Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

"Carnet de thèse" de Tiphaine Rivière

24 Mai 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

"Carnet de thèse" de Tiphaine Rivière

J'ai raconté dans un de mes livres l'histoire de ma thèse en sociologie que j'ai faite à Paris I. Une thèse qui s'est passée dans des conditions bizarres, un peu comme tout ce que j'ai entrepris dans ma vie (mais peut-être plein de gens peuvent-ils en dire autant). A l'époque je la préparais tout en faisant l'Atlas alternatif et en bossant pour un ministère. J'étais partout et nulle part.

Cette thèse à la fois m'a servi et ne m'a pas servi. Elle fut utile à la publication de mes livres, inutile à mes affectations professionnelles. En partie parce que l'univers de la fac m'a très fortement déplu. La fac était de toute façon fortement discréditée dans le milieu des grandes écoles d'où je venais (milieu auquel je ne m'identifiais que partiellement mais bon...) et globalement dans la société aussi, mais je pense que si je n'avais pas été docteur en quelque chose en plus de mes diplômes précédents cela m'aurait vraiment manqué. Je ne sais pas trop ce que j'ai gagné en le devenant, mais je sais ce que j'aurais perdu en ne l'étant pas.

Pour le reste tout cela a glissé loin de moi désormais. J'ai donc cru que je pourrais lire sereinement la BD satyrique de Tiphaine Rivière parue au Seuil cette année "Carnet de thèse". Hé bien non, j'ai pris ça comme un grand coup de pied dans le ventre. Non pas en relation avec mon vécu propre car le sujet ne me touche plus de près, mais parce que je sais que, malgré la caricature, on ne peut s'empêcher de songer à tous ces gens qui sont abimés par la fac (et j'en ai connus). Bien sûr cela n'est rien à côté des horreurs que commet Etat islamique, du sort des migrants sur les mers, mais c'est tout de même un immense gâchis social, qui, par ailleurs, nuit énormément à la place du savoir et des humanités dans notre monde. Et ce n'est pas propre à la France : je connais aussi la misère morale des facs de lettres et de sciences humaines aux Etats-Unis. L'humain a un don particulier pour gâcher collectivement ses meilleures conquêtes.

Partager cet article

Repost 0