Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Overblog

24 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca

Ne vous étonnez pas si les billets de ce blog apparaissent au milieu de publicités pour le saucisson au canard ou pour le papier hygiénique : le choix des thèmes des pubs reflète l'estime qu'a la plateforme overblog pour les blogs qu'elle héberge.

Lire la suite

La nurserie yézidie

24 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Aide aux femmes yezidies

J'avais réussi à collecter 400 euros pour les Yézidis réfugiés en Irak.

A la différence des fois précédentes il ne m'a pas été proposé d'aider des adultes. Nareen Shammo m'a indiqué que les 400 euros pourraient servir à nourrir avec du lait plus d'une centaine de bébés yézidis pendant un mois.

J'ai demandé si l'allaitement naturel n'était pas préférable. Il m'a été répondu que la situation des femmes dans les camps du Kurdistan est si terrible qu'elles ne peuvent plus allaiter. Beaucoup n'ont plus de lait.  J'ai donc donné mon accord.

J'ai songé à cette centaine de bébés yézidis, alignés, comme dans une bande dessinée. Cela fait drôle quand on se rend compte de la réalité humaine à laquelle correspond une somme d'argent donnée...

Aux yeux des djihadistes, ce que je fais est scandaleux : j'aide à vivre une poignées de créatures qui, dans vingt ans, seront adoratrices du diable comme leurs ancêtres. Je ne crois pas du tout que ce soit vrai. Une telle possibilité n'aurait pas été mise sur mon chemin. Et, de toute façon, j'ai eu le feu vert d'une prédicatrice évangélique ("vous nourrissez la veuve et l'orphelin m'a t elle dit c'est ce qui compte !"), donc de ce qui se fait, en théorie du moins, de plus intransigeant en matière de pacte avec les puissances infernales ! A vrai dire, il n'y a pas que les djihadistes qui pensent cela. Beaucoup de musulmans ordinaires aussi, sans quoi ils auraient un peu mieux protégé les Yézidis quand les fanatiques leur sont tombés dessus à Sinjar en août 2014. Et les Yézidis ne se feraient pas insulter dans les camps de réfugiés d'Europe par leurs voisins musulmans. Cette semaine le président irakien a agacé les Yézidis en disant qu'ils pratiquaient une religion qui était une "réminiscence du zoroastrisme". C'est déjà mieux que d'adorer le diable, mais ce n'est pas ce que les Yézides espéraient car eux affirment que leur religion gnostique est la plus ancienne de Mésopotamie...

Ce ne sont donc pas des "Rosmary's babies" qui auront du lait en poudre au mois de juin. Mais c'est une rangée de cent bébés. Peut-être cent-vingt. Des bébés humains. Ca ne vous tente pas de leur envoyer quelques billets pour le mois suivant ?

Lire la suite

La fin des sociaux-dems', la poésie nord-coréenne, etc.

22 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca

Une maille à l'envers, une maille à l'endroit. On continue de tricoter ce petit blog comme une grand mère au coin du feu.

Trump au mur des lamentations pour satisfaire son électorat évangélique (qui le considère comme un "nouveau Cyrus"). Le PSOE espagnol au bord de l'explosion après le retour de Sanchez à sa tête (s'il n'explose pas c'est le gouvernement de Rajoy qui coule). Idem le parti travailliste anglais dont la base soutient pourtant toujours fermement le courageux Corbyn.

Paysage des législatives françaises : dans les circonscriptions des alliances à géométrie variable : un coup les macronistes s'effacent devant les socialistes, un coup devant la droite. Idem à gauche avec un jeu complexe entre France Insoumise et Front de Gauche et le PC en tandem avec les Verts dans beaucoup de circonscriptions. Mélenchon réussit son projet : couler à la fois le PS, et le PC (qui a pourtant fait sa carrière en collant tant d'affiches pour lui). Double ingratitude. Rien à faire, j'aime de moins en moins Mélenchon et ses sigles pythagoriciens à deux balles...

Le PS français réussira-t-il à former un groupe, ou va-t-il exploser après les élections, comme risquent aussi de le faire ses homologues européens ? Est-ce le chant du cygne de la social-démocratie ? Même en Allemagne elle a du plomb dans l'aile...

Et Philippot, qui le recueillera quand le FN l'aura viré ? Et les Républicains ? Quel est leur avenir à part de devenir un des piliers du macronisme ? Du moins jusqu'à ce que le macronisme s'écrase sur le mur des réalités... Et la réalité première, c'est que la technostructure européenne n'a plus d'avenir, malgré les savantes manipulations d'Attali et de Soros pour la faire survivre. Dans deux ou trois ans les actuels supporters de Macron devront en convenir. Peut-être même avant, vu la faible cote de confiance de leur poulain dans l'opinion...

Mon article sur la Russie au Proche-Orient bat des records de "likages" sur Facebook. Plus de 1 000. Voilà un honneur qui ne m'avait jamais été accordé jusque là, même aux grandes heures de l'Atlas alternatif, moi qui suis plutôt un auteur pour "happy few". Il faut croire que les gens avaient besoin d'une synthèse sur le sujet.

Un ami me dit que David Graeber vient parler en région parisienne en juin prochain. David qui ? Ah oui, le type avec qui j'ai pris un verre en 2002 ou 2003 (je n'ai plus la notion des dates)... Désolé, mais je suis plus sensible à la poésie nord coréenne qu'aux soliloques universitaires, même les soliloques anarchistes. Regardez moi cet extrait de dépêche de l'agence officielle de Pyongyang KCNA : "En regardant les images de la Terre envoyées en temps réel à partir de la caméra montée sur le missile balistique , le chef suprême Kim Jong Un a déclaré qu'il est grandiose de regarder la Terre à partir de la fusée que nous avons lancée et que le monde entier est tellement beau [vu de cette hauteur]". Même les parodies décalées de DPRK News Service sur Twitter n'atteignent pas ce niveau de subtilité et d'humour à degrés multiples.

Lire la suite

Trump chez les Séoud, socialistes recyclés et reins en vente

21 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #La gauche, #Le monde autour de nous

Quelqu'un se souvient-il du temps où Trump accusait Romney d'être soumis aux saoudiens ?

 

Ca c'était avant comme disait l'autre... Le jour de la visite de Trump près d'une dizaine d'exécutions barbares ont eu lieu en Arabie saoudite, et le Yémen est toujours massacré.

Dans la série "à gerber" aussi, la député socialiste de ma circonscription qui sort un dépliant orange pâle (couleur centriste) "Pour une majorité présidentielle plurielle" (beau détournement d'un slogan qui s'appliquait du temps où le PS était plus à gauche, mais qui cette fois laisse croire qu'elle est dans la majorité de Macron), en reléguant le sigle PS en quatrième de couv', en tout petit, bien discret. Comment les ripoux tentent lamentablement de se recycler en trompant les électeurs.La nana ramenait sa tête de Muppet dans les kermesses scolaires de la ville la semaine dernière. Et évidemment il y a des gogos pour lui trouver des circonstances atténuantes : "oui mais quand même, elle est honnête, elle pique pas dans la caisse, elle est appliquée, et faire de la politique c'est dur". Honnête comme les Gauleiters de toutes les époques, bien cons, et subordonnés, fourbes dans les limites de la fourberie ordinaire. Rassurez vous, personne n'ira lui rappeler qu'elle a soutenu un gouvernement qui a écartelé la Syrie, appuyé ceux qui ont fait éclater l'Ukraine, joué la carte des lobbies bancaires, pharmaceutiques, etc. Nooooon. Puisqu'on vous dit qu'elle est honnête not' députée sortante. D'ailleurs, elle est souriante et modeste... Alooors...

Dans la série nouvelles glauques : 85 % du commerce illicite de reins vient du Pakistan. En 2012 il y avait 10 000 opérations de vente d'organes chaque année pour quelques dizaines de milliers d'euros chacune. Les trois quarts sur des reins.

Lire la suite

Ursidification

20 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien, #Ecrire pour qui pour quoi

Le contact humain ne va pas de soi quand on est un chercheur indépendant comme moi qui a défendu pendant 20 ans des idées un peu hors normes et fréquenté des milieux qui ne sont pas dans le consensus dominants.

Hier à midi je discutais avec des bureaucrates de haut niveau dans leur domaine, mais d'une ignorance crasse en ce qui concerne le monde où ils vivent. Trop occupés à lire Le Monde le soir, et pas assez à réfléchir, ils m'ont accablé de mille préjugés arrogants dès que j'ai tenté de décrire en deux mots ce que j'avais vu en Transnistrie. Genre "on n'y est jamais allé, mais on va te dire ce qu'il s'y passe, parce que l'idéologie de notre époque nous a donné une science infuse sur ces sujets" ! J'avais connu cela à propos de la Serbie en 99 aussi...

L'après midi je prenais un verre avec un vieil universitaire lunaire qui, malgré une vingtaine d'échanges de mails avec lui depuis un an, et bien qu'il m'ait envoyé un de ses livres il y a six mois, n'avait pas mémorisé mon nom de famille, et n'écoutait visiblement pas les deux ou trois choses que je lui disais sur mon compte (s'il traite tout le réel du monde actuel avec la même inattention que les gens qu'il a en face de lui cela promet). Surtout le type, comme tous les maitres de confs que j'ai connus, traitait le savoir qu'il avait accumulé sur le mode de la manie du collectionneur, sans mesurer, de toute évidence, la richesse et la lourdeur des enjeux humains que les mots qu'il employait dissimule... Terrifiant en vérité. "La trahison des clercs". Vices de la scholastic view. Comment puis-je me motiver pour participer à des colloques dans ces conditions ?

Ce n'est pas forcément mieux avec les lecteurs de ce blog, comme l'abonnée imbue d'elle-même l'hiver dernier qui, elle aussi, tentait de me donner des leçons sur des sujets qu'elle ne connaissait visiblement pas. Une réflexologue me disait lundi dernier : "C'est incroyable comme les gens s'enferment dans leurs certitudes, et se construisent des systèmes dans chercher à retrouver les nuances de la vie réelle". Toutes ces postures à la con font de moi un ours qui s'isole toujours plus dans les montagnes.

Lire la suite

L'impeachment de Trump, les impostures de W. Walker, Macron, le millénarisme congolais

18 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous, #Revue de presse, #Grundlegung zur Metaphysik

Les grands médias impérialistes et leurs divers mentors de l'Establishment veulent la peau de Trump. L'auront-ils ? En tout cas la dernière accusation en date censée déclencher un impeachment est particulièrement ridicule : Trump aurait eu le tort de dire à la Lavrov dans quelle ville Syrie un espion américain a eu des informations, ce qui mettrait en péril la sécurité du système de renseignement sur place... Comme si les grands de ce monde ne laissaient jamais glisser ce genre d'élément dans leurs conversations !

Le combat politique ne cesse jamais. Le Brésil se prépare à recevoir des réfugiés vénézuéliens parce que la logique de guerre civile paraît très avancée dans ce pays. Mais les coups n'atteignent pas que les résistants, car au Brésil, c'est le putchiste Temer qui pourrait avoir bientôt des problèmes avec la justice de son pays.

Dans les Balkans la Serbie s'évertue à répéter que la prétexte de son bombardement (le faux massacre de Racak) en 1999 était un "fake", ce que moi même je n'ai cessé d'écrire of course, mais ça ne sert à rien. Racak avait été monté par le diplomate américain William Walker et l'affaire ressort aujourd'hui alors que celui-ci plaide ouvertement pour la création d'une "Grande Albanie" Tandis que la Macédoine se dote d'un premier ministre pro-OTAN soutenu par la minorité albanaise...

En France, Bayrou, malgré les accusations de l'ex-collaborateur de son groupe Nicolas Grégoire, va plastronner à la Justice. Dans la bonne vieille logique dictatoriale de la Ve République confirmée par Jospin (qui refusa en son temps de placer la présidentielle après la législative), 32 % des Français s'apprêtent à donner une majorité parlementaire à Macron tandis que les médias rivalisent de flagornerie et d'unanimisme (c'est la seule chose qu'ils sachent faire).

L'Afrique, elle, vit toujours à l'heure de l'entrelacement entre politique et spirituel. Hier Ne Muanda Nsemi, patron du groupe Bundu dia Kongo (Union des Ba Kongo), s'est évadé avec 50 personnes d'une prison de Kinshasa. Son groupe (un de ceux qui se battent avec des bâtons contre les mitraillettes de la police), fondé en 1969 veut restaurer l'ancien royaume du Kongo sur l'Afrique de l'Ouest. Nkazi Bazola fut un de ses théoriciens dans les années 80. Le groupe a sur son logo une étoile de David, mais il pense que le dieu d'Israël est propre à ce peuple, de même que Jésus ("Jésus-Christ fils de Dieu, c’est sûrement vrai, mais il n’est que l’enfant des dieux de son peuple circonscrit à sa terre d’Israël, c’est-à-dire qu’il fait partie des grands esprits qui veillent sur ce peuple comme l’est Mfumu Kimbangu pour le peuple Kongo en particulier et Négro-africain en général, parce que si Jésus avait été envoyé pour le monde entier, il ne se serait pas arrêté au Moyen Orient" écrit-un de ses partisans) et recommande de prier et d'invoquer les bisimbi (sirènes, les esprits) et les mbasi (anges). lls s'estiment capables à travers leurs "makesa" de "transformer les grains de mais se transforment en armes redoutables" en réitérant ce qu’ont fait les "chérubins" pour l’ABAKO de Kasa-Vubu le 4 Janvier 1959 en mettant en échec les forces coloniales belges et obtenir l’indépendance du Congo.

Ne Muanda Nsemi est présenté par les médias comme un "chimio-physicien" qui a été deux fois député et par ses adeptes comme la réincarnation d’un esprit supérieur du peuple Kongo qui a été envoyé sur terre pour accomplir une mission. Il aurait été établi "nlongi" (enseignant spirituel) en vision par Simon Kimbangu, guérisseur inspiré capable dans les années 1920 de ressusciter les morts, fondateur du kimbanguisme (mais le kimbanguisme, lui est chrétien), qui avait annoncé le 10 septembre 1921 qu'un instructeur viendra pour écrire un livre sacré (makongo) et préparer, malgré les persécutions auxquelles il fera face, la venue d'un roi (Mfumu)... Ambiance millénariste qui rappelle le XVIIe siècle français...

Lire la suite

Mon papier sur la Russie au Proche-Orient

15 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient

L’histoire est riche en revirements. Entre la première et la seconde guerre du Golfe, le Proche-Orient aura connu ou subi une hégémonie occidentale (et principalement étatsunienne) comme  auparavant dans les années 1950 : Washington pouvait isoler le régime de Bagdad, parrainer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens, et même, après le 11 septembre, entreprendre une « guerre contre le terrorisme » avec le soutien pratiquement unanime des gouvernements de la région, guerre clandestine – celle des drones, et des prisons secrètes de la CIA – et guerre ouverte incluant le renversement de Saddam Hussein et la menace déclarée d’imposer un « regime change » en Iran.

La suite de mon article est sur "Le Courrier du Maghreb et de l'Orient" ici.

Lire la suite

Corée, Venezuela, Balkans et Proche-Orient

14 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Alors, à votre avis, est-ce que Trump ira ou n'ira pas à la confrontation avec la Corée du Nord ? Personnellement je ne le pense pas. Parce que la guerre,avec usage des armes chimiques voire nucléaires (si elles sont opérationnelles) nord-coréennes ferait un million de morts, et qu'aucun pays de la région (surtout pas la Corée du Sud qui vient d'élire un président de gauche après la folle corrompue ultralibérale) n'est prêt à l'accepter. Or les Etats-Unis ne peuvent pas engager l'intervention des soldats stationnés sur leur sol sans leur accord. Et je ne pense pas que Washington ait un plan sous la main pour neutraliser les armes de destruction massive de Pyongyang ou renverser son régime en un clin d'oeil. Comme on ne cesse de le répéter s'ils n'avaient pas éliminé Kadhafi après l'avoir convaincu de renoncer à son programme nucléaire ils auraient quelque chose à négocier avec la Corée communiste. Mais là, ils ne peuvent ni attaquer ni négocier, on ne pouvait pas imaginer pire cas de figure pour eux. Encore un conflit gelé ad vitam aeternam, comme chez les Abkhazes et les Transnistriens...

Au Venezuela un type nu affronte la police bible à la main, un St François d'Assise moderne, c'était le 20 avril dernier. Le type, Hans Weurich Larios, étudiant en com', connaît les ficelles du métier. Dans la foulée des femmes ont dénudé leur torse (rien à voir avec les "tetazos" d'Argentine vantés par Telesur en février) tandis que d'autres lançaient des "cacatov" ("puputov") sur la police. La très antiprogressiste Euronews en fait ses choux gras tous les jours.

Aporrea.org qui défend un chavisme "critique" reproche à Maduro de convoquer sa constituante sans référendum préalable. Encore une confrontation où la troisième voie fait cruellement défaut...

Dans les Balkans Haradinaj lamentable absous par nos juges menace d'annexer "un tiers" de la Serbie au Kosovo (qui arrêtera les fantasmes nationalistes albanais ?). Les Moldaves, plus rationnels, choisissent la Russie contre l'OTAN...

Au Proche-Orient, Trump, toujours étrange, parle d'autodétermination des Palestiniens après avoir laissé entendre que la solution à deux Etats n'avait plus de sens. Pas sûr que son secrétaire d'Etat Tillerson, qui déclare se battre chaque jour pour gagner la confiance du boss, y retrouve son latin.

En Irak les troupes gouvernementales à la demande de Washington se pressent vers la frontière syrienne, histoire d'éviter que le régime de Damas et ses alliés iraniens ne la franchissent en venant de l'Ouest. Lavrov est allé demander à Trump une coordination des actions. Toujours le même jeu de bascule de Bagdad : un coup pour les USA, un coup pour l'Iran.

Le pape prie publiquement pour les Yézidis. Nadia Mourad l'a salué. Vieux souvenir du temps où, au XIXe siècle, les Yézides déjà attendaient leur salut des chrétiens européens... En tout cas la commission des droits de l'homme du parlement irakien ne leur a pas accordé un siège qui revient finalement aux Kurdes.

Une pensée pour la ville martyr de Mossoul encore sous les bombes... On n'en parle pas autant qu'on avait parlé du siège d'Alep récemment... Une pensée pour le Yémen anéanti avec nos bombes fournies aux Saoudiens... 17 millions de personnes menacées par la famine et les épidémies. Des enfants non scolarisés... N'oubliez pas que M. Hollande qui vient de quitter le pouvoir a donné la légion d'honneur à un oligarque saoudien l'an dernier... D'Alep à Aden il avait clairement pris parti pour les pyromanes. Nos médias ne lui en tiennent pas rigueur. Ils saluent au contraire l'homme grâce à qui une "petite reprise économique" a été possible... soupir !

Lire la suite

Bernadotte et l'occultisme

13 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #XVIIIe siècle - Auteurs et personnalités, #Grundlegung zur Metaphysik

Mlle Lenormand (1768-1843), chiromancienne et cartomancienne célèbre (peut-être avec le Tarot de Marseille revu et corrigé par la lecture du Livre de Thot traduit par Etteila, star de la cartomancie en 1789) de l'époque de la Révolution jusqu'à la Restauration (qui allait jouer un rôle important auprès de Balzac, de Talleyrand, de Napoléon, de melle Adelaïde, soeur de Louis-Philippe, de Guizot, dans une moindre mesure de Robespierre et Saint-Just et qui "mourut vierge comme Newton, le 25 juin 1843 à l'âge de 72 ans" comme le dit Le Figaro du 10 février 1856) prédit au béarnais Jean-Baptiste Jules Bernadotte, encore officier sans prestige, qu'il occuperait un trône (hebdomadaire L'Africain du 14 janv 1934, p. 3). Elle avait hébergé Mme Bernadotte née Eugénie-Désirée Clary (1772-1861), fille d'un aubergiste de Marseille, lorsque son mari n'était encore qu'adjudant-major (il le fut du 30 nov 1792 au 13 fev 1794) de la 53e demi-brigade, nous dit Le Figaro qui cite Francis-Girault. "Celui-ci lui promit, par une lettre dont son neveu est en possession, qu'il la comblerait d'honneurs et lui accorderait 10 000 fr. de rente si sa prophétie se réalisait". Devenu roi sous le nom de Charles XIV il a manqué à sa promesse, mais la reine de Suède, sa veuve, sut s'en souvenir.

Pourquoi est-ce que cette épouse (ex promise de Napoléon et dont la soeur épousa Joseph Bonaparte en 1786) du futur roi connaissait Mlle Lenormand ? Comment s'étaient-elles rencontrées ? Mlle Marianne Lenormand était une orpheline d'Alençon qui s'était mise à l'école d'Etteila ou Etteilla (Jean-Baptiste Alliette ou Aliette suivant les variantes orthographiques). En 1792 ou 93, elle venait à peine d'ouvrir son cabinet à St Germain des Près (3 ans plus tôt). Comment se fait-il qu'elle avait déjà les moyens d'héberger Mme Bernadotte, et pourquoi celle-ci en eût-elle besoin ?

 Dans "Les Cartes à jouer et la Cartomancie" publié en 1854, un certain Boiteau d'Ambly rapporte cette anecdote qu'il a trouvée dans Histoire de Charles Jean XIV, par sarrans jeune, 1845, t. I, p. 50 : « Un aide-de-camp de Bernadotte, depuis maréchal de France (le maréchal Gérard), avait souvent entretenu son général des prédictions de la pythonisse. Parlant un jour des prophéties de cette femme : « Maintenant, dit le colonel, que tout prend une marche extraordinaire, — c'était en janvier 1804, — il serait curieux de savoir ce qu'elle aurait à nous raconter. Voulez-vous faire « sa connaissance? Volontiers, répondit Bernadotte. Et, le lendemain, les deux hommes de guerre « arrivent ensemble chez l'oracle féminin. Le colonel présente son général comme un riche négociant qui désire interroger la sorcière sur le sort réservé à quelques opérations commerciales qu'il va tenter sur diverses places d'Allemagne : « Monsieur, dit-elle, vous n'êtes point négociant; vous êtes militaire et même dans les hauts grades. » Sur les assurances qu'on lui donna du contraire, elle sourit, hocha la tête et continua : « Eh bien ! monsieur, si vous vous livrez à des « opérations de commerce, le succès ne couronnera pas vos entreprises, et vous serez forcé de les abandonner pour suivre la route qui vous est tracée par le destin. » Elle reprend les cartes, les « examine de nouveau, et, paraissant les combiner « avec une attention profonde : « Monsieur, poursuit-elle, non-seulement vous êtes dans les hauts grades militaires, mais vous êtes ou vous serez parent de l'Empereur. » — De quel empereur? s'écrièrent à la fois Bernadotte et Gérard.-« Je « voulais dire-du premier consul. Mais bientôt vous « le verrez empereur. » Puis ses doigts se promènent sur les points cabalistiques; elle paraît « frappée d'une nouvelle vision et s'écrie d'un ton « inspiré et solennel : « Oui, il sera empereur ; mais voilà quelques nuages qui vous séparent. » Bernadotte jette un regard d'intelligence sur Gérard. La devineresse poursuit : « Il n'a pourtant aucun « éloignement pour vous, et vous éprouvez de l'affection pour lui. Ah! comme son étoile monte ! » « Elle s'arrête un instant et sa figure semble s'allonger de surprise ; puis elle reprend avec force : « Monsieur, il faut éviter de vous brouiller avec lui ; car il sera bien puissant ; il verra tout le « monde à ses pieds; et vous, loin, bien loin de lui, vous serez roi. Oui, répéta-t-elle, vous serez roi. » Elle se tut, et, comme le silence se pro« longeait : Hé bien ? dit Gérard. — « Je n'en puis annoncer davantage, car je ne vois plus rien.» « Le nom de la devineresse n'est pas indiqué; « mais, continue l'auteur, que ce fût ou ne fût pas Mlle Marianne Le Normand, l'histoire n'en est pas moins singulière.»»

Effectivement cette voyante n'était pas Mlle Lenormand (puisque celle-ci connaissait Bernadotte depuis 1792 ou 93), mais voilà bien la preuve que Bernadotte en visita plusieurs de cette profession.

Il semble que le contact avec les pythonisses ne fût pas le seul rapport entre le républicain Bernadotte (qui avait le slogan "mort aux rois" et le bonnet phrygien tatoués sur le bras) et le monde de l'occultisme. En 1789, alors qu'il était sergent-major, à 34 ans, il avait rencontré le futur sorcier érudit Antoine Fabre d'Olivet, qui avait un an de moins que lui (selon la préface à l'Histoire philosophique du genre humain de cet auteur, edition 1910 p.XVI) et allait le faire entrer au ministère de la guerre dix ans plus tard, sous le directoire, quand lui-même fut ministre (juste avant de devenir le candidat des jacobins à la dictature que finalement Bonaparte allait exercer). Je ne sais rien pour l'heure sur ce qui a permis cette rencontre.

On peut lire dans  La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l'histoire, ou De l'influence des névropathies sur le dynamisme intellectuel / par le docteur Jacques-Joseph Moreau (de Tours),eds V. Masson, Paris, 1859, 1 vol. (XIII-576 p.) p. 541 : "Sur la foi d'une vieille chronique de sa famille, Bernadotte se croyait placé sous l'égide d'une divinité tutélaire. Un jour qu'il avait eu une vive discussion avec son conseil d'État et se trouvant au milieu d'une forêt où la lumière pénétrait à peine, il eut une singulière vision une vieille femme bizarrement vêtue, les cheveux en désordre, bref tout l'accoutrement des sorcières de la légende dont on avait bercé ses premières années, se montra a lui tout à coup et l'engagea à renoncer à certains projets qui, suivant elle, devraient coûter la vie à son fils Oscar. "

Il y a peu La République des Pyrénées parlait de promener un hologramme du roi de Suède dans son musée à Pau. Créer ainsi un revenant serait dans la logique du personnage.

Lire la suite

Sous le joug macronien. Acte 1.

13 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Peuples d'Europe et UE, #Débats chez les "résistants", #La droite

Il faut parfois avoir, chevillé au corps, un sens de l'engagement pour le bien sur Terre comme l'avaient les quakers. Et donc, même si l'on sait le combat perdu d'avance (reportez vous à mes propos sur le slogan de Guillaume d'Orange il y a quelques années), dans cet esprit là on ne peut pas se taire.

Je vous sais, chers lecteurs, agacés devant le triomphalisme des atlantistes qui, si heureux de la victoire de Macron, disent tout et n'importe quoi. Le Monde de vendredi publiait un édito du New York Times qui commençait par "Le PC chinois est heureux de la victoire de Macron", façon de dire que le monde entier s'en réjouit (je suppose que le PCC avait juste pondu une dépêche diplomatique de circonstance, et de toute façon, quand bien même il y aurait de la joie dans ce parti, ce serait celle de son aile droite, alliée à Raffarin, celle qui a besoin de faire du business, puisque toute la société chinoise est de fait présente dans ce parti, y compris les milliardaires). On a du Macron à toutes les sauces. Et, c'est vrai, on l'a bien mérité. La France n'a pas su construire d'alternative à cette vague atlantiste.

A côté des petits groupes souverainistes obsédés parleur nombril, un opportuniste comme Mélenchon qui rallie derrière un symbole pythagoricien franc-maçon (le phi-nombre d'or) les mécontents de gauche (avec de beaux scores dans les quartiers bobos des grandes villes, dans les cités de banlieue et dans les vieilles terres du socialisme rural) mais pour mieux étouffer le PC (sa tentative pour voler à ce parti la moitié de ses députés sortants est honteuse, quoi qu'on pense de la bêtise et de la faiblesse idéologique du PCF des 20 dernières années). Un FN dont la candidate après son comportement médiocre (très "avocate sans envergure") au débat télévisé de l'entre-deux tours ne pouvait convaincre personne et qui va probablement se crisper sur des marottes anti-islamistes (à mon avis l'abandon de Marion Maréchal Le Pen est un trompe-l'oeil et c'est la marginalisation de la ligne anti-euro de Philippot qui est plus probable). Voilà l'opposition à Macron qui nous est proposée !

Je ne crois pas un seul instant que la gauche de la gauche puise remporter les législatives dans l'état de division qui est le sien. Et je pense qu'une victoire des Républicains serait la moins mauvaise des options. Celui-ci a un peu édulcoré le programme anti-social de Fillon. Il constitue au moins un vrai parti à la différence de cette mystérieuse bulle Macron visiblement poussée par des intérêts planétaires très louches.

Libération hier voulait faire taire Wikileaks en prétendant que les 1,5 % de donateurs les pus riches ne représentaient "que" 45 % du financement du macronisme ! "Que 45 %", elle est bien bonne ! Un correspondant attire mon attention sur le rôle de l'ASPEN, lobby néo-conservateur animé par Jouyet dans l'ascension de Macron. On connait aussi l'action d'Attali. Une de mes contacts voit dans la mise en scène du Louvre le soir de l'élection un clin d'oeil aux francs-maçons. Il est vrai que Macron est l'enfant de Hollande qui a rendu visite au Grand Orient deux fois pendant son mandat. Bon cela dit Macron n'a pas choisi complètement le Louvre puisqu'Anne Hidalgo lui avait refusé le Champ de Mars, mais quand même, il y avait d'autres endroits possibles, sans aller jusqu'à Fatima, ni même sans songé à Montmartre ou à la montagne Sainte Geneviève ! Au fait, Mr Macron a-t-il vraiment eu 66,06 % des voix hâtivement reconvertis pour les besoins de la cause dans les chiffres officiels en 66,10 % le lendemain ? On ne le saura jamais.

On a vu à travers les écrits du lanceur d'alerte Nicolas Grégoire comment la Grande Presse, y compris Médiapart et Le Canard Enchaîné (ceux qui ont lu mon livre sur la guerre du Kosovo de 1999 ne seront pas surpris), et pas seulement elle, était prête une fois de plus à se déshonorer plutôt que de "mouiller" un soutien de poids de Macron qu'était Bayrou (Macron le lui fait-il payer en lui refusant un groupe à l'assemblée en ce moment), donc il est normal que son soutien au macronisme demeure indéfectible. Mais on saura lire entre les lignes. L'européisme macronien n'a ni consistance ni avenir. C'est du travail d'amateur mené par des esprits superficiels. On ne peut pas éternellement se considérer comme une annexe de l'Allemagne et un territoire de conquête des fonds de pension américains. Et vraisemblablement Mr Micron, pardon, Macron, ne pourra pas si facilement comme il le prétend faire passer "par ordonnances" l'ubérisation de la France et son bâillonnement. Le cadavre de notre non-alignement, et de nos révolutions bouge encore...

Lire la suite

De la laideur de Twitter

7 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Ecrire pour qui pour quoi

La dame est libanaise, sans doute d'origine chrétienne. Elle se dit journaliste. Elle s'affiche sur Twitter avec un grand décolleté qui exhibe ses miches, se dit laïque et pour l'égalité des genres. Elle a griffonné une carte qui prétend que bientôt la moitié du Proche Orient appartiendra aux Kurdes et l'autre moitié au Liban. Elle consacre 10 tweets en une journée à dénigrer une jeune journaliste pro-Assad qui a eu le tort d'être interviewée un jour par Russia Today et de le mettre à la "une" de son profil. Elle l'accuse d'être une inculte parce qu'elle a déclaré que c'est à cause des "sionistes" que l'Allemagne et l'Autriche ne sont pas un seul et même pays, puisque ça a toujours été deux pays. Exemple même du débat absurde : on ne voit pas en quoi on fait avancer la réflexion collective en disant que les "sionistes" ont séparé l'Allemagne de l'Autriche (c'était juste une décision commune des alliés et de Staline qui rétablissait le statu quo d'avant l'Anschluss et de tout l'époque bismarckienne) ni à l'inverse en quoi la dame serait moins inculte que son adversaire en laissant apparaître qu'elle ne sait pas que l'Allemagne et l'Autriche ont bien été unifiées pendant 7 ans.

Pour faire bonne mesure dans cet échange gratuit de déclarations chocs et de dénigrements stupides à grands coups d'émoticones, un Arménien syrien partisan d'Assad écrit au sujet de la dame : "Cette pute prétend être une écrivaine prof d'université et veut montrer comment l'Ouest du Liban et l'ouest du Kurdistan seront extraits de la Syrie en 2022. Je suppose qu'il y a aussi un Kurdistan oriental et un Liban oriental. Elle doit être sous drogue hallucinogène comme la plupart des filles chrétiennes libanaises qui soutiennent le Parti des forces libanaises" ( "This ** bitch claims to be a University professor and author, drew up how West Lebanon and West Kurdistan will be carved out of Syria by the year 2022. I guess there would be yet East Lebanon and East Kurdistan. She must be on hallucinogenic drug like most of the Lebanese Christian girls who support the Lebanese Forces party").

Et bien sûr ces gens ont des centaines d'abonnés qui les soutiennent ponctuellement dans leurs poussées de testotérone...

Belle image de ce qu'est le débat au Proche-Orient en ce moment - on sent bien que le jour où ces gens seront face à face avec des couteaux ils s'éviscèreront mutuellement... Mais plus généralement c'est aussi un bon cliché de la stupidité stérile et hargneuse qui s'épanche en pure perte chaque jour sur les réseaux sociaux. Tant de laideur, mes aïeux, tant de laideur !!!

Tous ces gens n'en ont ils pas assez des rivières de sang qui coulent autour d'eux ? Ils feraient tellement mieux de mettre un bruit de ruisseau de montagne sur leur ordinateur et redonner une dimension poétique à leur vie plutôt que de river, des jours durant, un regard inquiet et haineux sur leur écran d'ordinateur...

Lire la suite

L'actu des 10 derniers jours

3 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Le monde autour de nous, #Ecrire pour qui pour quoi

La dynamique de ce blog est complètement en panne. Moitié moins de lecteurs par rapport à l'an dernier (et en plus les stats sont artificiellement dopées par le fait qu'un quart de mes lecteurs ont cherché "Mehlang Chang" sur Google, comme lors de la présidentielle 2012). Même si j'ai gagné deux abonnés en 6 mois, on est loin du nombre de lecteurs cumulés (Atlas alternatif + Delorca) que j'avais par exemple il y a 7 ans quand je travaillais à Brosseville, une époque où pourtant je me plaignais de ma faible audience sur le Web.

Je n'en suis pas encore tout à fait à fermer ce blog comme l'a fait le type qui tenait le blog "La lettre volée" (et qui avait parlé de mes bouquins) ou comme je l'ai fait avec le blog "atlas alternatif", mais je n'en suis pas loin.

De toute façon, vu l'état de décrépitude de la mouvance anti-impérialiste (qui, finalement, n'aura connu son apogée idéologique qu'au tour des années 2009-2010, au moment du retrait américain d'Irak, apogée toute relative car on était fort éparpillés et médiocres malgré tout), et des dix feuilles de chou qu'elle véhicule sur le Web ou dans "la vraie vie", rien de surprenant à l'asthénie qui nous gagne tous. C'est juste la bouteille à la mer. On écrit pour une personne ou deux qui, peut-être, un jour feront quelque chose pour elles-mêmes de tout cela. Faire ça ou peigner la girafe...

Bon, on épluche un peu la presse des huit derniers jours comme on l'a fait le mois dernier ?

Minable décision d'une Cour d'Appel française (dans l'Est de la France) qui refuse d'extrader Haradinaj et provoque une crise diplomatique avec la Serbie.L'Arabie saoudite intègre la Commission de la condition de la femme des Nations unies avec douze autres pays pour 2018-2022 (ha ha ha, bon faut avouer que ça discrédite un peu l'ONU).

Trump fait un pas en arrière plutôt que d'attaquer la Corée du Nord. Quant à la bombe MOAB en Afghanistan, son usage aurait fait flop... L'art de la gesticulation...

Sur l'état de l'impérialisme américain je vous conseille cet article d'Antiwar.com sur les bases secrètes américaines en Afrique avec une carte très confidentielle dévoilée.

Sur les armes chimiques utilisées à Khan Cheikhoun (Syrie) le 4 avril, Ayrault sort un rapport bidon de 5 pages s'appuyant sur des "échantillons" que les Français ont soit prélevé dans des zones contrôlées par les djihadistes d'Al-Nosra (donc avec leur complicité) soit à l'étranger (et dans ce cas ça ne vaut rien). Que ce gouvernement français indigne et les médias à sa botte disparaissent vite de notre horizon (mais le Deep State français a déjà son remplaçant hélas...). Seule bonne nouvelle du début mai sur le front syrien : la décision de Trump d'envoyer des troupes pour protéger les Kurdes des attaques turques.

Côté latino-américain je n'ai rien compris à la décision de Maduro de convoquer une constituante, mais je manque de temps pour creuser ce sujet. Sans doute y a t il une logique intrinsèque à ce choix, mais j'attends que Lemoine ou un autre pondent un article un peu élaboré sur le sujet.

Voili voilà.

Bon, je ne voterai pas au second tour de la présidentielle dimanche prochain. J'avais voté blanc au premier. Je vais avoir du mal à reconnaître Macron, un fumiste sans expérience politique, comme président de la République. Mais je ne reconnaissais pas ce titre à Sarkozy non plus ni à Hollande. De toute façon pour être le fondé de pouvoir des grandes banques, n'importe quel lampiste peut faire l'affaire. L'illusion de l'existence de la République française au moins va s'effacer définitivement. Qu'on cesse de nous parler d'Etat. Qu'on nous parle juste de "succursale française de la structure répressive mondialisée", ce sera plus juste.

Un jour il n'y aura peut-être plus dans le monde que  l'état d'urgence ad vitam aeternam, des fondés de pouvoir des banques à la place des hommes et femmes politiques,et des "fourmis cinglées jaunes" (Anoplolepis gracilipes) à la place de leurs rivales (j'ai vu que ça inquiète une certaine presse proche-orientale en ce moment, les fourmis pas les banquiers...). Un scénario parmi d'autres...

Lire la suite

Sinjar, Mossoul, Damas

26 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Aide aux femmes yezidies

Il s'appelait Sufian Jasim Nasir Alqirani. Le PDK (parti au pouvoir au Kurdistan irakien) avait laissé sa mère devenir une proie de Daech en 2014. Le PKK (les Kurdes de Turquie) l'avaient enrôlé dans leurs troupes. Il s'était réfugié comme beaucoup de civils yézidis sur le mont Sinjar. Hier l'aviation turque qui visait un bâtiment du PKK en bas de la montagne l'a tué.

Dans son reportage pour Public Radio International, le journaliste Richard Hall explique que les Yézidis dans le camp sur la montagne de Sinjar sont divisés sur la question de savoir si le PKK doit rester dans la province de Sinjar pour les protéger ou pas.Un conflit a éclaté en mars entre le PKK et les troupes yézidies du PDK, ce qui a poussé les civils à regagner les montagnes comme en 2014...

Le Mir (leader) yézide Dasin Bag a appelé le PKK à quitter Sinjar pour ne pas pousser les yézides à prendre les armes contre lui.

N'oublions pas non plus le calvaire des habitants de Mossoul...

Pendant ce temps, la Syrie panse ses plaies. Un correspondant qui a passé les fêtes de Pâques en Syrie m'écrit : "À Damas c'était très émouvant, les rues de la vieille ville étaient pleines de gens, de fidèles ou de curieux venus voir les cortèges et processions des diverses églises (cette année Catholiques et Orthodoxes fêtaient Pâques en même temps). Les rebelles ont menacé de bombarder les cortèges de Pâques et ont tiré un obus de mortier en guise d'avertissement mais heureusement il n'y a pas eu de drames. J'ai pu rencontrer de nombreux Syriens (dont le patriarche melkite grec-catholique Grégoire III Laham) qui m'ont tous fait part de leur expérience et de leur vie depuis 2011. C'est très loin de ce que la presse occidentale rapporte et leur calvaire est passé sous silence mais comme dans le Donbass ukrainien les gens sont très dignes, en plus d'être très accueillants. Il y aurait beaucoup de choses à dire et raconter. À la fin de la semaine dernière les corps d'habitants de Maaloula (le Lourdes syrien) capturés par les rebelles ont été retrouvés. Certains étaient les cousins d'amis. Autrement il y a eu l'affaire de l'attaque rebelle contre les civils chiites de Kefraya et Fua alors qu'ils étaient en train d'être évacués." Et tant d'autres drames...

Lire la suite

Les deux derniers mois dans le monde

23 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik

Un beau sujet pour commencer : la pourriture du système financier actuel. Avec un reportage cinglant de 2012 diffusé en mars sur LCP car il reste d'actualité. "Argent sale le poison de la finance", qui montre que les grandes banques ne se contentent pas de tolérer l'argent sale mais aussi proposent leurs services aux mafias. Le docu laisse même entendre que la classe politique est éclaboussé. Il est in extenso ici. Chacun doit songer chaque jour à l'abjection criminelle de notre système financier planétaire avant toute autre considération.

A part ça, comme vous avez pu le voir, je suis resté à l'écart de mon ordinateur pendant la dernière ligne droite de la campagne présidentielle. Il n'est pas nécessaire de revenir là dessus.

En politique intérieure je citerai juste la répression des manifestations chinoises à Paris dont nos médias n'ont pas parlé. « Après le meurtre commis par la police (dont les raisons légitimes ont soulevé des doutes parmi la population locale), 150 personnes sont descendues dans la rue. Un cinquième des manifestants ont été interpellés. Outre le ministère chinois des Affaires étrangères, aucune autre diplomatie ne s'est montrée préoccupée du respect des libertés et de la démocratie, aucune déclaration du Foreign Office ou du Département d'État n'a été rendue publique», a écrit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères sur sa page Facebook. Ca me semblait mériter une mention sur ce blog.

Evoquons maintenant un peu l'actualité internationale des deux derniers mois.

J'ai continué à observer le durcissement dans le sens du bellicisme de la politique de Trump avec l'envoi de forces spéciales en Somalie et en Afrique de l'Ouest, les menaces à l'égard de la Corée du Nord. Les efforts de réduction de l'engagement américain à l'étranger se limitent pour l'heure à des cas ponctuels comme le retrait programmé des forces américaines d'Ouganda où elles combattaient l'Armée de résistance armée du Seigneur de Joseph Kony, qui a fait presque aussi fort au nom de Jésus que Boko Haram au nom de Mahomet dans l'endoctrinement d'enfants-soldats et la réduction des femmes à l'esclavage mais que Trump ne juge pas dangereux pour la sécurité des Etats-Unis.

Le sénateur Mc Cain n'a pas hésité à accuser le sénateur républicain du Kentucky Rand Paul d'être vendu à Moscou parce qu'il s'oppose à l'entrée du Montenegro dans l'OTAN. Et Trump est même devenu anti-russe en Syrie, avant même l'affaire début avril de la fuite d'armes chimiques à Idlib (Moscou estime que le régime d'Assad n'a pas balancé des gaz mais bombardé une cache d'armes chimiques rebelles). Dès le 3 avril, Washington avait repris les livraisons d'armes à une nouvelle alliance formée par la CIA contre Al-Nosra dont les troupes sont ensuite potentiellement utilisables pour faire pression sur le gouvernement d'Assad. Difficile de savoir ce qu'il s'est réellement passé. Les services secrets israéliens notamment mettent en doute la réalité de la destruction des stocks d'armes chimiques en 2013 et sont persuadés que le bombardement chimique d'un village à  Khan Cheikhoun d'où étaient parties des attaques qui rompaient le cessez le feu depuis 15 jours sont un avertissement barbare de l'armée d'Assad, de sorte que même en Israël des voix s'élèvent pour mener une action militaire contre Damas alors même que l'Etat islamique et Al Nosra ne sont pas encore éradiqués...

Une revanche sur l'amertume d'Israel d'avoir essuyé une représaille du régime syrien après avoir attaqué un convoi d'armes à destination du Hezbollah libanais le 17 mars près de Palmyre (Damas dit que c'était son armée qui était attaquée) et de voir le gouvernement légal reprendre des positions près du Golan ?

Difficile comme toujours de faire la part des choses dans cette guerre où l'intox est là règle de toutes parts et où il n'y a pas les bons d'un côté et les mauvais de l'autre (voir par exemple cet article où Lenta.ru se demande si le Parti socialiste nationaliste syrien allié du Baas dont l'hymne dans les années 30 fut calqué sur "Deutschland über alles" est un parti nazi).

Des experts soulignent quand même que la version russe est arrivée avec 48 h de retard, que si les rebelles avaient eu des gaz toxiques dans la région d'Idlib ils les auraient utilisés et que les gaz toxiques stockés bombardés se seraient répandus dans l'air assez vite sans provoquer autant de dégâts. Même s'il paraît absurde qu'Assad ait commis ce crime de guerre alors même que Trump venait d'explicitement écarter son renversement, il semble qu'il aurait ainsi voulu "tester" la volonté des Américains mais aussi celle des Russes dont la mainmise sur sa politique intérieure l'inquiète.

Des représentants comme Tulsi Gabbard (D – HI), Barbara Lee (D – CA) et Walter Jones (R – NC) se battent pour faire obstacle au retour des troupes US en Irak et Syrie et au soutien financier aux djihadistes. Ils ont du boulot. En janvier-février, le nombre de civils tués par les frappes occidentales dépasse à nouveau celui de ceux qui sont écrabouillés par les Russes. Et le 22 mars l'intervention des forces spéciales américaines à Tabqa dans la province de Raqqa a surpris tout le monde, tout comme la réplique à l'affaire des armes chimiques (l'envoi de 59 missiles américains sur Shayrat, une petite base aérienne syrienne) juste au moment où Bannon, le conseiller pro-russe de Trump, est évincé du Conseil national de sécurité. Réplique bizarre car 59 missiles pour une petite base, c'est un marteau pour écraser sur une mouche, de la pure propagande. Propagande maladroite d'ailleurs car juste après le tir Trump soulignait qu'il avait prévenu Poutine au téléphone, puis Tillerson se disait "déçu" par la réaction russe, comme s'ils avaient espéré des félicitations de Moscou ! Une attaque disproportionnée et inefficace car dès le lendemain des avions de guerre syrien redécollaient de la base bombardée. Moins de la moitié des missiles avaient atteint la base dont aucun sur le piste comme le montra un drone russe... Un site auquel j'ai collaboré jadis affirme tenir de source sûre que les missiles de Trump ont été délibérément désarmés avant l'attaque et les Russes ont été informés par l'administration américaine pour pouvoir faire évacuer la base à temps, ce qui explique aussi qu'ils n'aient pas intercepté les Tomahawk. Bref il ne se serait agi que d'une gesticulation théatrale pour impressionner l'opposition interne au parti de Trump, et la Corée du Nord.

L'attaque américaine est en tout cas sur le plan des principes une violation scandaleuse du droit international. Les USA n'ont aucune légitimité morale à intervenir dans les affaires syriennes après avoir anéanti une bonne parti de la population irakienne et soutenu les exactions massives du régime saoudien au Yémen et la famine qu'elles entrainent. Et les diplomates font remarquer que cette politique musclée n'incitera ni Moscou ni Pékin à agir pour le désarmement de la Corée du Nord. J'observe d'ailleurs que beaucoup de supporters de Trump comme Nigel Farage ont exprimé leur désapprobation devant son revirement dans l'affaire syrienne. Paul Joseph Watson dont j'appréciais les chroniques pendant la campagne de Trump dit que son ex-héros était finalement plus la marionnette du Deep State (Etat profond) américain que de Poutine et annonce qu'il quitte définitivement le "train de Trump".

En Extrême-Orient Aung San Suu Kyi fait l'autruche sur le massacre des Rohingyas en laissant l'affaire à l'armée, ce qui lui a permis de gagner quelques sièges encore au Parlement birman début avril. Pour elle, la crise à la frontière du Bangladesh, ce sont des musulmans contre des musulmans, et l'impunité de l'armée est un mythe. Il faut dire que l'Etat birman reste en guerre contre les Kachins au Nord depuis 2011, et que les Karens mettent en garde contre une rupture du cessez-le-feu obtenu en 2012. Le Myanmar-Birmanie va d'ailleurs acheter des armes à la Russie pour ne plus dépendre de la Chine dans la lutte contre les guérillas des minorités. Il est vrai que la Chine arme les Kokang, ressortissants d'une région artificiellement rattachée à la Birmanie par l'empire colonial britannique au 19e siècle. Une Crimée chinoise en quelque sorte. On n'en sort jamais des héritages coloniaux empoisonnés.

En Allemagne Merkel se porte toujours bien. Son parti triomphe en Sarre où la perspective d'alliance entre le SPD et Die Linke a effrayé tout le monde.

Dans les Balkans la situation se tend. Après la livraison de Migs russes à la Serbie, le "gouvernement" de Pristina transforme sa milice en armée nationale, et reçoit un désaveu de l'OTAN pour cela, puis retire son projet. L' "Etat" kosovar nationalise aussi les biens publics serbes de la province en méconnaissance des résolutions de l'ONU. Quatre djihadistes albanais au QI sans doute surdéveloppé en mars ont été arrêtés alors qu'ils avaient projeté de faire sauter le pont Rialto à Venise.Les suspects avaient téléchargé depuis internet « des manuels de combat corps à corps comprenant également les techniques d’utilisation des couteaux »...

Heureusement pour la Serbie, l'élection de Vucic dès le premier tour des présidentielles début avril est un facteur de consolidation de son gouvernement. Selon Freedom House, la Serbie fait partie des démocratie "semi-consolidées" comme la Croatie, le Montenegro, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie (qui vient de revoter pour les pro-européens de droite aux législatives, après que leur président socialiste ait de toute façon abandonné ses promesse pro-russes), mais en déclin par rapport à 2015, tandis que, en dessous, la Bosnie, l'Albanie, le Kosovo et la Macédoine sont des régimes "en transition" ou "hybrides".

Beaucoup disent que la guerre reprendrait entre Serbes et Albanais et entre Serbes et Macédoniens si l'UE n'existait pas. Le vocabulaire guerrier est de mise à l'Ouest aussi puisque le ministre de la défense Michael 
Fallon s'est dit prêt à utiliser tous les moyens pour défendre la souveraineté de Gibraltar. Inquiet de ce vocabulaire qui évoque les Malouines, le gouvernement Madrid annonce qu'en représailles il ne fera pas obstacle à l'entrée de l'Ecosse dans l'UE... Retour au vocabulaire du 17e siècle... Mais là cette fois-ci c'est UE qui est responsable de la montée des tensions (comme dans les Balkans dans les années 1990) en laissant à l'Espagne un droit de blocage de Gibraltar dans le cadre des négociations du Brexit. Au Parlement européen l'Espagne a obtenu que Gibraltar soit exclu de la résolution votée, tandis que les indépendantistes catalans faisaient bloc avec les Britanniques.

Une petite parenthèse latino-américaine : Telesur fin mars a eu raison de rendre hommage au combat d'Evo Morales auprès de la cour internationale de justice pour récupérer la bande de 400 km de littoral dont disposait la Bolivie avant que le Chili l'envahisse en 1879. Toutes les communes de Bolivie sont mobilisées dans ce combat qui est un combat juste qui permettrait à la Bolivie d'avoir 2,5 % de croissance du PNB en plus chaque année. Et bien sûr toutes nos félicitations à Lenin Moreno, qui gagne de justesse mais gagne quand même les élections en Equateur, sauvant ainsi la tête de Julian Assange.

Au Venezuela on a suivi la guerre entre le parlement anti-chaviste et la cour suprême bolivarienne. J'ai été saisi début avril par les belles images que montrait Telesur (mais pas nos médias évidemment) de la marche des chavistes à Caracas : une immense avenue noire de monde, toute la jeunesse vénézuélienne prête à défendre sa révolution, tandis que la droite violente bloquait des autoroutes et lançait un raid contre le bureau du Défenseur du Peuple pour exiger sa démission (à l'appel de Capriles, privé de mandat pour 15 ans).

Pendant ce temps la répression violente des manifestants contre la réforme constitutionnelle au Paraguay n'inspire qu'indifférence à l'OEA obsédée par la seule idée d'exclure Caracas de ses rangs.L'Argentine a été plongée dans la même ambiance que le Paraguay avec la grève générale de la CGT péroniste et les manifs pendant le mois de mars. Sauf que Buenos Aires n'en est pas (encore) à l'heure de la répression, seulement à celle des contre-manifs.

Sur le Zimbabwe une grande agence de presse occidentale s'est répandue en intox sur le prétendu ralliement des anciens combattants de la guerre d'indépendance à l'opposition immédiatement démentie par le journal gouvernemental The Herald.

The Herald se fait aussi l'écho de la démission en Afrique du Sud de Magdalene Moonsamy l'ex-porte-parole des jeunesses de l'ANC et actuelle trésorière des "Bérets rouges" (le parti des combattants de la liberté économique EFF), une dissidence gauchiste de l'ANC, qu'elle accuse de s'être allié à l'Alliance démocratique qualifié de partisan de l'hégémonie économique blanche pour évincer l'ANC de la gestion de certaines grandes municipalités en 2016. Elle explique que comme marxiste léniniste elle ne peut pas cautionner cela. Le cas de l'EFF, nouvelle illustration de la manière dont le gauchisme conduit toujours à la victoire de la droite libérale ?
 

On gagne à lire la presse zimbabwéenne. J'apprends par exemple dans The Herald que la ministre zambienne de la "guidance nationale et des affaires religieuses" (sic) lance une guerre contre les fausses églises protestantes où les prédicateurs demandent de l'argent et des faveurs sexuelles en échange de miracles.

Dans le Donbass la tension persiste. Une division appelée la "Division sorcière" composée de miliciennes baltes et polonaises affiliées à Secteur droit ont été déployées sur la ligne de contact fin mars à Artemovsk. Une division accusée de crimes de guerres, mais on n'en sait guère plus à la lecture d'un communiqué versé en boucle sur le Net... Le 7 avril 10 000 personnes étaient rassemblées sur la place Lénine à Donetsk pour célébrer l'anniversaire de la proclamation de leur indépendance. Deux jours plus tard le gouvernement de Kiev faisait tirer des obus sur les quartiers résidentiels de la rue Lénine à Dokuchayevsk, une des 52 violations du cessez le feu enregistrées ce jour là. Ainsi va le quotidien de cette région courageuse.

En tout cas, depuis que Moscou reconnaît les passeports du Donbass, la Transnistrie demande le même privilège. Un article de la presse transnistrienne début avril rappelait que ce pays avait suivi avec attention les élections législatives récentes d'Abkhazie (un autre territoire de l'ex-URSS sur lequel j'ai fait un livre il y a 7 ans). Il signalait que les deux pays ont en commun (comme d'autres régions de l'ex-URSS) de prévoir dans leur système électoral la possibilité de révoquer tous les candidats qui se présentent, ce qui, en cas de victoire de cette option, obligerait à en organiser de nouvelles avec de nouvelles têtes. Voilà un système que nous devrions adopter en France...

Au passage adressons nos félicitations aux Ossètes du sud pour leurs élections à forte participation début avril. Le pays pourrait s'appeler bientôt Alania, même s'ils sont en rivalité avec les Ingouches à ce sujet.

A Minsk, Loukachenko qui s'était rapproché de Kiev, accuse l'Ukraine et la Lituanie d'être derrière une tentative de coup de force armé dans son pays avorté le 21 mars. Puis le 25 une marche anti-Loukachenko a été lourdement réprimée (voir vidéo). Pas de révolution colorée en Biélorussie en perspective.

Les Biélorusses pourront peut-être bientôt utiliser cette nouvelle machine anti-émeutes inventée par une société slovaque.

En tout cas, Poutine et Loukachenko se sont réconciliés au moment-même de l'attaque du métro de St Petersbourg... Et la Biélorussie est le principal fournisseur de figues et d'ananas de la Russie, embargo international oblige...

Plus anecdotique : Dean Burnett, chercheur en neurosciences à la fac de Cardiff, dans le Guardian explique que le porno est la cause de la victoire de Trump. La journaliste russe Anastasia Evtushenko sur Lenta.ru n'est pas d'accord. Peuple américain qui osez demander de récupérer vos emplois liquidés par les multinationales, le porno vous a rendus cons ! Les bobos ne reculent devant aucune insulte contre leurs adversaires. On en viendra peut-être un jour à expliquer le succès de Beppe Grillo en Italie par l'exploitation sexuelle (avec la complicité de leurs maris) des 3 000 ou 4 000 salariées agricoles saisonnières roumaines venues gagner 200 euros par mois du côté de Raguse (Sicile).

Les évangéliques partisans du nouveau président, eux, estiment que c'est un homme providentiel. Certes Trump est un païen, mais comme Nebuchadnezzar avait le prophète Daniel pour le conseiller Trump a des hommes de Dieu comme le gouverneur Pence, Jerry Falwell Jr, Mike Huckabee. Encore Nebuchadnezzar avait-il détruit le premier temple, alors que Trump, lui, n'a rien fait contre le judaïsme.

Pour beaucoup Trump c'est surtout Cyrus, roi des Perses, qui écrasa Babylone en accomplissant la volonté de Dieu et rendit sa terre au peuple juif. Le jour de Nawruz, le nouvel an perse, Trump a cité Cyrus ce qui a électrisé ses partisans (y compris des Juifs orthodoxes qui le comparent aussi à Cyrus. Le prédicateur Lance Wallnau (qui à titre personnel se sentait pourtant plus proche de Ted Cruz, Marco Rubio et Carly Fiorina) raconte dans le Guardian et dans un best seller intitulé "God’s Chaos Candidate" qu'en 2016 juste avant sa rencontre avec Trump Dieu lui a dit que Trump est la "boule de démolition" (wrecking ball) contre le politiquement correct". Juste en écrivant ces lignes je me rends compte que "Wrecking Ball" est le titre d'une chanson de Miley Cyrus... Ce qui renforce étrangement l'image de Trump-Cyrus.

Lance Wallnau témoigne aussi qu'avant sa seconde rencontre avec Trump Dieu lui a dit "Lis Esaïe 45" (Trump est le 45ème président des USA). Et Esaïe 45 commence ainsi : "Ainsi parle l'Eternel à son oint, à Cyrus, Qu'il tient par la main, Pour terrasser les nations devant lui". Selon ses révélations l'élection de Trump relèverait de la "grâce commune" ("common grace") au sens de Charles Colson qui, à la différence de la "grâce qui sauve" ("saving grace") dont parle les Ecritures, se borne à éloigner un peu le Mal et maintenir le monde viable.

Mauvais sort contre prières, des milliers sorciers, néo-païens et wiccans se sont réunis fin mars pour contrer les prières des évangéliques et jeter un sort à Trump qui le fasse quitter prématurément la Maison Blanche.

Leurs gri-gris seront-ils plus efficaces que ceux des villageois partisans de la milice des Kamuina Nsapu (du nom d'un médecin chef coutumier proche de l'opposition tué il y a peu) qui tentent de combattre avec des fétiches l'armée congolaise au Kasaï-Central et que l'armée régulière congolaise abat sans vergogne? Bilan plus de 400 morts pour l'heure (il est vrai inférieur à celui de la répression turque au Kurdistan) et 400 000 déplacés depuis 2016. La guérilla comprend 800 milicien, parmi lesquels des enfants mineurs, baptisés après des rites traditionnels, contraints de traverser le feu, d’avaler vives des fourmis rouges appelées Mankenene et d’ingurgiter quelques gorgés de Tshizaba, un mélange de boissons alcooliques indigènes et des fétiches que leurs encadreurs présentent comme ayant le pouvoir magique de les rendre invulnérables face à la mort. Outre les fusils de fabrication artisanale, les lance-pierres, les machettes, les flèches et les bâtons mystiques, certains disposent quand même d’armes de guerre arrachées aux forces de l’ordre pendant leurs nombreuses expéditions, dit-on...

Si les spéculations sur les raisons "neuronales" du vote pro-Trump restent anecdotiques, le rôle du fait religieux dans le politique ne l'est pas.Par exemple en Uttar Pradesh en Inde, le nouveau gouvernement nationaliste hindou (BJP) vient de renforcer l'interdiction des abattoirs clandestins de boeufs et de la consommation de cette viande, ce qui pénalise surtout la minorité musulmane (le journal Business Standard citait le cas d'une famille musulmans qui s'est vu refuser une dérogation pour un mariage). On peut voir sur la carte à gauche en bleu les derniers Etats où l'abattage de boeufs reste légal. Mais la conviction religieuse s'arrête où l'intérêt électoral commence et le BJP a fait savoir que dans les Etats à majorité chrétienne Mizoram, Meghalaya et Nagaland qui votent l'an prochain il n'y aurait jamais d'interdiction du boeuf si le parti y remportait les élections...

En janvier dernier une vidéo montrait dans un camp irakien une femme yézide de 129 ans (sur une vidéo elle montre une pièce d'identité qui atteste de sa naissance en 1887). Si c'est vraiment le cas, l'info sur le décès d'une doyenne de l'humanité italienne de 117 ans au début de mois d'avril serait fausse. On continue de se perdre en spéculations avec les écrits de Gurdjieff sur le fait que le yézidisme pourrait être la continuation d'un soufisme primitif qui remonterait à Sumer et sur la rapport des yézidis aux cercles magiques, mes je n'ose plus interroger mes contacts dans cette communauté à ce sujet.

Lire la suite

Retour sur la guérison magique du zona

23 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Béarn

Depuis 5 ans, mon article "Superstitions dans nos campagnes" sur la façon dont on "porte" les malades du zona en Béarn a été beaucoup lu. Dans la mesure où ma mère s'est fait porter peu de temps après ma naissance, et sa mère avant elle, j'ai voulu approfondir un peu le sujet. Je n'ai rien trouvé de très éclairant.

On peut lire dans Hygiène et traitement des maladies de la peau, par le Dr Ernest Monin  (1856- décédé en 1928 au 12 bd Raspail à Paris) - Éditions Société d'éditions scientifiques (Paris) 1901 p. 86

"Le zona était connu des anciens sous le nom de feu sacré ou de ceinturon sacré. Son nom de zona signifie, du reste, ceinture : car, dans sa forme classique, c'est une éruption de la région intercostale inférieure, apparaissant en demi-ceinture, c'est-à-dire unilatérale et le plus souvent du côté droit."

Dans  L'Écho du merveilleux du 1er août 1910 p. 282 sous la plume de Frédéric Boutet (1874, 1941) de L'Eclair expliquait :

"La guérison du zona est extrêmement singulière ; le guérisseur prend le malade sur son dos, fait neuf pas, s'arrète et dit : « Qu'est ce que je porte? » — « Le zona », répond le malade. « Je le pose ! » Il met le malade par terre,récite une incantation, reprend son fardeau, fait neuf autres pas et la cure est terminée."

Le récit est assez proche de celui que j'ai livré à propos du Béarn à ceci près qu'il n'y a pas neuf bâtonnet, en revanche neuf revient surtout pour les pas (alors qu'il semble que dans les manuels d'occultisme le 9 sont plus lié aux thèmes de l'amour et de la fécondité sans doute à cause des 9 mois de la gestation).

Dans le journal satyrique Cyrano du 18 mars 1928, en p. 21, Frédéric Boutet reprenait son récit à l'identique.

Dans Aguiaine : revue de recherches ethnographiques de mai-juin 1999 p. 36 on apprend qu'une guérisseuse dans la Vienne avait pour formule pour le zona "zona, je te conjure en l'honneur de tous les Bons Saints" puis faisait dire trois Pater et trois Ave et tourner un doigt de la main droite autour de la plaie. On retrouve là les trois "je vous salue" dont je parlais en 2012, mais la notion de "portage" est absente.

Pour le zona il faut boire, selon une croyance wallonne, le sang d'un coq noir mêlé au lait d'une femme qui allaite son premier enfant dit la Revue de recherches ethnographiques, Le Subiet de juillet 1971 p. 158, plus rien à voir cette fois avec os rituels béarnais...

Dans "La pratique dermatologique : traité de dermatologie appliquée. Tome 4 / publié sous la direction de MM. Ernest Besnier, L. Brocq, L. Jacquet" on peut lire p. 902 que le zona était connu sous ce nom même des Romains (zona signifie ceinture en grec) que Pline l'Ancien et Scribonius Largus le décrivent précisément. Mais au 18e siècle on ne le distingue plus de l'érysipèle car on le connait moins bien. On l'a aussi nommé "Feu de Saint Antoine".

Je lis dans "Notice biographique sur saint Antoine le Grand, patriarche des cénobites " de l'abbé M. Durand (curé d'Almenèches) édition de 1879 p. 37

"A la fin du onzième siècle, une maladie contagieuse, sorte d'érysipèle connu sous le nom de feu sacré, causait d'horribles ravages en France.

Un grand nombre de personnes se recommandèrent à saint Antoine et furent miraculeusement guéries. Il se fit alors dans le Dauphiné, à l'endroit où reposaient les saintes reliques, un concours prodigieux de processions et de pèlerinages, et bientôt le fléau fut entièrement conjuré. La France entière reconnut publiquement qu'elle devait à l'intercession de saint Antoine la disparition de cette maladie qu'on appela depuis le feu Saint-Antoine.

Parmi les innombrables malades qui obtinrent leur guérison, se trouvait le fils d'un riche gentilhomme, nommé Gaston. Par reconnaissance, le père et le fils consacrèrent leur fortune et se dévouèrent à soigner les pauvres malades et les pèlerins qui venaient implorer le secours de saint Antoine. Pour les recevoir, ils firent bâtir auprès du sanctuaire un vaste hôpital. Cet exemple de charité porta ses fruits : un bon nombre d'hommes riches et puissants vinrent s'adjoindre à eux et partager leurs œuvres de miséricorde. Telle fut l'origine de l'Ordre des Frères Hospitaliers connus sous le nom d'Antonins. Le pape Urbain II, au concile de Clermont (1096), approuva leurs constitutions, et, en 1298, Boniface VIII, après avoir réglé de graves difficultés survenues entre eux et les Bénédictins, décréta que les Antonins suivraient la règle de saint Augustin, qu'ils s'appelleraient chanoines réguliers de Saint-Antoine et que leur chef prendrait le titre d'abbé."

Littré appelle ce feu Saint Antoine (mal des ardents, ignis gehenallis) "ergotisme", ergotisme gangréneux, et certains médecins du XIXe siècle estiment qu'il était provoqué par la présence d'un cryptogame dans les céréales humides consommées au Moyen-Age.  La confusion avec le zona n'est donc peut-être pas de mise. Le mystère demeure donc toujours autour de ces rituels sur le zona.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>