Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Encore un mot sur la victoire de Trump

10 Novembre 2016 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme, #Revue de presse, #Le monde autour de nous, #Grundlegung zur Metaphysik

En France, les grands "merdias" s'appesantissent sur l'amertume que provoque chez eux la victoire de M. Trump. Mais c'est oublier l'espoir que celle-ci provoque à travers le monde parmi les gens qui ont tant souffert des compromissions de Mme Clinton avec le Qatar.

La presse russe par exemple cite un député au parlement syrien et président de la chambre de commerce d'Alep Fares Shehabi qui explique que les habitants de sa ville sont tous heureux de l'élection de Trump car pour eux Mme Clinton (avec son projet de zone d'exclusion aérienne) c'était le soutient américain Al Nosra...

Sur Twitter la directrice de l'Organisation des femmes américaines yézidies écrit sur Twitter "Ma tante chante des prières pour Trump depuis 2 heures dans l'espoir qu'il nous débarrasse de Daech et que les yazidis puissent vivre en paix à nouveau".

Encore un mot sur la victoire de Trump

En Serbie bien sûr on se réjouit, parce que Trump pendant la campagne avait dit que les bombardements de 1999 avaient été une erreur, et parce que sa femme slovène a des amis serbes. Le système clinton (Bill-Hillary) dans les Balkans reste synonyme d'ingérence barbare et de soutien aux mafieux, ce que Nuland l'adjointe de Clinton a renouvelé en Ukraine en 2014.

Diana Johnstone dans Counterpunch intitule son article "Ding Dong la Sorcière est morte", qualifiant Trump de "magicien d'Oz".

Encore un mot sur la victoire de Trump

La manière dont Clinton en fin de campagne s'affichait avec Beyoncé et Jay Z, après avoir eu le soutien de Lady Gaga et Madonna lui donnerait raison...

Et qu'on ne vienne pas nous dire que Trump a eu moins de voix que Clinton. C'était arrivé aussi à GW Bush en 2000. Et surtout, n'oublions pas que les libertariens plus à droite que lui lui ont piqué des voix tout en étant d'accord avec une partie de son programme. Et sans les campagnes de diffamation menées par tous les grands médias (il n'avait que Fox News avec lui) Trump aurait fait beaucoup mieux. Donc sa victoire n'est pas volée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Diderot 10/11/2016 15:33

C'est une bonne chose d'avoir rabattu le clapet à Clinton, mais il ne faut pas être naïf. Trump reste un affairiste qui n'hésite pas à s'entourer de lobbyistes en tous genres. Voir : https://theintercept.com/2016/11/08/trump-transition-lobbyists/
En politique intérieure, il se comporte en démagogue et joue sur la haine intercommunautaire (musulmans et mexicains) pour détourner l'attention pendant qu'il détricote la solidarité sociale (fin du obamacare, des taxes, et retour en force des assurances privées). Les pauvres vont continuer à payer.
Concernant les relations internationales, son élection est une bonne nouvelle pour l'Irak. Mais Trump peut retourner sa veste. Que penses-tu de son insistance sur le renforcement de l'armée (passage de 475000 à 540 000 soldats actifs : http://www.bloomberg.com/politics/articles/2016-09-07/trump-s-pentagon-plan-would-add-more-troops-ships-than-planned) ? À quelles guerres va servir cette augmentation du budget militaire ?

Frédéric Delorca 14/11/2016 17:19

Exact. On n'a pas fini de payer les pots cassés de 20 ans d'aveuglement de nos élites. Et cette fois sur le mode de la revanche des populistes chrétiens d'un côté (Trump qui confirme son intention d'expulser 3 millions de Latinos) ou populistes islamistes (aujourd'hui Erdogan a bombardé ouvertement une milice kurde qui attaquait Mossoul).

Diderot 14/11/2016 15:11

Cela se jouera à peu de choses. On en est là…

2017 va être une année violente, plus encore que 2016. Je guette les réactions face au basculement dans la dictature de la Turquie, alliée des fanatiques islamiques.

Frédéric Delorca 10/11/2016 19:16

Oui, je n'arrête pas de répéter qu'il risque d'être récupéré par les néo-cons, et j'ai souligné il y a quelques mois qu'il avait rencontré Kissinger... L'avantage est que c'est un pragmatique sans doctrine pré-établie. Donc il se peut qu'il nous fasse des trucs incohérents du genre "un coup je fais la paix avec les Russes en Syrie et un coup une grosse connerie en Afrique" ou peut être tous les coups seront bons. Disons qu'avec lu s'introduit une dimension d'aléa qui est quand même bonne à prendre à la place de la logique de guerre systématique de l'establishment depuis 25 ans...