Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Mon dernier article sur le Yémen

30 Juin 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Actualité de mes publications, #Proche-Orient

Mon dernier article sur le Yémen

Mon article pour un tout nouveau site sur le Proche-Orient :

A l’été 2014, quand Dae’ch menaçait d’envahir le Kurdistan irakien et d’attaquer Bagdad, les pétromonarchies promettaient d’envoyer des chasseurs bombardiers et de l’argent au soutien de la coalition dirigée par les Etats-Unis en vue de contenir les extrémistes. Aujourd’hui Daesh a conquis Palmyre en Syrie et remporté la bataille de Ramadi en Irak, sans qu’aucun avion occidental ou des pays du Golfe ne tente de couper leur route. En revanche l’Arabie saoudite et ses alliés se sont engagés depuis le 26 mars dans une opération de bombardement brutale au Yémen, dans le but affiché de freiner la progression du mouvement Ansarullah et de sa milice houthi (de confession chiite) qui ont pris le pouvoir dans la capitale Sanaa au début de l’année.

L’opération était censée rééquilibrer les forces entre la coalition houthi (qui est élargie aux déçus du régime issu du reversement Ali Abdallah Saleh, dont certains partisans maintenant soutiennent les houthis) au profit des partisans du dernier président déchu et des sécessionnistes sud-yéménites, et il s’agissait tout autant d’éviter de dissuader le peuple yéménite (à majorité sunnite) de soutenir le nouveau pouvoir des houthis (chi’ites) et de montrer au sud de la péninsule arabique comme au nord, que le leadership saoudien sur le monde sunnite reste intact, malgré les dissensions internes à cette monarchie vieillissante aux allures de gérontocratie.

Comme c’est fréquemment le cas, les bombardements saoudiens, loin de dissocier la population yéménite du nouveau régime houthi, ont créé un mouvement de réflexe patriotique contre l’agresseur et renforcé le pouvoir des nouveaux dirigeants de Sanaa lesquels ont pu poursuivre leur offensive et conquérir la moitié de l’ex-capitale du Yémen du Sud, Aden. La stratégie saoudienne étant dans l’impasse, le Ryad n’a pas hésité à multiplier les crimes contre les civils yéménites. Les frappes aériennes sont aujourd’hui très loin de viser les seules infrastructures militaires des houthis et de leurs alliés.

La suite est ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article