Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Le débat (impossible ?) autour de Mme Ashtiani, l'objectivité des chercheurs

6 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

Il y a eu cette semaine un regain d'émotion à l'idée que la prisonnière iranienne Mme Sakineh Ashtiani condamnée à la lapidation puisse être immédiatement exécutée. Une délégation d'artistes proche de l'extrême droite s'était rendue en Iran récemment et en était revenue en disant que l'intéressée n'était pas la dame dont on voyait les portraits partout, qu'elle était condamnée pour meurtre et non pour adultère et que la lapidation n'était plus pratiquée en Iran. Une loi du silence a entouré ces témoignages dont il a été interdit de commenter le contenu. Le débat a donc été muselé.

 

finky-bhl-copie-2.jpg

Les éléments fournis dans Le Monde hier par une "anthropologue et spécialiste de l'Iran au Centre d'études et de recherches internationales (CERI - Sciences Po)" me paraissent contribuer indirectement à cet embryon de débat étouffé dans l'oeuf. L'interview intitulée "Sakineh est victime des conflits entre Téhéran et les provinces iraniennes" étrangement dépeint une opposition entre un Ahmadinejad hostile à la lapidation et donc plus libéral (selon nos critères) que le clergé local (qui soutenait le candidat qui avait les faveurs de l'Occident aux dernières élections).

 

Je me méfie de tous ces labos qui tournent autour de Sciences po et qui disaient déjà n'importe quoi sur la Serbie autrefois. Mais tout ce qui concourt à aligner des faits à charge et à décharge sur un dossier trop consensuel est toujours bon à prendre.

 

Un bout de phrase de cette interview m'a fait rire : " Et cela dans un pays où la peine de mort existe, ce que naturellement je déplore" . Autant les élites énarchiques n'ont aucun sens du réel et des nuances de la vérité historique (la rencontre avant hier entre les rebelles beurs et un M. Tonneau blindé de narcissisme, de condescendance pour ses interlocuteurs et  d'aveuglement historique l'a prouvé), autant les chercheurs des labos de Science po n'ont pas le moindre sens de la distance "scientifique" qu'on attendrait malgré tout un tout petit peu des sciences humaines (même si les sciences humaines ne sont pas scientifiques) et qui les forcerait un peu à rechercher l'objectivité. "Ce que naturellement je déplore" : parce que dans notre monde totalitaire il est NATUREL de condamner la peine de mort, et NATUREL de le dire dans une interview pour bien montrer qu'on est au diapason de l'idéologie du "sympa" comme dirait l'autre que partage toute l'intelligentsia. Quel ridicule !

 

Je suis aussi hostile à la peine de mort, mais je n'irais jamais le proclamer dans une interview où je parlerais ès-quaité comme sociologue. Who cares que je sois pour ou contre ? et encore moins que je trouve "naturel" ou pas naturel d'être contre ? Imaginerait-on un historien écrivant dans ses livres "l'empire inca pratiquait les sacrifices humains, ce que naturellement je déplore" ? Mais non, les chercheurs proches des médias sont obligés de prendre position à titre personnel sur le sujet qu'ils étudient et prendre position "naturellement" dans le sens qu'on attend d'eux, surtout sur des sujets sensibles qui engagent la vie d'une personne sacralisée, en manifestant un maximum d'empathie "naturellement" avec l'opinion commune sur ce thème...

Lire la suite

A serbian film - la Serbie snuff et hardcore

5 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Mauvaise nouvelle pour ceux qui s'attachent à défendre une image "rénovée" de la Serbie. Un mois après le hooliganisme serbe à Gênes, voici qu'on parle d'un film belgradois "A serbian film" de Srdjan Spasojevic... et pas en bien...

 

"A Serbian film pourrait décrocher le label de film le plus déviant/dérangeant/barré/sadique jamais fait que ça n’étonnerait personne. Effectivement, c’est un cocktail Molotov d’images scandaleuses et choquantes où s’enchainent viols, tortures, sadisme, émasculation, sauvagerie, acte de pédophilie, abus de nouveaux nés, on en passe et des meilleures" écrit à son propos Christophe Chenallet sur filmdeculte.com.

 

Le film est si horrible qu'il vient d'être interdit de diffusion à la Semaine du Cinéma Fantastique et d'horreur de Saint Sebastien - à la demande, il est vrai, de la confédération des parents d'élèves catholiques (CONCAPA) espagnole. Avant cela le 29 août 2010, il avait aussi été quand même exclu du festival Film Four Fright Fest de Londres à cause d'une l'interdiction du comité de censure britannique, par contre il a passé la barre des interdictions dans d'autres festivals y compris aux USA (à Austin).

 

La Serbie a tellement bonne réputation que, selon Chenallet, certains ont dit que l'Etat serbe avait financé le tournage (parce que bien sûr toute la Serbie est forcément gore) - la rumeur est aussi mentionnée ici. Ca me rappelle Baril de Poudre de Paskaljevic qui passait sur les écrans quand l'OTAN bombardait Belgrade. Le scénariste du film explique la rumeur par le fait que Life and Death Of A Porn Gang, de Mladen Djordjevic a lui été subventionné par l'Etat et c'est aussi un film d'horreur porno ("Indie horror" disent-ils). Allez je vous mets la bande annonce de celui-là aussi juste en dessous.

 

Pour trouver sa place dans le monde globalisé, la Serbie devrait créer un méga-parc d'attraction sado-porno-trash, vu que c'est quand même comme ça que le monde s'obstine à la voir. Bon allez, une confession pour finir : en juillet 2000 quand l'aéroport de Belgrade a rouvert après un an au moins d'embargo (Milosevic était encore au pouvoir), je n'ai pas pu m'empêcher d'y acheter une revue X serbe... pour voir si elles y étaient pires qu'ailleurs.

 

 

 

Lire la suite

Orthographe espagnole

5 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

don_quichote300.jpgPour le cas où ceci aurait échappé aux hispanistes distingués qui ont sangloté en écoutant Cristina Fernandez sur ce blog, je signale la dernière réforme de l'orthographe de l'Académie royale madrilène : le "y grec" s'appellera désormais "ye" (goodbye Athènes)  "ch" et "ll" cessent d'être des lettres, le "q" disparait de l'alphabet (bonjour la globalisation homogénéisante), et il n'y aura plus d'accent (tilde) sur les monosyllabes ni pour distinguer les usages de "solo" ou "esta" (ne nous fatiguons plus). Pas très enthousiasmant tout ça.

 

Lire la suite

Un livre collectif de "Correspondances internationales"

3 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

800px-Map_Non-Aligned_Movement.pngVous trouverez à l'adresse http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=94&ida=12835

ma recension du livre collectif de "Correspondances internationales" : "Groupons nous et demain".

Lire la suite

Le seul mec de droite que j'apprécie aux Etats-Unis

2 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis

Il est un peu fou, au point d'avoir voté contre les aides fédérales à son propre district quand l'ouragan Ike l'a ravagé, mais il est cohérent et courageux (des vertus rares chez les politiciens). Je suis en complet désaccord avec ses thèses économiques, et son combat anti-avortement (par exemple), mais j'approuve son programme en politique étrangère (il est plus radical là-dessus que le Tea Party). Sa méfiance à l'égard du "Big government" va bien aussi avec certaines de mes tendances anarchistes.
Lire la suite

Un jour à Buenos Aires

2 Novembre 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Lire la suite
<< < 1 2