Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Enseignement et corruption

3 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Une artiste tantôt m'écrivait que son art n'aurait pas de sens sans la politique et que c'est la raison pour laquelle elle lisait mon blog. Elle disait aussi avoir apprécié mes récents billets sur Trump et sur les Yézidis.

C'est étrange, parce que j'avais précisément le sentiment que ces deux sujets seraient ceux que des gens comme elle (les gens qui ont un profil de gauche) apprécieraient le moins : je m'attendais plutôt à ce que ce type de lecteur là me reproche d'avoir traité Trump sous un angle trop "à droite", et les Yézidis sous un angle trop communautariste (reproches contre lesquels j'avais préparé des munitions, mais qui ne sont jamais venus).

Tout cela montre les imperfections de ce monde. Les adeptes de l'art pour l'art ne lisent pas mon blog, et, du fait qu'ils n'entrent pas en dissidence politique, se rendent complices des pires injustices ; et ceux qui lisent mes blogs ou des blogs similaires y investissent peut-être des choses qui n'y sont pas, en ont une approche biaisée etc.

Voilà le résultat de la corruption fondamentale de la condition humaine et il faut faire avec. J'espère que mes lecteurs me reconnaîtront un mérite,un seul : celui d'assumer pleinement cette corruption. Jamais je n'ai cédé à la prétention de la pureté. Par exemple je me suis opposé au "ninisme" au temps des guerres d'ingérence ("ni Milosevic ni l'OTAN", "ni Bush ni Saddam"), qui était une forme d'imposture intellectualiste qui rendait en réalité complice des technostructures et de leurs crimes. J'ai aussi refusé de jouer les donneurs de leçon au micro de groupuscules sur You Tube à prétendre incarner la "résistance", à me parer de titre pompeux comme l'ont fait certains. Je savais que cela me camperait dans un rôle qui n'est pas celui du chercheur humble de la vérité que tout citoyen devrait être, et j'ai vu les mauvais tour que cette imposture a joué à bien des militants, y compris dans la mouvance de l'Atlas alternatif. Je suppose que c'est ce que mes lecteurs ont apprécié dans ce blog. Celui-ci reste celui de quelqu'un qui prend des trains bondés pour aller bosser, qui, à la fois a des propos durs sur la structure impériale de notre monde, et garde toujours une forme d'hésitation prudente sur la forme de son engagement, sachant combien l'engagement à force de narcissisme se corrompt non seulement dans l'impuissance pratique mais aussi dans le mensonge théorique. Oui, mon blog est d'abord celui d'un monsieur-tout-le-monde, d'un type qui n'a de leçons à donner à personne parce que justement il sait combien la volonté d'instruire autrui expose à l'aveuglement.

Je dois ce pessimisme "constructif" à Bourdieu qui a tant de fois dénoncé l'aveuglement de la "scholastic view" (pour reprendre l'expression d'Austin). Lui-même avait vu combien ce défaut du regard intellectuel corrompt foncièrement l'honnêteté de l'engagement politique "petit bourgeois" (et tous les engagements dissidents sont profondément de cette nature). Cela fait partie de ces malédictions dont Bourdieu disait qu'il comprenait qu'il poussait bien des gens à se suicider. Nous sommes tous englués là-dedans, et nous ne pouvons limiter notre corruption dans cette fange que par un effort de modestie.

Je ne veux instruire personne. Je témoigne seulement. Je dis ce que je lis dans la presse étrangère et ce que je ne lis pas dans la nôtre. Ce que j'essaie de faire ou d'être pour être moins idiot, pour tenter de comprendre encore un ou deux ressorts de ce monde, pour aider telle ou telle population, telle ou telle cause. Et pourquoi je n'ai pas le temps, à la fin d'une journée de travail, d'expliquer plus de choses, de mieux préciser ma pensée.

Alors partons donc pour une nouvelle année dans ce monde corrompu, où, comme le notait Platon, en toute chose bien et mal sont entremêlés, ce monde où il y aura encore bien des gourous, bien des donneurs de leçons à supporter à longueurs de journées. Une nouvelle année dans un monde où nos politiciens commettront des bévues qui détruiront des milliers de vies humaines, et où ceux qui les critiqueront discréditeront leur critique par une bévue ou une autre. On continuera de tenir ce blog de temps à autre, sur des sujets majeurs ou mineurs, pour la trentaine de lecteurs quotidiens. On essaiera de faire comprendre ce qu'on croit entrevoir, tout en sachant la part d'erreur potentielle de nos jugements (alors qu'on n'est même pas capable de bien comprendre le profil et les attentes de son propre lectorat). On essaiera par ce biais-là, comme par le biais du travail et de la vie familiale, de ne pas exister seulement pour soi, de ne pas lire que pour soi, de ne pas apprendre que pour soi. Des gens continueront à découvrir ce blog plus ou moins par hasard, à s'y attacher ou à l'abandonner, à le trouver utile ou stupide.

Bref, comme dit la chanson "Nothing changes on New Year's day". Très bonne année à tous !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article