Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

HoloLens, Abramovic, Gates, Raccoon City et l'appel de Lady Gaga à Macron

16 Avril 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Bill Gates, #coronavirus-vaccination-big pharma, #George Soros, #Grundlegung zur Metaphysik

On a parlé le 11 avril de la vidéo de la veille(depuis supprimée de You Tube) de l'artiste occultiste Marina Abramovic dont le spectacle virtuel "The Life" (La Vie) était promu par l'empire Microsoft et son casque "HoloLens 2", ainsi que de son producteur, un ancien acteur de série B, et sa société Tin Drum.

L'américain anonyme du Connecticut EnterTheStars (que je cite parfois sur ce blog) fait remarquer que dans la Bible il est souvent dit que "La Vie est dans le Sang" ce qui explique que l'artiste soit dans une robe rouge (qui renvoie aussi à la prostituée de Babylone et divers rituels occultistes sanglants autour de cela).

Il se penche aussi sur le mot "HoloLens" et regarde ce que Wikipedia dit de ce dispositif de Microsoft. Or voici comment il est défini : "Le HoloLens est une unité d' affichage montée sur la tête connectée à un bandeau intérieur rembourré réglable, qui peut incliner HoloLens de haut en bas, ainsi que vers l'avant et vers l'arrière. Pour porter l'appareil, l'utilisateur place le HoloLens sur sa tête, en utilisant une molette de réglage à l'arrière du serre-tête pour le fixer autour de la couronne, en soutenant et en répartissant le poids de l'appareil de manière égale pour le confort, avant incliner la visière vers l'avant des yeux." Il se demande : pourquoi dire que l'HoloLens se porte autour de la "couronne" et non du "crâne" ? Couronne comme corona (et ce fameux Lance Corona joué en 2011 - il y a 9 ans 9/11 - par un Tom Hanks très mobilisé cette année par la propagande sur le Covid-19 - pour un décorticage en anglais du film Larry Crowne/Il n'est jamais trop tard avec ses allusions à la toux, à la distanciation sociale etc voir ici) et comme la couronne de ce mystérieux serpent dévoreur d'enfants couronné que Miley Cyrus se fit tatouer, peu de temps avant l'épidémie, dans la ville fief des nobles tarologues spécialistes de la mise en quarantaine (Enterthestars travaille depuis des années sur ces couronnes et leur mise en scène par les sociétés secrètes qui nous dirigent). 

Autre "bizarrerie" autour de ces casques "HoloLens" : ils ressemblent à des "raccoon masks" (des masques de ratons laveurs) très populaires en période d'Halloween (fête de sorciers), notamment depuis que Marvel a fait de ce petit animal un super héros (mais bon avant il y avait eu aussi le Rocky Raccoon des très occultistes Beatles). Bizarre, parce que ces ratons laveurs sont de la même famille - et même an anglais le mot est le même - que les chien viverrins ou chiens-martres fqui ont partie comme les chauves-souris rhinolophes des principaux vecteurs de la transmission du SRAS et du Covid-19 à l'homme (voir la rubrique "diseases and parasites" de la page que Wikipedia leur consacre). En réalité c'est tout le dispositif HoloLens qui est placé sous le signe du "Raccoon". Comme on le voyait dans une page de Microsoft sur ce casque en mai 2019, la mascotte d'HoloLens est... un raccoon (raton laveur)... et même il s'appelle Bit the Raccoon. Bit, c'est une unité informatique... mais c'est aussi le participe passé du verbe mordre en anglais...mordu par le raton laveur/chien viverrin on attrape le Covid.

 

Pour comprendre jusqu'où va cette "bizarrerie" (qui du coup peut participer d'un sortilège occultiste - la programmation prédictive) il faut faire un détour par l'univers des jeux vidéos. Pour ce faire quoi de mieux que cet article de Manon Carpentier sur Comiga.fr (e français pour une fois), le 28 janvier dernier, qui expliquait que le jeu vidéo Resident Evils sorti en 1996 met en scène une ville décimée par une pandémie. Le laboratoire d'où est sorti le virus dans ce jeu s'appelle Umbrella et son logo est le même (à une différence de couleur près) que le laboratoire de rechercher biologique RLSW à Wuhan (un logo qui d'ailleurs évoque un peu les chevaliers de Malte ou les Templiers...). Dans quelle ville se situe ce jeu ? Raccoon City... Et au passage raccoon est l'anagramme de corona (comme couronne et coronavirus)...

Allez, pour en finir avec le raccoon/raton laveur/chien martre, une dernière remarque : quand GZA du groupe Wu-tang Clan chantait, en 1996, dans "The 4th Chamber" : "Six millions de diables viennent de périr de la peste bubonique ou du virus Ebola, sous le règne du roi Cyrus", juste avant dans le même morceau que certains classent dans la programmation prédictive du Covid-19 il disait "Yo, Wu whole platoon is filled with raccoons" (toute mon équipe est remplie de ratons laveurs)...

Si on s'intéresse au nom de la société de production Tin Drum, cela renvoie au film Le Tambour de Volker Schlöndorff palme d'or à Cannes en 1979, film assez sulfureux sur l'affiche duquel le tambour représente un antiprisme... L'antiprisme est aussi la forme des molécules de soufre (symbole satanique) en forme de couronne... A recouper aussi avec le film "Imagine that" (Dans ses rêves, 2009 - il y a 11 ans, 11/9) avec Eddy Murphy qui  porte une couronne à la fin (le film est très axé sur la musique des Beatles et une couverture magique des Sioux "wakalyapi blanket") mais Enterthestars ne développe pas ce point à ce stade.

Il y aurait donc là une forme de spirale mentale composée du serpent, de la couronne, de l'antiprisme, du raton laveur, des cultes sanglants le mélange entre le réel et le virtuel et le sort auquel tout cela se rattache (sort d'où est sorti la coronavirus, la création en laboratoire, puis sa diffusion et le conditionnement mental par le confinement et les médias) ne pourrait être brisé qu'en découpant un par un les symboles dans lesquels notre inconscient est entraîné par les productions culturelles et médiatiques de masse.

Des gens comme EnterTheStars pensent que l'affrontement entre Trump et son conseiller le très clintonien Dr Fausti, ou entre Trump et le directeur pro-chinois de l'Organisation Mondiale de la Santé (ce qui  reviendra à rendre l'OMS plus dépendante de Gates, Soros, de l'Union européenne et des dons du lobby pharmaceutique) ne sont que des éléments de spectacle pour tromper les gens par rapport à toute cette sorcellerie, toute cette manipulation des symboles qu'il y a eu dans l'industrie du spectacle en amont de la vague de coronavirus.

Dirait-il la même chose de l'étrange appel de l'actrice occultiste Lady Gaga au président français Emmanuel Macron, d'engager son "leadership mondial" (comme il l'avait fait au service de l'Agenda 21 l'an dernier)  "avec les Nations unies, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations et Gavi (Global Alliance for Vaccines and Immunization financée par Bill Gates), l'Alliance du vaccin" dans la recherche d'un vaccin contre le Covid-19 ? L'artiste, dont le message est relayé par toute la presse people, en appelle aussi à  Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, qui «en tant que docteur, sait que cette maladie n’a pas de frontières» et au Premier ministre canadien Justin Trudeau. Elle a elle-même récolté plus de 30 millions d'euros dans ce cadre - les collectes d'argent sont des actes magiques qui engagent le public dans le pacte collectif avec les sorciers (voir aussi la collecte de Madonna).

Au fait, en juillet 2019 Lady Gaga n'avait-elle pas fait savoir qu'elle était prête à doubler dans le film Les Gardiens de la Galaxie volume 3 la voix de la loutre Lady Lylla... la petite amie de... Rocket Raccoon ? La spirale tourne toujours.

NB : A propos de Macron, certains ont fait remarquer qu'alors que Trump a décidé de déconfiner les Américains le 1er mai jour de la fête occultiste celtique de Beltane (et l'état d'urgence avait été déclaré un vendredi 13 mars), notre président, lui, a choisi la fête juive de Lag Baomer qui célèbre la sortie de l'épidémie qui selon le Talmud décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

 

Dans George Magazine de février 1997, Bill Gates parlait déjà d'une maladie virale des poumons qui frapperait une planète "surpeuplée"

Dans George Magazine de février 1997, Bill Gates parlait déjà d'une maladie virale des poumons qui frapperait une planète "surpeuplée"

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article