Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Washington : Du cannabis offert à ceux qui acceptent la vaccination

4 Février 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Bill Gates, #George Soros, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Le 18 janvier dernier, le New York Post expliquait qu'un groupe d'activistes du cannabis "DC Marijuana Justice" ( DCMJ) prévoit d'offrir au printemps des sacs-cadeaux à ceux qui reçoivent le vaccin COVID-19 dans la capitale nationale : le groupe prévoyait de distribuer gratuitement des sacs de ganja à Washington, DC, sur les sites de vaccination, "à la fois, selon leur porte-parole Nikolas Schiller, pour commémorer ce qui serait le début de la fin de la pandémie de coronavirus et ...le début de la fin de l'interdiction du cannabis aux États-Unis." L'opération s'appellera "Joints for jabs" (des joints pour des injections)

Nikolas Schiller, né en 1980, est un blogueur et militant végétarien. Ses oeuvres ont été vantées en 2008 par le Washington Jewish Week. Il a co-fondé DCMJ en 2013 avec Adam Eidinger, né en 1973, qui a fait ses premières armes de publiciste au Rabinowitz Media Strategies fondé par un ex-conseiller des Clinton. Il a été actif dans le lobbying pour le Dalai Lama, et surtout s'est rendu en Croatie au nom de l'Open society foundation du milliardaire George Soros. Il semble qu'Eidinger appartienne à l'aile gauche de la mouvance démocrate puisqu'il aurait été évincé du groupe de Rabinowitz pour son hostilité au Fonds monétaire international et qu'il se soit répandu en critiques de Monsanto en 2008. Il a pourtant en commun avec Soros non seulement un partenariat (semble t il dans les années 2000) avec l'Open Society, la proximité avec les Clinton, un même goût pour la marijuana (n'oubliez pas le temps où, en 2013, Soros, premier actionnaire de Monsanto à l'époque, rencontrait le président uruguayen Mugica pour lui faire accepter des cultures de marijuana transgénique dans son pays)... et la passion des vaccins anti-COVID-19.

Dès le mois de mai dernier George Soros, père des "révolutions de couleur", qu'on surnomme le "spécialiste du chaos" (connoisseur of chaos) annonçait dans Project Syndicate (un organe proche de ses idées) qu'il faudrait que les peuples du monde se vaccinent tous les ans. Et, en novembre dernier, le site d'Open society appelait à la création d'un "vaccin du peuple" accessible à tous. Il ne serait pas étonnant que l'Open society foundation subventionne directement "Joints for Jabs", mais depuis que les chercheurs de vérité enquêtent sur ce genre de choses, ce type de financement n'est plus affiché sur le Net...

Certains chercheurs comme le Pr Henrion-Caude rappellent (itw censurée du 15 janvier) que le vaccin génique ARN de Pfizer (mais cela vaut pour tous les vaccins ARN) qui est encore expérimental jusqu'en 2022 (de sorte que nous sommes tous encore des cobayes si nous le recevons) peut toucher l'ADN des gens par le biais du mécanisme de la reverse transcriptase via les spumavirus (des virus silencieux), ainsi que leur descendance ; que les effets secondaires dangereux non déjà relevés dans le cadre du protocole d'expérimentation (qui déjà relève de nombreux effets graves - 2,7 % de vaccinés incapables de travailler, plus que la mortalité du coronavirus) ne seront pas répertoriés en France dans le cadre de la pharmacovigilance... et que le vaccin, qui renforce la charge virale des patients, est mutagène comme de Remdesivir, donc possiblement à l'origine de "variants" dont on nous rebat les oreilles en ce moment (et il le sera encore plus dans l'avenir)...

Les initiatives pour "récompenser" les candidats à la vaccination révèlent l'inquiétude que suscitent les nombreuses résistances (légitimes) aux vaccins et aux politiques sanitaires répressives en Amérique et en Europe.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article