Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Sous le joug macronien. Acte 1.

13 Mai 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Peuples d'Europe et UE, #Débats chez les "résistants", #La droite

Il faut parfois avoir, chevillé au corps, un sens de l'engagement pour le bien sur Terre comme l'avaient les quakers. Et donc, même si l'on sait le combat perdu d'avance (reportez vous à mes propos sur le slogan de Guillaume d'Orange il y a quelques années), dans cet esprit là on ne peut pas se taire.

Je vous sais, chers lecteurs, agacés devant le triomphalisme des atlantistes qui, si heureux de la victoire de Macron, disent tout et n'importe quoi. Le Monde de vendredi publiait un édito du New York Times qui commençait par "Le PC chinois est heureux de la victoire de Macron", façon de dire que le monde entier s'en réjouit (je suppose que le PCC avait juste pondu une dépêche diplomatique de circonstance, et de toute façon, quand bien même il y aurait de la joie dans ce parti, ce serait celle de son aile droite, alliée à Raffarin, celle qui a besoin de faire du business, puisque toute la société chinoise est de fait présente dans ce parti, y compris les milliardaires). On a du Macron à toutes les sauces. Et, c'est vrai, on l'a bien mérité. La France n'a pas su construire d'alternative à cette vague atlantiste.

A côté des petits groupes souverainistes obsédés parleur nombril, un opportuniste comme Mélenchon qui rallie derrière un symbole pythagoricien franc-maçon (le phi-nombre d'or) les mécontents de gauche (avec de beaux scores dans les quartiers bobos des grandes villes, dans les cités de banlieue et dans les vieilles terres du socialisme rural) mais pour mieux étouffer le PC (sa tentative pour voler à ce parti la moitié de ses députés sortants est honteuse, quoi qu'on pense de la bêtise et de la faiblesse idéologique du PCF des 20 dernières années). Un FN dont la candidate après son comportement médiocre (très "avocate sans envergure") au débat télévisé de l'entre-deux tours ne pouvait convaincre personne et qui va probablement se crisper sur des marottes anti-islamistes (à mon avis l'abandon de Marion Maréchal Le Pen est un trompe-l'oeil et c'est la marginalisation de la ligne anti-euro de Philippot qui est plus probable). Voilà l'opposition à Macron qui nous est proposée !

Je ne crois pas un seul instant que la gauche de la gauche puise remporter les législatives dans l'état de division qui est le sien. Et je pense qu'une victoire des Républicains serait la moins mauvaise des options. Celui-ci a un peu édulcoré le programme anti-social de Fillon. Il constitue au moins un vrai parti à la différence de cette mystérieuse bulle Macron visiblement poussée par des intérêts planétaires très louches.

Libération hier voulait faire taire Wikileaks en prétendant que les 1,5 % de donateurs les pus riches ne représentaient "que" 45 % du financement du macronisme ! "Que 45 %", elle est bien bonne ! Un correspondant attire mon attention sur le rôle de l'ASPEN, lobby néo-conservateur animé par Jouyet dans l'ascension de Macron. On connait aussi l'action d'Attali. Une de mes contacts voit dans la mise en scène du Louvre le soir de l'élection un clin d'oeil aux francs-maçons. Il est vrai que Macron est l'enfant de Hollande qui a rendu visite au Grand Orient deux fois pendant son mandat. Bon cela dit Macron n'a pas choisi complètement le Louvre puisqu'Anne Hidalgo lui avait refusé le Champ de Mars, mais quand même, il y avait d'autres endroits possibles, sans aller jusqu'à Fatima, ni même sans songé à Montmartre ou à la montagne Sainte Geneviève ! Au fait, Mr Macron a-t-il vraiment eu 66,06 % des voix hâtivement reconvertis pour les besoins de la cause dans les chiffres officiels en 66,10 % le lendemain ? On ne le saura jamais.

On a vu à travers les écrits du lanceur d'alerte Nicolas Grégoire comment la Grande Presse, y compris Médiapart et Le Canard Enchaîné (ceux qui ont lu mon livre sur la guerre du Kosovo de 1999 ne seront pas surpris), et pas seulement elle, était prête une fois de plus à se déshonorer plutôt que de "mouiller" un soutien de poids de Macron qu'était Bayrou (Macron le lui fait-il payer en lui refusant un groupe à l'assemblée en ce moment), donc il est normal que son soutien au macronisme demeure indéfectible. Mais on saura lire entre les lignes. L'européisme macronien n'a ni consistance ni avenir. C'est du travail d'amateur mené par des esprits superficiels. On ne peut pas éternellement se considérer comme une annexe de l'Allemagne et un territoire de conquête des fonds de pension américains. Et vraisemblablement Mr Micron, pardon, Macron, ne pourra pas si facilement comme il le prétend faire passer "par ordonnances" l'ubérisation de la France et son bâillonnement. Le cadavre de notre non-alignement, et de nos révolutions bouge encore...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article