Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les traîtres

13 Juillet 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme

Je ne suis pas enthousiaste devant l'extrémisme qui abuse volontiers des oripeaux de la pureté et néglige souvent à tort un certain pragmatisme qui serait utile à son efficacité historique, à sa maturation aussi, à son sens des responsabilités. Mais l'extrémisme a souvent une qualité : celle de stigmatiser l'immoralité de la traîtrise et de la lâcheté. Quand le M'PEP s'exclame "on vous l'avait bien dit : Syriza était une impasse !", on ne peut que leur donner raison (même si j'estime que cette "impasse" devait être soutenue, dans la brève séquence historique où elle pouvait ouvrir vraiment des portes, ce que le M'PEP avait peut-être omis de faire). Et quand les Indigènes de la République dénoncent la trahison de la journaliste humoriste Sophie Aram, là encore on ne peut qu'apprécier la justesse de leur point de vue, et ce quelles qu'aient été par ailleurs les errances puristes et intégristes de ce mouvement... Comme fils de prolo, fils d'étranger, comme Gascon, et comme Français j'ai été et suis encore victime d'impérialisme, de confiscations de mémoire, de déni d'existence etc. Jamais je ne réduis mon existence sociale à une victimisation, jamais je ne renonce non plus à l'universalité, ni même à la possibilité d'accéder à des formes d'amour métaphysiques qui dépassent la structure hiérarchique de l'animalité humaine. Mais ces sauts dans le dépassement des conflits ne se font jamais en moi au prix de l'oubli des luttes, ni donc de l'oubli de ceux qui sont tombés aux fronts des combats de classes (et des combats anti-sexistes, anti-colonialistes etc), ni de l'oubli des trahisons. Pardonner sans oublier. Dépasser l'humiliation, la lâcheté (par exemple la lâcheté de François Hollande dans l'affaire grecque, comme dans l'affaire irako-syrienne, etc), le cynisme etc, mais sans les oublier, sans les passer par pertes et profits. Donc tous nos remerciements aux extrémistes qui, eux, n'ont pas, comme l'ont nos grands médias, le goût de glisser honteusement le poids atroce de ces tares humaines sous le tapis commode de l'oubli.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article