Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Décès de Hamida Ben Sadia

31 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Mes fonctions en banlieue parisienne m'ont conduit cette semaine à être informé très vite du décès de l'écrivaine Hamida Ben Sadia. J'avoue que je ne connaissais pas son oeuvre. Des alternatifs, les Indigènes de la République, Politis et d'autres lui rendent hommage. Dans des mails collectifs que je reçois j'observe qu'une communiste de Seine-Saint-Denis met en cause la façon dont elle fut traitée au cabinet d'un élu du PCF dont elle était la collaboratrice. Voilà un mail qui au moins souligne que le PCF l'employa pendant un certain temps, ce qui est à son honneur. Aucune biographie sur Internet ne le précise. Pour le reste il semble que l'itinéraire de cette personne fût à  l'opposé de celui de Fadela Amera, ce qui la rend d'autant plus intéressante évidemment.

Lire la suite

Mme de Perry à propos de mon livre sur la Transnistrie

28 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie

Je lis ce soir l'article de Chloé de Perry, Chargée de mission auprès de la Direction de la Formation de l'Institut des hautes études de défense nationale, sur mon livre sur la Transnistrie dans le numéro 35 de la newsletter de l'IHEDN (septembre 2009). Je trouve plutôt cocasse que cette dame me reproche le peu de scientificité du livre alors même que d'un bout à l'autre du récit j'explique pourquoi dans ce type de mission la scientificité était impossible. La jeune Mme de Perry me donne néanmoins acte d'avoir voulu être le plus objectif possible. Elle juge "inintéressants" les détails sur l'ambiance de la mission d'enquête (tout dépend des points de vues, peut-être Mme de Perry est-elle familière des voyages officiels mais ce n'est pas le cas de tout le monde). Cependant elle trouve l'ouvrage utile malgré tout. Je n'en demande pas plus. Je n'ai cessé de dire que ce n'était qu'un petit témoignage sans prétention, comme je voudrais que le fussent beaucoup de reportages de la grande presse dont l'ambition à conclure, sur un ton péremptoire, à tout propos excède le plus souvent les moyens matériels et intellectuels dont ils disposent.

FD
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Transnistrie - Voyage officiel au pays des derniers Soviets
[Transnistria - Official Trip to the Country of the Last Soviets]
Frédéric Delorca

Éditions du Cygne, Paris, 2009, 108p.


While much is said these days of Ossetian and Abkhazian independence, supported by Russia, other Eastern European regions who have also sought to succeed from the state where they found themselves after the fall of the USSR have been somewhat forgotten.


Responding to an e-mail inviting him to join an observation mission in the “troubled zones” of the former USSR for the Russian NGO Trans European Dialogue, Frédéric Delorca went to the Pridnestrovian Moldavian Republic or Transnistria, in July 2007 to see whether life in this region corresponded to Western clichés or not in his view.
Frédéric Delorca relates these few days spent in Pridnestrovia - the Russian name for Transnistria - in his book Transnistrie - Voyage officiel au pays des derniers Soviets, which has just been published by Éditions du Cygne. An analysis that incites a certain curiosity regarding the strange situation of this small self-proclaimed republic, stuck between Ukraine and Moldavia, where Soviet culture remains visible and Russian influence is particularly acute.


An actual travel log, accompanied by pictures, recounted visits, meetings, and the author’s impressions day by day; this work rich in experience is nevertheless disappointing with its descriptive character, profuse details without interest, and difficult writing style. While it is true that the purpose of this book is to show the reality of the situation observed in Pridnestrovia, it would have been better for the author to get to the point, that he stick to the essentials of his trip, and on the whole be more coherent. However, the story is no doubt an image of the slowness and incoherence of Frédéric Delorca’s trip. It simply follows the astonishment and incomprehension that he feels in the face of visits and encounters that he was not necessarily expecting as part of his observation mission.


It is only at the end, in the Appendices, that we get all the pertinent information regarding Pridnestrovia’s situation... and suddenly it all accelerates. The author provides us with a condensed version of his observations regarding the economy, social rights, democracy, inter-cultural relations, international relations, and the progress of the rule of law in the Pridnestrovian Moldavian Republic. It would, no doubt, have been preferable that this information be revealed throughout the book, in a more balanced fashion, in order to better retain our attention. Nevertheless we acknowledge that the author has chosen to begin by objectively painting, and with no prior judgments, what he experienced, before drawing more general conclusions. If we leave aside the details and considerations often devoid of interest regarding the mission performed, we pick up some particularly rich passages that paint us an interesting picture of the actual situation in Pridnestrovia.


Over the course of encounters arranged by the NGO, we discover Pridnestrovian institutions:

  • the president of the Constitutional Court, established in 2002 (p. 29)
  • the Republic’s mediator, who, despite his birth in Russia, feels at home here since “the land belongs to the one who works it, doesn’t it? And then, I am always at home in the former USSR.” (p.30)
  • the chairman of the electoral commission, convinced of the electoral system’s perfectly democratic nature (p. 32)
  • Vice-president Korolyov who, regarding conserving Lenin’s statues, responds “they will not topple the symbols of the past... Pridnestrovia finds its cohesion in adhering to the past, the Leninist period as well as the previous period...” he adds “on an ambiguous note that Pridnestrovia [is] the only country that has not succeeded from the USSR.” (p.47-48)
  • the Chairman of the Foreign Affairs Committee in the single-chamber Parliament (Supreme Soviet) who explains that “land [is] still nationalized and it [is] leased to collectives and farmers for 99 years.” (p. 67)
  • The Chamber of Commerce and Industry and major actors in local industry, whose statements do not allow for drawing a conclusion on whether the economy is privatized or still nationalized. “We were told of ‘public limited companies’ then they said they were ‘public.’” (p. 49) Moreover, a representative of the Sheriff group, who owns “the soccer stadium, the soccer team, stores, gas distribution, banks” (p. 45) states that the group “contributes 15% of the state’s budget” without knowing how that is calculated bemoans the author (p. 50). While visiting the Sheriff stadium, the interpreter reveals that according to a Central Bank official: “Sheriff grew with the support of [President] Smirnov’s son who, with the police’s complicity, benefits from various trafficking and then bought a large part of the Pridnestrovian economy. Today its future depends on the debt contracted with Gazprom...” (p. 73)
  • a Russian Bishop, who tells Frédéric Delorca that the links between the Orthodox Church and the political powers remain strong. (p.64)

As for the tours organized by the NGO, they are, as the author and his companions are astonished to note in the beginning, very far removed from their mission. Indeed, how can tours of the Pridnestrovian History Museum, memorials, and a cognac production plant help understand the situation in the country? It was only after a firm discussion that observation mission members were allowed to meet ordinary people. In spite of everything it turned out to be difficult. When they finally approached, impromptu, people in the street, the author noted that “we did not perceive any particular tension in the lives of these people.”The very Soviet welcoming committee we had been subject to did not seem to have been hiding anything shameful.” (p.54)


It seems that, in spite of everything, they seek to counter Western lies that circulate regarding Transnistria by having them tour the airport - whose runway was sprinkled with weeds but where closed doors could mean airplanes had been hidden (p. 59) -, the company Elektromach - effectively showed no connection to the armaments industry (p. 60) and the militia (police) museum - designed to prove that drug trafficking was easily neutralized (p.72).

It must be said that Pridnestrovian authorities have difficulty in getting the information they want to Westerners. As evidenced in the remark of a journalist member of the observation mission: “They do not know how to be direct and summarize. [...] They are shooting themselves in the foot with that, even if their arguments are valid. Because they are competing against American agencies that produce “readymade” information, quick and easy for journalists.” (p.60)

A remark which is no doubt behind Frédéric Delorca’s desire to write this book. From his reports of his visits in Tiraspol, we come away with the image of a developed country, modern, clean, where passers-by say they don’t fear persecution or discrimination should they be unified with Moldavia (p. 72). However, the majority of Pridnestrovian authorities continuously recount the 1992 conflict. Moldavian nationalists had launched an attack against Pridnestrovia, Ukrainian land attached to Moldavia by Stalin in 1939, in order to require Ukrainians and Russians to speak Moldavian and impose the Latin alphabet on the Moldavian language (p. 30). However, with the support of the Russian army, they were able to defend their own culture and progressively organize their state, whose independentist constitution was promulgated in 1995. A state nevertheless hindered by the absence of official recognition at the international level, bemoaned by the Pridnestrovian authorities and entrepreneurs.


In the end, while the story is somewhat flat and not very scientific, it is not devoid of interest and has the merit of presenting Pridnestrovia’s current characteristics objectively. An apparently viable country and which is removed, according to Frédéric Delorca, from the Western view of it. In the face of all these potential riches, we only saw that the myth of the rebel-state living on drug trafficking that circulated in the Western press did not stand up to scrutiny. I looked again at the map of Pridnestrovia, which I now think of as a sort of industrial island between Western Ukraine and rural Moldavia. [...] successful successions always start in rich regions, without which they are not viable on the long term.” (p.51-52).

Chloé de PERRY,
Responsible for university relations, training department

top

Lire la suite

Médisances

28 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Par trois fois j'ai tenté sur Facebook d'intégrer le réseau d'amis (900 personnes) de Sahra Wagenknecht sur Facebook mais en vain. Pourquoi ? Le Dissident internationaliste suppose que quelqu'un se sera chargé de lui dire du mal de moi. Mais qui et pourquoi ? J'ai posé la question à l'intéressée (ou plus probablement à son assistant parlementaire qui gère sans doute sa page Facebook. En vain. J'ai fait le tour des sites Internet. Je n'y ai pas trouvé de proos hostiles à mes textes. Peut-être en un sens mon manque de notoriété me protège-t-il. Si l'on médit sur moi, c'est sans doute sous cape. A la différence de ce qui arrive à Bricmont que je vois empêtré dans des polémiques dont bien des sites d'extrême-gauche se font l'écho. Polémiques habituelles, dont il ne se sort pas terriblement bien, je trouve. On touche un peu aux limites du voltairisme. J'en reparlerai à l'occasion.

Lire la suite

Bouddhisme et socialisme

26 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Je n'adhère pas aux spéculations religieuses, mais je peux éprouver une compréhension chargée de sympathie pour ceux qui les embrassent. En tout cas de l'intérêt intellectuel, et il n'y a pas de bonne analyse intellectuelle sans une petite dose d'empathie.

Il y a peu je côtoyais une ex-communiste italienne qui s'est convertie au bouddhisme aux Etats-Unis. Je crois que le bouddhisme est une sensibilité qu'apprécie une part de la gauche altermondialiste.

Je lisais ce matin un portrait touchant que Marcel Conche dans Nietzsche et le bouddhisme (p. 26) fait de Philip Mainländer - Batz de son vrai nom, mort suicidé par pendaison à 35 ans en 1876, le jour où il reçut de son éditeur le premier exemplaire de son ouvrage "Die Philosophie der Erlösung". Conche précise "Il était sensibilisé au bouddhisme non seulement par ses lectures, mais aussi pour une raison personnelle : son frère ainé, mort à vingt-quatre ans, s'était pris en Inde d'enthousiasme pour la Sagesse de Bouddha." Et il ajoute "Mainläder était une nature généreuse et un ardent socialiste". Jusqu'ici je ne connaissais de la synthèse Schopenhauer-Bouddha-socialisme que le jeune Wagner. Apparemment Mainländer a influencé l'entourage de Lou Andrea Salomé, entre autre.

Conche rappelle que Nietzsche pensait que notre époque (la fin du 19 ème siècle) pouvait être propice à une forme de christianisme aristocratique qu'il indentifiait au bouddhisme (au passage on découvre les conneries de Nietzsche sur les origines esclaves des sémites). Je trouve peu de choses sur Philip Mainländer sur Internet.Il est juste signalé comme un des théoriciens du suicide.

On ne travaille pas assez sur cette gauche allemande du dernier quart du 19 ème siècle.

Peut-être avec le recul du léninisme et cette obsession de la "PACE" des altermondialistes de notre décennie une partie des anti-impérialistes renouent-ils sans le savoir avec ce geste bouddhiste des socialistes allemands des années 1870-1880. Ce serait à creuser
Lire la suite

Une fille bien à Düsseldorf

24 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

Je reçois cet article par mail ce matin :

"ALLEMAGNE: UNE DEPUTEE COMMUNISTE DE CHOC ...Une députée communiste dans la Ruhr

Les élections législatives ont eut lieu il y a quelques semaines en Allemange, Die Linke a obtenu 11,9% des voix. Coup de projecteur sur la nouvelle députée de Düsseldorf (région de la Ruhr), la communiste Sahra Wagenknecht

Avec 13.244 voix et 9,9% (+4 points) pour Die Linke sur la circonscription de Düsseldorf-Sud, Sahra Wagenknecht fait son entrée au Bundestag. Ancienne députée européenne du PDS (Parti du Socialisme Démocratique - ex SED), elle a placé sa campagne électorale sur la nécessité d'organiser de la riposte sociale contre la loi Hartz IV, la retraite à 67 ans et contre les coupes sociales justifiées au nom de la crise. Tout en défendant la taxation des millionnaires, des revenus très élevés et des transactions boursières Sahra Wagenknecht place le socialisme au coeur du projet politique de Die Linke, elle insiste sur la nécessité de surmonter les contradictions dans les rapports de production capitaliste.

Sahra Wagenknecht (née le 16 juillet 1969 à Jena en ex-RDA) adhérente au Parti Socialiste Unifié d'Allemagne (SED) en 1989, elle co-anime la plate forme communiste au sein du PDS (Parti du Socialisme Démocratique successeur de la SED) et aujourd'hui de Die Linke, ainsi que la plate forme de la gauche anticapitaliste. Elle met en avant les expériences positives du socialisme réel (tout en tirant les erreurs de ce dernier) afin de mettre à bas le capitalisme. Ses positions l'ont souvent opposée à Gregor Gysi et Michael Leutert l'accusant de rejeter l'expérience de la RDA sous couvert d'accusation d'être "stalinien".

La presse allemande la considère comme un faucon au sein de Die Linke et ses positions sont claires : socialisme, marxisme, pas d'alliances avec le SPD et les verts, solidarité avec Cuba et le Venezuela, anti-racisme, anti-fascisme, lutte contre l'anti-communisme, pacifisme. Elle n'hésite pas critiquer Oskar Lafontaine (co-président de Die Linke) et les positions réformistes de ce même parti.

Ainsi la députée communiste de la Ruhr place l'objectif du socialisme comme moyen pour dépasser le capitalisme. Comme quoi tout n'est pas à jeter à Die Linke."


Lire la suite

Le dernier livre de Christian Arnsperger

20 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

"Ethique de l'existence post-capitaliste" - Lu sur les conseils d'un lecteur de ce blog, je l'ai commenté pour Parutions.com ici :
http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=94&ida=11529
Lire la suite

Pour une sociologie des organisations politiques immigrées en France

20 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Je jette juste quelques notes sur ce blog pour mémoire.

Le site des Indigènes de la République publie une interview d'un de leurs intellectuels Sadri Khiari que j'ai rencontré hier soir pour un bref échange de vues. On peut voir un bon dossier sur Sadri Khiari ici, ainsi qu'une vidéo ci dessous.


Parmi les associations politiques et culturelles qui doivent être prises en compte dans une sociologie de l'engagement des immigrés, il convient de noter les organisations suivantes :

- Dans la veine progressiste laïque

Le Mouvement de l'immigration et des banlieues (MIB) est une organisation fondée en France en 1995. Elle est issue de la marche des beurs de 1984 et des émeutes du début des années 1990. Le MIB dénonce le racisme institutionnel dont seraient victimes les enfants d'immigrés et en particulier les bavures policières. Le MIB s’est notamment mobilisé contre la double peine. Le MIB condamne le recours à la violence et inscrit son combat dans un cadre légal, au nom de la justice et de l'égalité des droits. Le MIB dénonce aussi bien la politique de la droite que celle du Parti socialiste, se démarquant ainsi de SOS Racisme.Son responsable est Tarik Kawtari

De l'avis de beaucoup c'est un mouvement vieillissant. Longtemps snobbé par la gauche et notamment le PCF, il est maintenant mieux accepté par celui-ci. Un de ses leaders Nordine Iznasni, porte-parole de José Bové lors de la campagne présidentielle de 2007, est devenu élu conseiller municipal PCF à Nanterre en mars 2008.

En 2007, il a initié avec DiverCité et Les Motivés le Forum Social des Quartiers Populaires (FSQP). Il s'agit d'une manifestation annuelle qui rassemble les associations et collectifs autour des problèmes des banlieues, l'objectif est de faire émerger un mouvement social, culturel, politique qui parle des quartiers populaires.

- Dans une veine plus religieuse

Espérance musulmane de la jeunesse française (EMJF) basée à Aulnay-sous-Bois. Sur Dailymotion, elle affiche le discours du vendredi à la mosquée d'Aubervilliers. Invité par l'UAM 93 Sheikh Anouar Ghadhoum est l'imam de la Mosquée Okacha à Dubai (Émirats Arabe Unis). Ils ont été liés à la municipalité UMP d'Aulnay, elle est maintenant proche de sa municipalité socialiste.

EMJF est membre de l'UAM93. Son président, Hassen Farsadou est président des deux associations. L'UAM93 organise des réunions équivalentes du dîner annuel du CRIF à l'échelle départementale mais y accueille aussi des responsables d'envergure nationale comme François Bayrou récemment (je note au niveau local que le maire PCF de Bagnolet Marc Everbecq qui est parfois accusé d'être trop proche des organisations musulmanes fait partie de leur réseau d'amis sur Facebook, c'est d'aileurs à Bagnolet qu'était initialement basée UAM93). Lors des émeutes de novembre 2005, ils ont organisé des rondes de nuits de pères de famille "pour ramener les jeunes à la raison". Le 14 mai dernier, ils accueillaient le préfet  93 à dîner, voici la vidéo.



Le Collectif des musulmans de France de Karim Azzouz, ex Collectif des Jeunes Musulmans de France  né en 1992, devenu CMF en 2002 "ne cherche nullement à devenir une instance représentative" et "tente de lutter contre tous les extrémismes, et d'amener tant les citoyens de confession musulmane que les pouvoirs publics et la société en général, à une responsabilisation sur les enjeux futurs"

Force des mixités, association fondée en 2005 et présidée par Abdellah Boudour dit Don Sano. Cette association se présente comme "engagée dans le social depuis l’année 2005 dans divers actions: aides aux sans abris, dons alimentaires, collectes de vêtements, soutien scolaire, aides à l’insertion pour les jeunes, actions contre les violences faites aux femmes…" Ils ont été très courtisés par la gauche à Argenteuil aux municipales de 2008 et boudés par la droite.

- Dans une veine plus radicale et communautariste

Le Mouvement des damnés de l'impérialisme (MDI) est un groupuscule politique lancé officiellement le 22 mars 2008, présidé par Kémi Séba. Créé à la suite de la dissolution légale et judiciaire de ses anciennes organisations (Tribu Ka puis Génération Kémi Séba), il se définit comme « ethno-différencialiste et anti-impérialiste », et se classerait, selon l'asbl belge RésistanceS, à l'extrême droite de l'échiquier politique français. 

Le Parti antisioniste, le Centre Zahra et la Fédération des chiites de France de Yahia Gouasmi (alliés à Dieudonné).

- Dans une veine plus liée au sarkozysme (ou au sarkozo-strausskahnisme)

Le Conseil représentatif des organisations noires de France de Patric Lozès, le Comité Marche 98 de Pierrick-Serge Romana, le Collectif DOM de Patrick Karam (devenu délégué interministériel à l'égalité des chances de Sarkozy).
Lire la suite

Revue de presse

19 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse

Le Monde accorde une tribune à Howard Zinn aujourd'hui contre le Prix Nobel de la paix décerné à Obama. Le Parisien fait ses gros titres sur les fraudes à la retraite et le renouveau de l'ultra-gauche. Pointer les petits fraudeurs et la recrudescense du péril rouge à l'heure où les banques réengrangent des bénéfices indus et se lancent à nouveau des spéculations qui mettront une nouvelle fois nos économies à genoux, voilà qui est caractéristique de la presse conservatrice. Le Monde s'énerve contre le népotisme de Sarko, Libé contre Pékin, contre les fichiers d'Hortefeux et le Kindle d'Amazon... Au fait : mon éditeur est en délicatesse avec Amazon. Inutile d'essayer de leur acheter mes livres donc.
Lire la suite

L'ami syrien

16 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

Le Dissident internationaliste est revenu enthousiaste de Damas où il avait été invité ainsi que 1400 personnalités du monde entier pour protester contre l'annexion du Golan par Israël et où il a rencontré le leader du Hamas en exil. Il était notamment très emballé par le ministre de l'information syrien Mohsen Bilal : "Il a dans son bureau une photo de lui avec la fille de Chavez, et une avec la fille du Che dont il affiche par ailleurs un portrait. On a tout de suite compris qu'il était des nôtres, ce qui n'est pas le cas de tous les dignitaires de ce pays. Il nous a raconté qu'il était étudiant dans une université italienne en 1968 et qu'il était monté à Paris spécialement en mai pour participer aux manifs. Il admire beaucoup ce que fait la Chine en ce moment".

Du fait de son parcours au PCF dans les années 1970-80, le Dissident aime bien les révolutionnaires qui dirigent des structures bureaucratiques. Il pense qu'ils ont un certain pouvoir, une certaine efficacité, qui peut se combiner avec celle de ceux qui mènent la lutte armée, qui font grève, qui se battent. Beaucoup d'anarchistes que je connais mettraient en doute cette position, mais chacun réagit en fonction de sa culture. Pour ma part j'enregistre ce genre de témoignage sans former aucun jugement. Je trouve intriguant qu'un régime comme celui du Baas syrien ait une aile "guévariste". On devrait faire une sociologie des gens qui ont accroché le portrait du Che dans leur bureau. Je pense qu'on aurait des surprises.
Lire la suite

Rapports corporels

16 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

On me rapportait hier les propos de Patricia Latour, auteure d'un livre sur la question : "En 1936, les femmes françaises ne demandaient pas le droit de vote. Elles avaient d'abord des revendications plus concrètes à satisfaire comme celles d'obtenir des clés dans les toilettes des usines pour que les contremaîtres arrêtent d'ouvrir les portes pour se rincer l'oeil".

L'histoire prend un aspect particulier quand on la considère sous l'angle du corps. Marx l'avait déjà relevé même s'il n'employait pas le mot "corps".

J'observe que le corps sous l'angle sexuel est à la mode en philo. Le Cinéma pornographique de Servois aux éditions Vrin. La prêtresse Marzano a publié un "La philosophie du corps" en Que-sais-je? l'an dernier. Une correspondante doctorante de retour des rencontres d'histoire de Blois m'écrivait lundi : "J'ai vu notre grande amie, Marzano elle intervenait dans une conférence sur la nudité et la pudeur, alors je ne sais pas comment j'ai pu l'utiliser dans mes travaux, j'ai trouvé son discours axé uniquement sur l'image de la femme humiliée dans les médias, le besoin du voile de pudeur sur le corps (blablabla). effectivement c'est un discours très réducteur de la nudité et je comprends mieux quand tu disais que les sciences sociales regorgent de curé - en l'occurrence ici il s'agit d'une bonne sœur. "

Hier sur la place de la Sorbonne, j'ai constaté que, comme on le redoutait depuis des années, un magasin de fringues est venu à bout de la librairie des PUF. Triste époque. A 18 ans quand je suis parti pour Paris mon prof de philo m'avait dit : "Vous verrez la Sorbonne, la librairie Vrin, celle des PUF, vous ne voudrez plus revenir le Sud-Ouest après". Aujourd'hui on ne peut pas dire la même chose à un jeune cadet de Gascogne. Il a déjà la philo et le porno sur son ordinateur (c'est-à-dire tout ce qu'il faut pour survivre intellectuellement en ce bas monde). Dans le Quartier latin il n'y a plus que les magasins de nipes qu'il trouve aussi dans son chef-lieu d'arrondissement. So what ? Il n'a plus d'intérêt à se ruer sur le Boul'Mich, ni non plus à rêver d'explorer le pôle nord : il n'y aura plus de calotte glacière dans 20 ans.

Ah il faudrait aussi que je vous dise un mot de Claude Allègre et de tous ces savants qui ont la bonne idée de critiquer les dogmes écolos du moment. Une autre fois.

Lire la suite

Fuir la reconnaissance

15 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

Rattrappé par le spleen ce soir après une journée vide et insignifiante à Brosseville, un mauvais coup que me fait une journaliste écervelée de la presse féminine, qui, malgré ses promesses, squeeze mon interview après deux soirées de travail sur son sujet (le plus horripilant n'est pas le manque total de respect, mais le fait que cette goujaterie émane d'une imbécile), et une soirée encore plus pénible avec un petit cercle communiste dont le chef redécouvre tous les ans mes origines espagnoles (malgré un livre que je lui ai offert là dessus il y a un an, mais ce n'est qu'un signe parmi mille du fait qu'il se fout complètement de mon existence et veut juste m'instrumentaliser), je tombe sur des vidéos marrantes d'un éditeur d'extrême droite sioniste sur son blog. Ce qui est rigolo, c'est qu'il utilise un procédé que j'ai expérimenté le mois dernier (le remplacement de l'écrit par la vidéo) et surtout qu'à travers ses vidéos s'exprime un besoin maladif de reconnaissance (il ne cesse de demander des débats à Soral, à Blanrue etc). Le pauvre !

 

Ces jeunes types de la nouvelle extrême droite, qu'ils soient prosionistes ou antisionistes sont des accros aux caméras, des shootés de l'interview, au point qu'ils passent leur temps à poser devant des camescopes dans l'attente d'être invités par Taddei. Rien à voir avec mon petit jeu actuel qui consiste à aller parler de seins siliconés dans des revues pour dames. Eux veulent vraiment pouvoir exposer urbi et orbi au peuple français si le danger vient d'Israël ou des Musulmans, de Poutine ou d'Obama (dans des grandes considérations géopolitiques qui du reste ignorent largement la question sociale). Tout cela semble souligner l'urgence de vendre son ordinateur et sa télé et d'aller élever des chèvres dans les Alpes comme mon ami Fonseca !

En parlant de question sociale, un jeune gars de l'équipe municipale de Brosseville m'a dit  mardi :"Je préfère ce que représente Chomsky que ce que représente Bourdieu. Bourdieu j'ai essayé de le lire, mais je n'ai jamais pu aller jusqu'au bout. Ca m'a paru très foid et désagréable. Chomsky est beaucoup plus agréable".

Depuis qu'il n'est plus physiquement là pour défendre ses écrits l'étoile de Bourdieu pâlit à grande vitesse. Une seconde mort en quelque sorte. Bientôt on se demandera ce que les gens des années 1970-80 ont bien pu lui trouver. Sic transit gloria mundi.

Donc fuir la reconnaissance oui. Je fais une séance de signature de mes livres le 19 novembre. La dernière de l'année. Après basta. Je serai tout acquis à la tristesse de mes quarante ans. Il faut savoir la savourer dans une austère solitude.

Lire la suite

Le retour du libéralisme

11 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse

Dans Le Monde aujourd'hui :
-------------------------------------------------------------------------------------------------

O
n avait peut-être conclu un peu trop vite au retour de l'Etat à la faveur de la crise des subprimes, après des décennies de libéralisme effréné, de dérégulation et de déréglementation à tout-va, de privatisations non-stop. On avait peut-être crié un peu rapidement à la mort du marché et à la résurrection du politique dans la vie des affaires.

Cette impression avait culminé à l'occasion du G20 de Londres, en avril, où l'on avait vu des chefs d'Etat et de gouvernement, au premier rang desquels Nicolas Sarkozy, grisés par leur sentiment de puissance. Comme ivres du pouvoir reconquis aux dépens du marché. Mais six mois plus tard, à Pittsburgh, et malgré le retour de la croissance, nos maîtres du monde avaient perdu de leur superbe.


On promettait un Etat fort et actif, on voit des gouvernements qui se dérobent ou qui renoncent. On prétendait reconstruire le capitalisme, on n'ose même pas se rendre à Gandrange. Dans le match qui les opposait aux banques centrales, d'abord, les politiques ont perdu par KO. C'est à elles - à travers le Conseil de stabilité financière - qu'a été confiée la tâche de fixer les règles en matière d'attribution des bonus des traders, à elles aussi le soin d'en vérifier la bonne application.


C'est aussi aux banques centrales indépendantes et à leurs techniciens que la nouvelle supervision bancaire et financière fait la part belle, au détriment des ministères des finances. Il n'y a guère que le patron de la Banque mondiale, Robert Zoellick, ancien de l'équipe Bush, un comble, pour s'émouvoir de cette démission du politique.

Il n'a pas fallu non plus six mois pour que les opinions publiques commencent à regretter le temps où le marché était sans doute trop libre et trop puissant, mais où l'Etat se montrait moins prédateur. Elles n'ont pas eu de mal à comprendre que le retour de l'Etat dans la vie des affaires, cela voulait dire d'abord et avant tout le retour des déficits. Et donc le retour des hausses d'impôts (comme en Espagne), du gel des salaires des fonctionnaires (comme en Grande-Bretagne), de leur baisse (comme en Irlande), l'allongement de l'âge du départ à la retraite (comme en Suède), etc. Partout, du sang, de la sueur et des larmes - sauf en France où le gouvernement tente de faire croire que le nuage radioactif des déficits ne franchira pas les frontières.


L'envolée des dettes publiques signifie que les grands pays industrialisés ont perdu, et pour longtemps, toute marge de manoeuvre budgétaire. Les arbitrages des lois de finances des prochaines années, peut-être des décennies, se résumeront à ceci : savoir où faire des coupes, où dégager des économies, quelles catégories socioprofessionnelles sacrifier, quelles dépenses et quels avantages supprimer, où trouver des recettes. Plus de place pour des mesures de relance supplémentaires ou de nouveaux cadeaux fiscaux, plus de place pour des avancées sociales coûteuses. Trop de keynésianisme tue le keynésianisme et rend l'Etat impuissant.


Leurs endettements record vont ligoter les Etats et les livrer au bon vouloir des marchés financiers. Car il va bien falloir vendre et écouler tous ces emprunts du Trésor émis par milliers de milliards de dollars. Et donc séduire ces financiers dont on avait pourtant cru se débarrasser une bonne fois pour toutes - traders, gestionnaires de hedge funds ou de fonds de pension, banquiers sans foi ni loi.


Les gouvernements vont devoir leur donner des gages d'orthodoxie budgétaire ou leur offrir des rendements élevés. Ou les deux. Et malheur au pays dont les emprunts d'Etat ne trouveront pas grâce aux yeux des investisseurs : les taux d'intérêt à long terme s'y envoleront, cassant la croissance. La "dictature" des marchés financiers a de beaux jours devant elle.


Surtout, la crise des subprimes a montré que les gouvernements n'avaient au fond, contrairement à ce qu'ils faisaient croire, aucune intention véritable de reprendre la main, aucune envie réelle de voir la puissance publique reconquérir des parts de marché face au privé.


Ils avaient une occasion inespérée de le faire dans le secteur bancaire mais ils s'en sont bien gardés. Après avoir sauvé les banques du naufrage, leur avoir prêté et garanti tout l'argent dont elles avaient besoin, les avoir aidés à renforcer leurs fonds propres, les Etats se retrouvaient en position de force inédite.

Ils auraient pu choisir de rester durablement au capital de ces établissements pour les contraindre à distribuer du crédit, pour contrôler les risques pris sur les marchés financiers ou encadrer étroitement les rémunérations des traders. Des esprits peu suspects de dérive gauchisante, tels Thomas Hoenig, patron de la Fed de Kansas City, avaient même légitimé idéologiquement des nationalisations bancaires, arguant des risques spécifiques du secteur.


Au lieu de cela, les Etats se sont empressés de se désengager des banques dès que celles-ci ont été en mesure de rembourser les aides publiques qu'elles avaient reçues. Les "nationalisations" bancaires n'ont été que de courtes parenthèses, vite refermées, sans que personne ne s'en offusque.


De façon irréelle, on a même vu les socialistes français reprocher au gouvernement de ne pas avoir spéculé sur la hausse des titres bancaires et de ne pas avoir "fait" assez d'argent dans ces opérations ! Pauvre Karl ! Vingt ans après la chute du mur de Berlin, c'est bien la deuxième mort du socialisme, avec la crise des subprimes, à laquelle on assiste.

 


Pierre-Antoine Delhommais
Lire la suite

Al Jazeera révèle un plan colombien pour assassiner Chavez

11 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Lire la suite

Article sur la conférence « Les nécessaires progrès de l’Europe de la défense »

10 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

Voici dans son intégralité (avant les coupes de Pierre Lévy) mon article que le journal eurocritique Bastille-République-Nations n°45 (6 octobre 2009) vient de publier en p. 10 sous le titre "Vénus en petite tenue" et que j'avais intitulé initialement "Aux armes Vénus européenne !". J'avais signalé sur ce blog le 24 septembre ma "mission" dans le 7 ème arrondissement de Paris pour assister à cette conférence.

----------------------------------------------------------------------

Le 24 septembre dernier s’est tenue à l’école militaire sous le titre « les nécessaires progrès de l’Europe de la défense » une de ces réunions de famille où le centre-droit euro-fédéraliste peut savourer ses petites victoires : de ces réunions entre gens bien élevés et contents d’eux-mêmes, où ministres et présentatrices se font la bise et se tutoient, sous le « haut patronage » du président de la République (absent), de la Fondation Robert Schuman, du Constantinos Karamanlis Institute for Democracy et du Center for European Studies.

 

A défaut de Nicolas Sarkozy, le ministre de la défense Hervé Morin était présent pour clamer avec enthousiasme que, contrairement à ce qu’a déclaré le néoconservateur Robert Kagan – que l’Amérique vient de Mars et l’Europe de Vénus –, « l’Europe peut être tout à la fois Mars et Vénus en même temps ! ». Certes, a reconnu l’ancien conseiller technique de François Léotard, pour des raisons historiques après 1945 notre continent a reculé devant l’usage de la force au-delà de ses frontières, lui préférant le « soft power », mais il n’y a pas de raison pour que cela perdure. Selon lui, l’Europe incarne un message, des valeurs. « Le modèle de société européen, a martelé le ministre à la fin de son intervention, n’est ni celui des Etats-Unis, ni celui de la Chine ou de l’Inde (il a failli dire « encore moins »). Et ce modèle est le plus beau qui existe à la surface de la planète ». L’Europe vaut donc bien quelques dépenses militaires communes.

 

Après cette profession de foi lyrique partagée par tout l’auditoire un quart de l’amphithéâtre Foch s’est vidé (les hauts gradés  obligés d’assister au discours du ministre). Restait aux spécialistes à décortiquer les modalités de construction de cette Europe de la Défense voulue par les fédéralistes comme le moule d’une « nouvelle citoyenneté » de la Mer Baltique à Tamanrasset (ou presque).

 

Et là, force fut de constater que le tour d’horizon des succès de ce volet de la politique européenne était assez vite effectué : une relève européenne de l’OTAN en Bosnie et en Macédoine, une mission d’interposition en Géorgie montée en seulement trois semaines en 2008, une opération Atalante contre les pirates au large des côtes de Somalie, un projet commun d’espionnage spatial (MUSIS), un ERASMUS militaire, une force commune de transport aérien.

 

Les difficultés, elles, sont de taille, et revenaient à demi-mots d’un « panel » de discussion à l’autre : la résistance des britanniques à accepter la création d’un « HQD » (un quartier général permanent) pour les opérations civiles et militaires, une manie des pays européens (sauf la France) à baisser les budgets de défense à la première crise financière venue, la réticence des opinions publiques à tolérer que des soldats meurent, le conflit turco-chypriote qui pourrit les relations avec Ankara, pièce importante du dispositif stratégique.

 

Mais qu’importe. Un bon européiste est un fédéraliste pragmatique : les objectifs sont ajustés au (maigre) champ des possibles. Pas question d’opposer la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD) à l’OTAN – l’entrée de la France dans le commandement intégré a mis fin à ce « vieux débat ». Au contraire : tout doit être basé sur la complémentarité. L’Union européenne est fière de savoir conjuguer dans la gestion des crises la dimension civile et l’action militaire d’une manière intégrée, elle pourrait l’enseigner au partenaire étatsunien. Ainsi en Somalie nos accord juridiques nous permettent de livrer les pirates appréhendés sous le drapeau de l’UE dans le cadre d’Atatante aux autorités kenyanes, alors que les Américains, dans le cadre de l’opération parallèle de l’OTAN Ocean Shield sont obligés de les relâcher. Si bien, allait déclarer avec fierté le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes Pierre Lellouche qu’Ocean Shield a périclité et que le SACEUR de l’OTAN aujourd’hui reconnaît que sa structure « complète » celle de l’Union européenne dans la corne de l’Afrique et non l’inverse. A la limite les remarques de plusieurs intervenants laissaient entendre que plus l’OTAN (qui est enlisée dans beaucoup de problèmes bureaucratiques) sollicitera une action de la PESD, plus cela la légitimera… Autrement dit rien ne se fera sans le soutien de l’Amérique. De ce point de vue là l’empêtrement de Washington en Afghanistan serait presque une aubaine pour faire émerger un besoin de PESD sur d’autres théâtres d’opérations – notamment  ceux où les soldats américains ne sont plus acceptés comme l’Afrique et le Proche-Orient –, si toutefois cette même crise afghane n’absorbait par ailleurs aussi vainement une bonne part des budgets européens, refroidissant ainsi l’ardeur interventionniste de tout le monde. Et du reste pour l’instant la PESD indiffère à ce point l’OTAN qu’il n’existe même pas d’interconnexion entre les missions de l’une et de l’autre sur leurs théâtres d’opérations (à Kaboul, et au Kosovo).

 

Après la pause déjeuner devant un auditoire franchement clairsemé les vérités désagréables ont ressurgi dans le panel consacré au marché de l’armement. Cette fois la tonalité devenait franchement amère : l’ardeur libéralisatrice de la commission, exprimée par une directive récente, a dû s’arrêter aux particularités de ces « marchandises » que sont les armes au regard de la souveraineté des Etats a souligné le représentant de la Délégation générale à l’armement. La recherche et développement en ce domaine reste l’affaire de trois ou quatre Etats pas plus. Les Etats membres ont quand même accepté le principe de préférence communautaire a reconnu le directeur général international de Dassaut Aviation Eric Trappier, ce qui peut laisser espérer que certains parmi les plus atlantistes cessent de s’approvisionner en armes américaines… sauf, a-t-il immédiatement déploré, que la moitié des dépenses de recherche aujourd’hui vont dans le projet d’avion anglo-américain JSF (Joint Strike Fighter) que la firme américaine Lockheed. Il n’y a plus, a reconnu le secrétaire d’Etat Pierre Lellouche en conclusion, de grands programmes d’armement comme dans les années 1990. L’Europe, qui investit trois fois moins dans ses programmes que les Etats-Unis, disperse ses dépenses sur trois programmes d’avions, six programmes de sous-marins, une vingtaine de programmes de blindés. Quand on sait comme disait le secrétaire d’Etat que « sans grand programme d’armement il n’y a pas d’industrie d’armement, et sans industrie d’armement il n’y a pas de défense européenne », les chantres de l’Europe de la défense paraissaient soudain un peu nus… heureusement, à cet heure tardive de l’après-midi, il n’y avait plus grand monde pour entendre ces dures vérités.

 

 



Lire la suite

Le dernier livre de Michel Collon sur Chavez

7 Octobre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

Vous trouverez ma recension pour Parutions.com des "7 péchés d'Hugo Chavez" ici :
http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=97&ida=11414
Lire la suite
1 2 > >>