Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Le front kurde

16 Octobre 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient

Toutes sortes de rumeurs circulent en ce moment autour de la Syrie : les Russes utiliseraient des bombes à fragmentation interdites par la convention de Genève, des soldats iraniens, voire des cubains (!) seraient sur le point d'intervenir sur le terrain, un navire de guerre chinois aurait été sur le point de venir soutenir les Russes puis aurait renoncé, l'action russe permet de faire reculer Etats islamique, ou au contraire pousserait la jeunesse anti-Assad à rejoindre Daech et pourrait aboutir. au même échec qu'en Afghanistan dans les années 80.

Mêmes ambiguïtés du côté des Kurdes. La presse russe a laissé entendre qu'ils se coordonneraient avec les forces de Moscou et le gouvernement syrien a parfois laissé entendre qu'il considérant le YPG comme son allié.

Pourtant le texte suivant circule sur Tweeter parmi ses sympathisants :

Le front kurde

De même le flou entoure la question du bien-fondé du rapport récent d'Amnesty International contre les milices kurdes. Celles-ci font circuler sur le Net le texte suivant :

Une lettre ouverte à Salil Shetty - Secrétaire général d'Amnesty International

Cher Salil, Je vous écris pour protester contre la publication d'un rapport de votre organisation appelé «Nous avons eu nulle part où aller - déplacements forcés et démolitions dans le nord de la Syrie».

En tant qu'humanitaire britannique qui a passé 5 mois et demi avec le YPG au Kurdistan syrien, je suis tout à fait stupéfié par votre rapport de 32 pages publié en octobre 2015.

Je me sens obligé d'écrire cette lettre au nom des centaines de volontaires étrangers qui ont rejoint le YPG et le YPJ. Qui ne luttons pas seulement sur la ligne de front, mais travaillons dur aux côtés des Kurdes dans les hôpitaux et dans les camps de réfugiés. Du temps où j'étais dans le pays, j'avais un accès complet à l'ensemble de la région, y compris la ligne de front. En fait, j'ai été présent à de nombreux événements et lieux mentionnés dans votre rapport.

Je ne l'ai jamais vu aucune preuve de dommages délibérés à la propriété ou d'expulsions forcées.

Je voulais juste traiter rapidement les deux principaux points de votre rapport:

• Il ya eu des occasions où des civils ont été invités à quitter une zone où il y avait des combats. Cela a été fait par souci de leur sécurité et une fois qu'une zone est sécurisée, les civils sont autorisés à y retourner Je l'ai vu de nombreux villages de toutes les ethnies désertés en raison des combats et ensuite peuplés à nouveau une fois le combat terminé. Quand j'étais à Til Tamir (une zone mentionnée dans votre rapport) mon commandant partageait souvent nos approvisionnements avec les habitants des villages arabes voisins.

• Lorsque nous entrions dans un village, parfois, nous avons dû utiliser les biens de personnes. Cela a impliqué de les fortifier avec des sacs de sable et de la terre (en creusant). Ce fut une nécessité de la guerre et en raison du risque d'une attaque de Daech. Ca n'a jamais été une politique délibérée visant à endommager des biens.

Le rapport se fonde sur des témoignages peu fiables. Si je suis généreux alors peut-être des civils - à l'esprit égaré et effrayé- invités à quitter une zone et voyant des creuseurs ou des pelleteuses fortifier leurs maisons ont pu se tromper sur ce qui se passait autour d'eux. Au pire ces rapports sont une tentative délibérée pour discréditer le YPG / YPJ.

Il est rageant pour moi de lire ce rapport parce que je sais que le YPG a d'excellentes relations avec les communautés arabes au Rojava (Kurdistan syrien). Dans beaucoup d'endroits mentionnés dans le rapport les membres du YPG arabes faisaient partie d'unités libérant les zones. Avant chaque opération de grande envergure, nous sommes informés des règles d'engagement - nous étions sans illusion sur le fait que des actes répréhensibles (y compris les accusations contenues dans le rapport) pouvaient conduire à l'emprisonnement. Si vous songez à quoi le YPG est confronter, alors les normes élevées qu'il impose à ses combattants sont encore plus remarquables. Nous devons être le seul groupe opérant en Syrie qui respecte la Convention de Genève !

Mis à part les contre-vérités complètes, ce rapport a une autre raison d'être mal accueilli par ceux qui se battent pour la démocratie et l'égalité au Rojava. Les nationalistes turcs et les fondamentalistes islamiques ont sauté sur le rapport pour provoquer la violence sectaire et détruire la confiance que YPG s'est tant battu pour construire.

Au lieu de se fier à des témoignages de partis tiers. Pourquoi ne venez-vous pas au Rojava pour rencontrer des personnes qui se battent sur la ligne de front? Le PYD a publiquement appelé à un soutien de la communauté internationale pour l'aider à développer sa démocratie. Les Kurdes ont été ouverts et transparents avec toutes les organisations internationales et ont été félicités pour leurs efforts à cet égard.

Je souhaite que vous examiniez à nouveau votre rapport et le retiriez de la circulation. Dans le cadre de votre enquête allez au Kurdistan syrien et voyez par vous-même l'excellent travail que font les gens de la région. Comme moi, vous repartirez inspiré. Cordialement Macer Gifford

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article