Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Covid 19 : Douce France

14 Octobre 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les régimes populistes, #Débats chez les "résistants", #coronavirus-vaccination-big pharma

Deux exemples de ce que le fascisme mondialiste finit par obtenir de l'humanité.

Cela s'est passé le 22 septembre dernier. Il est 5 h du matin dans un train qui traverse  la campagne entre une ville de province et Paris.  Un voyageur de 52 ans qui vient de se faire amputer des doigts et doit voir un chirurgien pour cela à Paris est sous morphine. Il ne peut respirer avec un masque.  Un kapo de la SNCF (comme j'en rencontre souvent dans les trains, les plus exaspérants étant ceux qui vous font des annonces sirupeuses joviales façon "meilleur des mondes"), l'interpelle et lui ordonne de se masquer. Poliment (selon l'attestation d'un témoin), le voyageur explique qu'il ne peut pas. Le kapo appelle la sûreté ferroviaire, puis fait intervenir les gendarmes, demande au chauffeur de faire arrêter le train à 5h14 à la première petite gare, et fait évacuer toute la rame : le train est supprimé, 150 passagers devront attendre le train suivant.

Autre histoire : cela se passe tous les jours en France depuis le mois d'avril, par exemple à Nanterre, ou au CHU Necker à Paris, et cela choque nos voisins britanniques (voyez le Daily Mail du 13 octobre) : des femmes sont obligées de garder leur masque pour accoucher. Douze heures à faire des exercices de respiration avec un masque : une expérience traumatisante. Les soignants (ceux que vous avez applaudis bêtement aux fenêtres pendant le confinement parce qu'ils faisaient simplement leur boulot) exercent un chantage : ou vous gardez le masque ou vous accouchez toute seule. D'ailleurs sur les soignants j'aurais bien des informations à délivrer : refus des infirmières libérales (qui ont été formées par l'hôpital public) de venir en renfort des hôpitaux pour faire face à la crise, refus des syndicats de négocier des assouplissements comme la mise en place d'hôpitaux de campagne etc. (Je précise que je ne pointe pas un doigt accusateur sur cette profession je souligne seulement l'erreur qu'il y a à compter sur tel homme politique ou telle corporation pour nous sortir d'une difficulté quand tout le monde à un degré ou à un autre - y compris votre serviteur - est complice du mal ; il faut repérer les comportements coupables, sans s'acharner sur les individus et les groupes, et comprendre que le remède est "ailleurs", à l'arrière-plan métaphysique de ces choses, ce qui ne signifie pas du tout qu'il faille attendre la solution passivement de cet au-delà : nos actes et nos pensées contribueront aussi au dénouement, mais à un rang subalterne, pas en tant qu'individus divinisés).

Chaque jour, une minorité active travaille à inventer de nouvelles règles pour pourrir la vie du reste de la société, et s'instaurent en spécialistes de la "prévention". Le totalitarisme fonctionne par capillarités : il y a toujours des subalternes zélés quelque part pour faire appliquer les règles et même les renforcer. Il suffit d'une personne sur cent pour terroriser les autres. Et comme chacun essaie de ne pas s'attirer plus de problèmes ou ne pas en faire subir davantage à son entourage (sa famille ou ses collègues s'il joue un peu trop au mouton noir) la chape de plomb continue à peser.

J'écoute en ce moment, avec agacement bien sûr,  le Pr Axel Kahn, patron de la ligne nationale contre le cancer, ex directeur scientifique - il y a longtemps certes - du secteur Sciences de la vie et agriculture de Rhône-Poulenc (aujourd'hui Sanofi, qui travaille sur la recherche d'un vaccin anti-Covid19 avec GlaxoSmithKline partenaire de la fondation Bill and Melinda Gates), en pointe sur les questions sociétales pour soutenir l'avortement, et dénoncer les "intégristes" - c'est à dire les milliards d'adeptes de religions qui ne partagent pas ses préjugés (cf "Le Salon beige" en 2008). Evidemment il est là, en septembre, pour prétendre "siffler la fin de la récréation" comme titrait (le 13 septembre) le journal local (franc-maçon, avec des pyramides dans son logo) de ma province natale, à l'image de beaucoup de médias nationaux. Il est vrai que les Français sont pour ces gens des enfants, on peut les siffler et les cravacher. On ne s'étonnera pas qu'il ait été de ceux qui, sur LCI, dénoncent le positionnement  "à la limite d'un engagement religieux et sectaire", de la généticienne dont il dirigea la thèse, le Pr Alexandra Henrion-Caude. Dans sa vidéo du 6 octobre, il tient un discours voisin de celui de ceux qui, en 1999, tentaient de réduire les anti-guerres au silence : "N'écoutez pas les rouges-bruns, disait-on alors, moi je vais vous dire la vérité et la vérité c'est 2 millions de Kosovars massacrés". Chiffre délirant, distorsion grotesque de la vérité balkanique au nom d'une "vérité" belliqueuse parfaitement mensongère. Même discours typique de "1984" chez ce professeur maintenant : "celui qui vous dit 'les Chinois ont pris un bout de virus du Sida pour le sortir' ... ça c'est absolument banco" - n'écoutez donc pas tous ces charlatans complotistes ; moi je vais vous dire la vérité ! Et puis sa "vérité" quelle est-elle ? Un graphique des nouveaux cas qu'on nous sort à la minute 0'39 avec pour sous-titre "des chiffres deux fois supérieurs à ceux observés en mars-avril !". Sauf que, oui, banane : ces chiffres ce sont seulement ceux des cas testés, parce que des millions de gens font la queue pour des tests, ce qui n'était pas le cas en avril. Et surtout ne précisez pas que ces milliers de cas repérés ne constituent que 3 % des gens testés et qu'ils sont en majorité asymptomatiques, de sorte que votre soi-disant explosion des cas est aussi fausse et absurde que les 2 millions de morts au Kosovo en 1998-1999. "Je vais vous dire la vérité. La vérité c'est le mensonge, et les gens qui essaient de réfléchir par eux-mêmes sont des complotistes extrémistes." "Non, nous autres qui semons la peur, l'humiliation, la crise économique, la destruction du lien social, nous qui "sifflons la fin de la récréation", qui vous faisons accoucher avec des masques, nous ne sommes pas les extrémistes, les menteurs. Nous sommes le camp du Bien, de la Vérité ; le fascisme, ce sont les "complotistes", contre lesquels il faut de plus en plus légiférer."

Ne perdez pas courage, le vent finira par tourner.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N
Je vous lis toujours avec beaucoup de plaisir.

Je n'ai pas autant d'éloquence que vous pour décrire ce que vous voyez et ce que vous ressentez concernant le sujet d'aujourd'hui

Je suis entièrement d'accord avec vous et c'est comme dise les jeunes : "flippant".........où va t'on s'arrêter, cela me fait peur et en même temps m'agace pour ne pas dire m'énerve jusqu'à me mettre en colère.

Il n'y a aucun bon sens, car les chiffres officiels sont là il faut juste savoir les lire, mais n'est-il pas entouré (ce gouvernement) de savants scientifiques ?
Sont-ils, ces savants, vraiment à la hauteur de leur tâche ?
La peur infligée au peuple depuis des mois aurait-elle une raison ?

C'est angoissant de voir que la raison a abandonné les gens qui nous gouverne............et surtout de constater que la plupart de ces gens adhère à leur idée, bon certes la peur tétanise mais aussi les ordres et contre-ordres d'où le manque de cohérence font le reste et nous en arrivons comme vous le décrivez si bien à ce résultat........la peur présente pour la plupart qui ne disent plus rien et quelques-uns qui prennent le pouvoir.
Répondre
S
Bien dit !
Répondre
F
Merci !