Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Bernadotte et l'occultisme

13 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #XVIIIe siècle - Auteurs et personnalités, #Grundlegung zur Metaphysik

Mlle Lenormand (1768-1843), chiromancienne et cartomancienne célèbre (peut-être avec le Tarot de Marseille revu et corrigé par la lecture du Livre de Thot traduit par Etteila, star de la cartomancie en 1789) de l'époque de la Révolution jusqu'à la Restauration (qui allait jouer un rôle important auprès de Balzac, de Talleyrand, de Napoléon, de melle Adelaïde, soeur de Louis-Philippe, de Guizot, dans une moindre mesure de Robespierre et Saint-Just et qui "mourut vierge comme Newton, le 25 juin 1843 à l'âge de 72 ans" comme le dit Le Figaro du 10 février 1856) prédit au béarnais Jean-Baptiste Jules Bernadotte, encore officier sans prestige, qu'il occuperait un trône (hebdomadaire L'Africain du 14 janv 1934, p. 3). Elle avait hébergé Mme Bernadotte née Eugénie-Désirée Clary (1772-1861), fille d'un aubergiste de Marseille, lorsque son mari n'était encore qu'adjudant-major (il le fut du 30 nov 1792 au 13 fev 1794) de la 53e demi-brigade, nous dit Le Figaro qui cite Francis-Girault. "Celui-ci lui promit, par une lettre dont son neveu est en possession, qu'il la comblerait d'honneurs et lui accorderait 10 000 fr. de rente si sa prophétie se réalisait". Devenu roi sous le nom de Charles XIV il a manqué à sa promesse, mais la reine de Suède, sa veuve, sut s'en souvenir.

Pourquoi est-ce que cette épouse (ex promise de Napoléon et dont la soeur épousa Joseph Bonaparte en 1786) du futur roi connaissait Mlle Lenormand ? Comment s'étaient-elles rencontrées ? Mlle Marianne Lenormand était une orpheline d'Alençon qui s'était mise à l'école d'Etteila ou Etteilla (Jean-Baptiste Alliette ou Aliette suivant les variantes orthographiques). En 1792 ou 93, elle venait à peine d'ouvrir son cabinet à St Germain des Près (3 ans plus tôt). Comment se fait-il qu'elle avait déjà les moyens d'héberger Mme Bernadotte, et pourquoi celle-ci en eût-elle besoin ?

 Dans "Les Cartes à jouer et la Cartomancie" publié en 1854, un certain Boiteau d'Ambly rapporte cette anecdote qu'il a trouvée dans Histoire de Charles Jean XIV, par sarrans jeune, 1845, t. I, p. 50 : « Un aide-de-camp de Bernadotte, depuis maréchal de France (le maréchal Gérard), avait souvent entretenu son général des prédictions de la pythonisse. Parlant un jour des prophéties de cette femme : « Maintenant, dit le colonel, que tout prend une marche extraordinaire, — c'était en janvier 1804, — il serait curieux de savoir ce qu'elle aurait à nous raconter. Voulez-vous faire « sa connaissance? Volontiers, répondit Bernadotte. Et, le lendemain, les deux hommes de guerre « arrivent ensemble chez l'oracle féminin. Le colonel présente son général comme un riche négociant qui désire interroger la sorcière sur le sort réservé à quelques opérations commerciales qu'il va tenter sur diverses places d'Allemagne : « Monsieur, dit-elle, vous n'êtes point négociant; vous êtes militaire et même dans les hauts grades. » Sur les assurances qu'on lui donna du contraire, elle sourit, hocha la tête et continua : « Eh bien ! monsieur, si vous vous livrez à des « opérations de commerce, le succès ne couronnera pas vos entreprises, et vous serez forcé de les abandonner pour suivre la route qui vous est tracée par le destin. » Elle reprend les cartes, les « examine de nouveau, et, paraissant les combiner « avec une attention profonde : « Monsieur, poursuit-elle, non-seulement vous êtes dans les hauts grades militaires, mais vous êtes ou vous serez parent de l'Empereur. » — De quel empereur? s'écrièrent à la fois Bernadotte et Gérard.-« Je « voulais dire-du premier consul. Mais bientôt vous « le verrez empereur. » Puis ses doigts se promènent sur les points cabalistiques; elle paraît « frappée d'une nouvelle vision et s'écrie d'un ton « inspiré et solennel : « Oui, il sera empereur ; mais voilà quelques nuages qui vous séparent. » Bernadotte jette un regard d'intelligence sur Gérard. La devineresse poursuit : « Il n'a pourtant aucun « éloignement pour vous, et vous éprouvez de l'affection pour lui. Ah! comme son étoile monte ! » « Elle s'arrête un instant et sa figure semble s'allonger de surprise ; puis elle reprend avec force : « Monsieur, il faut éviter de vous brouiller avec lui ; car il sera bien puissant ; il verra tout le « monde à ses pieds; et vous, loin, bien loin de lui, vous serez roi. Oui, répéta-t-elle, vous serez roi. » Elle se tut, et, comme le silence se pro« longeait : Hé bien ? dit Gérard. — « Je n'en puis annoncer davantage, car je ne vois plus rien.» « Le nom de la devineresse n'est pas indiqué; « mais, continue l'auteur, que ce fût ou ne fût pas Mlle Marianne Le Normand, l'histoire n'en est pas moins singulière.»»

Effectivement cette voyante n'était pas Mlle Lenormand (puisque celle-ci connaissait Bernadotte depuis 1792 ou 93), mais voilà bien la preuve que Bernadotte en visita plusieurs de cette profession.

Il semble que le contact avec les pythonisses ne fût pas le seul rapport entre le républicain Bernadotte (qui avait le slogan "mort aux rois" et le bonnet phrygien tatoués sur le bras) et le monde de l'occultisme. En 1789, alors qu'il était sergent-major, à 34 ans, il avait rencontré le futur sorcier érudit Antoine Fabre d'Olivet, qui avait un an de moins que lui (selon la préface à l'Histoire philosophique du genre humain de cet auteur, edition 1910 p.XVI) et allait le faire entrer au ministère de la guerre dix ans plus tard, sous le directoire, quand lui-même fut ministre (juste avant de devenir le candidat des jacobins à la dictature que finalement Bonaparte allait exercer). Je ne sais rien pour l'heure sur ce qui a permis cette rencontre.

On peut lire dans  La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l'histoire, ou De l'influence des névropathies sur le dynamisme intellectuel / par le docteur Jacques-Joseph Moreau (de Tours),eds V. Masson, Paris, 1859, 1 vol. (XIII-576 p.) p. 541 : "Sur la foi d'une vieille chronique de sa famille, Bernadotte se croyait placé sous l'égide d'une divinité tutélaire. Un jour qu'il avait eu une vive discussion avec son conseil d'État et se trouvant au milieu d'une forêt où la lumière pénétrait à peine, il eut une singulière vision une vieille femme bizarrement vêtue, les cheveux en désordre, bref tout l'accoutrement des sorcières de la légende dont on avait bercé ses premières années, se montra a lui tout à coup et l'engagea à renoncer à certains projets qui, suivant elle, devraient coûter la vie à son fils Oscar. "

Il y a peu La République des Pyrénées parlait de promener un hologramme du roi de Suède dans son musée à Pau. Créer ainsi un revenant serait dans la logique du personnage.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article