Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Le blog de Christophe Darmangeat

30 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Bon, revenons à un niveau de réflexion un peu plus productif. Je signale à mes lecteurs qui aiment lire et réfléchir sans trop d'a prioris idéologiques sur le fonctionnement de l'humanité le blog de l'anthropologue Christophe Darmangeat. Un de mes correspondant m'en a conseillé la lecture en me faisant remarquer que cet auteur, bien que très à gauche, continue de résister aux folies du constructivisme social qui prétendent réduire toutes les différences sexuelles à un conditionnement de "genre". Cet article entre autres explicite sa position à ce sujet.

 

L'ensemble de son blog se focalise un peu trop sur la question du masculin-féminin, mais bon, après tout, c'est un thème fort vaste dont dérivent un grand nombre de questions comme par exemple celle de savoir (ici) si l'humanité est de plus en plus violente ou de moins en moins (question qu'on a déjà croisée chez Lawrence H Keeley ou Steven Pinker). Donc il mérite d'être recommandé.

 

Lire la suite

Pour se distraire

29 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

C'est made in Corsica.

 

 

Lire la suite

"Bienvenue en Sibérie" de Ralf Huettner

29 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma

Moi qui ai un peu voyagé en Russie et qui ai ma petite opinion sur la culture bobo contemporaine, il me faut dire un mot du film "Bienvenue en Sibérie" que je regardais hier.

 

Le thème résumé par le Figaro "En pleine crise de la quarantaine, l'Allemand Matthias Bleuel est envoyé en mission au fin fond de la Sibérie par son entreprise de vente par correspondance, dont il doit superviser la filiale locale. Après une série de ratés et un choc des cultures programmé, Matthias commence peu à peu à s'attacher à sa nouvelle vie de l'autre côté de l'Oural. Une comédie réjouissante !".

 

Il se peut effectivement que le film n'ait pas d'autre prétention que celle-là : être une comédie divertissante. Beaucoup de films n'aspirent pas à davantage de nos jours. La plupart même. On voit de jolis paysages. On rit des caricatures des Allemands et des Russes (mais les Russes savent être si proches de leur caricatures bien souvent...). Au fond le film réalise le tout rêve probable de tout cadre moyen allemand : tout quitter de notre médiocrité occidentale pour s'amouracher d'une fille de chamane chor (une minorité de Khakassie). N'est-ce point aussi vers cela que faisait signe le livre à grand succès de Sylvain Tesson il y a trois ans ?

 

Dans ce besoin de grands espaces, de folie, et même de surnaturel se joue l'épuisement d'une rationnalité occidentale qui en conciliant à merveille sur le papier liberté et sécurité individuelles ne peut plus qu'enfermer tout le monde dans la névrose. Ainsi l'Occident secrète son poison, puis projette sur les écrans les antidotes sous forme d'autres poisons (puisque le cinéma n'est même plus cathartique). La boucle est ainsi bouclée.

 

Le livre fait aussi voir combien le surnaturel entre dans cette économie de l'exotisme, et travaille la conscience trop rationnelle. Au fond c'est un seul et même "appel" qui se manifeste sous l'Occident, comme c'était le cas sous l'Empire romain à l'époque d'Apulée (voir l'enthousiasme de cet auteur pour les décors égyptiens sur les navires).

 

 

 

Lire la suite

JJ Candelier pour des relations diplomatiques avec Pyongyang

28 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

kim-jong-ilLorsque je m'étais rendu en Abkhazie en 2009, il avait été question que le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier, aujourd'hui vice-président de la commission de la défense à l'assemblée nationale, nous y accompagne. Puis cela ne s'était pas fait. Je ne suis donc pas plus surpris que cela d'apprendre qu'il ait présenté une proposition de loi pour l'établissement de relations diplomatiques avec la République populaire démocratique de Corée du Nord. Il a été immédiatement désavoué par son parti.

La rupture des relations diplomatiques entre Paris et Pyongyang est une bizarrerie à laquelle lors de son premier septennat François Mitterrand avait promis de remédier après s'y être rendu, vaine promesse. La France est aujourd'hui le seul pays d'Europe avec l'Estonie à ne pas avoir de relations avec Pyongyang, ce qui ne dérange pas le PCF mais cause des problèmes pratiques - par exemple quand j'ai voulu me rendre dans ce pays avec un collègue allemand, ce qui finalement ne s'est pas fait, lui pouvait facilement discuter avec la représentation diplomatique nord-coréenne dans son pays, notamment pour l'obtention d'un visa, et pas moi.

Une vieille question existe traditionnellement dans la diplomatie, qui est de savoir si l'on ne doit reconnaître que les régimes politiques que l'on aime bien ou que ceux que l'on n'aime pas. Bien sûr le descendant de républicain espagnol que je suis sait quelle importance symbolique ces choses ont et combien par exemple il fut douloureux de voir la France reconnaître le régime du général Franco. Mais le réalisme impose quand même d'avoir des relations avec des Etats qui fonctionnent depuis plus de 50 ans, ne serait-ce que pour pouvoir aplanir par la voie des ambassadeurs les tensions qui peuvent apparaître avec eux. Avoir des relations diplomatiques seulement avec des pays amis n'a pas d'intérêt, et c'est se méprendre complètement sur le sens de ce qu'est la diplomatie.

La proposition du député Candelier, à l'heure où la France envisage par ailleurs de reconnaître l'Etat palestinien, me paraît pertinente.

Lire la suite

Une fenêtre

27 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

parisRevu Kady-Diatou il y a peu. Je vous ai parlé d'elle il y a quatre ans. Je suis quand même un peu fidèle aux gens que je rencontre. Toujours aussi drôle, aussi élégante, aguicheuse, pudique, droite. Elle dissimule toujours sous du badinage ses problèmes d'argent, son long combat de Cendrillon grâce auquel, coiffeuse de luxe à Abidjan - elle coiffait la famille du président Bédié et les speakerines de la TV -, elle a pu venir en France, décrocher un CDI d'aide soignante bien que sa mère adoptive l'ait empêchée d'aller à l'école. Boulot, cours du soirs, économies. Combat, encore et toujours. Aujourd'hui elle essaie de faire construire une maison sur le bord de la mer à Abidjan. Parce que, dit-elle, c'était le rêve de son père, construire une maison, mais il est mort quand elle avait 8 ans avant de le réaliser. C'est à elle de le mener à bien. "Petit à petit l'oiseau construit sa maison" dit-elle, en déformant le proverbe français. Grâce à une de ses tantes qui était conseillère du président Houphouet autrefois, elle a pu acheter ce terrain dans une zone non constructible et y faire poser des fondations. Il lui manque 6 000 euros pour réaliser son rêve, mais elle sait qu'elle y parviendra, malgré les intérêts des crédits à rembourser en France et les frais de l'éducation de sa fille.

On ne sait jamais trop qui vous apporte quoi dans la vie. Dans le roman de Murakami dont je vous ai déjà parlé, une adolescente dit au personnage principal qui se bat pour retrouver sa femme quelque chose du genre "je sens que dans ton combat d'une certaine façon tu te bats aussi pour moi". Dans le roman on ne sait pas très bien dans quelle mesure cette phrase est vraie. On peut dire que le personnage principal rend service d'une manière générale à l'humanité en défendant une cause juste - la survie de la femme qu'il aime -, ou que plus précisément il va rendre service aux Japonais en les débarrassant d'un homme politique en pleine ascension, son beau frère, qui séquestre son épouse. Quoi qu'il en soit, on perçoit intuitivement que le bien que les gens font, y compris celui qu'ils font à leur père décédé, se répercute ou se diffuse d'une façon mystérieuse. 

sangriaAlors, dans une conversation avec Kady-Diatou, je perçois peut-être qu'elle se bat un peu pour moi et pour toute l'humanité en essayant de faire construire sa maison. Et pas seulement. J'ai aussi la satisfaction d'une sorte de voyage dans de l'humain qui n'est pas moi. Je passe mon temps à lui faire répéter trois ou quatre fois des bouts de phrases que je ne comprends pas dans sa bouche à cause de son accent. Je me sens sourd à son langage, à sa culture, et pourtant pas trop éloigné de ça malgré tout. Des tas de réflexions qu'elle me sort me surprennent par leur simplicité, leur spontanéité ou leur côté décalé, ou me font rire, et, en même temps, je sais qu'elle les dit pour ne pas dire autre chose, de plus compliqué, ou de franchement triste, qu'il s'agit juste de donner le change, mais on ne donne jamais le change complètement. En le donnant on montre qu'on le donne, et donc on ne le donne pas, on révèle en cachant. Le néon rose et bleu masque mal la grisaille de l'arrière cour, mais l'arrière cour grise est aussi pleinede reflets bleus et roses. C'est le théâtre de la vie. Comme nos conversations de fond de bistrots à Belgrade en 1999 où l'on riait beaucoup et où l'on savait bien tout ce qu'il y avait en réalité derrière les rires. Et l'on grandit comme ça, et l'on s'ancre dans le réel, et l'on s'oblige à garder les fenêtres de son humanité ouvertes, par lesquelles on fait passer de l'air (pour ne pas s'enfermer dans l'écriture, la lecture, l'éducation de la progéniture et la routine familiale comme une partie de moi le voudrait).

Je ne dirais pas que j'ai "accès à l'Afrique" à travers les conversations avec Khady-Diatou, même si ce sont des réalités de ce monde là qui me parviennent à travers elle. Je ne sais pas exactement à quoi j'ai accès au juste, et peu importe. En tout cas je n'accède pas à des clichés. Il y a quelques jours, j'étais à une fête de l'Humanité de province et un jeune groupe français qui joue des morceaux de musique burkinabe et danse sur ces morceaux (ce qui suppose de longs mois d'apprentissage sur place, à Ouagadougou), s'est lancé à la fin du spectacle dans une apologie très kistch et très bobo de l'Afrique sur le thème "ce sont des gens géniaux, et leurs danseurs sont des sportifs de haut niveau" etc. Niveau de profondeur d'un écervelé de 20 ans à qui les parents offrent le privilège d'apprendre le tamtam sur les bords du fleuve Niger plutôt que de préparer Polytechnique dans une obscure chambre parisienne. Moi je ne dirais certainement pas que Kady-Diatou est géniale, que sa façon de concilier divers apports culturels etc est "trop cool", qu'il faut "soutenir son combat", que sais-je encore. Je dis juste qu'elle m'impressionne parfois, m'amuse à l'occasion, m'étonne, et que très vraisemblablement je ne comprends pas le dixième de ce qu'il y aurait à comprendre dans ce que sa personnalité incarne, et dans ce qui se joue dans sa présence (et encore moins à l'arrière plan de tout cela) ; mais que tout ce qui en émane en tout cas sonne juste, et que je souhaite à tous mes lecteurs de croiser des Kady-Diatou dans leurs vies quotidiennes, et de garder les yeux et les oreilles ouverts pour ne pas les rater si l'occasion leur est donnée, un jour, d'en rencontrer sur ler chemin.

Lire la suite

Lire les jungiens

26 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1950-75 : Auteurs et personnalités

Au 20 ème siècle, une profonde lassitude à l'égard de la mécanique rationnelle a poussé certains des meilleurs esprits de leur génération (du moins ceux qui n'avaient pas le talent littéraire suffisant pour devenir écrivains ni le goût de l'abstraction pour se faire philosophes) à embrasser la cause de la psychologie, puis, à partir des années 70, de la sociologie, investissant dans ces disciplines à la fois leur désespoir devant le scientisme et un reste d'attachement à l'ombre d'un fantasme positiviste (rien à voir avec ce qui se passe aujourd'hui où le gros des doctorants en psycho et en sciences sociales sont une sorte de Lumpernproletariat intellectuel qui, en d'autres temps, aurait été employé à faire du secrétariat dans les usines). Quand j'étais ado cette démarche semblait encore parfaitement légitime. Aujourd'hui elle m'apparaît grotesque. Une de ses pires dimensions, je trouve, peut être repérée dans la jungisme, théorie la plus bancale qui soit. Et cependant, pour aussi frustrantes que fussent ces sciences humaines, il faut malgré tout s'y intéresser, car les cerveaux qui s'y adonnaient n'étaient pas de faible envergure.

 

Prenez par exemple Marie-Louise von Franz, la disciple de Jung, dont j'ignorais encore l'existence récemment, et qui est pourtant décédée seulement quand j'avais déjà des échanges épistolaires avancés avec Bourdieu, en 1998, c'est à dire pour moi à peine avant-hier. A son actif il faut quand même mettre le fait qu'elle est un des rares esprits académiques à ne pas prendre l'Ane d'Or d'Apulée pour une farce (voyez son interprétation du conte, publiée l'année de ma naissance, en 1970). Bien sûr il est exaspérant de lire sous sa plume qu'Apulée avait un "complexe maternel négatif" qui s'exprime dans son récit de l'apparition de la Grande Déesse (Isis), ou de voir qu'elle disserte de façon péremptoire sur le fait que l'auteur était une sorte de "pied noir" qui devait défendre sa romanité face à la culture d'Afrique du Nord (aujourd'hui on sait que c'est l'inverse : Apulée était un Berbère qui venait d'adopter récemment la romanité). Mais il faut passer sur ces sottises et les prendre avec une certaine tendresse comme je le fais avec Devereux. D'ailleurs elles ne sont jamais tout à fait fausses. Par exemple quand Mme von Franz, avec sa sensibilité féminine, fait le procès de la froideur de la culture machiste masculine gréco-romaine en reprochant à Socrate d'avoir refusé de parler à sa femme avant sa mort, et justifie le mauvais caractère de Xanthippe - que la tradition décrit comme une mégère - on doit lui savoir gré de cet apport à la réflexion collective (autrement plus constructive que les travaux féministes américains actuels pour lesquels la culture masculine depuis l'invention de l'agriculture n'est pas essence qu'une "culture du viol").

 

Donc oui, il faut encore lire les sciences humaines du XXe siècle, et même dans leur version jungienne...

 

Lire la suite

Encore (un peu) là

25 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

DSCN6696Il y a des gens qui se connectent deux fois par jour pour regarder mon blog. Je voudrais leur dire certaines choses, je m'en veux de ne pas pouvoir écrire plus de billets pour eux. Et puis il y a celles et ceux-là, murés dans leur silence que je connais et dont je ne sais pas bien s'ils regardent ce blog ou pas, ceux qui postent "courageusement" sous couvert d'anonymat des commentaires chargés de critiques absurdes, et pour ceux-là je ne veux rien écrire du tout.

 

De toute façon que puis-je écrire qui ne soit déjà dans ce blog ? que je cherche une photo pour la couverture de mon denier livre qui paraîtra en janvier ? que je cherche mon "âme" (oh le vilain grand mot, les gens devraient avoir honte d'oser encore l'employer à la légère !) ? que le cadavre de Delorca bouge encore un peu, au moins pour raconter une dernière fois ses 15 ans de militantisme ?

 

Les nuages recouvrent le ciel d'hiver. Il n'y a plus de lune. Les marionnettes qui s'agitaient dans mes ténèbres de janvier dernier ont disparu. La voie est libre. Mais vide. Un vide qui n'est pas angoissant. Un vide juste un peu fatigué. J'y plante ma tente de fortune.

 

Ah oui, encore un petit détail. Je viens de finir "Chroniques de l'oiseau à ressort" de Murakami. Ca remue bien.

 

 

Lire la suite

Ghostbusters

20 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik

En 1990 ou 91 (il faudrait que je vérifie dans mon journal), comme je trainais à la bibliothèque de Sciences Po, rue Saint Guillaume à Paris, j'ouvris au hasard le tome de la Pleïade consacré à Spinoza, et tombai sur cette lettre de Spinoza à Boxel de 1674. J'avais fait tourner des tables en 1989 à Montreuil mais cela ne m'avait guère marqué. Et je fus juste surpris de voir que Spinoza prenait le temps de débattre de l'existence des fantômes avec cet érudit protestant. Aujourd'hui encore j'aime la façon dont il récuse les arguments d'autorité en disant dans une autre lettre (pardon de l'écrire en anglais, c'est la seule version disponible en ligne) : "The authority of Plato, Aristotle, and Socrates, does not carry much weight with me. I should have been astonished, if you had brought forward Epicurus, Democritus, Lucretius, or any of the atomists, or upholders of the atomic theory. It is no wonder that persons, who have invented occult qualities, intentional species, substantial forms, and a thousand other trifles, should have also devised spectres and ghosts, and given credence to old wives' tales, in order to take away the reputation of Democritus, whom they were so jealous of, that they burnt all the books which he-had published amid so much eulogy. If you are inclined to believe such witnesses, what reason have you for denying the miracles of the Blessed Virgin, and all the Saints? " On voit bien la filiation matérialiste assumée par Spinoza.

 

arai.jpg

Au même moment que l'échange épistolaire entre Spinoza et Boxel, à quelques années près, à l'autre bout du monde, Arai Hakuseki (1657-1725), qui, semble-t-il, fut un grand penseur et homme politique japonais, écrivait : "Les rites alimentent les vivants, donnent congé avec honneurs aux morts et sont au service des fantômes et des esprits" et "Les fantômes sont les forces spirituelles du yin, les esprits sont les divinités du yang". Je ne suis bien sûr pas assez calé pour comprendre ce qu'Arai Hakuseki a bien voulu dire par là. Mais si un nipponiste passe par ce blog à l'occasion, je serais heureux de recevoir ses lumières...

Lire la suite

Amen passo per aquen

20 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

P1000411En Béarn jadis - du temps de mon aïeul - on avait tendance à se moquer de la culture catholique qui imprégnait un peu tout le monde. Quand quelqu'un faisait la tronche, on disait "chutis mutis é nou rougnatis". C'était un jeu de mots qui parodiait le latin, un peu comme "pedibus jambus" en français. "Ne rougno pas" voulait dire "ne râle pas" ("rougno porc" était la façon dont on nommait un râleur). "Chutis mutis é nou rougnatis" pourrait vouloir dire "tais toi et ne la ramène pas".

 

P1000061De même on plagiait le célèbre "amen" chrétien ("ainsi soit-il", très forte marque d'adhésion à l'ordre cosmique des choses, édulcorée en simple résignation par les prêtres) en disant "amen, passo per aquen et si né podès pas tourno tèn" (pardon aux puristes occitanistes, mais j'adopte l'orthographe phonétique du béarnais qui, à mes yeux, ne peut être, dans sa forme qui me parle, qu'un idiome populaire non écrit, même si je n'ignore pas qu'elle fut langue d'administration et de lithurgie sous les rois de Navarre). Cela signifie "Amen, passe par là, et si tu ne peux pas fais demi tour" (avec une rîme astucieuse en "en").

 

J'ai souvent tendance à dire cela aux âmes pondérées, donneurs de leçon doucereux, électeurs de l'UDI et du Modem, centristes de tout poil, "modérés", spécialistes de la désertion sur les champs de bataille. Oui, amen, amen, mais on vous connaît : on sait ce que vaut votre bien-pensance.

 

Epaminondas

Epaminondas reviens encore nous parler ! Je suis très content d'avoir lu l'Ane d'Or d'Apulée. D'y avoir trouvé confirmation de mes pressentiments du printemps sur le lien Isis-Pythagore, et tant d'autres choses dont je ne peux pas, hélas, parler dans ce blog. C'est une histoire vraiment très touchante, à la fois drôle, bizarre (car la mentalité antique ne nous est pas familière) et par endroits très romantique. Ce pauvre âne persécuté qui doit trouver des roses à tout prix pour se sauver, les entrevoit sous la statue d'Epona dans l'étable, puis sous le geste épique mais vain de la douce Charité, et ne les trouve finalement qu'à la cérémonie de la déesse égyptienne... Les universitaires laïques ne peuvent rien y comprendre mais c'est le plus bel acte de foi que je connaisse dans un hénothéisme féminin.lune

Lire la suite

Burkina Faso

17 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

En guise d'hommage aux révolutionnaires du Burkina Faso, je vous renvoie à mon interview de Carlos Ouedrago le 19 mai 2008:

 


CO I  

CO 2  

CO 3  

CO 4  




Lire la suite

La rationalité, le contrôle du cours des choses, Maud Kristen

15 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Je vous prie d'excuser mes silences sur ce blog, mais j'avoue trouver un peu vaine l'activité politique que j'y déploie depuis six ans, et ma recherche philosophique, elle, je préfère la poursuivre dans d'autres espaces.

 

Du côté politique, vous avez sans doute vu le départ prématuré de Poutine du G20 aujourd'hui, et les nouveaux bruits de bottes en Ukraine. Je suis en train de mettre ma dernière touche au livre bilan de mes 15 ans d'engagement qui va sortir en janvier. Ce pourrait être l'occasion de poser un point final à tout cela. Soyons lucides. Ce que j'ai dit pendant 15 ans, je pourrais continuer à le clamer pendant 30 autres années sans que cela ne serve à rien : il va continuer à y avoir des guerres plus ou moins circonscrites contre les intérêts russes et chinois, des révolutions confisquées etc, c'est la marche du monde, de ce monde, de notre monde. Si je continue de m'élever contre cela, je n'attirerai à moi que des types instables, des gens dans le mal-être, frustrés, suicidaires, parce que les gens apaisés se détournent des guerres, de la pensée de la mort, de tout ce qui trouble leur tranquillité. Alors aimanter des desperados égocentriques en mal de reconnaissance, dépenser de l'énergie pour publier des livres que peu de gens lisent, à quoi bon ? J'ai davantage besoin de calme et de choses légères je crois.

 

Je suis tombé par hasard hier sur cette vidéo de la voyante Maud Kristen dont je n'avais jusque là jamais entendu parler :

 

 

C'est marrant parce que dans cette série de vidéos ci-dessous, elle disait avec beaucoup de lucidité que les "ressentis" des voyants dépendaient de leur prisme culturel personnel. Il est clair que ses "prédictions pour 2014" sont très marquées par son "habitus de classe" bourgeois. Donc c'est probablement faux dans le détail quoique juste dans les grandes lignes. L'ambiance "oppressive et répressive" qu'elle relate est de toute façon bien sûr celle qui est déjà réalisée dans notre triste monde.

 

 

J'avoue que j'aime bien cette Mme Kristen, sa manière d'exposer calmement et en termes de probabilités (parce qu'elle est cultivée, formée par la fac de droit etc) notre "sixième sens", les moyens de le développer etc, en le coupant de toute construction religieuse ou théologique.

 

Même si la science stricto sensu ne peut rien en faire, les sciences humaines, elles, devraient au moins l'intégrer à leur vision de l'humanité et de son histoire. Je reste très perplexe notamment devant la tendance des universitaires à considérer par exemple l'histoire romaine ou l'histoire des civilisations asiatiques en faisant comme si la place du "paranormal" en leur sein relevait de la pure superstition. Il y a la superstition d'un côté, qui existe, et le paranormal ou parationnel, ou rationnel "soft" d'un autre, et ce dernier point - qui souvent nourrit le premier, mais pas toujours très à propos - doit être pris pour ce qu'il est en le séparant ben du premier. On ne peut pas complètement comprendre l'humanité actuelle et passée si on ne fait pas cet effort là. Et surtout, cete Mme Kristen a sans doute raison que la marginalisation de la voyance et de tout ce qui lui est apparenté ne peut, comme l'interdiction de la prostitution qu'elle met judicieusement en parallèle avec la voyance - que tirer cette activité "vers le bas" et faire le jeu des malhonnête et des mafias. J'ai un peu connu cette année des médiums qui pourrissent sur pied parce que, comme les contestataires anti-guerre, le sécolos radicaux etc, ils ne bénéficient d'aucun espace de reconnaissance dans la culture officielle, aucune tribune respectable etc. De ce fait ils s'enferment dans la lecture de sous-produits culturels obsessionnels, ne progressent pas dans leur tentative de compréhension de leur "art" et foncent dans des murs en entraînant avec eux dans leur médiocrité ou dans leur suicide leurs éventuels clients.

 

En même temps, cela ne signifie pas qu'il soit complètement illégitime pour le commun des mortels et pour nos institutions de vouloir se protéger de cette dimension un peu "bizarre" de la vie et de maintenir nos sociétés sur la voie d'un rationalisme rigoureux qui au moins nous permet de sauver des espaces de liberté (liberté très relative il est vrai) que l'ouverture au "troisième oeil" parfois peut anéantir (parce qu'en s'ouvrant sur les dimensions autres, on peut perdre beaucoup de pouvoir de contrôle de soi, de sa carrière etc). Bon allez, sur ce je vous laisse continuer à consulter les sites alternatifs de votre choix (Mondafrique, Esprit corsaire, Afrique-Asie, Asia Times, Antiwar.com etc)... Pour ma part je retourne à ma petite torpeur pré-hivernale...

Lire la suite

Synthèses

9 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Dans les années 2000, sous l'influence des sciences humaines, quand j'écrivais sur un sujet, ou quand je pensais à ma vie, il me semblait que je pouvais englober par l'entendement de grands ensembles sociaux, avec leur particularités, leurs couleurs etc, dans des sortes de "schèmes" comme dirait Kant, extrêmement synthétiques. Le Béarn contemporain ou passé, le Nord de la France, l'Espagne, les classes populaires, l'histoire de l'Occident sur 2000 ans etc, pouvaient ainsi se résumer à mes yeux dans des sortes de phrases matricielles synthétiques, qu'on pouvait ensuite déplier analytiquement à loisir s'il nous restait du temps pour le faire, mais la matrice synthétique comptait plus que son déploiement. Cette tournure de pensée imprégnait lourdement mes écrits, et me procurait un sentiment de maîtrise intellectuelle très étendue, qui m'obligeait toujours à "bander" mon esprit, parce que celui-ci devait toujours se sentir "prêt à la synthèse".

 

Il y avait sûrement quelque chose de très grec dans cette façon de voir. Elle n'avait pas que des inconvénients mais pas que des avantages non plus, car elle était très usante.

 

bourd.jpgJe ne sais pas si les années 2010, qui sont beaucoup moins influencées par les sciences humaines que les années 2000, sont encore ouvertes à ce genre de méthode de raisonnement, mais à titre personnel je le suis de moins en moins, parce qu'au fond je trouve ces synthèses assez factices. On se donne l'impression de savoir (et, à certains égards on sait beaucoup, en effet, et l'on met beaucoup de choses en rapport les unes avec les autres) mais c'est au prix d'un sacrifice de tout ce à quoi la synthèse fait violence, et cela vous revient en boomerang un jour... Hegel terrassé par le choléra...

 

Bourdieu était un type qui veillait tard, lisait beaucoup, pour construire les concepts les plus synthétiques possibles... Il a rencontré la limite de son exercice bien plus tôt qu'il ne le pensait...

 

yogJ'assistais ce matin à une conférence d'une assoce de quartier sur le yoga... Ca ne volait pas très haut. Le prof ne connaissait pas grand chose sur les cultures asiatiques et les petites vieilles présentes étaient surtout là pour étaler leurs besoins de rêve et d'amour, les aigreurs de leur vie etc (comme toujours les gens plus intelligents, les jeunes notamment, se taisaient).

 

Je suis réservé à l'égard de l' "asiatisation" de notre culture avec le yoga, le zen, les massages, les conférences new age de Deepak Chopra et autres "opiums du peuple" surtout présents pour calmer les névroses que provoquent la wi-fi généralisée et l'imperium du zapping hyperactif, voire pour nous enseigner avant tout à ne plus penser et à nous résigner. Certains des bobos qui se piquent d'assister à des séances de chants en sanskrit auraient mieux fait de penser d'abord à s'inscrire dans une chorale paroissiale, cela au moins les aurait reconnectés avec la culture de leurs grands parents, sans rien soustraire aux apports du chants en termes de "concentration" et de "bien-être". Mais il faut reconnaître que l'asiatisation nous soulage un peu du règne des synthèses, et nous ouvre à la part "obscure", insaisissable, de nos vies, qui, parfois, est aussi notre oxygène...

Lire la suite

Es muss sein

7 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

ste baume-copie-1Une femme que j'ai connue en janvier en Provence m'avait impressionné parce qu'après avoir vécu des manifestations surnaturelles, elle se convertit à un christianisme ardent. Je n'approuve pas spécialement le catholicisme, mais je trouvais que cela témoignait d'un beau sens de l'engagement. Je me disais que moi-même je serais sans doute capable de suivre un chemin semblable au sien ou en tout cas comparable, sur une autre voie d'engagement, politique par exemple, en des circonstances semblables. Mais plus le temps passe, plus j'en doute. Je me rends compte en effet que les événements un peu étranges qui m'arrivent ces derniers temps ne me situent sur aucun chemin d'engagement particulier (à part les engagements politiques que j'ai déjà épousés à l'âge de 28 ans, et dont ce blog porte des témoignages abondants). Ils me plongent juste dans une sorte d'étonnement indécis vaguement teinté de curiosité. C'est peut-être ce qui me rend sympathique le héros du roman de Murakami que j'évoquais il y a peu. Cette profonde *** (je cherche en vain un mot de la langue française qui pourrait vouloir dire "absence d'envie de s'engager" et qui serait construit sur le même modèle que "ataraxie" ou "apathie") me surprend. Je me révèle différent de ce que je croyais.

 

adnJe suis tombé ce matin sur un article qui parle d'un roman sur un chauffeur de taxi tibétain devenu le toyboy d'une PDG chinoise. Je l'ai envoyé à une correspondante admiratrice d'Alexandra David-Néel et russophile avec qui j'échangeais sur l'Ukraine cet été, en lui disant : "Ce n'est plus le même Tibet que dans les années 1920". Elle m'a informé, en réponse, de diatribes de Libération contre un journaliste avec lequel j'avais été en Transnistrie en 2007, et qui ressemble un peu aux attaques de ce journal contre Sapir. Je n'étais pas au courant de cette polémique parce que, pour ma santé mentale, j'évite de trop lire les grands médias parisiens. J'ai tout de suite adressé un mot de soutien au journaliste, et cela m'a fait repenser au vent de guerre froide qui souffle sur notre continent et sur l'Amérique (comme me le faisait remarquer un camarade il y a peu : "Dans le dernier film d'action (raté) avec Denzel Washington, Equalizer, les méchants sont des mafieux russes froids et impitoyables. Et comment s'appelle leur chef sanguinaire ?... Vladimir Pushkin. Eh oui, il fallait oser").

 

ukraine

Tout cela m'a rappelé que, si je parviens à caser le livre collectif que j'ai fait avec trois journalistes sur l'Ukraine chez un éditeur, je vais me retrouver encore en position de passer pour le stalino-poutino-facho-taré de service aux pieds fourchus aux yeux de nos médias manichéens, comme ce fut le cas pendant la guerre du Kosovo. Jeté dans le même sac que les petits pieds-nickelés américains qui viennent de publier un livre nul sur l'Ukraine chez Delga dont je dois rédiger la Lobarecension pour Parutions.com... j'en suis fatigué d'avance... Mais comme disaient les gardes civils républicains pendant la guerre contre le fascisme en 1936 : "Cumple con tu deber"... remplis ton devoir... On n'a pas le choix...

Lire la suite

Haruki Murakami

6 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures

hellokCa y est le nombre des abonnés de ce blog commence à chuter. Faisons le chuter encore plus en reparlant de l'Asie ! Non, ce n'est pas une marotte. Je ne suis pas plus attaché à l'Asie qu'à un autre, et je m'intéresse tout autant à la santé de Mme Cristina Kirchner en ce moment qu'aux templs d'Angkor.

 

Mais une amie druidesse (j'aime bien rappeler ce titre qu'elle a, et qu'elle garde à vie parait-il, comme les ministres) m'a conseillé la lecture des "Chroniques de l'oiseau à ressort" de Haruki Murakami. Je ne jouerai pas les cuistres : bien que je lises diverses choses sur le Japon depuis mon adolescence, je n'en connais pas plus la littérature que le lecteur moyen de la très nippophile Amélie Nothomb.

 

On dit que l'auteur de ce livre des années 1990 (réédité en France récemment) est nobélisable. Il le mérite sans doute plus que notre Modiano. J'ai déjà avalé une centaine de pages de son pavé. J'apprécie beaucoup la précision dans le détail et la neutralité du ton de ses récits, agrémentés de comparaisons souvent interlopes, étranges. Vous allez me dire "la neutralité du ton c'est un peu devenu la tarte à la crême de notre époque". Et c'est vrai que parfois on peut se demander si Murakami ne singe pas un peu les modes de son temps, et même s'il ne singe pas l'Occident tant son personnage pourrait être parisien, bordelais, londonien, new-yorkais plutôt qu'habitant de Tokyo, y compris par son univers matériel.

 

Mais en ce qui me concerne cette neutralité me fait du bien, elle me donne parfois envie de la projeter sur mon propre univer (mais je suis incapable d'être neutre pendant plus de douze heures, mon sens des valeurs reprend toujours le dessus). En outre dans la cas de Murakami, elle permet d'avancer de façon plus crédible ce qui est au fond la thèse du livre : la bizarrerie profonde du monde est liée à l'interface qu'il entretient avec l'invisible, cet invisible qui est un truc non-religieux, non-métaphysique, qui vous rattrappe toujours malgré vous (et malgré vos envies permanentes de tout nier ou de tout aplanir). En ce sens il rejoint tout en allant plus loin qu'eux les grands "existentialistes" des années 50 - Gombrowicz, Moravia - le seul d'entre eux qui ait assumé cette pente à cette époque-là, à ma connaissance, étant Cocteau.

 

Mais on n'est pas obligé d'adhérer à la thèse. Même si l'on n'avance pas jusqu'à son point, on peut se laisser simplement flotter à la surface de la bizarrerie, des hommes, des femmes, des situations, des objets mêmes qui nous sont présentés, bizarrerie bien peu spectaculaire, banale, et pour cette raison absorbante, obsédante. On a envie de toujours plus d'étrangeté, de s'y abandonner, de s'enivrer de bizarrerie ordinaire...

 

052--1999--23.9.99-30.7.2000--142.jpg  

 

052--1999--23.9.99-30.7.2000--143.jpg

 

 

 

 

Lire la suite

"Cochinchine" de Léon Werth

3 Novembre 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités

werthNous avons déjà rencontré Léon Werth dans la lecture de ses propos sur Clemenceau dans la revue Europe de 1930 (voir mon billet ici). Il me faut parler aujourd'hui de son livre sur la Cochinchine coloniale en 1924, et d'abord vous dire que cet homme qui, humblement, trop humblement, s'est tenu dans l'ombre du Malraux des Conquérants est un écrivain, un véritable écrivain, avec un vrai style, et une très belle sensibilité (il dit quelque part avoir une sensibilité de "fille publique romantique", ce que j'ai peut-être en commun avec lui). Cette sensibilité lui fait voir avec beaucoup de pertinence ce que ses contemporains minimisent bêtement ou rendrent trop abstrait (je pense au livre d'Hannah Arendt sur l'impérialisme) : le grossièreté minable du système colonial européen dans le monde.

 

Je ne veux pas ajouter à la "culpabilité de l'homme blanc" qui de nos jours infeste un peu trop les mentalités et produit des formes de sottise et d'imposture dans la pensée bourgeoise actuelle.

 

Juste souligner l'intérêt d'avoir un regard lucide et indépendant sur les injustices. Quelques extraits intéressants (qu'il est inutile que je commente) :

werth-3.jpg

 

werth-2.jpg

 

 

werth-1.jpg 

L'intérêt de Werth aussi réside dans ses analyses psychologiques qui confinent à la philosophie. Par exemple quand il estime que les coups de poings et éclats de voix des colons ne procède pas d'une réelle violence personnelle (puisque cette violence décroit à bord du Saïgon-Marseille sur le chemin du retour vers la métropole), mais simplement d'une bassesse institutionnalisée, à laquelle il oppose la retenue "confucéenne" des Orientaux. Ses remarques sur l'érotisme des rapports entre les chanteuses chinoises et leurs clients asiatiques d'un restaurant de Saïgon mériterait en soi dix pages de commentaires qui interrogeraient par effet de miroir vingt siècles de lourdeur de la sensualité occidentale...

 

Sa réflexions très esthétisante sur les formes des visages des Annamites (mais aussi des Moïs), de leurs gestes etc ouvre un horizon de remise en cause radicale de l'européanité, qui, dans un sens, peut encore relever de l' "âge du jazz" des années 20 (David Stove), la haine de soi occidentale dont parle l'académicien Matteï, mêlée aux dégoûts de l'après-guerre (quand le surréalisme français par exemple vantait systématiquement tout ce qui n'était pas "blanc"). Il faut "en prendre et en laisser" comme on dit, oui, mais tout de même en prendre, oui, essayer de prendre au sérieux cet amour de l'Orient, moins érudit et moins fort que celui d'une Alexandra David-Néel arpentant le Tibet à la même époque, mais tout aussi sincère. Tirer ce fil là, sans naïveté, juste pour voir toutes les potentialités qu'il peut donner. Je crois qu'à la lumière du témoignage de Werth, on comprend beaucoup de choses : pourquoi on ne parle plus français au Vietnam, pourquoi dans les années 2000 ce pays n'a pas soutenu l'Algérie dans sa campagne pour poursuivre la France pour crime contre l'humanité (pourtant le FLN avait tenté des pourparlers à ce sujet avec Hanoï), pourquoi la culture vietnamienne est apparemment sans complexe à l'égard de l'Europe (mais alors on peut se demander : pourquoi celle du Japon en a-t-elle ?). Pourrait-on voir le témoignage de Werth une propédeutique à un "devenir-asiatique" de l'humanité dont l'actuelle globalisation serait aujourd'hui le vecteur ? Ce serait peut-être pousser le raisonnement trop loin, d'autant que l'Asie d'aujourd'hui est peut-être d'une culture moins pure, moins exempte d'occidentalisme (via le consumérisme) qu'elle ne l'était il y a cent ans. Je ne sais. En tout cas après avoir croisé le regard de Werth, tout en finesse sans pour autant verser dans la demi-mesure, on ne peut plus se sentir européen de la même manière qu'avant d'avoir ouvert son livre.

 

 

 

 

Lire la suite
1 2 > >>