Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Béarn d'hier, Béarn d'aujourd'hui

14 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn

Je n'en ai pas fait mystère, j'y ai même consacré un roman. Je suis né en Béarn. Il est toujours compliqué de parler de ses origines régionales, en essayant d'être utile pour autrui. Le rapport aux paysages, à la culture de l'enfance, c'est comme le rapport à certains plats culinaires, à une vieille histoire d'amour, c'est comme une sensation que l'on éprouve quand on s'allonge sur un lit, quand on regarde un nuage. C'est de l'ordre, si j'ose dire, des "micro-affects" qui ne parlent qu'à soi-même, de l'idiosyncrasie. C'est d'ailleurs ce qu'il y a de plus frustrant dans l'individualité, c'est assez "incommunicable". Je trouve toujours suspect quand deux personnes s'associent pour dire "on est de la même région". Ca sent déjà le projet politique : l'identité partagée sur la définition d'un dénominateur commun bricolé d'une façon très contestable.

Mais c'est sans doute parce que, comme en amour, j'ai toujours placé la barre de l'attachement à la région d'enfance trop haut. J'accorde trop de prix à ce qui devrait en avoir moins. Mais cela peut-il n'en avoir pas du tout ? L'être humain, animal territorial, peut-il complètement oublier les lieux de son enfance ? Certains voient dans le déracinement complet, l'éloge du nomadisme, une utopie néo-libérale (elle fut aussi socialiste naguère). En même temps n'étions-nous pas tous nomades - donc ignorants des lieux de l'enfance - au paléolithique ? L'attachement aux lieux d'origine ne font-ils pas partie de cette malédiction de la sédentarisation et du néolithique qu'évoquait Timothy Taylor il y a dix ans ?

Le Béarn, la province "particulièrement particulière" dont parlait Bourdieu, se prête beaucoup à sa fétichisation. Beaucoup de ses habitants s'y adonnent. Parce qu'il fut la "petite Genève", le petit coin protestant des Pyrénées, et la "vicomté" presque autonome, jamais conquise, seulement annexée en 1620 par un acte juridique. Les béarnais ont du mal à se saisir comme autre chose que béarnais. Ils ne peuvent pas être "aquitains", "gascons", on ne peut pas les fondre dans des ensembles plus généraux. C'est très étrange.  Les particularismes si profonds à si petite échelle sont rares en France.

Ce système fétichiste peut être assez dangereux. Les gens peuvent du coup être stérilisés par leur attachement à leur lieu, la satisfaction béate d'être en lui, de jouir de lui, à longueur de semaines, avec ces expressions sans cesse répétées "c'est quand même une belle région", "on y est bien", "c'est la belle vie ici". Le fascisme du localisme.

Un fascisme absorbant. Mon ami Laurent me transmettait hier une invitation de l'Ostau bearnés de Pau intitulé : "Los Americans que s'interèssan au bearnés !" (les Américains s'intéressent au béarnais). L'annonce parlait d'une étudiante californienne, Nicole Marcus, qui fait sa thèse sur les énonciatifs gascons. En fait cette linguiste s'intéressait au dialecte gascon, mais les palois avaient tôt fait de réduire sa recherche au seul sous-ensemble du Béarn.

Une autre amie, Myriam, m'a transmis une vidéo d'un groupe très connu là-bas. Mais pas béarnais. Béarnais à 33 %, bigourdan à 66. Comme ils sont largement tarbais, leur vision du Sud-ouest est un peu plus "élargie". Ces visions de la cartographie béarnaise, gasconne, occitane sont l'enjeu de luttes savantes ou demi-savantes, chez les occitanistes en particulier. Le langage de ce groupe, "Sangria gratuite", est celui de la jeunesse de cette région. La festivité, la latinité festive. Je suis frappé par les emprunts à l'Espagne. L'entrée de ce pays dans le marché commun européen dans les années 1980 a eu beaucoup d'effets sur la culture populaire gasconne. Les bodegas, les corridas se sont multipliées, et la sangria a coulé à flot. On peut parler d'une hispanisation du Sud-Ouest qui, à ma connaissance, n'a pas été étudiée par les chercheurs, et qui n'a pas son symétrique outre-Pyrénées (l'Aragon ne s'est pas converti au magret de canard ni au jurançon, que je sache).

Cette hispanisation et la culture de la fête (comme le culte du sport, des randonnées, de la chasse) sont devenues le creuset du vivre-ensemble des gens de ma génération et ce qu'ils lèguent à leurs enfants. Ayant quitté la région en 1988, je suis, moi, resté sur une autre culture béarnaise, peut-être un peu plus austère, un peu moins easy life, où le travail occupait une plus grande place, une culture - celle de mes parents, de mes aïeux - moins ouverte vers l'ailleurs aussi en un sens (ou ouverte sur d'autres ailleurs, la religion par exemple, l'idéal républicain, pas plus irréels qu'Internet ou que les destinations préformatées par une modernité stéréotypée). Il est étrange de confronter ce qu'était une région avec ce qu'elle est devenue. Je ressens cela aussi quand je compare le Paris de mes 18 ans à celui d'aujourd'hui : le Paris arrogant, agressif, rigide, de l'époque où Chirac était maire, qui ressemble d'ailleurs à celui qui réserve l'accueil détestable aux Kabyles dans les années 60 décrit par Laura Mouzaia dans La fille du berger, et  le Paris de Delanoë, celui des bicyclettes et des bobos, un peu moins figé, un peu plus avenant - mais toujours aussi superficiel. Qu'est-ce qui fait que l'ethos collectif évolue ainsi d'une époque à l'autre ?

Cet après-midi je regardais une émission sur le jardinage. Moi qui ai grandi dans le jardin de mon grand-père, je ne reconnais plus ces jardins d'ouvriers paysans qu'il y avait dans chaque maison de l'agglomération de Pau. Jardins soumis à la nécessité vivrière, potagers qui côtoyaient les poulaillers remplis aux coqs bruyants et les charmants clapiers aux lapins langoureux. Combien faut-il aujourd'hui de dérogations préfectorales pour avoir le droit d'élever un coq ? L'émission parlait du jardin "lieu de convivialité" (oh l'horrible mot qui fait signe vers le bonheur et la gentillesse obligatoires !), de phobie du chimique, de plantations bio. Toute une logomachie marquée par l'esprit du loisir, mais aussi par celui de la norme... L'obligation de la bonne santé, l'obligation de la réalisation de soi. Le Béarn de "Sangria gratuite" n'a-t-il pas un peu basculé là-dedans aussi sous l'empire des médias et de la société de consommation ? Son hédonisme consensuel ne tient-il pas un peu quand même du positionnement marketing, de la spécialisation ricardienne dans le grand marché mondialisé - "nous c'est le bonheur sangria qu'on sait faire" ? Allez savoir.


Lire la suite

A propos d'un discours récent de Mme Bouteldja

12 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Beaucoup d'anti-impérialistes de gauche ont rejoint la liste Dieudonné dont on peut voir la présentation vidéo sur le blog de Soral, aux côtés de nationalistes français catho. Ce vaste mélange ne me dit rien qui vaille, et j'ai été heureux d'entendre le discours d'Houria Bouteldja du 8 mai sur You Tube qui me paraît beaucoup plus profond et cohérent avec l'anti-colonialisme des dernières décennies (même si par ailleurs je doute que le MIR ait eu raison de se transformer en parti politique, mais c'est une autre affaire).

Lire la suite

Unsere Zukunft

12 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis

Lire la suite

Chomsky sur Russia Today

11 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Chomsky était interviewé par Russia Today aujourd'hui et a déclaré à la télévision moscovite beaucoup de choses qui convenaient aux Russes. Je ne suis pas absolument d'accord avec tout : notamment ses déclarations selon lesquelles l'opinion publique est contre les pressions sur l'Iran ou contre le bouclier anti-missile. Il l'a déjà déclaré mille fois, mais je me demande d'où viennent ses chiffres, ou s'il ne s'agit pas plutôt d'un préjugé idéologique anarchiste. J'ai cité récemment un sondage selon lequel une majorité d'Etatsuniens étaient favorables à une attaque contre la Corée du Nord.  Le peuple se laisse aller aussi facilement au bellicisme que ses dirigeants, aux Etats-Unis en tout cas.

Lire la suite

Souvenir des années Mitterrand

9 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Le 1er mai dernier, une chaîne herzienne diffusait un documentaire sur le décès de Pierre Bérégovoy, il y a 16 ans. C'est amusant parce que ce décès n'a laissé pratiquement aucun souvenir dans les esprits, ni aucun regret. Les commentateurs avaient du mal à mettre sur le compte de "Béré" le moindre point positif qui pût "accrocher" l'affection populaire : c'était un ouvrier fier de fréquenter désormais les restaurants du 16 ème arrondissement, d'avoir libéralisé les marchés financiers et défendu le franc fort. La belle affaire ! quelle reconnaissance le "peuple de gauche" que soit disant il aimait peut lui accorder de ce fait ? Quel courage y avait-il dans son petit bonheur personnel à épouser les croyances des riches ? Tout était petit dans les souvenirs évoqués dans ce documentaire, jusqu'à même cette affaire de l'agenda disparu le jour de son suicide - une disparition qui accréditait la thèse de l'assassinat, oui mais voilà, on apprenait juste qu'un proche l'avait substitué pour que son épouse, qui croyait follement en leur amour, n'y décèle point l'adresse d'une embarrassante maîtresse...

Je songeais à cela en tombant sur cette nouvelle aujourd'hui "Tapie dit avoir des soutiens pour s'emparer du Club Med". Car Tapie témoignait, le 1er mai, à la suite du documentaire. Il disait, à propos des derniers jours de "Béré" : "Il n'allait pas bien, j'ai téléphoné à Kouchner pour lui en parler". Tapie, Kouchner, Béré. Cela me faisait vaguement penser au Clan des Siciliens. Et Mitterrand dans le rôle du parrain. Très triste époque que celle-là. Et l'on découvre maintenant que le pouvoir de nuisance de Tapie n'est pas encore tout à fait épuisé, loin s'en faut ! On repense à Mitterrand. Qu'il ait fait entrer tant de jeunes et vieux loups dans les bergeries de la République, tant d'aventuriers, de corsaires. N'y avait-il pas quelque fascination nihiliste dans son amour pour les carnassiers, lui le vieil homme rongé par le cancer ? Comment la France a-t-elle pu vivre dans ce climat malsain ? C'est triste à dire (car j'ai plus d'une fois voté socialiste au second tour, comme les gens de ma famille) mais Chirac représentait presque une bouffée d'air salubre au sortir du mitterrandisme... Il est dommage parfois que la gauche s'accroche au pouvoir. Mieux valent les feux de paille du Front populaire et du Chili d'Allende.

Une partie du mitterrandisme a fini au Front de gauche, une autre partie dans le ségolénisme et l'aubrysme, une autre dans le sarkozysme. Une postérité bigarrée.

En parlant de gauche qui s'accroche, Chavez, lui, tient toujours bon au Venezuela. Mais au moins son action au service des pauvres ne fait aucun doute. Avoir fait de son pays émergeant un pays "libre de toute forme d'analphabétisme" selon les critères de l'UNESCO, cela à soi seul suffit à justifier ses mandats. Mitterrand lui, au profit des plus défavorisés, ne pouvait afficher que des mesurettes - celles de 1981 (les 39 heures, la retraite à 60 ans), rien qui le distinguât sensiblement de ses pairs à la tête des autres pays d'Europe. "Il aura tout sacrifié à l'unification européenne" dit-on. Il y a sacrifié la gauche. Quel intérêt ?

La destruction de la gauche française par Mitterrand et son européolâtrie font qu'aujourd'hui je trouve plus de volonté de rupture avec le libéralisme chez des membres du Modem que chez des socialistes ! quel héritage !

Lire la suite

9 mai : Fête russe de la capitulation nazie

9 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire

Les Russes fêtent le 9 mai l'anniversaire de la capitulation nazie, la cessation des combats signée à Berlin ayant été enregistrée ce jour-là à Moscou en raison du décalage horaire...

80% des armées nazies ont été détruites sur le front de l'Est et non sur le front de l'Ouest. Cet exploit est dû aux innovations technologiques inattadues de l'URSS (le char T 34), le sacrifice économique et humain (20 millions de jeunes soviétiques moururent) de toute sa population. Une réalité que l'Europe a tendance à gommer.

Rappelons cela aujourd'hui. Rappelons aussi que contrairement à ce que croit l'Elysée il n'y a pas eu d'armistice avec l'Allemagne mais une capitulation, et que, contrairement à la terminologie adoptée par le documentaire d'hier et avant-hier sur France 3, on n'appelait pas à l'époque les Anglo-américains les "Occidentaux". Il suffit de lire les mémoires de De Gaulle pour s'en assurer.

Compte tenu du révisionnisme ambiant sur la Seconde guerre mondiale, il n'est pas inutile de préciser ce genre de chose.



Lire la suite

Stratégies éditoriales

8 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

A part ce blog ridicule, et mon journal "papier" de temps en temps, je n'écris pratiquement plus. Mais j'ai un stock considérable de textes plus ou moins inachevés sur mon ordinateur que je dois mettre en forme, compléter, pour en faire des livres. Je pense que je ne peux rien entamer de neuf tant que ce travail "rétrospectif" ne sera pas effectué, et de toute façon, je n'ai envie de n'entamer rien d'autre pour le moment (d'autant qu'élever mon petit gamin prend du temps).

Mais ces travaux doivent être réalisés en fonction du paysage éditorial, et je dois dire que je ne dispose pas de beaucoup de cartouches. Hier j'ai adressé aux Editions Zoé un texte, une sorte de parodie de l'Enéide et de l'Odyssée, que j'avais écrit à 24 ans, toujours dans le souci de sortir de la catégorie "essayiste" dans laquelle m'ont enfermé mes premiers livres. J'avais aussi l'espoir de ne plus dépendre exclusivement des Edition du Cygne. Mais je ne crois pas du tout que cette "Maison suisse" (c'est le nom d'un réseau de bienfaisance non ?) soit sur le point de m'adopter (et surtout pas avec ce livre dont j'ai conscience qu'il ne peut pas plaire à tout le monde loin s'en faut). Or je sais qu'avec les Editions du Cygne j'ai beaucoup tiré sur la corde. J'ai publié en un an pas moins de quatre livres chez eux sous diverses appellations, et des livres pas forcément faciles à vendre (celui sur la Transnistrie notamment leur coûte cher, et je ne crois pas que la commande moldave suffise à éponger le déficit !).

Donc tout cela me semble très difficile à calibrer. Et je ne crois pas pouvoir compter sur l'Harmattan (où paraîtra ma thèse très prochainement) comme force d'appoint, vu leur faible visibilité en dehors des bibliothèques universitaires.

Je voudrais faire une somme autobiographique sur mon parcours intellectuel et sentimental. Non que je le considère comme exceptionnel, mais parce que, au "midi de la vie" comme disait Nietzche, au seuil de la quarantaine, j'éprouve un besoin de tout totaliser, y compris les échecs. Mon idée était aussi d'y introduire une sorte de "Nachlass" qui reste après mon "10 ans sur la planète résistante", ce "Nachlass" que j'avais envoyé à Annie Ernaux en 2002 et qu'elle avait jugé essentiel au récit de ma période serbe (je l'en ai néanmoins soustrait pour des raisons diverses). Mais ce Nachlass représente à lui seul plus du tiers de la somme autobiographique telle qu'elle existe déjà. Jusqu'ici je me disais que j'allais devoir "gonfler" les deux autres tiers pour créer une sorte d'équilibre, mais je n'ai pas envie d'écrire un livre long et fourni. Cela ne répond pas aux attentes de notre époque. Nous ne sommes plus au temps d'André Gide. Le goût des détails gratuits, élégants, amusants, s'est perdu. Il faut aller à la charpente des choses. Par conséquent, cette nuit, j'ai été conquis par l'idée d'isoler complètement le Nachlass, d'en faire un livre en tant que tel, qui, peut-être, fournira à nouveau un éclairage sur la Serbie (à l'heure où tous les Serbes ont oublié Delorca, et où le livre "10 ans sur la planète" baigne dans l'indifférence la plus complète). C'est un pari difficile à tenir. Matériellement et intellectuellement. Matériellement parce que, à supposer que je trouve du temps et de la liberté, rien n'indique que les Editions du Cygne puissent être emballées. Le livre a déjà la taille des ouvrages de la collection "Traces" mais le sujet est tout de même un peu "particulier" pour eux. Intellectuellement, je ne suis pas sûr d'avoir tout à fait envie de retravailler ce Nachlass. Je le veux et ne le veux point. Il se peut donc que je me borne à une relecture stylistique en y ajoutant d'une manière superficielle une introduction rapide et une conclusion expéditive. Ainsi la qualité du livre dépendra-t-elle en dernière analyse de la valeur ou des défauts de ce qui a déjà été écrit au début des années 2000 (et déjà retravaillé autour de 2005).

Si ce Nachlass trouve son statut de livre à part entière, je pourrai ensuite me consacrer plus sereinement à retravailler cette somme autobiographique que j'ai, elle aussi, déjà bien avancée dans les années 2000. Je l'avais compoée en deux manuscrits : vie intellectuelle d'un côté, vie affective de l'autre. Mais je crois qu'il les faut fusionner, car elle se renvoient l'une à l'autre en permanence. Par contre je vois encore moins quel éditeur pourrait être intéressé par cette composition dont le concept ne correspond pas aux collections du Cygne. Nous verrons bien. En tout cas ce livre doit être écrit, avant que je ne sois trop vieux ou trop aigri. Je ne peux me lancer dans rien d'autre tant que tous ces manuscrits inachevés traînent sur mon disque dur.

Lire la suite

D'un 8 mai l'autre

8 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Lire la suite

Candide au Sri Lanka (suite)

7 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Bilan négatif pour mon dialogue avec ce jeune tamoul admirateur du Dalaï Lama et de Che Guevara. Un type qui en fait vit et a pratiquement toujours vécu en Grande Bretagne et qui n'a qu'un souci : celui de démontrer que le gouvernement sri lankais commet un "génocide" des Tamouls "comme les Serbes au Kosovo et les Soudanais au Darfour" (sic). Rien de subtil, rien qui permette de comprendre quoi que ce soit : on sert aux Occidentaux les mots qu'ils attendent (le mot "génocide" en fait partie) et l'on n'explique rien (de toute façon qu'est-ce qu'un jeune qui a quitté le Sri Lanka depuis si longtemps peut connaître de ce qu'il s'y passe ?). Echec des nuances donc sur ce coup là.
Lire la suite

Candide au Sri Lanka

7 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

J'ai reçu un texte vigoureux et bien argumenté ce matin de Jean-Pierre Page sur le Sri-Lanka, un sujet qu'il connaît particulièrement bien. Un texte anti-impérialiste, et à la mesure de la désinformation (ou de la sous-information, valant désinformation et réduction aux clichés) que nous avons sur cette île. J'ai posté ce texte sur le blog de l'Atlas alternatif, mais en même temps je trouve sur Facebook des points de vues de gens sensibles au sort de la minorité tamoule qui, tout en dénonçant le terrorisme des Tigres, ne sont pas aussi élogieux à l'égard du système politique sri-lankais. Par exemple un certain jeune homme qui dit se nommer Nich Sh*. L'anti-impérialisme supposant la dénonciation des manipulations sans prendre partie sur la politique intérieure des Etats, il ne s'agit pas de distribuer les bons ou les mauvais points. Il importe seulement de dénoncer notre propre simplisme, en tant qu'il peut lui aussi être manipulé. Ce faisant, il faut accepter de jouer les candides, et c'est dans l'esprit du candide que j'ai adressé un mail à ce M. Shah. Voyons ce qu'il répondra.
Lire la suite

A l'ambassade d'Ouzbékistan

6 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Un reliquat de l'époque où nous avions manifesté notre solidarité avec la République d'Ouzbékistan lorsqu'elle a fermé les bases militaires étatsuniennes sur son territoire (du temps de W Bush) : il arrive encore que le Dissident internationaliste, le patron du Samizdat et moi-même soyons invités à des briefings à l'ambassade d'Ouzbékistan à Paris. Ce fut le cas ce soir à l'invitation du nouvel ambassadeur M. Aolev et à l'occasion de la publication d'une brochure du président Karimov sur la crise financière.

L'Ouzbékistan, qui a toujours défendu le dirigisme étatique dans la transition vers le capitalisme, pavoise aujourd'hui - son système économique mixte lui permet de conserver un taux de croissance acceptable dans la tourmente. Son président a tenu à le faire savoir, et un certain nombre de personnalités (des universitaires, un cadre d'entreprise français) sont venus commenter l'ouvrage et vanter la clairvoyance du leader de ce pays.

Le Dissident internationaliste, le patron du Samizdat et moi-même faisions peut-être un peu tâche avec nos looks de journalistes free lance. A l'heure de la dégustation du plov autour d'une grande table, le Dissident internationaliste s'est même vu reprocher par un plus grisonnant que lui d'avoir trop bavardé pendant le discours du président. On nous en blâmait aussi en Transnistrie. On ne se refait pas. Je n'aurais jamais pu mener une vie de diplomate.

Ensuite nous avons eu droit à une conversation à trois (le patron du Samizdat  s'était éloigné, je ne sais plus pourquoi) avec un secrétaire de l'ambassade : un tour d'horizon informel sur l'Afghanistan, l'Iran, le Proche-Orient. Les diplomates ouzbeks ont une grande tradition d'hospitalité qui, paraît-il, existe aussi chez leur peuple. Ils sont en outre toujours très convaincants quand ils proclament leurs idéaux de paix, de dignité nationale, et de prudence dans les mesures économiques. L'ambassadeur fut notamment brillant, après les interventions des universitaires, dans une improvisation inattendue sur la politique de l'eau. Les nations des oasis savent aller à ce qui leur est essentiel.

Lire la suite

Quelque part à Chisinau

5 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie

A Chisinau (où je n'ai jamais mis les pieds), au 18 de la rue Sfatul Tarii (je trouve l'adresse sur Internet), il y a une Alliance française.  Dans cette Alliance française, il y a, je suppose, des tas de Pénélopes et de Cendrillons qui s'ennuient, et qui rêvent de Paris - Victor Hugo, "Moulin Rouche", Napoléon, messieurs très galants. Toujours amusant cet univers des Alliances françaises, univers de jeunes gens fauchés, aux têtes remplies de rêves. Des rêves construits sur une connaissance très superficielle de notre hexagone (j'ai vu deux filles d'Europe de l'Est choir du haut de leurs rêves en arrivant à Paris, une Lettonne et une Bulgare, c'est toujours un spectacle triste).

Et puis il y a une médiathèque. Et, dans cette médiathèque, des fonctionnaires qui surfent sur le Net, je suppose, ou qui écoutent RFI. Ah la grande histoire d'amour entre RFI, les ambassades, les consulats, les centres culturels, les alliances françaises ! Tout ce vieil héritage gaullien souverainiste, qui coûte cher, que les libéraux veulent liquider - qu'ils ne font que rogner quand ils peuvent, en coupant les budget, en virant Labévière.

A la médiathèque de l'Alliance française de Moldavie, on sait que la Moldavie ne va pas très bien, qu'elle est dans une impasse. Et on sait que les jeunes gens qui apprennent la langue de Molière, pensent parfois à cette petite république sur les bords du Dniestr gardée par des chars russes, et se disent que, s'il n'y avait pas les chars russes, la Moldavie percevrait des impôts sur les combinats soviétiques de cette république - qu'elle aurait allègrement privatisés, et serait donc un tout petit peu moins pauvre.

A la médiathèque il y a une dame, qui s'appelle Sylvia, et qui a un nom moldave ou roumain. A 14 h 50 (heure de Paris), il faisait beau à Chisinau (20 °C), et Mme Sylvia a envoyé un mail à mon éditeur, pour lui dire que les gens de l'Alliance sont "vivement intéressés par le livre de Frédéric Delorca « Transnistrie : Voyage officiel au pays des derniers Soviets »" et voudraient se "renseigner sur les modalités d’acquisition". Ce n'est pas tous les jours qu'un livre en langue française s'intéresse à ces combinats soviétiques sur les bords du Dniestr, ni même un livre occidental en général. Alors si l'on peut apprendre le français en découvrant par la même occasion ce qui peut se dire en France de la petite république protégée par les chars russes, pourquoi pas ?

Je pense qu'on a tenu ce raisonnement à la médiathèque de Chisinau. Mon éditeur, lui, était satisfait. Il voit que ses livres sont visibles. On les remarque. On les remarque même plus que ceux du Temps des Cerises, me semble-t-il. Et ainsi tout le monde est content.
Lire la suite

La lenteur des esprits

4 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

J'ai mis ce matin en ligne sur le blog de l'Atlas alternatif une brève intervention télévisée de Jean Bricmont, préfacier de l'ouvrage, qui synthétise assez bien le point de vue de nos milieux sur le monde où nous vivons. Je trouve dommage que nous devions dépenser tant d'énergie et tant de temps, pendant de années, à faire passer un message aussi simple, un message de bon sens. C'est comme notre combat pour les droits du peuple palestinien. Je ne comprends pas que les mentalités tardent à évoluer sur tous ces points, et que l'on se heurte à tant de mauvaise foi, tant de bêtise et de lâcheté aussi (je pense aux journaux qui rechignent à véhiculer nos analyses, aux petits esprits qui trouvent utile de diffamer en catimini nos amis pour empêcher la publication de nos ouvrages). Nos sociétés ne sont que très peu démocratiques. Les censures, les refus d'analyser et de discuter honnêtement y sont les réflexes dominants. Chomsky a bien analysé le rôle des propagandes dans les sociétés où l'autorité ne vient plus d'en haut. On crée des réflexes grégaires à coup d'images réductrices et d'informations fausses, et cela crée le même obscurantisme que dans les sociétés traditionnelles. Peut-être même un obscurantisme bien pire : chargé d'une sorte d'hystérie, et d'une peur de celui qui ne pense pas comme la majorité des grands médias, comme si le dissident était un ennemi de l'espèce humaine. Tout cet abrutissement collectif fait froid dans le dos.
Lire la suite

Béatrice Guelpa : Gaza, debout face à la mer

4 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

Voici mon compte-rendu du livre de Béatrice Guelpa : Gaza debout face à la mer, publié sur le site Parution.com

 

Pour le lire cliquez sur http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=84&ida=10837

Lire la suite

Le "Front de gauche" ne va pas bien

3 Mai 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

J'ai nourri quelque espoir, il y a quelques mois, lors de la formation du Front de gauche. J'appréciais notamment en son sein le MPEP qui osait poser la question incontournable de la sortie de l'UE.

Mais l'évolution de Mélenchon et du PC n'est pas des plus encourageantes en ce moment. Sur l'UE ils font mine de croire à "une autre Europe" alors qu'aucun indice ne plaide dans ce sens (ce genre d'incantation, qui ne se fonde sur aucune stratégie crédible devient à la longue irresponsable et malhonnête car elle détourne les gens de la construction d'un projet alternatif urgent - celui qui passe par la sortie de l'UE). Et Mélenchon qui avait été très bon sur le Tibet et le Kosovo, se répand en insultes contre Ahmadinejad (dont le discours de Genève était pourtant irréprochable), et adopte une position faible face à Israël (à l'heure où même le Département d'Etat américain s'inquiète du fait que le Quai d'Orsay est dominé par les néoconservateurs).


Dans ma région gasconne le PC abandonne les clés de la boutique à un spécialiste de la guerre civile espagnole qui n'a pourtant guère la cote dans l'opinion publique locale et suscite bien des controverses (comme me le disait le Scientifique belge, c'est au moment où le PC renonce le plus clairement à la révolution qu'il commémore la seule époque de son histoire où il était révolutionnaire : 1936 - encore son côté révolutionnaire pendant la guerre d'Espagne est il très contesté par les poumistes et les anars). En Seine-Saint-Denis il s'en remet à des figures montantes pour le moins contestables (mais on avait vu la même chose à Paris avec le phénomène Clémentine Autain). Sur le plan théorique triomphent en son sein des penseurs d'un communisme parfaitement abstrait (Spire, Badiou, Zizek).

On peine à trouver là les signes d'une stratégie lucide et courageuse.

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>