Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Une remarque sur la politique sanitaire

13 Juillet 2021 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Christianisme

Comme je n'ai cessé de vous l'indiquer au cours des dernières semaines, les marionnettes du satanisme qui dirigent ce monde n'ont aucunement l'intention de lâcher leur proie. Et leur proie, c'est vous, toute l'humanité. Ceux qui se font vacciner et qui devront subir toujours plus de piqûres de rappel, toujours plus de traçage, de flicage, jusqu'à ce que ce qu'on injecte dans leur corps puisse même être activé et manipulé à distance, dans leurs cerveaux, dans leurs membres. Et ceux qui ne seront pas vaccinés seront traqués comme des animaux, soumis à de plus en plus de contraintes (même si en réalité ils vivront dans une meilleure intégrité physique et morale que ceux qui auront capitulé devant Big Brother). Y a-t-il une raison que cette folie collective (qui reçoit quand même, dans les pays riches, le soutient de plus du tiers de la population, ce qui est suffisant pour diviser et marginaliser les autres) va ralentir à un certain moment (ne serait-ce que parce que les fous au pouvoir n'auront pas forcément les infrastructures matérielles pour vacciner tout le monde aussi vite qu'ils le veulent) ? Nous n'en savons rien. Faut-il résister et comment ?

Personnellement, je me garderai bien de donner des conseils à quiconque. Je ne suis pas, comme le professeur Raoult (ou divers politiciens qui se réclament de son autorité) à oser pronostiquer comme il l'a fait ile 7 décembre 2020 sur Cnews (la chaîne maçonnique du groupe Canal+) : "«Si on s'amusait à faire ce vaccin obligatoire, vous auriez une révolution". Ceux qui promettent des révolutions ou des résistances alors qu'ils n'ont pas l'ombre d'une stratégie à proposer ne sont en réalité bons qu'à envoyer les gens au casse-pipe comme on l'a fait avec les Gilets jaunes qui y ont perdu des yeux, des mâchoires, des mains, et provoquer au bout du compte toujours plus de désespoir.

Si quelqu'un a une stratégie en tête qu'il la propose, mais pour ma part j'estime que telle n'est pas ma fonction aujourd'hui. Tout ce que je peux vous suggérer à tous en tout cas c'est de garder votre force intérieure et votre calme. Ce dispositif dément peut subsister longtemps (pendant des lustres) ou s'effondrer comme un château de cartes comme avant lui d'autres totalitarismes. Car nul ne sait quand interviendra ce qu'on appelle la "fin des temps". Ce qui importe le plus c'est de tenir le coup, et pour ce faire, il faut du détachement. Détachement à l'égard de l'avenir (ne rien planifier, ou, à la rigueur faire des petites planifications en pointillé, toujours réversibles), en s'en remettant avec confiance à Dieu qui pourvoira à tout. Détachement à l'égard des choses matérielles, et même des gens, et d'une partie de soi-même (de ce qui, en nous-mêmes, a jusqu'ici trop cru, trop adhéré à ce système culturel dans lequel nous sommes nés et dont le totalitarisme sanitaire est aujourd'hui l'aboutissement). Se détacher des choses matérielles est difficile. Se détacher des préoccupations matérielles des gens qui nous entourent, et du statut social qu'ils ont confectionné pour nous (nos parents avec l'éducation qu'ils nous ont donnée, nos conjoints, nos enfants, nos amis, avec les attentes qu'ils associent à ce qu'ils croient que nous sommes). "Voici ce que je dis, frères, c'est que le temps est court; que désormais ceux qui ont des femmes soient comme n'en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas, et ceux qui usent du monde comme n'en usant pas, car la figure de ce monde passe.…" (1 Corinthiens 7:29-30) Ca ne veut pas dire opter pour le survalisme et s'enfuir dans une forêt. Comme me le faisait remarquer un lecteur il y a peu, ça arrangerait beaucoup les mondialistes qu'on soit tous en mode "survie", aussi bien les vaccinés que les non vaccinés, aussi bien les adversaires du système que ses partisans. Alors que Dieu veut pour nous une vie en abondance. Ca veut dire seulement ce que veut dire le verset : user des choses de ce monde sans nous sentir personnellement investi en elles.

Ca ne signifie pas non plus se couper des autres. « Si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien » (1 Corinthiens 13 :2). Seulement se positionner différemment par rapport à leurs idées, leurs émotions. Lorsqu'ils glissent vers l'erreur, vers le précipice de la folie mondiale actuelle, leur faire comprendre qu'on ne les y suivra pas. Et, s'ils s'obstinent, sans les juger, accepter cela en reconnaissant humblement qu'on ne peut pas soi-même sauver quelqu'un qui veut sa propre perte. Et ne pas se vanter d'être nous-mêmes dans le vrai. Car notre vantardise se retournera toujours contre celui qui s'y abandonne. Ce dosage délicat n'est possible qu'en partenariat avec notre Créateur évidemment. Et sans trop se poser de question, "Ne vous inquiétez de rien" (Philippiens 4:6). Laisser venir les choses tout en tenant votre position fermement.

C'est avec cet aplomb venu d'en haut que l'on pourra faire face à tout, et que tout servira à notre propre renversement. Les fous au pouvoir nous préparent des choses graves. Si vous voyiez les mesures de confinement à l'oeuvre en Australie en ce moment (où c'est l'hiver), vous seriez effrayés de ce qui nous attend dans quelques mois. Et cela n'a rien à voir avec ce "variant delta" qui touche peu de mondes et est dix fois moins mortel que le virus l'an dernier (lequel l'était déjà statistiquement fort peu). Le plan est plus vaste, plus systématique, plus implacable que la majorité ne le pense. On comprend que les gens aient peur de se défaire de leur foi en Macron, aux médias, aux médecins, ou même en Philippot, en Asselineau (je n'ai rien contre ces deux dernières personnalités, mais il faut voir au delà des personnes au cas où leurs stratégies échouent, voilà le point de ce billet). Ce n'est qu'en revenant à leurs racines spirituelles, celles qui ont fait la France et l'Europe, celles auxquelles ils doivent leur naissance, qu'ils y parviendront.

J'insiste, pour finir cet article (parce que cela correspond à un des axes majeurs de ce blog), sur l'importance de se détacher de ce que l'on a aimé dans son enfance ou encore il y a seulement quelques années. Tout ce conditionnement subliminal. Un journaliste avec qui je déjeunais en juin et qui était pourtant communiste donc en principe anti-système me disait : "J'avais 14 ans pendant la guerre du Kosovo. Sans même avoir rien lu sur le sujet, ni même regardé longuement les informations, j'avais été intimement convaincu que les Serbes étaient les méchants et que c'était bien de les bombarder. Et tous mes copains du collège étaient d'accord avec ça". Le mensonge, la folie meurtrière, s'instille passivement dans les esprits comme par magie. Un autre journaliste, plus âgé, qui avait travaillé pour le Figaro, me disait : "En ce temps là à chaque fois que j'expliquais à mes collègues en quoi ils déliraient sur la Russie, ils me disaient qu'ils étaient d'accord avec moi. Puis dès qu'ils retrouvaient leur ordinateur ils se remettaient à écrire des absurdités contre ce pays." C'est de l'ordre du conditionnement spirituel, cela participe d'une magie réelle (tous ceux qui ont touché à l'occultisme le savent), de mauvais sorts, au delà de l'argumentation rationnelle. Le mécanisme est exactement le même pour la dictature sanitaire (c'est d'ailleurs pourquoi il est inutile de s'épuiser à débattre de façon argumentée avec un partisan du système de l'utilité des masques ou des effets secondaires des vaccins). Et ces sorts passent par des images, par des symboles.

Il y a peu, je regardais le clip d'une (assez mauvaise) chanson de 1987. J'y voyais les images suivantes (cf ci-dessous). Le chanteur s'allonge sur un damier maçonnique et nous montre l'oeil d'Horus sous différentes formes. Et ce genre de "détail", on peut le retrouver à tour de bras dans des tas de clips des années 1980, 1990, 2000, 2010 ou de cette année. Ca crève les yeux quand on a compris que cela existait, et cependant jamais un journaliste n'ira demander à un artiste "pourquoi vous avez caché votre oeil ?", "pourquoi vous chantez devant deux piliers de temple qui rappellent un temple maçonnique ?", "pourquoi vous avez pris la parole devant une pyramide ?". Comme personne n'a demandé au réalisateur du film "La Cité des enfants perdus", "pourquoi est-ce que l'oeil dans la pyramide revient tout le temps dans votre film ?" (pas besoin de regarder les films hollywoodiens pour trouver ça, on a ça chez nous aussi). Quand on questionne le fossé qu'il y a entre cette omniprésence des symboles et le silence assourdissant de ceux qui seraient censés les pointer du doigt, on commence à faire un pas en dehors du contrôle mental. Puis, quand on commence à se rendre compte que ce sont les gens qui sont dans les "trips" de ces symboles (Céline Dion, Bono, Madonna, Lana del Rey, et des centaines d'autres dans le domaine de la musique, il y en a aussi dans le domaine de l'image, de l' écriture, de la mode vestimentaire, de la nourriture - comme la bière Heineken dont la principale brasserie aux Pays-Bas a une architecture maçonnique et qui vient de lancer une pub pro-vaccination etc) qui sont aussi les premiers à nous vendre la "soupe" médiatique de la panique sanitaire, du confinement, de la vaccination obligatoire etc, on franchit un autre pas. Laisser de moins en moins de place à toute cette pollution mensongère dans nos têtes, à toutes les traces qu'elle y a laissées au fil des années, pour s'ouvrir au monde d'en haut, dans un esprit de charité et de compassion pour les gens qui sont mis sur notre chemin, c'est la meilleure voie, je crois, pour se blinder contre les assauts. "Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Evangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin" (Ephésiens 6:14-16)

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

P
Pourtant, à vous lire, et ça n'a rien de personnel, vous avez des réflexions et critiques, qu'il m'arrive d'avoir, de même que nous tous je présume, sur l'utilité d'internet et des blogs, vous vous interrogez donc sur ce médium, de fait sur la technique..? Je vous laisse répondre, mais je poursuis un peu.

Pour ma part, je ne suis pas ou plus du tout "agnostique" sur la question de la technique, dont il me semble encore une fois qu'elle est la question fondamentale.
En somme, c'est à peu près, dans les médias de "grand chemin", la question "angle mort"; il n'y a tout simplement plus de débats, ni de réflexions à défaut de quelques anathèmes qu'"on" jette à la figure des quelque uns qui abordent malgré tout le sujet.
Je disais plus haut "droitard/gaucho" => tous dans la "techné"..

On constate, et ça rejoint à peu près l'ensemble de l'"oeuvre" médiatique en général, que la discussion n'est radicalement pas sur la technique mais sur qui la possède.
Non à la surveillance chinoise, Non aux GAFA, etc.
Oui à la souveraineté numérique européenne !
Ha bon???
Donc, si on regarde bien, la question n'est pas de savoir si je n'ai pas envie d'avoir une puce dans le citron, mais de savoir si ma puce sera américaine, chinoise ou..............souveraine!
Conclusion : La puce où je pense est bonne, si elle est "française".
Si les chinois me surveillent, ha non alors ! Mais si c'est Bruxelles, ha oui !

Je viens de résumer le débat "technique" actuel. Il n'y en a pas. Le débat est clos. Ne reste plus à savoir qui me la placera, des américains, des chinois ou des "bruxellois".
Je suis censé être sensé, ce qui doit me faire dire (selon eux) que je préfère qu'on me la place souverainement !

Le techno-"capitalisme" a tout bouffé : nos esprits, nos corps, notre ADN!, notre temps, notre sommeil et... quant à l'âme comme dirait l'autre tartignole (Goethe), c'est somme toute à vendre.

J'allais dire qu'il reste la foi, mais vous ne la mentionnez pas, vous évoquez le "détachement" des choses, des êtres et de soi.
Ce détachement existe déjà, il est même promu tout justement par le système [pas de racine, pas de famille, pas d'attache, "libéré de tout et de tous", etc]...via la technique, précisément.
N'est-ce pas pas de rôle ?

Pour ma part je dirais l'exact contraire : liez-vous, attachez-vous les uns les autres, parlez-vous, discutez, riez, échangez, plaisantez, tout ce que vous voulez, mais en aucun cas, ne vous détachez des vôtres.
Répondre
F
"[Le scribe] qui s’applique à la loi du Très-Haut et la médite …cherchera à connaître la sagesse de tous les anciens et se consacrera à la lecture des prophètes. Il retiendra l’histoire des hommes célèbres, il pénètrera dans les détours des paraboles, il cherchera le sens caché des proverbes, il retournera dans sa tête les énigmes des paraboles. Il aura une place au service des grands, il se fera remarquer par les chefs, il voyagera dans les pays étrangers, car il a l’expérience du bien et du mal que font les hommes.Il s’appliquera de tout son cœur à servir dès le matin le Seigneur qui l’a créé. Il présentera sa supplication devant le Très-Haut, il ouvrira la bouche pour la prière et il suppliera pour ses péchés. Si le Seigneur souverain le veut, il sera rempli de l’esprit d’intelligence, il répandra comme une ondée ses paroles de sagesse, et dans la prière il rendra grâce au Seigneur.Il suivra le droit chemin dans ses décisions comme dans son savoir, et il méditera sur les secrets de Dieu. Il fera connaître l’enseignement qu’il a reçu et mettra sa fierté dans la loi de l’Alliance prescrite par le Seigneur. » (Ecclésiastique 39 :1-8)" Un bel hommage aux spécialistes de l'écriture (les scribes). De beaux hommages aussi dans la Bible au travaux manuels artisanaux : Dieu qui se compare lui même à un potier qui remet ses créatures sur le tour. Jésus est charpentier. La sagesse architecturale de Salomon (avec l'ingénierie que cela suppose) est saluée. Je suppose qu'il y a une technique "anti-nemrodienne"... celle qui est soumise à Dieu. Tout peut être mis au pied du trône de Dieu et retourné par lui au service du Bien et de sa gloire. Je suppose...
P
Pour construire la Tour de Babel, ne faut-il pas un apport considérable de technique?
Il me semble, bien que je ne sois pas exégète, que nous avons là un sujet type de technique au cœur des Écritures ?
Le "dévoilement de l'« homo faber »" orchestré de main-d’œuvre par l'artisan ne date pas d'hier. Le veau d'or et combien d'autres choses.
Les Écritures Elles-mêmes sont des écritures... donc produits d'une technique ? (du moins une transcription de la parole de Dieu)
Le langage et la transmission orale sont choses naturelles, l'écriture, moins, non ?
F
Vous n avez pas lu jusqu'au bout où je précise en quoi on se détache et comment le détachement se double de charité. Je ne cherche pas à penser à partir d une réflexion personnelle mais à partir des Écritures. Cela fait partie du détachement de soi. Et les Écritures ne disent rien de la technique. Du moins à ma connaissance.
P
A mon avis, il y a comme qui dirait un problème…
Qui n’a pas tant à voir, naturellement, avec le « rhume » ou nos quelques « grands maîtres ».
Puisque nous sommes en France, parlons-en, mais ce n’est malheureusement qu’un exemple, qui ne vaut pas plus qu’un autre ; de fait, le « village global » de McLuhan ou de McGoohan existe déjà.
Ce qu’il est importe moins que ses habitants, « cette famille d’esprit » [comme dirait l’autre…], leur nombre et ce qu’ils vénèrent.
En France, toujours comme exemple, il y a des centaines de milliers (sinon plus) de personnes, toute catégorie professionnelle, qui attendent, sagement, la fin de la « classe moyenne », et d’une certaine manière, le corollaire, la fin de la liberté du « plus grand nombre ».
La société à deux castes (ou deux un quart…).
« Amusant » de noter, au passage, que les « afficionados », de plus en plus nombreux, d’une espèce de « new age » occidentalo-bouddhiste n’évoquent que moyennement ou pas du tout cet autre fait que l’Inde est une société « chimiquement pure » de caste, plutôt absolument.
Ce ralliement, parce qu’il s’agit bien de cela, ne concerne, comme vous le dîtes, pas seulement deux trois starlettes minables ; c’est bien au-delà, et partout, autour de nous, nous en connaissons sans le savoir (il y a aussi des suiveurs qui suivent sans savoir ce qu’ils suivent, évidemment, rien n’est jamais aussi simple).

Je ne le citerai pas, mais un « journaliste » photographe de l’AFP avait attiré mon œil pour de très mauvaises raisons (eu égard à ses clichés… dont un, célèbre). En un mot, je ne « le sentais pas du tout ». Je regarde donc son « fil twitter », comme on dit, et je vois que le type aime beaucoup prendre en photo des volcans en phase de réveil ou encore des stades vides de spectateurs, le tout sous des orages monstres ; qu’il rend un hommage appuyé à un de ses collègues décédé en partageant une photo de lui sur laquelle le défunt nous fait un gros œil unique. Qu’il partage une photo de camion de pompiers, dont l’inscription « pompier » est tournée à l’envers ?? (pourquoi photoshoper une simple photo de camion pompier ?).
Et puis, surtout, un commentaire twitter sous une « information » de type : «La proportion de Français partis en vacances a baissé de 8 points en 2020, avec un budget en recul de 30% pour le principal séjour, mais le besoin de partir est resté "vital", selon le 19e baromètre Opodo-Raffour. » En précisant que ce photographe est « basé » dans le sud, il commente (de mémoire) : « Visiblement, ils éprouvent encore le besoin de partir en vacances… ».
Tout n’est là que mépris et cynisme. [avec le pass, on élague… on respire, et si le « besoin de partir est « vital » », peut-être ben que non.. mais l’espace, pour sûr, lui, l’est !]
« Ils » ? Il y a donc « eux » et « ils » ? La « classe moyenne » : cette parenthèse de l’Histoire ?
Ce photographe, soyons-en sûr, se sent plus proche d’un de ses pairs japonais ou australiens ou italiens ou autre, que de son voisin de palier ou de son propre père pour peu que ce dernier n’adhère pas à ce à quoi, lui et « eux », adhèrent.
Ce photographe compose un des maillons de cette désormais grande chaîne « d’esprits »… qui attend sagement son avènement et pousse « gentiment » dans le dos « ceux » qui, à la peine, « déambulent ».
« Ils » rient.
« Déambulent », de leur point de vue, car ce qu’ils prennent pour tel n’est jamais autre chose que la manifestation consciente ou non, de ce qui est contre-nature.

Pour faire plus simple ou neutre, on peut dire que tout ce qui nous arrive est la conséquence de la « technique » et de rien d’autre. Ses adorateurs d’un côté, ses détracteurs, peu nombreux, de l’autre et toute la « foule » de ceux qui la « subissent » bon gré mal gré, peu importe. Elle est partout.
Quand un « gauchiste » crache sur un « droitard », c’est oublier qu’ils sont dans le même camp : celui de la techné. Et c’est peu de le dire.
Gauche/droite, globaliste/souverainiste ne sont en définitive que des oripeaux de l’ultime et véritable choix : Considérer que nous ne pouvons rien face au dévoilement du dispositif entrevu par Heidegger, celui-là même auprès duquel il nous faudrait, à terme, se soumettre ou bien envisager et décider un ralentissement drastique de la technique quitte à « la faire redescendre » (cf. « low tech »).
Ce dernier choix est naturellement perçu par « eux » comme une régression automatique… ou comme une utopie absurde. Seul le nombre peut leur prouver le contraire.

Il n’y a pas que les « non-vaccinés », il y a aussi depuis longtemps les « néandertalisés »…

Un petit tour dans la rue pour constater la prolifération des trop fameux « Iphones » ne nous fait guère verser dans l’optimisme.

Il faudrait peut-être réaliser une bonne fois pour toute que la « technique » est à peu près la seule cause de nos « petits » tracas actuels…

En un mot :

Le "cov.I.D", c’est l’A.I.phone.
Répondre
F
Perspective de réflexion intéressante. Personnellement je suis agnostique sur ce procès fait à la technique (même si philosophiquement je suis très anti-heideggerien). De toute façon ce n'est pas mon rôle de prendre position là-dessus.