Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La démocratie dans l'Ukraine pro-européenne va mal

11 Décembre 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme

Un député de la majorité présidentielle Oleg Barna essaie d'arracher de la tribune le premier ministre Arseni Iatseniouk. Le député du bloc présidentiel Igor Kononenko estime que les jours d'Iatsenyouk sont comptés ce qui devrait ouvrir la voie à de nouvelles élections législatives. L'ancien président géorgien ami des républicains américains Saakachvili devenu gouverneur d'Odessa et allié du président Porochenko organisait un grand show anti-corruption pour dénoncer le détournement de 5 milliards de dollars par an (presque l'équivalent de l'aide du FMI, ce qui est une manière pour lui de se positionner en successeur possible d'Iatseniouk (mais Saakachvili, bien qu'il ait placé ses hommes à Odessa et brisé le monopole de l'oligarque Kolomoisky sur les lignes en partance de l'aéroport local, n'est pas forcément en position de force ayant échoué à imposer son poulain Sacha Borovik à la mairie d'Odessa le 25 octobre face à Sergueï Kivalov, le tombeur de Ianoukovitch en 2004).

Iatseniouk qui recevait mardi le vice président américain Biden (pour sa 5ème visite dans l'Ukraine pro-OTAN depuis le coup d'Etat de début 2014) est un proche de l'administration démocrate américaine. Nuland, la sous-secrétaire pour l'Europe et l'Eurasieaux droits de l'homme américaine dans une conversation piratée avait déclaré pendant le mouvement Euromaidan que "Yats" était leur homme. Biden devant le parlement ukrainien a tenté de convaincre le Bloc Porochenko de ne pas faire exploser la majorité afin que des lois puissent être votées permettant aux régions sécessionnistes de voter dans le cadre des accords de Minsk conclus avec les belligérants du Donbass et leur allié russe, mais il n'est pas sûr que le pari de la stabilité puisse être tenu dans ces conditions.

Le régime ukrainien (pays où 50 magnats contrôlent 85 % du PIB) est décidément bien malade.

Le jour même du pugilat au parlement, on apprenait qu'un dossier contenant la signature de 127 députés (il en faut 150 pour obtenir l'inscription d'une résolution à l'ordre du jour) en vue d'obtenir la révocation du procureur général Victor Chokina a été tout simplement volé dans l'enceinte du parlement. La guerre entre le parlement (Verkhovna Rada) et le Procureur général dure depuis avril dernier. Seulement 6 des 112 députés convoqués par ce procureur ont jusqu'ici accepté de comparaître.

Les attaques contre la police et la justice sont presque quotidiennes. Le 2 novembre un inconnu a tiré sur le bureau du Procureur général à un moment où il tenait une réunion avec ses subordonnés. Le lendemain, le procureur militaire du pays Anatoli Matios déclarait que les tirs provenaient d'un sniper, qui a utilisé une caméra thermique. Par ailleurs dans la région d'Odessa une bombe explose de temps en temps devant un commissariat de police sans que l'on sache si elle a été posé par un gang de corrompus ou par des alliés des séparatistes du Donbass qui cherchent à établir un lien avec la Transnistrie (sur les opérations récentes de déstabilisation par les pro-Russes ailleurs qu'à Odessa voir ici).

Le PC ukrainien, première force d'opposition sous le règne du parti des régions avant 2014, lui, pâtit toujours des lois de "dé-communistisation" adoptées par le nouveau pouvoir, de sorte que les élections à venir seront de toute façon faussées. Le 5 novembre, l'audience du procès du Parti communiste de l'Ukraine contre le ministère de la Justice en vue de l'annulation du décret prononçant son interdiction a été reportée par le régime de toute urgence pour cause de maladie "soudaine" du juge. En fait, le régime craignait la présence annoncée des politiciens et des avocats européens de gauche qui auraient pu vérifier de leurs propres yeux qu'il n'y a pas de justice en Ukraine. Le PC considère qu'il s'agit d'une petite victoire qui prouve en tout cas l'intérêt de la solidarité internationale et de la présence de militants étrangers à ses côtés.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article