Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Retour sur la guérison magique du zona

23 Avril 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Béarn

Depuis 5 ans, mon article "Superstitions dans nos campagnes" sur la façon dont on "porte" les malades du zona en Béarn a été beaucoup lu. Dans la mesure où ma mère s'est fait porter peu de temps après ma naissance, et sa mère avant elle, j'ai voulu approfondir un peu le sujet. Je n'ai rien trouvé de très éclairant.

On peut lire dans Hygiène et traitement des maladies de la peau, par le Dr Ernest Monin  (1856- décédé en 1928 au 12 bd Raspail à Paris) - Éditions Société d'éditions scientifiques (Paris) 1901 p. 86

"Le zona était connu des anciens sous le nom de feu sacré ou de ceinturon sacré. Son nom de zona signifie, du reste, ceinture : car, dans sa forme classique, c'est une éruption de la région intercostale inférieure, apparaissant en demi-ceinture, c'est-à-dire unilatérale et le plus souvent du côté droit."

Dans  L'Écho du merveilleux du 1er août 1910 p. 282 sous la plume de Frédéric Boutet (1874, 1941) de L'Eclair expliquait :

"La guérison du zona est extrêmement singulière ; le guérisseur prend le malade sur son dos, fait neuf pas, s'arrète et dit : « Qu'est ce que je porte? » — « Le zona », répond le malade. « Je le pose ! » Il met le malade par terre,récite une incantation, reprend son fardeau, fait neuf autres pas et la cure est terminée."

Le récit est assez proche de celui que j'ai livré à propos du Béarn à ceci près qu'il n'y a pas neuf bâtonnet, en revanche neuf revient surtout pour les pas (alors qu'il semble que dans les manuels d'occultisme le 9 sont plus lié aux thèmes de l'amour et de la fécondité sans doute à cause des 9 mois de la gestation).

Dans le journal satyrique Cyrano du 18 mars 1928, en p. 21, Frédéric Boutet reprenait son récit à l'identique.

Dans Aguiaine : revue de recherches ethnographiques de mai-juin 1999 p. 36 on apprend qu'une guérisseuse dans la Vienne avait pour formule pour le zona "zona, je te conjure en l'honneur de tous les Bons Saints" puis faisait dire trois Pater et trois Ave et tourner un doigt de la main droite autour de la plaie. On retrouve là les trois "je vous salue" dont je parlais en 2012, mais la notion de "portage" est absente.

Pour le zona il faut boire, selon une croyance wallonne, le sang d'un coq noir mêlé au lait d'une femme qui allaite son premier enfant dit la Revue de recherches ethnographiques, Le Subiet de juillet 1971 p. 158, plus rien à voir cette fois avec os rituels béarnais...

Dans "La pratique dermatologique : traité de dermatologie appliquée. Tome 4 / publié sous la direction de MM. Ernest Besnier, L. Brocq, L. Jacquet" on peut lire p. 902 que le zona était connu sous ce nom même des Romains (zona signifie ceinture en grec) que Pline l'Ancien et Scribonius Largus le décrivent précisément. Mais au 18e siècle on ne le distingue plus de l'érysipèle car on le connait moins bien. On l'a aussi nommé "Feu de Saint Antoine".

Je lis dans "Notice biographique sur saint Antoine le Grand, patriarche des cénobites " de l'abbé M. Durand (curé d'Almenèches) édition de 1879 p. 37

"A la fin du onzième siècle, une maladie contagieuse, sorte d'érysipèle connu sous le nom de feu sacré, causait d'horribles ravages en France.

Un grand nombre de personnes se recommandèrent à saint Antoine et furent miraculeusement guéries. Il se fit alors dans le Dauphiné, à l'endroit où reposaient les saintes reliques, un concours prodigieux de processions et de pèlerinages, et bientôt le fléau fut entièrement conjuré. La France entière reconnut publiquement qu'elle devait à l'intercession de saint Antoine la disparition de cette maladie qu'on appela depuis le feu Saint-Antoine.

Parmi les innombrables malades qui obtinrent leur guérison, se trouvait le fils d'un riche gentilhomme, nommé Gaston. Par reconnaissance, le père et le fils consacrèrent leur fortune et se dévouèrent à soigner les pauvres malades et les pèlerins qui venaient implorer le secours de saint Antoine. Pour les recevoir, ils firent bâtir auprès du sanctuaire un vaste hôpital. Cet exemple de charité porta ses fruits : un bon nombre d'hommes riches et puissants vinrent s'adjoindre à eux et partager leurs œuvres de miséricorde. Telle fut l'origine de l'Ordre des Frères Hospitaliers connus sous le nom d'Antonins. Le pape Urbain II, au concile de Clermont (1096), approuva leurs constitutions, et, en 1298, Boniface VIII, après avoir réglé de graves difficultés survenues entre eux et les Bénédictins, décréta que les Antonins suivraient la règle de saint Augustin, qu'ils s'appelleraient chanoines réguliers de Saint-Antoine et que leur chef prendrait le titre d'abbé."

Littré appelle ce feu Saint Antoine (mal des ardents, ignis gehenallis) "ergotisme", ergotisme gangréneux, et certains médecins du XIXe siècle estiment qu'il était provoqué par la présence d'un cryptogame dans les céréales humides consommées au Moyen-Age.  La confusion avec le zona n'est donc peut-être pas de mise. Le mystère demeure donc toujours autour de ces rituels sur le zona.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article