Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Fidel Castro et la Santeria (sorcellerie cubaine)

24 Juin 2016 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme

Je voudrais vous partager avec vous un aspect peu connu du castrisme cubain et que j'ai découvert en regardant cette émission Communisme et ésotérisme (2/2) ou l’anéantissement des religions, quand l’homme remplace Dieu de Marci Capuzzo Dolceta avec Marc Ferro comme consultant (ci dessous 25ème minute et suiv).

En gros, ce que l'on peut retenir est ceci (j'ajoute aux propos du documentaire quelques recherches personnelles faites sur Internet) :

Fidel Castro à l'âge de sept ans fut très malade et des servantes (mucamas) qui étaient à la ferme dirent à sa mère de l'emmener à un Santero un sorcier pratiquant le syncrétisme des anciens esclaves africains à Cuba, la Santeria. A partir de de ce moment-là il fut sous la protection de Ochun, déesse de l'amour nigériane, qui est aussi Notre Dame de la Charité du cuivre, patronne de Cuba à laquelle le pape a rendu hommage à la Havane l'an dernier.

Le 8 Janvier 1959, Fidel Castro Ruz est entré dans la ville de La Havane. Ce jour-là, il a prononcé un discours de victoire long dans lequel il a raconté les années qui avaient précédé cette occasion et a présenté un plan d'action pour l'année à venir. A un moment charnière dans le discours, une colombe symbole d’Obatala se posa sur son épaule gauche et deux autres ont plané autour de la scène.

Au cours des 50 dernières années, cet atterrissage a fait l'objet de beaucoup de spéculation, la controverse (on a dit que la colombe avait été entrainée), et de culte. Mais les Noirs adeptes de la Santeria ont adhéré au signe et ont vu dans l'événement le signe que Castro était « le« cheval de Changó » (sainte Barbe dans la religion catholique, et déesse de la foudre et de la musique).

Il existe dans la santeria un Pataki (conte) qui explique que les grands pretres sont ceux qu’Olofi (une des trois hypostases du dieu suprême dans le panthéon yoruba) choisit en lui envoyant une colombe sur l’épaule gauche.

Au moment de la crise Marielitos (la fuite de plus de 100 000 Cubains après l'ouverture du port de Mariel en avril 1980), Fidel aurait appelé le plus grand babalawo de l'île et sacrifié 30 gnous.

Au moment des élections au Venezuela (on ne sait pas lesquelles), Fidel Castro a envoyé un groupe de Santeria pour faire un rituel pour Chavez, qui a été couvert du sang de plusieurs poulets. Des photos de l'édition dans le magazine Ano cero où même mentionné que Hugo Chavez (ancien adepte du spiritisme et ennemi de la Vierge de Coromoto qu’il fit enlever de toutes les écoles) était capable de lire les conches (caracolas), ce qui suppose des compétences rituelles compliquées - voir ci dessous :

Les santeros cubains avec l'accord des services secrets auraient même fait profaner des tombes de religieuses au cimetière Colón à la Havane pour des rituels de Chavez (on a beaucoup glosé que le rapport de Chavez aux cadavres, et la cérémonie d'excavation des restes de Bolivar, je n'y reviens pas).

Politique de tolérance pour les cultes africains est à l'origine de la solidarité entre Castro et la Santeria. La révolution cubaine avait accordé la nationalité cubaine aux Noirs.

Natalia Bolivar Aroste (présentée par le blog Les visites de Fabienne) étudie la santéria d’orisha depuis 1955. Une gouvernante congolaise de sa famille lui racontait cette magie. Elle a un fichier de vieux santeros. En 58 Bolivar fut incarcérée pour ses recherches et libérée par la révolution. La pratique du palo vient d’Angola et du Congo.

Les réalisateurs de « Communisme et ésotérisme 2 » dans les anénes 2000 sont invités par Lazaro Garcia Herrera, chamane depuis 1989, devenu babalawo le 1er mai 2000, à assister à une cérémonie propiciatoire pour Fidel Castro. L’homme, qui a un portait du Che à l’épaule, sacrifie une chèvre (c’est un ebbo) ce qui est rare (en général ce sont des poulets). Leur sang est riche en « ache » force primordiale Regla dans la banlieue de la Havane. Les congrégations de santeria se réunissent dans la sale de extension del museo de Regla (musée d’hommage aux esclaves qui exhibe les fétiches de la santeria et de la révolution).

Il y a aussi la magie sexuelle des prostituées.

L’émission interviewe Miriam Ochoa, étudiante métisse qui se prostitue, arbore le portrait du Che, et qui se vante de pratiquer la magie. Sur ce portrait fugure sur la chemise du Che « Volvera, lo conozco / Como el pedazo de una estrella volvera » (il reviendra, je le connais, comme le morceau d'une étoile, il reviendra) parole d’Omar Gonzalez, sur lequel je ne sais rien). Elle fait tout pour que le Che revienne parmi eux.

Il semble qu'il est connu à Cuba que l’iyalocha (mère de saint) Celia Sanchez, la maitresse de Fidel dans la Sierra Maestra, à l'époque de la guerilla dévote d’Obatala, aurait initié Castro à la santeria .

Sur son blog le 18 juin 2011 l’opposant Angie Alvarez témoigne : « D’après ce que m'a dit une fois un ancien soldat, qui a combattu en Angola, les Noirs des tribus, respectaient Castro et lui rendaient hommage comme aux dieux, parce qu'il était la figure de l'homme blanc et puissant qui avait la force de sept guerriers, et qui pouvait changer le monde avec sa puissance ». Sur sa page on peut voir Fidel Castro vêtu de blanc lors d'un de ses voyages, en Guinée. Ce voyage aurait été Ebbó après un discours religieux, cela aurait fait de lui un saint du culte afro-cubain.

On parle de sacrifices d'animaux rares par Castro, de même d'ailleurs qu'en 2002 des gens de la paroisse du 23 janvier près du palais de Miraflores à Caracas virent un lion mort dans la patio de la résidence présidentielle.

La Santeria aurait protégé Castro des nombreuses tentatives d'attentat dont il fut l'objet. Mais elle ne sauva pas Chavez du cancer.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article