Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'intervention militaire turque en Libye, une avancée des Frères musulmans occultistes

22 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants", #Grundlegung zur Metaphysik

Les milices syriennes turkmènes pro-turques (Division Sultan Murad) et la Légion du Levant (Faylaq al-Sham, une composante de l'Armée syrienne libre à Idleb) responsables de nombreux crimes de guerre contre les Kurdes prennent le chemin de Tripoli à la demande du gouvernement libyen soutenu par l'ONU, la Turquie et le Qatar. Erdogan a tiré prétexte de la présence de miliciens du groupe Wagner au service du général Haftar à Tripoli. Beaucoup soulignent que cela va donner à Ankara le contrôle des flux migratoires africains vers l'Europe comme il a déjà celui des flux asiatiques à partir de son propre pays, et cela fournit un point d'ancrage supplémentaire aux Frères musulmans. Les frères musulmans sont une organisation para-maçonnique internationale fondée en Egypte en 1929 par un agent britannique franc-maçon, mystique soufi, Hassan al-Banna, qui allait aussi ensuite développer une sympathie pour le régime nazi - l'ex-espion de la CIA Robert Baer les a décrits dans les années 1960 comme un "allié silencieux" de la CIA chargé de faire le sale travail au Proche-Orient. Héritiers des ismaéliens et des la secte des Assassins, bien qu'ils affichent un respect de l'Islam rigoureux, selon l'enquête consignée en 2005 par le journaliste américain Robert Dreyfuss dans "The Devil's game", ils seraient, à leur sommet, dirigés en réalité par des ésotéristes qui méprisent les religions et vouent un culte païen à la déesse-mère (Lilith du point de vue chrétien), comme les soufis (cf David Livingstone, Black Terror White Soldiers : Islam Fascism and the New Age, p. 272), ce qui explique leurs accointances profondes avec les kabbalistes illuminati de la CIA (elle-même issue du Groupe de la Table Ronde et de la franc-maçonnerie rosicrucienne anglaise).

Les projets de conquête de l'Europe par les Frères musulmans ont été découverts à l'issue d'un raid de police en Suisse le 7 novembre 2001, à l'encontre de Youssef Nada, directeur de la banque Al-Taqwa de Lugano,  qui a reconnu être l'un des leaders internationaux de l'organisation. Les documents saisis lors du raid de la villa suisse de Nada comprenaient un plan de 14 pages rédigé en arabe et daté du 1er décembre 1982, qui décrit une stratégie en 12 points pour "établir un gouvernement islamique sur terre" - le document s'intitule "Le projet". Sylvain Besson, journaliste au Temps, en a rendu compte dans son livre "La conquête de l'Occident" paru aux éditions du Seuil. On sait quel pouvoir ils avaient dans le financement de la campagne d'Hillary Clinton via sa petite amie Huma Abedin. Et diverses organisations dans la galaxie de la confrérie sont financées par le milliardaire père des révolutions colorées George Soros (via l'Open Soiety Foundation - OSF) : ENAR (Réseau européen contre le racisme) a reçu plus de 1,1 million de dollars de l'OSF depuis 2011. Le co-fondateur Michaël Privot a reconnu publiquement qu'il avait rejoint les Frères musulmans. Intisar Kherigi, la fille de Rached Ghannouchi , co-fondateur du Parti Ennahdha, la branche tunisienne des Frères musulmans, siège à son conseil exécutif ; Inssan EV , une association allemande fondée en 2001, a reçu 100 000 dollars de l'OSF qui opère dans les locaux de la jeunesse musulmane d'Allemagne (MJD), présidée par Bilal El Zayat, frère du chef des Frères musulmans Ibrahim Farouk El Zayat. Le beau-frère d'Ibrahim El Zayat est le neveu de Necmettin Erbakan, défunt fondateur de Milli Görüş - la branche turque des Frères musulmans ; la liste comprend aussi Ibn Rushd Studieförbund  en Suède, l' EFOMW (Forum européen des femmes musulmanes), etc. Leur rôle dans la lutte contre l' "islamophobie" est peut-être parfois surestimée, mais elle n'est pas négligeable. On notera aussi que Trump a menacé en avril dernier après la visite du président égyptien Al-Sissi de les classer parmi les organisations terroristes, ce qui a suscité une levée de bouclier de la revue Foreign Affairs, l'organe de géopolitique du Conseil des relations étrangères, c'est-à-dire des grands banquiers occultistes de Wallstreet (notamment de la Fondation Rockefeller) et de l'Etat profond (naturellement solidaire de la confrérie qu'il a lui-même créée).

Si Erdogan, qui a réuni à Istanbul les Frères musulmans de divers pays en septembre dernier pour coordonner leurs stratégies, écrase Haftar, alors que les Frères musulmans contrôlent déjà Tripoli et Tunis, la confrérie détiendra de nouveaux moyens de pression sur l'Europe. Pour le coup, Poutine en soutenant Haftar en Libye, comme en soutenant Assad en Syrie, sert les intérêts de notre continent, et peut-être aussi ceux des vrais Musulmans : ceux qui ne veulent pas être dirigés par des païens occultistes...

Lire la suite

Trump n'est plus crédible

21 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Donald Trump

N'ayant plus de chance de voir mes billets repris par des sites comme celui du comité Valmy (ne me demandez pas pourquoi, c'est juste un constat empirique), je ne vais pas soigner la forme de celui-ci et me bornerai à faire quelques brèves remarques. Trump n'a jamais été crédible auprès des grands médias sociaux-libéraux mondialistes. Mais il l'était un peu pour le parti anti-guerre (la représentante démocrate Tulsi Gabbard avait appelé à voter pour lui en 2016) et pour le peuple américain soucieux de liquider la pieuvre du Comet Pingpong (pour parler vite l'establishment démocrate, les républicains centristes, les stars, banquiers, neuroscientifiques etc piliers du mondialisme et adeptes des mêmes sociétés secrètes comme l'a montré le Pizzagate).

Il ne l'est plus. Sur le volet de la guerre, certes il s'est désengagé au moins partiellement de certaines logiques d'ingérence à l'égard de la Corée du Nord, de l'Ukraine et de la Syrie. Mais en se mettant à la remorque des Saoudiens (dont il a reconnu que l'US Army est devenue leur mercenaire pour 1 milliard de dollars) et de Netanyahou (et de Jared Kushner) il s'est lancé dans la pire politique imaginable à l'égard de l'Iran dans le Golfe persique, au Liban, et au Yémen. S'il a limogé John Bolton, le père de la politique de confrontation sur le continent américain, il a gardé dans son système Elliot Abrams un des grands pontes du néo-conservatisme bushien.

Le résultat pour l'Amérique latine est catastrophique : coup d'Etat en Bolivie, sanctions contre le Nicaragua avec incitation de l'armée à se révolter (je renvoie là-dessus au bon article de TheGrayZone), lamentable opération de promotion de Juan Guaido au Venezuela (lisez encore ici dans TheGrayZone l'excellent compte rendu très détaillé par Orlenys Ortiz de la pitoyable opération de ce sinistre personnage vanté par nos médias pour tenter de faire croire qu'il était empêché de se faire élire président du parlement monocaméral vénézuélien le 5 janvier), menaces d'intervention militaire au Mexique, rodomontades à Miami contre l'avenir du socialisme dans l'hémisphère occidental ("les jours du socialisme sont comptés"). Je suppose que l'Argentine kirshnérienne va aussi bientôt faire les frais de cette logique de confrontation.

Les électeurs de droite américains peuvent se féliciter des bienfaits industriels de l'hostilité de Trump au multilatéralisme, mais j'observe qu'ils rendent occasionnellement service aussi au lobby des Gafa (Google Apple Facebook Amazon) : la France avait instauré une taxe française de 3% qui s'appliquerait aux sociétés réalisant un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros au niveau mondial et de plus de 25 millions d'euros sur le sol français, Washington a menacé de mesures de rétorsion commerciales, Paris a alors dit qu'elle saisirait l'Organisation mondiale du commerce : manque de chance cet organisme est paralysé depuis plusieurs mois faute de renouvellement des membres de son organe d'appel. Qui dira après cela que les intérêts des GAFA (qui ont soutenu avec ardeur les Clinton) sont incompatibles avec ceux de Trump ? D'ailleurs le président qui leur est en théorie hostile et se posait en défenseur de la liberté d'expression et du politiquement incorrect a récemment ouvertement leur philosophie de censure des "fake news" sur la Toile. Le dernier développement qui laisse penser que Trump ne satisfera pas l'espoir des électeurs de droite de voir nettoyer les marécages de Washington DC et de Hollywood est le fait que leur président favori vient de prendre Alan Dershowitz comme avocat pour contrer la procédure d'impeachment conduite contre lui par la clique démocrate. Or qui est Dershowitz ? L'avocat de Jeffrey Epstein, le fameux milliardaire bizarrement "suicidé" en prison qui conduisait les élites américaines sur ses vols "Lolita express" (et probablement les associait à ses rituels satanistes sur son île). Il a même été directement mis en cause par une des poupées d'Epstein.

Comment les électeurs de Trump peuvent-ils encore croire après ça les confidences de Qanon selon lesquelles des actes d'accusation secrets sont en attente d'être publiés et qu'une vaste opération d'arrestation qui pourrait toucher Clinton, Podesta et divers sorciers du showbiz est en préparation ? Longtemps ils ont cru à des tactiques compliquées pour piéger l'Etat profond sans tomber dans ses filets, mais il apparaît de plus en plus que c'est l'électorat de droite américain qui est bel et bien piégé par la saga Qanon, un simple leurre internautique, au fond, destiné à dissimuler le fait qu'en réalité Trump est aussi lié aux coteries mondialistes impérialistes maçoniques que les démocrates, et qu'en réalité les structures de pouvoir au niveau international n'évoluent que très peu, malgré l'échec électoral de Clinton, et malgré le Brexit.

Au milieu de tout cela l'Europe est toujours aussi ridicule. Paris et Berlin soutiennent pitoyablement l'opération Juan Guaido au Venezuela, laissent couler au moindre courant d'air l'accord nucléaire d'Obama avec l'Iran qu'ils s'étaient engagés à défendre. Le ridicule ne tue pas dira-t-on... Mais qui sait si les pays européens ne sont pas déjà morts ?

Lire la suite

L'étrange oeuvre d'art d'Emmanuel Macron

20 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Barack Obama

Le 1er janvier 2019, il y a un an, le président Macron adressait ses voeux sous un tableau censé représenter la République mais comprenant un Pentagramme qui retourné semble comporter à l'intérieur un Baphomet (du moins on peut admettre qu'il y a un air de famille entre le Baphomet enséré dans un pentagramme utilisé par les satanistes et le pentagramme de ce tableau). Le site Panamza (dont je n'approuve pas tous les contenus, inutile de le préciser) qui s'en est ému précise que les voeux ont été mis en image par un certain Jérôme Revon, un réalisateur célèbre de la TV française qui, à l'occasion a travaillé sur les médiums. Il ajoutait que l'oeuvre elle-même "Liberté Égalité Fraternité", a été réalisée le 20 novembre 2015 par l'Américain Shepard Fairey le taggeur le plus connu du groupe "Obey Giant" en réaction aux attentats de Paris. Macron avait déjà donné une conférence de presse devant elle en octobre 2017. "Le tableau, offert par Obey au candidat Macron pendant la campagne des présidentielles, fait partie de la collection privée du président de la République, pouvait on lire dans le Figaro en ligne du 16 octobre 2017. Cette œuvre est elle-même une réplique d'une grande fresque réalisée sur un mur du XIIIe arrondissement de Paris (rue Nationale)."

Tout cela est censé être inspiré du film de science-fiction "Invasion Los Angeles" (1989) de John Carpenter, une histoire d'extra-terrestres qui hypnotisent les gens par la TV dont l'affiche montrait un oeil omnivoyant. Obey Giant a aussi fait l'affiche "Hope" d'Obama (qui lui avait valu un procès pour plagiat d'une photo d'Associated Press et une condamnation pour destruction de preuves en 2012) et "Make Art not War". Si bien que son affiche pour la France ressemble à une sorte de mix bâclé des deux. Si vous pensez que ce Shepard Fairey n'est pas un sataniste et que son pentagramme n'a rien à voir avec le Baphomet, regardez ses autres productions, par exemple son Oeil d'Horus (oeil omnivoyant) maçonnique sur cette affiche.

Ou encore ce portrait dont l'artiste assure que "meuh non pas du tout, il ne représente pas Anton LaVey, le fondateur de l'Eglise de Satan, mais tout bonnement un personnage de Flash Gordon..." Ben voyons... 

La ligne de vêtements "made in China" qu'il a lancée en 2014 représente des croix inversées communément employées dans les églises satanistes. Il aime esquisser des cornutos sur les photos. Et si vous avez encore le moindre doute et vous demandez si "quand même", cet artiste, qui a confessé pour France Info (on se demande pourquoi nos impôts financent des reportages apologétiques là-dessus) son goût pour le punk et le heavy metal sataniques (The Clash, Black Sabbath etc), ne fait pas "simplement du second degré" en mobilisant tous ces signes ésotériques, voyez le en 2011, se pavaner au MOCA Gala dirigé par la sorcière Marina Abramovic (celle qui invitait à des séances de "cooking spirite" les frères Tony et John Podesta dont les mails fuités par Wikileaks en 2016 montraient le goût pour les rituels liés aux sacrifices d'enfants - le second était chef de campagne d'Hillary Clinton).

Il est impossible que Macron n'ait pas su cela, comme il ne pouvait ignorer l'arrière plan illuminati de la DJ ghanéenne avec qui il posait à New York en 2018, ou l'inspiration luciférienne théosophique de Jenkins dont il a fait jouer la "messe" aux Invalides pour célébrer en mai dernier les 20 ans de soutien de la France à l'UCK kosovare.

En octobre dernier, on apprenait que cette icone du street art retournait à l'école qui l'avait formée, dans le Rhode Island, la Rhode Island School of Design (RISD). Et devinez quoi, la RISD est un des protégés de la Fondation Rockefeller qui a versé 2,5 millions de dollars pour la rénovation de son musée en 2015 (on ne rappellera pas la longue histoire des Rockefeller, leur implication dans le Lucis Trust ex-Lucifer Trust etc voyez là dessus Springmeier). Bon, on ne sait pas trop s'il y a des sociétés d'étudiants du type "Skulls and Bones" à la RISD, ni quelle est au juste la nature des rapports entre les artistes qu'elle produit et la finance internationale susceptible de les instrumentaliser. Mais une chose est sûre : à part les accointances avec la jet set occultiste, Emmanuel Macron et Shepard Fairey ont un autre point commun, c'est qu'ils ne sont pas en sécurité quand ils s'exposent au contact avec le peuple. Samedi dernier le président français et son épouse ont dû être escortés à leur sortie du théâtre des Bouffes du Nord à Paris, où quelques dizaines de personnes s’étaient rassemblées pour leur reprocher leur politique anti-sociale. Le 12 août 2011, le Guardian racontait qu'à Copenhague (au Danemark) Fairey s'était fait rouer de coups par des anarchistes qui le traitaient d' "Illuminati d'Obama"...

 

Lire la suite

Stronger than Demons : Hilarion de Gaza

18 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Proche-Orient

Les éditions ReformaZion ont enfin publié en anglais "Stronger than Demons", une courte biographie de l'ascète palestinien chrétien Hilarion de Gaza disciple de Saint Antoine d'Egypte (un livre qui avait été écrit en allemand il y a 10 ans en compulsant notamment ce qu'en avait dit St Jérôme). On sait que chez les protestants américains les débats sont vifs sur la question des charismes et la question de savoir si l'Esprit n'a agi que par les Apôtres ou peut encore nous faire accomplir des miracles (chasser les démons, guérir les malades etc). On ne peut nier qu'il permettait d'en faire aux ermites des alentours de l'an 300, et que la clé de la proximité avec Dieu pour arriver à ce niveau d'efficacité dans le siècle, c'était l'ascèse.

Peut-être est-ce ce dont nous avons besoin aujourd'hui. On me dira que certains chassent les démons et guérissent sans avoir atteint le degré de vertu d'un Hilarion, mais le font-ils vraiment au nom de Dieu ? Telle est la question...

En tout cas je pense profondément que l'érémétisme, l'ascétisme, le dépouillement complet dans l'abandon à Dieu sont la seule arme de résistance possible au règne antéchristique qui commence maintenant.

Pour mémoire il y a quelques mois Ziad Merzouk avait filmé, à Gaza, les fouilles archéologiques des ruines du monastère fondé par Saint Hilarion effectuées par le français René Elter (voir ci-dessous).

Lire la suite

Tant de bassesse...

17 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Pour les gens nés au XXe siècle comme moi, il est de plus en plus évident que le monde glisse vers le grand n'importe quoi : les gens sont moins consciencieux dans leur travail quotidien, moins cohérents dans leurs raisonnements, de plus en plus épris de chimères émotionnelles et incapables de chercher à placer les problématiques dans un cadre global, sans même parler de leur inaptitude à gérer de façon civilisée leurs relations avec autrui (je ne vous sortirai pas le nombre de mails polis que j'ai adressés à diverses personnes cet hiver et qui sont restés sans réponse). Cet abrutissement généralisé mêlé de cynisme se retrouve évidemment chez les puissants de ce monde. On a vu avec quelle perfidie Castaner a encouragé la barbarie contre les Gilets jaunes l'an dernier avant de reconnaître cette année que peut-être sa police était un tantinet trop sadique ; avec quelles manipulations grossières Macron fait main basse sur les régimes spéciaux et offre notre système de retraites aux fonds de gestions d'actifs américains (il est vrai qu'en terme de grossièreté de marchand de tapis, Sarkozy avec ses manipulations sur le traité de Lisbonne et autres avait créé un précédent remarquable). Trump est aussi un monument de mensonge et de vulgarité quand, par exemple, il oblige l'Europe à s'aligner sur sa position à l'égard de l'Iran sous peine de taxation à 25 % des importations automobiles en provenance de l'Allemagne. Et que dire du pape, investi aujourd'hui dans une campagne de diffamation éhontée de l'archevêque guinéen qui avait co-écrit avec son prédécesseur un ouvrage à l'encontre de la philosophie de son synode amazonien ? Certes ce n'est pas la première fois que le gouvernement français, la présidence américaine, ou la papauté se moquent des peuples en se livrant aux pires abominations en coulisses. Mais il y a maintenant comme une sorte d'impunité outrancière qui fait que l'on ne cherche même plus à dissimuler les méfaits. L'indifférence à l'égard des principes, le "foutage de gueule" comme on dit de plus en plus couramment (ce qui est aussi un signe du déclin du vocabulaire) sont désormais presque assumés publiquement.

La toile d'araignée du pouvoir mondial (pouvoir presque complètement globalisé) a acquis une telle solidité qu'il n'est même plus nécessaire de dissimuler les crimes ou les habiller de bonnes manières. Ce système dictatorial est assuré de soutiens sociaux suffisants dans toutes les classes moyennes urbaines décérébrées, avec la complicité des médias. Les oppositions sont trop affaiblies, trop divisées, trop incohérentes. L'hypnose du système de consommation et la déprime causée par la bureaucratisation du quotidien ou par l'angoisse écologique sont trop fortes. On a l'impression que, malgré quelques glorieuses résistances sporadiques comme la grève actuelle des cheminots français, les manifestations des Amérindiens en Bolivie, le développement de certaines facultés de dissuasion d'Etats comme la Russie, la Chine ou l'Iran qui ont empêché l'OTAN de devenir le gendarme d'un gouvernement mondial, le cynisme assumé des gouvernants est devenu le baromètre d'une soumission profonde de toutes les consciences, avant même que les pouvoirs financiers internationaux ne nous imposent la marque de la Bête, ces micro-puces sous-cutanées qui bientôt nous interdiront de réfléchir...

D'un point de vue moral, l'air de ce début de décennie devient franchement irrespirable.

Lire la suite

Chrétiens et Yézidis

14 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Aide aux femmes yezidies, #Christianisme, #Proche-Orient, #Grundlegung zur Metaphysik

En novembre dernier, je vous avais parlé de ce Yézidi interviewé dans un camp de réfugiés en Irak par un chrétien américain en mai dernier, qui déclarait avoir survécu miraculeusement à la lapidation par Daech et à une tentative de le brûler avec 80 litres de kérosène et que Jésus-Christ lui était apparu (voir la vidéo en anglais ici).

J'ai demandé à une amie yézidie irakienne ce qu'elle en pensait et si les communautés de yézidis ne risquaient pas de le détester pour son témoignage, et voici en quels termes (fort mesurés) elle réagit à cette vidéo :

"Cher Frédéric, En tant que Yézidie issue de cette société, je suis convaincue à 100% qu'il ment et aussi que les Yézidis ne feront jamais de mal ou ne détesteront pas quelqu'un qui aime Jésus.
Je ne comprends pas pourquoi il dit ça et quel est son objectif!
D'un autre côté, j'ai rencontré beaucoup de groupes de chrétiens qui viennent spécialement des États-Unis et qui travaillent dur pour convertir les yézidis et autres réfugiés. Cela m'a rendue si triste et j'arrête de les aider à se rendre dans les camps après cela parce qu'ils sont allés avec de la nourriture et d'autres aides, mais ils se concentrent sur ce qu'ils peuvent leur afin de leur enseigner Jésus et leur dire qu'ils souffrent parce qu'ils sont positionnés sur de mauvaises croyances. Nous pourrons en parler de vive voix plus tard :)"

Je dois préciser tout d'abord que si j'ai interrogé mon amie à ce sujet, c'était en premier lieu pour essayer d'avoir une vision un peu complète de cette scène, pas seulement du point de vue chrétien. Et aussi, parce que je sais que les Yézidis en tant que groupe ethno-religieux peuvent difficilement s'accommoder d'une dissidence religieuse qui peut miner leurs traditions et leur identité, surtout après l'horrible génocide qu'ils ont subi en 2014, l'exil massif des survivants (avec l'impossibilité de maintenir les rituels à l'étranger etc)... On l'a vu dans le cas extrême d'une esclave yézidie convertie à l'Islam au Maroc dont parlait Paris-Match en mai 2018 (je dis extrême parce qu'on conçoit que les Yézidis ne supportent pas en ce moment que les filles de leurs communautés rejoignent la religion de leurs bourreaux dans un contexte qui peut évoquer le syndrome de Stockholm...

Il y a des enjeux politico-religieux extrêmement importants autour de cette communauté. Vous savez que beaucoup d'occultistes à la suite de Mme Blavatsky et de Gurdjieff (une des références de la chanteuse Kate Bush) les ont crus détenteurs de savoirs secrets (au point qu'on peut même se demander si les sociétés secrètes à l'oeuvre au sein du parti démocrate américain n'ont pas favorisé la montée de Daech justement pour les inclure dans un vaste trafic d'esclaves comme victimes sacrificielles, et l'empressement de gens également liés à des sociétés secrètes comme Amal Clooney et Angelina Jolie). En 2016-2017 un Sikh les aidait avec zèle dans les camps, tandis que beaucoup d'hindouistes prétendent que les Yézidis sont leurs frères, et qu'un étrange gourou de secte que Léo Zagami considère comme crowlésien fait de la propagande pour eux en Amérique du Nord.

Et il existe un enjeu spécifique au christianisme qui impose à ses adeptes de libérer l'humanité des emprises démoniaques. D'un point de vue biblique, la religion yézidie présente des aspects de sorcellerie. Sans même se demander si leur Dieu-paon est Lucifer, ni si leur rapport "dialectique" au Mal, qui existe aussi dans le soufisme, est compatible avec la Bible, on voit bien que leur culte du soleil, et leurs rituels qui engagent des entités invisibles sont antithétiques du message de libération christique. Mais il est clair aussi que la réponse de mon amie pose à juste titre la question de la manière dont la prédication se fait : "dis que tu as vu Jésus et je te donne un sac de riz" relève de la pure brutalité impérialiste, un peu comme les bombardiers américains qui balançaient en 1999 des tracts disant "si vous ne renversez pas Milosevic nous vous écraserons". Ce n'est plus du "spiritual warfare" (du combat spirituel), c'est du chantage odieux et méprisable dépourvu de tout respect pour les vies et les coutumes d'autrui. J'observe que le type qui interviewe ce Yézidi est guitariste de Bethel Music. Or les communautés de Bethel sont critiquées par beaucoup de chrétiens bibliques comme ayant recours à des procédés charismatiques quasi-démoniaques de type New Age (voir le témoignage de Lindsay Davis, interviewée par la médium repentie Doreen Virtue). Par ailleurs ce guitariste a été candidat républicain à la députation pour le parti républicain en Californie. On a là une forme de prédication chrétienne inféodée à des intérêts impérialistes très active au Proche-Orient et très dangereuse qui, en réalité, dénature très profondément la démarche évangélique proposée par la Bible.

Lire la suite

Caisses de solidarité avec les grévistes

11 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Débats chez les "résistants", #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

N'oubliez pas de verser (cela fait partie des gestes civiques nécessaires en ce moment, comme la signature de la pétition pour le référendum contre la privatisation des aéroports de Paris) pour ceux qui font grève pour la défense du système de retraite par répartition et contre les fonds de gestion d'actifs internationaux qui veulent rabougrir le système général et instaurer en France un système par capitalisation au profit des plus fortunés. Ils font grève en lieu pour l'intérêt général en lieu et place de ceux qui n'ont pas la possibilité de le faire (notamment dans les petites entreprises).

- Caisse organisée par la CGT entièrement reversé à l'ensemble des grévistes ici (déjà 2 millions d'euros récoltés , preuve du soutien massif de la population aux grévistes, mais il faut continuer, beaucoup de professions en sont à plus d'un mois de grève).

- Pour les cheminots du Midi -Pyrénées (Sud Rail Midi-Pyrénées) ici.

- Pour ceux du Languedoc-Roussillon (UNSA Ferroviaire) ici.

- Pour les personnels de l'Education (Sud) ici.

- Pour la ligne 6 RATP ici.

Chacun peut aussi rechercher les caisses de solidarité de sa région sur Google s'il préfère apporter une aide locale plutôt que de passer par les grands dispositifs nationaux.

Lire la suite

Problème de cohérence

8 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Le monde autour de nous, #Philosophie et philosophes, #Grundlegung zur Metaphysik

J'entendais hier sur KTO TV (chaîne en théorie catholique) l'actrice Irène Jacob expliquer "doctement" qu'il ne fallait pas soumettre les chrétiens à des commandements car les commandements limitent l'infini (sic) et citer un plus tard le très athée Gilles Deleuze. Aujourd'hui je vois le journaliste Richard Labévière (qui fait une allusion philosophique tous les trois paragraphes pour montrer qu'il est lettré) évoquer Nietzsche à propos de la mort de Soleimani, alors que sur Russia Today dans un débat avec un pro-israélien, il avait mis en avant son identité chrétienne. Voilà comment sont tous ces gens qui ont grandi du temps où la France vénérait encore la culture (c'est-à-dire avant les années 1990) : plus attachés à l'idée de briller en société avec des formules élégantes qu'à rester cohérents dans leurs convictions. Spirituellement ce genre d'éclectisme ne mène à rien. Au fond, je me dis qu'il y aura peut-être plus d'âmes sauvées chez les peuples incultes et barbares que chez les précieux ridicules. Et, de ce point de vue là, la faillite récente du système éducatif français pourrait bien constituer, paradoxalement, une chance de purification pour la génération qui vient.

Lire la suite

L'assassinat du général Soleimani

6 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Colonialisme-impérialisme, #Donald Trump

L'assassinat du général iranien Soleimani aiguise les appétits du parti de la guerre aux Etats-Unis, notamment celui des conservateurs sionistes plus ou moins inspirés dans des envolées apocalyptiques (protestantes ou juives). Certains dans les milieux pro-Trump ont une position cependant moins belliciste et font le pari qu'il s'agit là d'un "sacrifice de sang" qui pourrait ouvrir la voie à des négociations. Le Réseau Voltaire, en France, qui aime beaucoup Trump et voit en lui le héraut du combat contre le Deep State américain, essaie d'exonérer son favori, et pense plutôt que l'opération menée par le Pentagone ouvre ainsi la possibilité à la CIA d'assassiner Trump en faisant croire ensuite que Téhéran est derrière le meurtre.

Comme toujours ce Réseau s'abandonne aux spéculations hasardeuses, mais il est vrai que c'est un peu le cas de tout le monde. Qui sait au juste ce qui se trame derrière exactement en coulisse entre Trump et l'Etat profond américain, quand on apprend que John Bolton, le néo-con évincé en 2019 de l'équipe présidentielle, annonce qu'il va témoigner dans le procès pour impeachment ? Bien malin qui connaît le rapport de forces exact à Washington et la pensée tortueuse de Trump.

Nancy Pelosi, leader des Démocrates à la chambre des représentants, rappelle qu'elle a des amis en Iran et propose de s'excuser. La droite y voit la preuve que Trump a eu raison, et se souvient du soupçon de trafic d'uranium avec Téhéran au profit de la Fondation Clinton qui pèse sur le mandat d'Obama. Mais l'argument est faible pour justifier l'injustifiable au regard du droit international.

C'est toujours la conception américaine de son exception qui se manifeste ici, et qui est aussi le propre d'Israël et de tout Etat qui se croit investi d'une mission rédemptrice. Le mépris de Washington pour le droit international n'est pas toujours absurde quand on sait quelles mafias gouvernent l'ONU, mais le trumpisme et son culte de la force est une vision à courte vue. Clinton et Bush avaient la même, mais au moins ils l'enveloppaient d'un semblant de rationalité qui la rendaient plus prévisible.

Le général Soleimani était-il aussi populaire en Iran que le laisse entendre la présence des foules à son enterrement ou celles-ci furent-elles contraintes de s'y rendre ? On peut penser que des contingents de milices chiites se sont déplacés du Liban, et que, parmi les Iraniens présents, beaucoup pleurent le général par pur patriotisme, ce que je ferais sans doute si Trump assassinait un général français après nous avoir soumis à de fortes sanctions économiques, quand bien même je désapprouverais les opinions politiques de ce général. Un article disait qu'il était plus populaire que le président Rohani selon un sondage d'opinion. A titre personnel je ne me fierais pas trop aux sondages dans un pays où la liberté d'expression est encadrée par les mollahs. Mais je veux bien croire que la vox populi iranienne - qui, comme toute vox populi, a des mérites très relatifs - lui soit reconnaissante d'avoir combattu le fascisme de Daech subventionné par les services secrets de nos alliés proche-orientaux... Si les Yézidis irakiens avaient maintenant la moindre marge de liberté à l'égard de leurs parrains clintoniens et macroniens (qui financent la construction pour eux d'institutions publiques dans la plaine de Ninive à travers USAID), ils devraient le reconnaître - ils seront de toute façon les premiers à payer les pots cassés de l'aventurisme washingtonien, étant protégés par Amal Clooney, ils vont voir les foudres de l'anti-américanisme régional s'abattre sur eux, de même d'ailleurs que sur les assyro-chrétiens.

A court terme, on ne voit pas du tout l'intérêt de la manoeuvre de Trump ni les résultats obtenus, à part d'avoir convaincu le Parlement irakien, qui y songeait depuis un certain temps, de se prononcer pour le retrait des troupes américaines du pays. Le vote a été acquis à l'unanimité. Il est précisé que les Kurdes étaient absents, vu que de toute façon les partis pro-Iraniens qui soutenaient cette motion avaient assez de sièges pour la faire passer. L'absence des Kurdes en dit cependant long sur l'esprit de pluralisme démocratique qui doit régner en Irak en ce moment alors que les manifestants se sont fait tirer dessus comme des lapins au cours des derniers mois. A moins que ce ne soit parce qu'ils ne pouvaient pas assumer de voter contre Washington sous les yeux de leurs protecteurs israéliens. Donald Trump ne trouve rien de mieux à dire que de menacer Bagdad de sanctions économiques pires que celles de Téhéran. Avec ses airs de matamore, il montre un visage caricatural de l'impérialisme, alors qu'on sait par ailleurs qu'il est prêt ensuite à s'aplatir comme il l'a fait face au gouvernement syrien à plusieurs reprises... Tout cela devient grotesque.

Et des choses étranges continuent de se passer. En Libye, dans Syrte, la ville de Kadhafi libérée par le général Haftar, une ville qui fut martyre comme je l'avais rappelé dans mon interview à l'Arme et la Paix en 2012 (et elle le fut aussi ensuite sous la férule de Daech), refleurissent les anciens drapeaux verts de la Jamahiriya et les portraits du défunt dictateur. Eternel Retour des résistances.

 

Lire la suite

Le Montenegro étatise les biens de l'Eglise orthodoxe serbe

6 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Le jeudi 26 décembre 2019, à l'initiative de l'ex-apparatchik communiste au pouvoir au Monténégro depuis 1991 (si on compte son mandat de premier ministre, il a une longévité supérieure au président biélorusse) le président Milo Djukanovic, après avoir envoyé la police au sein du Parlement pour arrêter les trois opposants les plus véhéments au projet (Andrija Mandic, Milan Knezevic and Milun Zogovic,) ainsi d'ailleurs que 15 autres députés (sur un parlement de 81 membres), a fait voté à 02h30 du matin en présence des seuls députés du parti au pouvoir, et avec la bénédiction de la Commission de Venise (un organe d'experts attaché au Conseil de l'Europe), une loi de confiscation des biens  de l’Eglise orthodoxe serbe, une loi digne des lois jacobines de la Révolution française comme l'a fait remarquer un évêque orthodoxe aux Etats-Unis. Cette étatisation inclura des monastères du XIe siècle comme celui d’Ostrog à Niksic où les reliques de St Vasilije attirent des pèlerins venant de Bosnie, de Russie etc. Un prêtre de cette bourgade a reçu un coup de poing au visage le 3 janvier par un inconnu qui proférait des insultes contre les fidèles de l'église serbe. Dans la nuit du 26 au 27 l'évêque Metodije et deux de ses protecteurs ont été rossés à coups de bâtons parce qu'ils bloquaient la circulation sur un pont au nord du pays. En représailles le 3 janvier des supporters du club de foot l'Etoile rouge de Belgrade ont tenté de brûler le drapeau du Montenegro sur la façade de l'ambassade de ce pays en Serbie.

En outre Belgrade accuse le pseudo-gouvernement kosovar entende s'inspirer prochainement du précédent monténégrin.

On comprend que la situation soit fort délicate. Djukanovic semble avoir été victime d'une tentative de coup d'Etat il y a peu, et les relations se crispent entre son parti et les pro-Serbes. Mais ni la liberté religieuse ni le droit des gens à se projeter dans un patrimoine culturel ne devrait en faire les frais. J'écris cela quelques jours seulement après avoir lu "Les Coucous de Velika Hoca", de Peter Handke récemment nobélisé : un récit de voyage dans les enclaves serbes du Kosovo en 2008 qui me rappelait mon regain d'activisme de cette époque (voyez par exemple ici). Le village d'Astérix serbe n'en finit pas de payer un tribut lourd à l'hostilité de ses voisins pro-Occidentaux.

Lire la suite