Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Retrouver la culture du débat

1 Janvier 2016 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Retrouver la culture du débat

Je parcourais hier dans l'avion (parce que dans les avions et les aéroports il n'y a rien à lire, sauf la propagande capitaliste des pubs "I like to challenge and be challenged") un article du Monde qui retraçait la journée du 13 novembre 2015 vue par les terroristes. Le genre de papier où les auteurs croient faire du journalisme parce qu'ils peuvent dire quelle pizza les terroristes ont bouffée avant d'actionner leur détonateur. Je me rendais compte combien la presse française, comme avant elle le cinoche amerloque, est devenue familière du discours sur la boucherie humaine, ou du discours sur l'humanité vue sous l'angle de la boucherie. "Grâce" à ce nouvel état de la civilisation nos enfants à l'école primaire savent tout sur les décapitations et les ceintures à explosif... à défaut de savoir conjuguer correctement un verbe...

Les terroristes, eux, sont toujours dans le discours "vous bombardez les irakiens, on vous bombarde". Discours complètement con parce que je n'ai jamais vu un militaire français ou américain débarquer dans une salle de spectacle en Irak tirer délibérément dans la foule, même si j'ai vu des aviateurs américains bombarder "par erreur" ou "presque par erreur" (allez savoir...) des mariages en Afghanistan (les Saoudiens ont fait de même au Yémen). Ce n'est pas tout à fait de même nature... Mais là où les terroristes n'ont pas tout à fait tort, c'est que le civil qui reçoit une balle devrait quand même un petit peu interroger ses politiques sur les dégâts collatéraux sur les civils de Raqqa et d'ailleurs, de même qu'il avait raison celui qui reprochait au Front de Gauche (était-ce Mélenchon ?) de n'avoir pas posé la question, cet automne, de la légitimité de nos frappes aériennes contre l'Etat islamique, ou de celle de la prorogation de l'état d'urgence.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas proroger d'état d'urgence. Je pense qu'il faudrait garder un minimum du culture du débat sur le sujet comme sur les autres. Et il faut arrêter de bombarder inutilement (et dangereusement pour les civils) les positions de l'état islamique. L'Etat islamique ne recule que face à l'avancée de troupes au sol, principalement les Kurdes. Donc il faut soutenir les armées qui se battent au sol : celles des Kurdes, du Hezbollah, et de l'armée régulière syrienne. Et puis il faut assécher les sources de financement de Daech, donc être intransigeant avec la Turquie, ne pas entrer dans le chantage du "3 milliards ou je vous inonde de réfugiés" dans lequel Erdogan est entré.

Il faut remettre ces questions sur la table sans tabou, et, pour que le débat soit un tantinet plus sain, virer tous les journaliste qui nous farcissent l'esprit d'idées fausses (ce qui veut dire aussi renationaliser les chaines de TV et cesser de subventionner des journaux profondément anti-démocratiques comme Le Monde, Libération, l'Express, L'Obs, Le Point ou le Figaro qui n'existent que pour verrouiller les discussions).

J'énonce ces quelques idées en sachant bien qu'elles n'ont aucune chance d'être entendues. Mais on ne doit pas renoncer à sa liberté d'expression.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article