Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Un mot

15 Février 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

"Ecrire c'est toujours écrire pour les animaux"

Gilles Deleuze
Lire la suite

La manif sur le Kosovo dimanche / élections états-uniennes

15 Février 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca, #Peuples d'Europe et UE, #Barack Obama, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous

J'ai reçu ceci hier ceci : "RASSEMBLEMENT CE DIMANCHE A 15 H, PLACE DE LA REPUBLIQUE, PARIS 11EME EN PROTESTATION CONTRE LA DECLARATION D'INDEPENDANCE DU KOSOVO QUI EST ILLEGALE. PREVENEZ TOUS VOS AMIS, VOS PROCHES."

D'aucuns m'incitent chaudement à y assister. Evidemment je suis archi-hostile à l'indépendance du Kosovo de la manière dont elle s'est faite (alors que, sans la pression des Etats-Unis, une solution plus juste, basée sur une large autonomie de la province, ou sur une partition, aurait été possible). Une fois de plus, comme en 1991, on ouvre la boîte de Pandore du redécoupage des frontières en Europe. L'Occident joue avec le feu, fait le jeu des extrémistes, ce n'est pas nouveau hélas. Aujourd'hui une bombe a explosé dans les quartiers nord de Mitrovica. Certains agités albanais sont déjà prêts à parachever le nettoyage ethnique antislave et antirom de 1999.

kosovo-copie-1.jpg

Rien de nouveau sous le soleil, en effet. Et les menaces contre la Russie avec nos sombres manoeuvres en Ukraine vont dans le même sens hélas.

Evidemment, quelles qu'aient été les erreurs des dirigeants serbes ou de leurs supporters à tel ou tel moment de l'histoire (et, quand on parle des Balkans, il faut parfois remonter à des dates très anciennes), et quels qu'aient été les crimes de guerres commis (mais il y en eut dans tous les camps), je crois que notre devoir est de nous tenir aux côtés de ceux qui, aujourd'hui, défendent le droit international, l'intégrité des Etats, la paix en Europe, contre les apprentis sorciers. Or les garants du droit international en ce moment, les remparts contre les folies impérialistes, ce sont les Serbes.

Pour autant les manifestations comme celle de dimanche sont elles la meilleure façon d'exprimer son refus de cette politique irresponsable ? Je n'en sais rien, et même, pour tout dire, j'en doute, mais je conçois toutefois que certains y décèlent une arme politique efficace. Affaire de sensibilité.

En parlant de paix, je lisais ce matin cet extrait d'un discours de Barack Obama que citaient les libertariens d'Antiwar.com :

"I think the pundits have it wrong. I think the American people have had enough of politicians who go out of their way to look tough, who say one thing in a caucus and another in a general election. When I am the nominee of our party, the choice will be clear. My Republican opponent won't be able to say that we both supported this war in Iraq. He won't be able to say that we really agree about using the war in Iraq to justify military action against Iran, or about the diplomacy of not talking and saber-rattling. He won't be able to say that I haven't been open and straight with the American people, or that I've changed my positions. And you know what? The American people want that choice. Because I believe that's what we need in our next President.

"We've had enough of a misguided war in Iraq that never should have been fought – a war that needs to end." - http://www.antiwar.com/justin/?articleid=12366-

undefined
Justin Raimundo sur ce site fait l'éloge d'Obama et voit en lui le nouveau candidat du camp anti-guerre après le retrait de Ron Paul. Il y a un mois pourtant on nous expliquait ailleurs qu'un Obama avec Brzezinski  parmi ses conseillers(le "père" de la guerre d'Afghanistan version 1979) c'était la même chose qu'une Hillary Clinton avec son Holbrooke (http://www.divergences.net/spip/spip.php?article230). L'antisioniste Alan Dershowitz et l'ex reaganien Paul Craig Roberts soutenaient cette thèse. Qui croire ? J'observe que les opposants iraniens sont très remontés contre Obama et Brzezinski, en qui ils voient des empêcheurs de faire la guerre aux mollahs - http://www.iran-resist.org/article3963. Brzezinski l'auteur d'un mode d'emploi pour démanteler la Russie rallié au camp des colombes de la paix ? Ce serait quand même assez étrange...

Lire la suite

Unsere Zeit

9 Février 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Depuis longtemps déjà la politique médiatique française se perdait en futilités, ignorant le plus souvent ce qu'il se passe au delà des frontières, et les vrais problèmes de ce monde. Un nouveau pas fut franchi avec la "people-isation" de la politique sous la houlette de Mme Royal et M. Sarkozy en 2006-2007. Les effets sur les institutions sont assez désastreux, notamment pour la fonction présidentielle : une compagnie d'aviation croit pouvoir utiliser le président et sa nouvelle épouse pour une publicité, le Nouvel Obs révèle un envoi de SMS du président à son ex-femme... undefined

Le président, attaqué, à défaut d'imposer une autorité naturelle qu'il n'a pas, fait donner les canons de la justice, et porte plainte au pénal, contre les journalistes. Une manoeuvre peu respectueuse de la profession comme l'a souligné Reporter sans frontières, parce que les employés du Nouvel obs vont être contraints de révéler leurs sources. La violation du secret professionnel des journalistes est d'ailleurs de plus en plus répandue. Un journaliste d'un blog en avait fait les frais récemment dans une affaire concernant les services secrets. Comme les journalistes sont très dociles à l'égard du pouvoir politique pour tout ce qui touche aux enjeux importants de l'humanité (les manoeuvres au Proche Orient ou contre la Russie par exemple), ils n'inquiétent nos dirigeants que pour leurs histoires sentimentales. Mitterrand avait déjà montré son hypersensibilité sur ce thème, en installant une pitoyable cellule d'écoutes à l'Elysée pour espionner des gens au fait de ses secrets (à propos de l'existence de sa fille cachée). Sarkozy tout aussi susceptible, préfère utiliser la justice pour inquiéter les chasseurs de scoop. Rien de très glorieux.

Pendant ce temps, le totalitarisme soft continue de gagner du terrain. Les normes sécuritaires ou hygiénistes se multiplient. "Le tabac est déclaré hors la loi" titre le journal de ma mutuelle ce mois-ci - grâce à la loi interdisant la fumée sur le lieu de travail, dans les cafés, les lieux publics, ce sont désormais les trottoirs, dernier refuge des fumeurs, qui empestent l'odeur du tabac : impossible de marcher dans la rue sans avoir un fumeur devant soi. Impossible aussi de rester 10 minutes sur un quai de gare sans entendre 25 consignes, sur la cigarette, l'étiquetage des bagages, la nécessité de ne pas se tenir trop près de la bordure du quai... Pour vous tous, mes chers compatriotes, qui êtes de gros bébés incapables de vous imposer même face à un nouveau-né de 3 mois, le gouvernement met à votre disposition un "numéro vert" que vous pouvez appeler gratuitement si votre bébé pleure de trop... Vous en avez de la chance !

Et comme vous n'êtes tous que des enfants écervelés, le gouvernement, avec l'aide du Parti socialiste, a fait ratifier par le Congrès, à votre place, le traité de Lisbonne, qui valide ce que vous aviez rejeté par référendum il y a peu. Mais avouez le : vous n'êtes pas descendus dans la rue pour dénoncer cette "confiscation de souveraineté". Vous n'avez pas constitué des comités de quartiers. Vous n'êtes pas allés sonner chez votre voisin pour lui demander ce qu'il en pensait. Vous l'avez laissé regarder TF1, qui appelait cela un "mini-traité" (combien de pages déjà dans ce mini-traité ?). Jean-Luc Mélenchon sur son blog peut jouer les vieux politiciens à la tribune d'un meeting, ses accents très "Troisième République" ne vous émeuvent manifestement plus.

debray-copie-1.jpgRégis Debray, qui n'est pas toujours très pertinent dans ses remarques, dit parfois quand même de belles choses sur notre société. Je vous recommande son dernier papier dans le journal Le Monde, à propos de l'utilitarisme de notre temps, cette manie abrutissante qu'ont les gens de s'affairer, de se faire croire qu'ils ont des projets importants, cette obsession de rentabiliser chaque minute, chaque rencontre avec autrui, et ce en croyant valoriser de la sorte une image de soi comme homo faber (ça il ne le dit pas, c'est moi qui le rajoute). Cette tentation, j'y ai moi-même cédé en écrivant toutes sortes de livres, et toutes sortes de blogs, lus par moins de dix personnes.

Je me suis promis d'arrêter cette année. Je termine la rédaction de mon dernier ouvrage (le huitième). Après cela je (re)deviens insouciant : ouvert aux possibilités de l'instant.

Au fait, je salue les journalistes transdniestriens, qui ont jeté un coup d'oeil sur mon blog cette semaine. Ce sont des privilégiés qui s'ignorent. Ils habitent un très joli pays.
Lire la suite
<< < 1 2