait sa blessure."

Un média protestant de l'Algérie française qui l'a interviewé lui prête beaucoup de coeur et de générosité.,Il est vrai que dans ses interviews il ne parle que de fraternité.

Ce journal, qui relève sa sympathie pour la Réforme, a tenté cependant d'objecter à ses arguments pour la religion mahométane. Mais "quand nous lui parlons des grandes tares de l’Islam : de cette brutalité et de cette cruauté dont les récents massacres d’Arménie nous ont donné un échantillon ; des sauvages razzias des arabes esclavagistes dans le centre de l’Afrique ; de l’infériorité voulue dans laquelle est honteusement tenue la femme, il ne nous fait qu’une réponse que nous transcrivons dans sa naïveté : « Oui, je me suis bien fait ces objections là ! .. » L.e D r Grenier reconnaît la grandeur morale du Christ, l’influence bienfaisante de son enseignement et de sa morale, mais il n’en est pas ébranlé cependant dans sa conviction que Mahomet est le prophète supérieur. Voyez-vous, nous a-t-il dit. je crois à la transmigration des âmes. A mon avis, c’est l'âme de Jésus qui est venue revivre en Mahomet !!!" (sa foi en la métempsychose se traduisait aussi par le fait qu'il pensait que l'âme du petit cheval arabe sur lequel il montait pour visiter ses malades à Pontarlier avait été jadis celle d'un être humain).

La Revue de l'Islam en 1897 le présentait ainsi : "Le docteur Grenier appartient à une très ancienne et très honorable famille franc-comtoise. Il est le cousin du général François Grenier, du chimiste Ebelman, du poète et du peintre Edouard et Jules Grenier: le parent par sa mère du député Demesmay, le neveu du représentant du peuple, en 48, Charles Touchant. Son père était capitaine-commandant au 4e chasseurs d'Afrique. Détail curieux et significatif, qui n'a peut être pas été sans influence sur sa vie, le docteur a sucé le lait d'une nourrice musulmane."

Favorable à une spiritualisation de l'Islam, il l'était aussi à l'assimilation en donnant la nationalité française aux 16 millions de Musulmans d'Algérie et voulait être au service de tous ses coreligionnaires, ce qui lui valut d'avoir beaucoup de mendiants musulmans à sa porte. Il défendait aussi les prescription islamiques par un souci hygiéniste, notamment les ablutions et le port du burnous qu'il avait inauguré en 1894. Il se voulait prophète de Dieu en vertu de la phrase du Coran selon laquelle "un jour nous susciterons un témoin dans chaque peuple". Au service de la lutte contre le fanatisme il allait essayer de créer une école musulmane à Paris.

 La Dépêche du Doubs précise qu'à Pontarlier il avait converti huit personnes dont une femme qui voulait l'épouser et qu'il allait faire ses ablutions nu dans le Doubs (il défendait d'ailleurs la polygamie comme moyen de repeupler la France).

"Nous nous souvenons de l'avoir vu à la Chambre, allait se rappeler un journaliste en 1935, où il avait eu la singulière idée de siéger vêtu en Arabe, sous prétexte qu'il avait embrassé la religion musulmane. Les étrangers s'amusaient à venir le voir, quand régulièrement sous le coup de quatre heures de l'après midi, il sortait du Palais-Bourbon et, d'un pas tranquille, se rendait sous le pont de la Concorde, faisait ses ablutions, puis étendait son large manteau blanc sur la rive et, à genoux, tourné vers l'Orient, il s'inclinait en récitant quelques prières en l'honneur du dieu de l'Islam. C'était une marotte comme une autre. Cela, d'ailleurs, ne faisait de mal à personne et amusait les badauds toujours si nombreux à Paris.

A part cela, le plus brave homme du monde ; fort intelligent, républicain décidé et raisonnant fort bien sur tout le reste. D'une générosité proverbiale, il n'avait jamais le sou,- distribuant aux pauvres tout l'argent qu'il possédait.

Quelques-uns de ses collègues se moquaient de lui. L'un d'eux Thivrier, député de l'Allier, ancien mineur, siégeait, lui, en blouse bleue. Interpellant Grenier dans les couloirs, il lui demandait un jour :

— « Voyons, Grenier, pourquoi te déguises-tu en Arabe ? Tu as l'air d'un marchand de cacaouètes I »

— « Et toi, lui répondit , Grenier, pourquoi le déguises-tu en porteur aux Halles ? Avec la longue blouse, bleue, il ne te manque que le large chapeau de feutre blanc !»"

Le port du burnous ne lui avait pas valu que des rires amusés, il recevait dans sa  province parfois des crachats avait même été roué de coups est laissé pour mort par des paysans à Levier.

Lors de son investiture la presse n'hésitait pas à donner son lieu de résidence : Hôtel des Etats-Unis, 135 boulevard Motparnasse, au 2ème étage, dans une petite chambre très modeste, mal éclairée par deux fenêtres donnant sur la cour (L'Intransigeant du 12 janvier 1897). La gauche refusa qu'il siège avec eux dans l'hémicycle, on ignore pourquoi...

Il ne siégea que deux ans avant de redevenir simple médecin dans son village, et, finalement, son mandat ne dépassa pas le stade des anecdotes. Sa ville lui a cependant rendu hommage en donnant son nom à une rue, une mosquée et un collège.

Lire la suite

Nos Frangins de Rachid Bouchareb

24 Décembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #La gauche, #Cinéma, #Béarn

Sur les conseils d'un ami béarnais avec lequel je manifestais dans les rues de Pau en 1986 contre la loi Devaquet, je suis allé voir le film "Nos frangins" de Rachid Bouchareb  sur les affaires Oussekine et Benyahia qui ont éclaté au milieu de notre mouvement.

Je n'ai pas regretté d'être allé le regarder. C'est un bon film documentaire même si, comme le relèvent les critiques, cela manque un peu de ressort dramatique. J'ai été de ceux qui ont manifesté en hommage à Malik Oussekine, et pourtant il y a des choses que je ne connaissais pas à son sujet, notamment sa conversion au christianisme. Je n'avais pas non plus entendu parler de l'affaire Benyahia. En tout cas, elle ne m'a pas marqué. Je ne savais pas non plus que les voltigeurs des la police ont été réintroduits en 2018 au moment de la crise des Gilets Jaunes. L'ex-patron du Raid devenu Macronien en mai 2019 avait lui même télescopé les deux époques d'une manière sensationnelle... Il y avait un gros problème de racisme dans les forces de l'ordre en 1986... et il a perduré...

Le dimanche 7 décembre 1986, 254 114ème jour de ma vie (j'avais fait le décompte), j'écrivais : "La tournure que prennent les événements est préoccupante... Avec une incroyable intransigeance , nos dirigeants ont attendu que le mouvement s'essouffle de lui-même.

Hélas jeudi soir les manifestants pacifiques des universités ont été débordés par des éléments extrémistes qui ont enclenché un cycle de violence dans le cadre des grèves ; les forces de l'ordre ont adopté une attitude totalement indigne, à la limite de la barbarie. Les seules victimes de la répression furent évidemment les étudiants non-violents, tandis que les marginaux se sont appliqués à entretenir durant tout le weekend un climat insurrectionnel dans la capitale.

Pendant ce temps, les grévistes modérés qui portent le deuil d'un des leurs tué par un policier dans la nuit de vendredi à samedi radicalisent leurs positions tandis que le gouvernement se refuse toujours à retirer le projet de loi qui a suscité l'apparition du mouvement contestataire il y a plus de dix jours.

En jouant la politique de l'attente sereine, le gouvernement prenait le risque de voir les jeunes grévistes politiser leur action ou même rejoindre l'état d'esprit de mai 68." Je noircissais ensuite quelques pages dans un style un peu convenu sur la jeunesse qui ne veut plus des sacrifices ni du désengagement de l'Etat.

En novembre 86 j'avais aussi tenu la chronique de ma participation aux grèves et aux manifestations dans mon lycée. L'adolescent que j'étais n'avait visiblement bien écouté les informations, puisque je prenais Malik Oussékine pour un gréviste alors qu'il ne périt que comme un passant qui s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Les réalités parisiennes, à ce moment-là, étaient à 900 km de mon quotidien...

Lire la suite

Une nouvelle expérimentation épidémique en Chine ?

24 Décembre 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #Le monde autour de nous

Après les manifestations (circonscrites dans quelques villes seulement, mais cela incluait quelques milliers de personnes à Shanghaï) qui ont abouti au relâchement officiel de la politique du zéro Covid en Chine, les médias de la Matrice nous expliquent que 250 millions de Chinois ont le Covid et 1 million pourraient mourir dans les mois à venir. Un air de propagande alarmiste comme en janvier 2020 quand on parlait de Chinois qui mouraient dans les rues (ce qui rappelle certains propos de Bill Gates dès 2018).

Le journaliste George Webb pense que les autorités et les forces mondialistes diffusent délibérément dans l'Empire du Milieu un nouveau variant ou carrément un nouveau virus atténué ; il écrit sur Twitter  : "Je pense que l'exercice sert à récolter des anticorps monoclonaux. Vous défiez la population, vous suscitez des anticorps, récoltez les plus forts et analysez comment les reproduire. Et oui, et la dépopulation peut aussi être à l'ordre du jour d'une certaine façon. Il faut comprendre qu'on peut faire des entrainements (drills) avec un virus réel, vivant et atténué. C'est un exercice en live ".

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>