Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles récents

Publicités sur Overblog

22 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca

Ne vous étonnez pas si les billets de ce blog apparaissent au milieu de publicités pour le saucisson au canard, le papier hygiénique ou l'occultisme le plus dérisoire (astrologie, voyance) : le choix des thèmes des pubs reflète l'estime qu'a la plateforme Overblog pour les blogs qu'elle héberge.

Lire la suite

Soros contre BlackRock sur la Chine

22 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #George Soros, #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

 

Blackrock la plus grosse société de gestion d'actifs et d'investissements au monde (dans tous les domaines : armement, énergie verte etc) avec près de 9 500 milliards, dirigée par un ancien conseiller de Trump (et qui impose aux entreprises la neutralité carbone)  lance un ensemble de fonds communs de placement et produits d’investissement pour les consommateurs chinois. Cela fait d'elle la première société à capitaux étrangers à exploiter une entreprise en propriété exclusive dans le secteur des fonds communs de placement en Chine. Ils estiment "pouvoir aider la Chine à faire face à sa crise croissante des retraites en fournissant une expertise, des produits et des services en matière de système de retraite" (comme en France où ils font aussi pression pour obtenir la privatisation de notre système de retraite.

Le 7 septembre le milliardaire Soros écrit dans le Wall Street Journal que le projet de BlackRock en Chine comme une « erreur tragique » qui « porterait atteinte aux intérêts de sécurité nationale des États-Unis et d’autres démocraties ». Le 30 août le patron de l'Open society avait aussi, dans le Financial Times, estimé que les investisseurs dans la Chine de Xi Jinping étaient confrontés à un “réveil brutal” depuis qu'il a pris des mesures défavorables à leur encontre, ce qui montrait qu’il “ne comprend pas l’économie de marché”. Il s'est appuyé sur la faillite du géant de la construction chinois Evergrande pronostiquer une crise économique sévère à court terme dans ce pays (ce qu'il avait déjà fait en 2016).

La chaîne de TV chinoise Global Times dès le 4 septembre avait répondu à Soros en le qualifiant de "terroriste économique global" notamment parce qu'il finance le  "Rupert Murdoch d'Asie", Jimmy Lai, à Hong Kong (voir aussi ceci). Quatre jours plus tard elle ajoutait : "Compte tenu du fait que la société d'investissement de Soros a récemment liquidé ses positions dans un certain nombre de sociétés chinoises cotées aux États-Unis telles que Tencent Music Entertainment, Baidu Inc et Vipshop Holdings, sa dernière critique contre la Chine ressemble davantage à une évacuation de sa frustration face aux lourdes pertes d'investissement". Mais reconnaissait aussi que l'alarmisme de Soros pourrait provoquer des paniques sur les marchés comme il l'avait déjà fait contre les bourses asiatiques à la fin des années 1990.

Le journaliste indépendant  spécialisé dans l'ingérence des ONG F. William Engdahl dans New Eastern Outlook, de son côté, penche plutôt pour l'alarmisme de Soros : "La Chine, écrit-il, possède déjà la plus grande étendue de voies ferrées à grande vitesse du monde et celles-ci perdent de l’argent. L’initiative « Belt Road » s’enlise dans des dettes que les pays sont incapables de rembourser et les banques chinoises ont fortement réduit les prêts aux projets de route de la soie, qui passeront de 75 milliards de dollars en 2016 à 4 milliards de dollars en 2020. La crise démographique signifie que le flux ininterrompu de main-d’œuvre rurale bon marché qui construisait cette infrastructure est en forte baisse. La classe moyenne est profondément endettée pour avoir acheté des voitures et des maisons neuves lorsque la conjoncture était favorable. En 2020, la dette totale des ménages, y compris les prêts hypothécaires et les prêts à la consommation pour les voitures et les appareils ménagers, représentait 62 % du PIB. L’Institute of International Finance (IIF) a estimé que la dette intérieure totale de la Chine atteindrait 335 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020." BlackRock viendrait jouer les pompiers de l'incendie de la dette en Chine, et ouvrir la voie à d'autres investisseurs américains, pour éviter qu'un effondrement chinois ne provoque une crise mondiale comparable à celle de 2008...

BlackRock dans le rôle du pompier, et Soros dans celui du pyromane sur les marchés ? Affaire à suivre...

Lire la suite

Recul de Russie Unie aux élections législatives russes

20 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Selon le secrétaire du Conseil général de Russie unie, Andrei Turchak, les résultats provisoires des élections législatives qui se sont déroulées sur trois jours du 17 au 18 septembre indiquent que les membres du parti présidentiel Russie Unie peuvent compter sur 120 mandats sur la liste du parti et 195 sièges sur la base des résultats des élections dans les circonscriptions uninominales et totaliserait 49,8 % des voix. Ce n'est pas assez pour atteindre la majorité constitutionnelle des deux tiers.

Mais en ce qui concerne les scrutins de liste qui font aussi partie pour moitié du processus électoral le parti communiste (18,9 %) réalise de bons scores et passe devant Russie Unie dans diverses régions : le territoire de  Khabarovsk en extrême orient, en Iakoutie en Sibérie, dans la République des Komis, près du cercle polaire ou l'oblast d'Oulianovsk sur la Volga.

Les médias occidentaux attribuent la progression des communistes à l'appel du pro-américain Alexeï Navalny au "vote intelligent" ("smart vote") en faveur des partis les mieux à même de tenir en échec Russie Unie. Quelques cas d'arrestation temporaires de ses partisans sont avérés, mais il est peu probable que son influence soit si grande - une manifestation qu'il avait organisée n'avait réuni que 1 500 personnes à Moscou en mai 2018. L'Union européenne a dénoncé hier un « climat d'intimidation » et des irrégularités dans ces élections. Le 4 août l'OSCE avait refusé d'envoyer des observateurs car elle désapprouvait le contingent insuffisant d'émissaires que Moscou lui accordait.

Lire la suite

Doconomy et Aspiration Zero : deux outils de la future dictature écolo-sanitaire

18 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

Une start-up suédoise a inventé une application qui calcule en temps réel le carbone émis par nos achats. Selon une étude de l’ADEME, réalisée en 2016, explique la propagande, un français émet en moyenne près de 11,9 tonnes de CO² par an, dont 75 % sont liées à sa consommation courante. Or, pour atteindre la neutralité carbone, il devrait émettre moins de deux de tonnes. L'application inventée par Doconomy qui accompagne la carte bancaire "Do Back" suit l'émission de carbone qu'implique vos achats et même peut les bloquer quand un certain seuil est atteint. Mastercard a signé un partenariat avec Doconomy, dans le cadre de son initiative Priceless Planet Coalition, ce qui devrait lui permettre prochainement de dépasser le cadre suédois. Les titulaires de la carte bancaire qui se montrent "écologiquement vertueux" reçoivent des récompenses, comme du cashback et des facilités pour obtenir des prêts étudiants.

 

Même principe avec la carte Aspiration Zero qui fait une évaluation en termes de développement durable des entreprises avec lesquels les clients engagent des transactions, et plante des arbres avec les commissions perçues sur ces transactions. La société Aspiration à l'origine de cette carte a été fondée par un diplômé d'Harvard qui fut jadis le plus jeune auteur des discours de Bill Clinton,  Andrei Cherny. Elle a choisi cet été comme figure de proue parmi ses influenceurs engagés dans la promotion de sa carte de crédit "écologique" le chanteur à la croix inversée (satanique, toute sa gestuelle va avec : voir à droite) Drake.

On a là les instruments de la future dictature écolo-sanitaire globale qui permettra d'encadrer et orienter les dépenses de tous les individus de la planète.

Lire la suite

La crise des sous-marins australiens

18 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Les Stazinis

Longtemps en France (avant que les grands médias pro-américains n'imposent leur "pensée unique") les Etats-Unis (comme le Royaume-Uni) ont eu la réputation d'être un pays de businessmen cyniques qui ne tenaient jamais leur parole. Dans la Revue des races latines de janvier 1861, l'historien catholique Lazare-Maurice Tisserand présentait cette nation comme un « peuple de navigateurs et de marchands, de colons qui volent, de squatters qui égorgent, d'aventuriers qui courent les rivières et les savanes à la recherche d'un placer, de financiers qui font périodiquement banqueroute et menacent sans cesse l'Europe de leurs "crises monétaires" ».

Le pays vient de retrouver cette image aux yeux de notre diplomatie en poussant l'Australie à torpiller un contrat de 56 milliards d’euros d'achat de sous-marins et adopter plutôt un  nouveau pacte de sécurité entre avec Washington et Londres (nommé Aukus, comme « Australia, United Kingdom, United States ») incluant une livraison de sous-marins nucléaires. Paris (qui après avoir évoqué un "coup de poignard dans le dos") vient de rappeler ses ambassadeurs à Washington et Camberra) été sensible à l'inélégance du procédé consistant à ne l'avoir prévenu que quelques heures avant la divulgation du pacte Aukus dans la presse. Les anti-impérialistes, eux, se soucient du contexte de course à l'armement que cette affaire déclenche dans l'Océan pacifique face à la Chine, alors pourtant que des pays limitrophes comme la Nouvelle-Zélande en théorie prohibent les sous-marins à propulsion nucléaire dans leurs eaux territoriales. L'Indonésie a d'ailleurs exprimé hier diplomatiquement son "malaise". Pékin (qui n'a pas une doctrine de première frappe nucléaire contrairement aux Américains) dénonce une violation du traité de non-prolifération nucléaire.

Ainsi après son fascisme sanitaire, l'Australie se distingue par son militarisme, qu'elle avait d'ailleurs déjà déployé en Afghanistan (avec les crimes de guerre commis par ses forces spéciales), mais aussi en adoptant dès les années 2000 une doctrine de la "souveraineté limitée" de ses voisins (voir l'article de Jean Duval dans l'Atlas alternatif) et en annexant indument une partie des eaux  territoriales du Timor oriental.

Les souverainistes français protestent, Jean-Luc Mélenchon demande une sortie de l'OTAN. Hélas ce sont des voix dans le désert. Commentaire du journaliste de Grayzone Benjamin Norton : "La France apprend à ses dépens que l'empire américain n'a pas d'alliés, que des laquais -- comme l'a fait l'Allemagne lorsque Washington l'a menacée de sanctions pour son gazoduc North Stream 2 avec la Russie".

Lire la suite

Solidarité avec les soignants non-vaccinés

15 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous

Solidarité avec les 300 000 soignants français non-vaccinés qui sont suspendus (au risque d'une désorganisation totale de notre système de soin, car cela va s'ajouter aux démissions en séries de début 2021 et aux arrêts de maladie) alors qu'il y a très peu de cas Covid en réanimation en ce moment et que l'on sait que les vaccins ne protègent pas des variants. J'espère qu'une caisse de solidarité sera mise en place pour les aider à affronter les conséquences économiques de cette suspension, du moins pour ceux qui n'auront pas choisi de changer de travail. Inutile que je vous dise ce que je pense du gouvernement. On sait à quel univers il se rattache. Il a dû renoncer à la vaccination des soignants aux Antilles. Certains lui promettent quelques problèmes quand les vaccinés l'hiver prochain devront "soigner en urgence la thrombose créée par le vaccin"... Personnellement, je ne suis pas très optimiste : Soros, Gates and co ont encore beaucoup de ressources pour avancer de nouvelles stratégies du choc qui feront oublier aux moutons l'effondrement de l'hôpital public, ou en feront peser la responsabilité sur les non-vaccinés diabolisés.

En Grande-Bretagne Boris Johnson, lui, a la sagesse de reculer sur la vaccination des 12-15 ans et sur le passe sanitaire (provisoirement peut-être comme ça avait été le cas l'an dernier sur le confinement). Les Etats-Unis eux, généralisent de plus en plus le passe dans diverses professions, divers Etats, et pourraient prochainement l'imposer sur les lignes aériennes intérieures comme le demande le mafieux Fauci.

 

Lire la suite

Le chef du gouvernement de Victoria vous explique l'économie du 666

8 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #George Soros

Il y a deux jours, Daniel Andrews, un travailliste qui dirige le gouvernement de Victoria (Australie), a expliqué : "Pour protéger le système de santé dans lequel on confinait (locked down) les gens, on va évoluer vers une situation où l'on expulse (lock out) les gens qui ne sont pas vaccinés. Si vous faites le choix de ne pas être vacciné, alors vous faites le mauvais choix.(...) Ce sera une économie de vaccinés (it's gonna be a vaccinated economy), et vous pourrez y participer seulement si vous êtes vaccinés".

Ca ne peut pas être plus clair : l'économie du Grand Reset, du monde interconnecté, du transhumanisme où chacun aura en lui des nanoparticules traçables et manipulables à distance, passe par le vaccin et les substances bizarres qu'on inocule avec chaque dose. Ceux qui n'accepteront pas cela seront en dehors de l'économie, "locked out".

Apocalypse 13.15-17 : "elle eut le pouvoir de donner vie à  l’image de la bête, afin que l’image de la bête non seulement parle, mais qu’elle fasse que tous ceux qui n’adoraient pas l’image de la bête soient tués. Et elle fait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et asservis, reçoivent une marque en leur main droite, ou sur leurs fronts. Et qu’aucun homme ne puisse acheter ou vendre, sauf celui qui avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom".

Une performance pleine de programmation prédictive - 20+20 dancers, the masks, the crown (corona), the Eye, the last song, the riots with broken statues (BLM)

Lire la suite

Les chefs religieux vendent le troupeau au 666

7 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Vatican

Dimanche dernier, une voisine me raconte, catastrophée : "Ma fille, qui a 14 ans, est dans une institution privée. Le jour de la rentrée, la prof principale s'est permise de demander aux élèves s'ils étaient vaccinés contre le Covid, sous prétexte qu'il y aura un pèlerinage à Lourdes, qui sera leur unique sortie scolaire de l'année". Cette voisine n'est pas croyante, mais, en tant qu'ancienne infirmière, elle se méfie des vaccins et elle veut protéger la fertilité de sa fille, ce qui est bien légitime. Or c'est par la main des structures religieuses que se profile dans sa vie le spectre de la violation du secret médical et des menaces de discrimination contre sa fille. Notre Dame de Lourdes n'en est sûrement pas fière... Et l'on ne compte plus les prêtres qui dans leurs homélies se permettent de se moquer ouvertement des manifestants anti-passe.

Le pape présente la vaccination comme un "acte d'amour" et l'Eglise catholique l'impose dans certains séminaires, et pour tous les Jésuites (ça n'étonnera personne), malgré la présence de répliques de cellules de foetus dans les vaccins. Aux Etats-Unis avant-hier Yahoo faisait le constat qu' "aucune grande religion organisée ne s'oppose aux vaccins, et les dirigeants catholiques romains et autres dirigeants chrétiens, juifs et musulmans ont conseillé à leurs fidèles de se faire vacciner", ce qui pourrait justifier que la clause d'exemption religieuse ne puisse plus justifier le refus de se faire vacciner.

Dans ce contexte, les amateurs de peopleries ne s'étonneront pas d'apprendre que l’icône "pop" du catholicisme 666, Katy Perry, chanteuse adepte de l'oeil d'Horus qui spolie les nonnes avec l'aval du pape, et a ses entrées au Vatican, a signé, aux côtés de la sataniste Billie Eilish (voyez le décodage de son clip "Good Girls Go To Hell" ou de "Bury a friend"), en juin une lettre ouverte de l'UNICEF (dont on a vu les belles pubs en Norvège) qui exhorte les pays du Groupe des Sept (G7) à faire don de vaccins contre le coronavirus à l'initiative mondiale d'équité en matière de vaccins COVAX. Dans ce marécage sulfureux, le leader nord-coréen Kim Jong-Un qui vient de refuser un don chinois de 3 millions de vaccins Sinovac, après avoir décliné en juin l'offre sud-coréenne de 2 millions de doses d'AstraZeneca, ferait presque figure de parangon de vertu...

Le soufre n'atteint évidemment pas seulement les milieux religieux en ce moment. Aussi, les militants anti-pass laïques devraient-ils se méfier un peu plus de l'ambiance culturelle et spirituelle dans laquelle ils font baigner leur action. Dans cette vidéo d'une manifestation anti-pass sanitaire du 4 septembre 2021 à Paris, en minute 1'36 on voit un politicien s'exprimer sur fond d'une musique de Laurent Voulzy, qui insère à un moment un refrain des Rolling Stones (lesquels fêteront l'an prochain leurs 60 ans) - ceux qui ne voient pas le problème que cela pose dans l'ordre spirituel peuvent se reporter à ce petit topo de 4 minutes sur le sujet.

La grande presse a annoncé il y a 2 semaines la mort du batteur de ce groupe. Il s'était joint en 1962 à Mick Jagger, dont les affinités satanistes étaient connues, ainsi que Keith Richards, bras droit de Kenneth Anger, le co-fonfateur de l'Eglise de Satan (cité dans “Rolling Stones in their own words” de David Dalton et M. Farren, 1983). Inutile de détailler les éléments obscurs de cette vieille saga (par exemple leur installation dans un ancien siège de la Gestapo sur la Côte d'Azur). Rappelons seulement que Mick Jagger a sorti au printemps dernier une chanson "Easy sleazy" pour se moquer des anti-vaccins.

Il convient donc de garder un bon fossé de distance entre cette matrice culturelle et nous.

Lire la suite

L'Etat policier australien

5 Septembre 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

L'Australie n'en finit pas de dériver vers un régime dictatorial. Le pays a opté au cours des derniers mois pour une politique de confinement strict. Melbourne, par exemple, a vécu plus de 200 jours de confinement au cours des deux dernières années, au nom de l'objectif "Zéro Covid" (alors pourtant que le pays avait assez peu de cas, presque tous concentrés autour de Sydney et Melbourne - c'est seulement cette semaine que le pays a atteint son 1 000 ème décès pas Covid, avec une population de 25 millions d'habitants, il est le dernier pays du G20 dans ce cas cette semaine). Dans ce pays . Dans la logique des camps de concentration prévus par la FEMA (l'Agence fédérale américaine des situations urgence) dont parle Celeste Solum, le pays devrait bientôt se couvrir de sortes de complexes hôteliers amovibles (des "quarantine hubs") où seront parqués les malades en quarantaine : les constructions débuteront à l'automne.

Les gens qui rentrent chez eux plutôt que de vivre dans un de ces hôtels de quarantaine en Australie du Sud (Nouvelle Galles du Sud et Victoria) doivent être vaccinés et télécharger une application de suivi avec technologie de reconnaissance faciale qui les oblige à prouver leur emplacement dans les 15 minutes suivant un test aléatoire. S'ils ne répondent pas, la police les géolocalise et débarque à leur domicile.

Les fugitifs sont traqués sans pitié. L'amende pour l'infraction aux règles de la quarantaine est de 5 000 dollars - 4 000 euros - en Nouvelle-Galles du Sud. Un jeune homme de 27 ans, Anthony Karam, a fait la Une des journaux pour s'être enfui de sa quarantaine obligatoire, et avoir été en cavale pendant dix jours alors qu'il était positif au test de Covid. Il lui est reproché d'avoir éternué dans un lieu public (sic !) comme ont pu en attester des caméras de vidéo-surveillance.

Les gens qui tentent d'organiser des manifestations sont arrêtés en amont pour infraction aux règles sanitaires. Du coup, ils craquent seuls chez eux en silence : le SOS Amitié australien chargé de la prévention des suicides (Lifeline Australia) a enregistré 3 500 appels le jeudi 19 août, et les violences domestiques explosent.

Cela n'a pas suffi au gouvernement australien qui feint de découvrir qu'il ne sera jamais possible de n'avoir aucun cas de Covid et en tire prétexte pour lancer une grande campagne vaccinale (36 % des Australiens sont vaccinés contre 80 % au Royaume-Uni, 70 % au Danemark qui vient de renoncer à son passe sanitaire). Des unités militaires mobiles vaccinent de force gens dans des jardins publics (voir la vidéo ici).

Mais il faut bien voir que la dictature ne concerne pas seulement le volet sanitaire : ce volet n'est qu'un prétexte à la réduction de tous en esclavage et à la destruction de la vie privée.

Le gouvernement de Canberra vient d'adopter un projet de loi portant modification de la législation sur la surveillance (Identify and Disrupt) confère à la Police fédérale australienne (AFP) et à la Commission australienne du renseignement criminel (ACIC) trois nouveaux pouvoirs pour lutter contre la criminalité en ligne :

- Mandat d'interruption de données : donne à la police la possibilité de « perturber les données » en les modifiant, les copiant, les ajoutant ou les supprimant.

- Mandat d'activité de réseau : permet à la police de recueillir des renseignements à partir d'appareils ou de réseaux qui sont utilisés, ou susceptibles d'être utilisés, par les personnes faisant l'objet du mandat

- Mandat d'usurpation de compte : permet à la police de prendre le contrôle d'un compte en ligne (par exemple les réseaux sociaux) dans le but de collecter des informations pour une enquête.

"Il s'agit désormais d'un régime en Australie où nous avons conféré aux forces de l'ordre le pouvoir de pirater les ordinateurs des Australiens et potentiellement des personnes étrangères, de prendre en charge les comptes et de modifier et supprimer les données de ces comptes", a déclaré l'avocat Angus Murray, président de l'équipe politique d'Electronic Frontiers Australia à Information Age.

Ces mises en garde n'effraient de toute façon pas la classe politique. Mardi, le député travailliste Andrew Giles a fait savoir à la chambre basse que le projet de loi avait obtenu le soutien de l'opposition parce que « les cyber-capacités des réseaux criminels se sont étendues, et nous savons qu'ils utilisent le dark web et la technologie d'anonymisation pour faciliter les crimes graves. , ce qui crée des défis importants pour les forces de l'ordre. Autrement dit les principaux partis de la majorité et de l'opposition voteront pour ce projet de loi.

Quand on voit le ministre du numérique du gouvernement de Nouvelle Galles du Sud, Victor Dominello, s'afficher le 23 août avec, sur l'oeil droit, un cache-oeil de pirate façon Madonna en "Madame X", on peut soupçonner que ce genre de personnage qui joue sur une symbolique chère aux sociétés secrètes a quelque chose à vous dire de ce qui se joue en coulisse derrière cette politique répressive. L'intéressé a justifié cela par une paralysie de la moitié droite du visage (paralysie de Bell), que certains rattachent d'ailleurs à sa vaccination à l'AstraZeneca (mais pourquoi s'afficherait-il avec ce cache-oeil s'il devait simplement attendre que son syndrome facial provisoire s'estompe ?).

Qu'on rattache cette photo à ses pratiques occultes ou à son état de  santé, force est de constater que tout cela ne donne pas envie de vivre en Australie. Et il se pourrait bien que l'expérience australienne, comme celle du macronisme en France, ne soit qu'un laboratoire des gens qui nous gouvernent au niveau mondial... un laboratoire dont le cabinet McKinsey étendra les pratiques à l'hémisphère nord cet hiver en fonction du bilan estival de l'écrasement des antipodes...

Lire la suite

Stalemate

28 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

J'ai reçu récemment un courriel d'un lecteur de ce blog que j'avais rencontré il y a deux ans. Il me propose ses services pour qu'on écrive un article ensemble ou quelque chose dans ce genre. Je ne sais quoi lui répondre. Il y a une telle conspiration du silence contre mes livres et contre mon blog. Le dernier blog qui avait coutume de reprendre mes billets a cessé de le faire il y a deux mois. Et j'ai même appris récemment que, dans les milieux avec lesquels je collaborais jadis contre les guerres d'ingérence, circulerait une rumeur depuis quelque temps selon laquelle je n'aurais pas été assez clair sur la question de la défense de la souveraineté de la Syrie il y a dix ans. On dit cela pour me disqualifier, comme on aurait pu dire autre chose. Les gens sont prêts à inventer n'importe quoi par bêtise, par jalousie etc (j'avais déjà évoqué dans un de mes livres les entreprises pour couler l'Atlas alternatif, il y a quinze ans, de la part d'individus minables au sein même de la maison d'édition qui le publiait, aidés du fait que j'étais un outsider, sans réseaux pour me soutenir, comme je l'ai toujours été dans les milieux où je pointais le bout de mon nez depuis que j'ai quitté mon Béarn natal).

Et l'on sait que beaucoup de personnes ont baissé les bras devant la mesquinerie de leurs propres alliés potentiels - voyez un cas que j'évoquais en avril. Personnellement, je n'ai pas vraiment baissé les bras, mais mes travaux ont été placés dans une telle impasse, marginalisés d'une façon si systématique, que je ne vois tout simplement plus l'utilité de tenter quoi que ce soit. C'est une situation de blocage complet dont on ne peut que prendre acte, car elle doit correspondre à quelque nécessité transcendante sur laquelle je n'ai aucune prise.

Lire la suite

Prince en 1996 : "the tracker you got from vaccination"

23 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Les rapports hommes-femmes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

On ne se lasse pas, sur ce blog, de parler de programmation prédictive, et d'évoquer Prince et son "règne pourpre".

En 1996, ce chanteur avait sorti un album appelé "Emancipation", dans lequel on trouve ce titre "New World" (nouveau monde) comme "New World Order" (nouvel ordre mondial) dont le refrain dit :

"When the lines blur every boy and girl (quand les lignes seront effacées entre garçons et filles - allusion claire à l'idéal androgyne et transgenre de notre époque)
How we gonna make it in this brave new world? (comment allons nous le faire dans ce meilleur des mondes - allusion au roman d'Huxley)
Love for one another, New world (amour l'un pour l'autre, Nouveau monde - toujours l'idéal antéchristique de l'amour alchimique qui unit et dissout tout -  Solve et coagula, comme sur le bras du Baphomet)
Love for one another, New world"

Au second couplet, on entend :

"When you want to find some isolation (quand tu veux trouver de l'isolement)
But the tracker you got from vaccination (mais le traceur que tu as reçu de ta vaccination)
Keeps playing, "you'll never walk alone" (continue de jouer, tu ne marcheras jamais seul)
They're always listening, especially on the phone (tu es toujours écouté, surtout au téléphone)"

Oh, quelle coïncidence, n'est-ce pas, que ce chanteur impliqué dans les sociétés secrètes, ait vu ces histoires de vaccin et de traçage il y a 25 ans dans une chanson sur le Nouvel Ordre Mondial... A moins qu'il n'ait fait qu'exposer un plan qui, pour qu'il marche, selon les règles de la sorcelleries, devait être caché et montré à la fois (hidden in plain sight) ?

Lire la suite

A Saint Vincent-et-les Grenadines, la mobilisation populaire fait reculer les vaccineurs

22 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous

Le 5 août dernier, alors que le premier ministre de Saint Vincent et les Grenadines, Ralph Gonsalves essaie de franchir une foule de 200 personnes pour se rendre au Parlement.

La manifestation est organisée par des syndicats d'infirmiers, de policiers et d'autres professions qui s'opposent à la vaccination obligatoire contre le Covid. Le premier ministre a introduit cette vaccination des personnels au contact du public dans un projet de loi tout en précisant que l'obligation ne serait pas assortie de sanctions - mais les gens, à juste titre, ne lui font pas confiance. Il faut dire que l'archipel de Saint Vincent et les Grenadines, 110 000 habitants, a déjà mauvaise réputation en matière de dictature sanitaire. C'est le même Ralph Gonsalves qui, il y a quatre mois, lors de l'entrée en éruption du volcan La Soufrière a décidé que seuls seraient évacués sur des navires de croisière seulement ceux qui auront reçu le vaccin anti-COVID-19... Le 16 juin, le ministre des finances, Camillo Gonsalves, qui n'est autre que le fils du Premier ministre, avait clairement annoncé qu'en matière de Covid, le gouvernement emploierait la tactique de "la carotte et du bâton" avant d'en venir à l'obligation pure et simple.

Gonsalves comme il commence à se frayer un chemin reçoit soudain une pierre sur la tête. La grande presse et Ronald Sanders, le pimpant ambassadeur de l'Organisation des Etats américains (cette fameuse OEA à l'origine de multiples ingérences contre les peuples de Bolivie, du Venezuela et du Nicaragua) diplômé d'Oxford sont en émoi. Le premier ministre est soigné à l'hôpital du Mémorial Milton Cato puis à la Barbade (l'hôpital local ne sachant peut-être pas soigner une blessure résultant d'un jet de pierre...). Une femme de 56 ans est arrêtée mais plaide non coupable. Une vidéo montre plutôt un homme.

Le 17 août 2021, sur TeleSur, Ralph Gonsalves (qui est officiellement vacciné au Sputnik) précise : "Non le vaccin ne sera pas obligatoire, même pour les personnels de première ligne".

Visiblement la mobilisation populaire fait reculer le premier ministre. Mais jusqu'à quand ? Joe Biden vient d'offrir 17 500 doses de Pfizer à l'archipel où les plus de douze ans sont éligibles à l'injection...

Lire la suite

La victoire des Talibans à Kaboul : une psy op ?

21 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Peuples d'Europe et UE, #George Soros

L'affaire de la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan commence à susciter quelques doutes.

Tout d'abord il y a eu cette image bizarre des Talibans qui se font photographier dans le bureau du président en fuite. Cela faisait penser aux selfies des trumpistes au Capitole en janvier (une "psy op" très claire pour liquider une partie de la droite américaine à l'époque)

Et puis, cette vidéo des Talibans sur les autos-tamponneuses et les trampolines, et l'image de l'avion de l'US-Air Force "1109"  (référence évidente au 11 septembre)sur le tarmac de l'aéroport de Kaboul (US Airforce qui a collaboré il y a peu avec les Talibans dans la lutte contre Daech apprend-on récemment, outre le fait qu les Talibans sont une création des services secrets pakistanais avec l'appui de la CIA).

On a commencé à débattre sur cette quantité d'armes ultra-modernes laissées aux Talibans en cadeau d'adieu, 28 milliards  de dollars d'équipement, avec les fichiers bio-métriques de ceux qui ont collaboré avec l'occupant américain. Puis maintenant la vague migratoire - dont on a vu les "vertus" depuis 2015, avec ce penchant de beaucoup d'hommes afghans, dénoncé même par la presse mainstream, pour la pédophilie - : Un paysan polonais "à la frontière avec l'ex-URSS par laquelle de nombreux migrants afghans arrivent", nous dit-on - mais il n'y a pas la source de la vidéo sur Twitter - témoigne: "On nous montre à la TV qu'ils sont pauvres.. mais ils ont des habits neufs, Adidas, Nike, équipés mieux que nous, pour moi tout ça est bien organisé." Voilà qui rappelle le temps où Skynews en 2015 trouvait du matériel des associations financées par Soros dans les bateaux des migrants.

Le millier d'Afghans accueilli depuis la chute de Kaboul n'a pas eu à présenter de pass sanitaire. Certains expliquent qu'ils n'auront pas la haine de l'Occident que leur prête un interprète qui dit bien les connaître comme ceux arrivés après 2015 pour fuir la pauvreté et la guerre parce qu'il s'agira d'opposants aux Talibans... A voir...  Des militantes de JRS Welcome de Marly-le-Roi sont prêtes à les "cocooner", les maires écolos et socialistes leur accordent des logements HLM alors que les SDF français restent sur le carreau. Des invectives fusent comme d'habitude sur les réseaux entre défenseurs des frontières, et utopistes mondialistes. "Diviser et régner". En tout cas, comme en 2015, l'Open Society du milliardaire George Soros est sur la rampe de lancement : dès avant la chute de Kaboul, le 13 août, elle a annoncé la création d'un fonds d'urgence de 10 millions de dollars pour l'Afghanistan afin de soutenir les structures d'accueil, la prise en charge économique et judiciaire des Afghans en grave danger, notamment les défenseurs des droits humains et des journalistes...

Lire la suite

Ingénierie sociale contre les non-vaccinés

19 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Les Stazinis, #Revue de presse, #Peuples d'Europe et UE

La Matrice culturelle ne se contente pas de ridiculiser et culpabiliser les non-vaccinés contre le Covid, elle cherche aussi ouvertement à provoquer des conflits entre eux et les gens vaccinés, et ce dans pratiquement l'ensemble des pays développés.

Cela est très marqué aux Etats-Unis par exemple où l'actrice Jennifer Aniston par exemple a été mobilisée par le système médiatique pour dire qu'elle avait elle-même cessé d'avoir des contacts avec ceux de ses amis qui ne sont pas vaccinés. Dans la mesure où elle est associée dans l'imaginaire collectif à la série "Friends" (Amis), le message subliminal est clair: l'amie par excellence, l'héroïne  de la série amie, témoigne qu'elle n'est plus amie avec les non-vaccinés.

Deuxième étape du processus d'ingénierie social, le "sondage cousu de fil blanc" de l'Institut Harris dans lequel on demande aux Américains "est-ce que vous avez rompu les liens avec un ami ou un membre de votre famille parce qu'il a refusé de se faire vacciner  ?" - pour ensuite afficher "fièrement" que 30 % des Millennials et de la Generation Z (qui sont la cible préférée de la propagande actuelle, car ils sont la nouvelle génération docile et sans recul appelée à mettre en place le "grand reset", le transhumanisme et l'esclavage) ont répondu "oui". Sous le titre "Les Américains créent leur propre obligation vaccinale en coupant les liens avec les non vaccinés". Rien de tel que la servitude volontaire, lorsqu' il n'y a même pas besoin d'une loi et le mépris ou la haine que votre voisin vous voue remplacent la loi.

Pendant ce temps la presse américaine explique que les antivax sont des fous furieux égoïstes au même titre que les climatosceptiques : l'année dernière ils avaient tracé le même soi-disant point commun entre les gens qui ne suivent pas les mots d'ordre sur le climat et ceux qui refusent de porter un masque.

On a bien sûr le même son de cloche en France. Le médecin fétiche des plateaux TV taxe les antivax d' "égoïsme" (tout comme on essaie de créer de plus en plus, par la "guilt by association" une continuité entre engagement anti-pass et antisémitisme, comme cela avait été fait avec les Gilets jaunes fin 2018). Je suis frappé de voir la presse en demander toujours plus au gouvernement pour réprimer la population aussi bien sur le versant sanitaire que sur le versant écologique. "Contrôle technique des motos : l’inquiétante reculade d’Emmanuel Macron" titrait Le Monde le 14 août. Voilà qui me rappelle le temps (début 2000) où le même journal reprochait à Chirac de ne pas faire assez bien reprocher l'embargo contre la Serbie, à l'heure où la population crevait de froid. Pour faire passer les gens sous un joug ou les faire mourir, la grande presse a toujours une longueur d'avance sur les gouvernants.

Pourtant tous les pays ne baignent pas dans cette stupidité sadique : quelques exceptions se distinguent. En juillet, la deuxième chambre du tribunal suprême espagnol a validé l'annulation par la Cour supérieure de justice d'Andalousie du pass sanitaire pour l'accès aux lieux publics. Et début août le parlement danois décidé que toutes les mesures anti-Covid devraient être levées à partir du 1er octobre. Il n'y aura donc plus d'exigence de masque et le régime de test sera aboli. Les Danois n'auront alors plus à prouver s'ils sont vaccinés ou non, ou s'ils ont été testés positifs ou négatifs.

Lire la suite

La victoire des Talibans en Afghanistan et les conseils de Cheikh Imran Hosein

17 Août 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Ceux qui ont lu l'Atlas alternatif et mon livre sur les mouvements anti guerre savent que j'ai toujours été hostile à l'ingérence occidentale en Afghanistan qui ne servait qu'à financer un régime corrompu et imposer de l'extérieur des idées auxquelles la population afghane était majoritairement hostile ce qui ne pouvait conduire qu'à une impasse (voyez aussi mon billet ici). La France aurait été bien inspirée de ne jamais suivre les Etats-unis dans cette coûteuse aventure (sur le plan économique pour les occidentaux, sur le plan humain pour les afghans) ce qui lui aurait épargné la mort de 90  soldats tués là-bas et la honte morale du renoncement à son non-alignement. Car aujourd'hui les puissances non-alignées comme la Russie, la Chine et l'Iran, sont capables de considérer sereinement le changement de régime, et, ayant pu dialoguer avec les Talibans avant leur retour au pouvoir, ne sont pas contraints d'évacuer à la hâte leur ambassade à Kaboul. Ils auront ainsi bien plus de latitude pour se tenir auprès du peuple afghan, tandis que nous, otages de l'extrémisme washingtonien, sommes forcés de renoncer à toute présence sur le terrain en suivant nos parrains dans la débâcle (cela rappelle que nous avions pour d'autres raisons renoncer aussi à toute présence diplomatique en Syrie parce que le régime ne nous plaisait plus, ce qui nous a privé de la connaissance de terrain pendant la guerre civile dans ce pays et des possibilités d'anticiper le rétablissement du régime d'Assad : à croire que les Occidentaux ne sont plus capables que d'hystérie quand il s'agit d'appréhender les réalités orientales).

Aujourd'hui en France la gauche humanitaire hypocrite pleure sur le sort à venir des femmes afghanes, en dissimulant qu'elle s'était réjouie quand des islamistes tout aussi anti-féministes avaient pris le pouvoir à Idlib en Syrie. Et la droite sécuritaire s'enferme dans un discours absurde en faisant comme si les Talibans allaient lancer forcément des attentats chez nous (on avait eu la même chose à l'égard de Khomeini en 1979-1980) : ces gens oublient que le Djihad en Europe est davantage la spécialité d'officines transnationales liées à la CIA comme Daech et Al Qaida, qu'à des mouvements enracinés dans des mouvements de libération nationale patriotiques comme l'est l'armée talibane pachtoune. De toute façon ce pays sera déjà bien occupé à reconstruire son économie et bâtir son unité nationale plutôt que de plastiquer nos salles de concert. Mais, quoi, à la veille du 20 ème anniversaire de l'escroquerie du 9 septembre 2001, il faut bien resserrer les rangs autour de Big Brother...

Justement en matière de reconstruction, on voit que beaucoup de gens dans le monde musulman vont vouloir apporter leurs conseils et leur expertise. C'est notamment le cas du sheikh origine trinidadienne basé au Pakistan Imran Hosein dont j'apprécie l'anti-impérialisme, l'ouverture aux chrétiens (qu'il verrait bien, sur la base du Coran, reconquérir Constantinople, derrière le drapeau russe), et le côté très "sola scriptura" (si j'ose dire)  de sa lecture du Coran, qui, se rappelant qu'il avait eu un contact direct avec le dernier ambassadeur du gouvernement Taliban aux Etats-Unis en 2001, offre dans cette vidéo ses conseils aux nouveaux maîtres de Kaboul dans cette vidéo. Il leur recommande d'instaurer un gouvernement islamique qui abolisse les inégalités économiques (ce qui est une idée que tout adversaire des injustices sociales approuvera) et un retour à la monnaie or contre la monnaie papier réputée "haram" au regard du Coran (mais je ne demande bien comment on peut susciter la moindre croissance économique si l'on ne peut payer qu'en numéraire métallique !).

Un mien camarade me signale dans un mail ce soir que ce sheikh est un ami du théoricien de l'union eurasiatique Douguine, ce qui, si c'est exact, est spirituellement bien embêtant car Douguine est un crowleysien (donc un sataniste). Wahid Azal le 19 février 2016 sur Counterpunch écrivait :

"Les idées misanthropes de l'occultiste et sataniste britannique Aleister Crowley (mort en 1947) informent à la fois la vision du monde douguiniste et sa praxis contemporaine. En effet, c'est dans la vision du monde de la magie du Chaos en particulier (qui est un rejeton de la philosophie thélémique de Crowley) que la plupart des paradoxes et des contradictions apparentes de la weltanschauung douguiniste– et surtout dans son fourre-tout quatrième positionniste de « au-delà de la droite ou de la gauche » – doit être recherchée, puisque c'est (qu'il soit explicitement articulé ou non) le véritable lieu d'animation de la praxis d'extrême droite douguiniste, à commencer par son choix de symbologie, c'est-à-dire son drapeau eurasien de huit éclairs (ou flèches) blancs ou jaunes en forme de motif radial et placés derrière un fond noir. Ce symbole en lui-même est alternativement appelé dans la magie du Chaos la "roue du chaos", "le symbole du chaos", "les bras du chaos", "les flèches du chaos", "l'étoile du chaos", "la croix du chaos" , 'la chaosphère' ou 'le symbole du huit'. Rappelant quelque peu la Société de Thulé, puis l'appropriation par Hitler de la croix gammée des écrits du fondateur de la Société théosophique HP Blavatsky (mort en 1891)"

Le propos est tout de même un peu allusif sur le lien Douguine-Crowley, surtout extrapolé des symboles ce qui est peut-être un peu léger. Mais il est vrai qu'il y a du paganisme du côté de Douguine et de ses hyper-boréens, on ose espérer qu'il n'y a pas le même du côté d'Imran Hosein qui est classé dans la mouvance soufiste (laquelle il est vrai a parfois un peu trop avoir avec la Terre-Mère, la pachamama chère au pape des catholiques).

Pour en revenir à Imran Hosein, j'observe que les 900 lecteurs qui ont déjà réagi à son discours du 15 août couvrent toute l' "oumma" de l'Indonésie aux Etats-Unis en passant par la France et l'Algérie. Un d'eux vante la politique du premier ministre malaisien Tun Mahathir qui, en 2001, après l'attaque spéculative de Soros contre les monnaies d'Asie du Sud-Est avait tenté de réintroduire un dinar indexé sur l'or préconisé par le Coran.

Le sheikh ayant rappelé que le Coran annonce qu'une armée déferlera du Khorasan sur Jérusalem pour la libérer (et l'Afghanistan en fait partie géographiquement) beaucoup pour l'heure voient surtout une immigration afghane déferler sur l'Europe (comme c'est déjà le cas depuis 2015). Certains mettent en doute sa légitimité comme interprète du Coran à propos d'un Hadith qu'il cite, qu'il voit à tort comme une incitation à libérer les rapports hommes-femmes.

Je n'en dirai pas plus, faute de temps, sur cette intéressante allocution qui mobilise diverses notions que cet exégète a déjà développées dans d'autres conférences autour du Coran. Je crois qu'il serait intéressant, même pour les non-musulmans ,de suivre les débats théologiques et politiques que suscite dans la communauté islamique mondiale la victoire des Talibans.

Le Sheikh Imran Hosein souligne en tout cas à  juste titre en tout cas qu'elle est un signal encourageant pour le Venezuela, le Nicaragua etc sur le déclin de l'Empire américain.

Je terminerai pour ma part sur deux remarques. La première de Benjamin Norton de The GrayZone qui écrivait dans un Tweet du 15 août : "Exemple parfait de l'absurdité de l'empire américain : le président néolibéral d'Afghanistan, mandataire des États-Unis, formé dans les écoles américaines et à la Banque mondiale, était une telle marionnette que son régime s'est effondré en quelques jours. Il s'était pourtant permis de faire un sermon à la Syrie sur la « transition » et avait écrit un livre intitulé "Réparer les états défaillants/Fixing failed States". Et ce bilan terrible dans Sputnik : le projet de "nation building" en Afghanistan aura coûté aux Amércains 143 milliards de dollars, pour rien... 267 milliards de dollars. Certains experts avancent que 7 milliards par an peuvent suffire pour éradiquer la faim dans le monde en quelques années...

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>