Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les trente lecteurs

4 Décembre 2015 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Ce blog garde le même rythme de croisière depuis 8 ans : une trentaine de visiteurs par jour. Probablement pas les mêmes qu'il y a 8 ans. Des gens qui tombent dessus par hasard après une recherche sur Google et n'y reviennent jamais. Des personnes que j'ai croisées à diverses étapes de mon parcours et qui se disent : "Tiens, il en est où Delorca ? Est-ce qu'il continue de s'énerver contre les néocons américains et européens ?"

Ca va ça vient, ça ne sert à rien. Mais peu importe. On continue.

Je me souviens du commentateur de ce blog qui avait pris sa plus belle plume un jour pour commenter mon itinéraire. "Certes vous avez été haut fonctionnaire, mais d'autres l'ont été. Certes vous êtes docteur en sociologie, mais votre sociologie n'est pas bonne. Certes vous avez bossé pour une mairie francilienne, mais vous y avez échoué. Certes vous êtes romancier, mais vous ne faites que des romans érotiques. Certes vous êtes engagé contre l'OTAN, mais ça n'empêche pas la terre de tourner, bref vous n'êtes rien". L'inventaire à la Prévert était drôle. Et je crois que l'intéressé face à Napoléon lui-même aurait tenu le même discours. "Certes vous avez gagné des batailles, mais vous avez échoué à Waterloo, certes vous fûtes Empereur des Français, mais la France n'existe plus etc". Pour arriver à la même conclusion "Vous n'êtes rien".

De toute façon c'est une grande vérité de notre temps : soit ce qu'on dit ne sert à rien car personne ne l'entend, soit cela blesse les convictions des abrutis ou leur amour propre et ils sont les premiers à se précipiter au bureau des dénonciations de la Kommandantur : "Le monsieur là, c'est un pervers, il ne pense pas comme les autres, et en plus il s'exprime avec franchise !"

Cinq ou six fois des types m'ont dit "votre engagement contre la politique de l'OTAN dans les Balkans ou ailleurs m'a été très utile pour forger ma propre conviction et m'a servi de modèle, m'a donné envie moi aussi d'agir". C'est un bilan maigre sur quinze ans. Mais quand même c'est déjà cela. Pas mal d'auteurs à diverses époques furent convaincus d'être si mal compris qu'ils se disaient qu'ils n'écrivaient, au fond, que pour deux ou trois personnes, dont certaines d'ailleurs n'étaient même pas encore nés (ça c'était du temps où on ne désespérait pas complètement des générations à venir).

Cela suffit à rassurer un peu une conscience, même si ça ne pèse pas lourd. Et puis, de toute façon, ça ne coûte rien. Jeter quelques idées sur un écran, signaler quelques injustices, ça ne prend qu'une demi heure. C'est de la charité au sens augustinien du terme, c'est à dire au sens noble, c'est comme donner une pièce à un pauvre, manifester dans la rue contre une loi. C'est une petite contribution individuelle à l'unité de ce monde dans lequel l'esprit est jeté. L'unité dans la justice. Nous sommes ici pour rechercher cela. Au diable les idiots qui n'y comprennent goutte !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article