Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Trump n'est plus crédible

21 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Colonialisme-impérialisme, #Grundlegung zur Metaphysik, #Donald Trump

N'ayant plus de chance de voir mes billets repris par des sites comme celui du comité Valmy (ne me demandez pas pourquoi, c'est juste un constat empirique), je ne vais pas soigner la forme de celui-ci et me bornerai à faire quelques brèves remarques. Trump n'a jamais été crédible auprès des grands médias sociaux-libéraux mondialistes. Mais il l'était un peu pour le parti anti-guerre (la représentante démocrate Tulsi Gabbard avait appelé à voter pour lui en 2016) et pour le peuple américain soucieux de liquider la pieuvre du Comet Pingpong (pour parler vite l'establishment démocrate, les républicains centristes, les stars, banquiers, neuroscientifiques etc piliers du mondialisme et adeptes des mêmes sociétés secrètes comme l'a montré le Pizzagate).

Il ne l'est plus. Sur le volet de la guerre, certes il s'est désengagé au moins partiellement de certaines logiques d'ingérence à l'égard de la Corée du Nord, de l'Ukraine et de la Syrie. Mais en se mettant à la remorque des Saoudiens (dont il a reconnu que l'US Army est devenue leur mercenaire pour 1 milliard de dollars) et de Netanyahou (et de Jared Kushner) il s'est lancé dans la pire politique imaginable à l'égard de l'Iran dans le Golfe persique, au Liban, et au Yémen. S'il a limogé John Bolton, le père de la politique de confrontation sur le continent américain, il a gardé dans son système Elliot Abrams un des grands pontes du néo-conservatisme bushien.

Le résultat pour l'Amérique latine est catastrophique : coup d'Etat en Bolivie, sanctions contre le Nicaragua avec incitation de l'armée à se révolter (je renvoie là-dessus au bon article de TheGrayZone), lamentable opération de promotion de Juan Guaido au Venezuela (lisez encore ici dans TheGrayZone l'excellent compte rendu très détaillé par Orlenys Ortiz de la pitoyable opération de ce sinistre personnage vanté par nos médias pour tenter de faire croire qu'il était empêché de se faire élire président du parlement monocaméral vénézuélien le 5 janvier), menaces d'intervention militaire au Mexique, rodomontades à Miami contre l'avenir du socialisme dans l'hémisphère occidental ("les jours du socialisme sont comptés"). Je suppose que l'Argentine kirshnérienne va aussi bientôt faire les frais de cette logique de confrontation.

Les électeurs de droite américains peuvent se féliciter des bienfaits industriels de l'hostilité de Trump au multilatéralisme, mais j'observe qu'ils rendent occasionnellement service aussi au lobby des Gafa (Google Apple Facebook Amazon) : la France avait instauré une taxe française de 3% qui s'appliquerait aux sociétés réalisant un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros au niveau mondial et de plus de 25 millions d'euros sur le sol français, Washington a menacé de mesures de rétorsion commerciales, Paris a alors dit qu'elle saisirait l'Organisation mondiale du commerce : manque de chance cet organisme est paralysé depuis plusieurs mois faute de renouvellement des membres de son organe d'appel. Qui dira après cela que les intérêts des GAFA (qui ont soutenu avec ardeur les Clinton) sont incompatibles avec ceux de Trump ? D'ailleurs le président qui leur est en théorie hostile et se posait en défenseur de la liberté d'expression et du politiquement incorrect a récemment ouvertement leur philosophie de censure des "fake news" sur la Toile. Le dernier développement qui laisse penser que Trump ne satisfera pas l'espoir des électeurs de droite de voir nettoyer les marécages de Washington DC et de Hollywood est le fait que leur président favori vient de prendre Alan Dershowitz comme avocat pour contrer la procédure d'impeachment conduite contre lui par la clique démocrate. Or qui est Dershowitz ? L'avocat de Jeffrey Epstein, le fameux milliardaire bizarrement "suicidé" en prison qui conduisait les élites américaines sur ses vols "Lolita express" (et probablement les associait à ses rituels satanistes sur son île). Il a même été directement mis en cause par une des poupées d'Epstein.

Comment les électeurs de Trump peuvent-ils encore croire après ça les confidences de Qanon selon lesquelles des actes d'accusation secrets sont en attente d'être publiés et qu'une vaste opération d'arrestation qui pourrait toucher Clinton, Podesta et divers sorciers du showbiz est en préparation ? Longtemps ils ont cru à des tactiques compliquées pour piéger l'Etat profond sans tomber dans ses filets, mais il apparaît de plus en plus que c'est l'électorat de droite américain qui est bel et bien piégé par la saga Qanon, un simple leurre internautique, au fond, destiné à dissimuler le fait qu'en réalité Trump est aussi lié aux coteries mondialistes impérialistes maçoniques que les démocrates, et qu'en réalité les structures de pouvoir au niveau international n'évoluent que très peu, malgré l'échec électoral de Clinton, et malgré le Brexit.

Au milieu de tout cela l'Europe est toujours aussi ridicule. Paris et Berlin soutiennent pitoyablement l'opération Juan Guaido au Venezuela, laissent couler au moindre courant d'air l'accord nucléaire d'Obama avec l'Iran qu'ils s'étaient engagés à défendre. Le ridicule ne tue pas dira-t-on... Mais qui sait si les pays européens ne sont pas déjà morts ?

Lire la suite

L'étrange oeuvre d'art d'Emmanuel Macron

20 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #Barack Obama

Le 1er janvier 2019, il y a un an, le président Macron adressait ses voeux sous un tableau censé représenter la République mais comprenant un Pentagramme qui retourné semble comporter à l'intérieur un Baphomet (du moins on peut admettre qu'il y a un air de famille entre le Baphomet enséré dans un pentagramme utilisé par les satanistes et le pentagramme de ce tableau). Le site Panamza (dont je n'approuve pas tous les contenus, inutile de le préciser) qui s'en est ému précise que les voeux ont été mis en image par un certain Jérôme Revon, un réalisateur célèbre de la TV française qui, à l'occasion a travaillé sur les médiums. Il ajoutait que l'oeuvre elle-même "Liberté Égalité Fraternité", a été réalisée le 20 novembre 2015 par l'Américain Shepard Fairey le taggeur le plus connu du groupe "Obey Giant" en réaction aux attentats de Paris. Macron avait déjà donné une conférence de presse devant elle en octobre 2017. "Le tableau, offert par Obey au candidat Macron pendant la campagne des présidentielles, fait partie de la collection privée du président de la République, pouvait on lire dans le Figaro en ligne du 16 octobre 2017. Cette œuvre est elle-même une réplique d'une grande fresque réalisée sur un mur du XIIIe arrondissement de Paris (rue Nationale)."

Tout cela est censé être inspiré du film de science-fiction "Invasion Los Angeles" (1989) de John Carpenter, une histoire d'extra-terrestres qui hypnotisent les gens par la TV dont l'affiche montrait un oeil omnivoyant. Obey Giant a aussi fait l'affiche "Hope" d'Obama (qui lui avait valu un procès pour plagiat d'une photo d'Associated Press et une condamnation pour destruction de preuves en 2012) et "Make Art not War". Si bien que son affiche pour la France ressemble à une sorte de mix bâclé des deux. Si vous pensez que ce Shepard Fairey n'est pas un sataniste et que son pentagramme n'a rien à voir avec le Baphomet, regardez ses autres productions, par exemple son Oeil d'Horus (oeil omnivoyant) maçonnique sur cette affiche.

Ou encore ce portrait dont l'artiste assure que "meuh non pas du tout, il ne représente pas Anton LaVey, le fondateur de l'Eglise de Satan, mais tout bonnement un personnage de Flash Gordon..." Ben voyons... 

La ligne de vêtements "made in China" qu'il a lancée en 2014 représente des croix inversées communément employées dans les églises satanistes. Il aime esquisser des cornutos sur les photos. Et si vous avez encore le moindre doute et vous demandez si "quand même", cet artiste, qui a confessé pour France Info (on se demande pourquoi nos impôts financent des reportages apologétiques là-dessus) son goût pour le punk et le heavy metal sataniques (The Clash, Black Sabbath etc), ne fait pas "simplement du second degré" en mobilisant tous ces signes ésotériques, voyez le en 2011, se pavaner au MOCA Gala dirigé par la sorcière Marina Abramovic (celle qui invitait à des séances de "cooking spirite" les frères Tony et John Podesta dont les mails fuités par Wikileaks en 2016 montraient le goût pour les rituels liés aux sacrifices d'enfants - le second était chef de campagne d'Hillary Clinton).

Il est impossible que Macron n'ait pas su cela, comme il ne pouvait ignorer l'arrière plan illuminati de la DJ ghanéenne avec qui il posait à New York en 2018, ou l'inspiration luciférienne théosophique de Jenkins dont il a fait jouer la "messe" aux Invalides pour célébrer en mai dernier les 20 ans de soutien de la France à l'UCK kosovare.

En octobre dernier, on apprenait que cette icone du street art retournait à l'école qui l'avait formée, dans le Rhode Island, la Rhode Island School of Design (RISD). Et devinez quoi, la RISD est un des protégés de la Fondation Rockefeller qui a versé 2,5 millions de dollars pour la rénovation de son musée en 2015 (on ne rappellera pas la longue histoire des Rockefeller, leur implication dans le Lucis Trust ex-Lucifer Trust etc voyez là dessus Springmeier). Bon, on ne sait pas trop s'il y a des sociétés d'étudiants du type "Skulls and Bones" à la RISD, ni quelle est au juste la nature des rapports entre les artistes qu'elle produit et la finance internationale susceptible de les instrumentaliser. Mais une chose est sûre : à part les accointances avec la jet set occultiste, Emmanuel Macron et Shepard Fairey ont un autre point commun, c'est qu'ils ne sont pas en sécurité quand ils s'exposent au contact avec le peuple. Samedi dernier le président français et son épouse ont dû être escortés à leur sortie du théâtre des Bouffes du Nord à Paris, où quelques dizaines de personnes s’étaient rassemblées pour leur reprocher leur politique anti-sociale. Le 12 août 2011, le Guardian racontait qu'à Copenhague (au Danemark) Fairey s'était fait rouer de coups par des anarchistes qui le traitaient d' "Illuminati d'Obama"...

 

Lire la suite

Chrétiens et Yézidis

14 Janvier 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Aide aux femmes yezidies, #Christianisme, #Proche-Orient, #Grundlegung zur Metaphysik

En novembre dernier, je vous avais parlé de ce Yézidi interviewé dans un camp de réfugiés en Irak par un chrétien américain en mai dernier, qui déclarait avoir survécu miraculeusement à la lapidation par Daech et à une tentative de le brûler avec 80 litres de kérosène et que Jésus-Christ lui était apparu (voir la vidéo en anglais ici).

J'ai demandé à une amie yézidie irakienne ce qu'elle en pensait et si les communautés de yézidis ne risquaient pas de le détester pour son témoignage, et voici en quels termes (fort mesurés) elle réagit à cette vidéo :

"Cher Frédéric, En tant que Yézidie issue de cette société, je suis convaincue à 100% qu'il ment et aussi que les Yézidis ne feront jamais de mal ou ne détesteront pas quelqu'un qui aime Jésus.
Je ne comprends pas pourquoi il dit ça et quel est son objectif!
D'un autre côté, j'ai rencontré beaucoup de groupes de chrétiens qui viennent spécialement des États-Unis et qui travaillent dur pour convertir les yézidis et autres réfugiés. Cela m'a rendue si triste et j'arrête de les aider à se rendre dans les camps après cela parce qu'ils sont allés avec de la nourriture et d'autres aides, mais ils se concentrent sur ce qu'ils peuvent leur afin de leur enseigner Jésus et leur dire qu'ils souffrent parce qu'ils sont positionnés sur de mauvaises croyances. Nous pourrons en parler de vive voix plus tard :)"

Je dois préciser tout d'abord que si j'ai interrogé mon amie à ce sujet, c'était en premier lieu pour essayer d'avoir une vision un peu complète de cette scène, pas seulement du point de vue chrétien. Et aussi, parce que je sais que les Yézidis en tant que groupe ethno-religieux peuvent difficilement s'accommoder d'une dissidence religieuse qui peut miner leurs traditions et leur identité, surtout après l'horrible génocide qu'ils ont subi en 2014, l'exil massif des survivants (avec l'impossibilité de maintenir les rituels à l'étranger etc)... On l'a vu dans le cas extrême d'une esclave yézidie convertie à l'Islam au Maroc dont parlait Paris-Match en mai 2018 (je dis extrême parce qu'on conçoit que les Yézidis ne supportent pas en ce moment que les filles de leurs communautés rejoignent la religion de leurs bourreaux dans un contexte qui peut évoquer le syndrome de Stockholm...

Il y a des enjeux politico-religieux extrêmement importants autour de cette communauté. Vous savez que beaucoup d'occultistes à la suite de Mme Blavatsky et de Gurdjieff (une des références de la chanteuse Kate Bush) les ont crus détenteurs de savoirs secrets (au point qu'on peut même se demander si les sociétés secrètes à l'oeuvre au sein du parti démocrate américain n'ont pas favorisé la montée de Daech justement pour les inclure dans un vaste trafic d'esclaves comme victimes sacrificielles, et l'empressement de gens également liés à des sociétés secrètes comme Amal Clooney et Angelina Jolie). En 2016-2017 un Sikh les aidait avec zèle dans les camps, tandis que beaucoup d'hindouistes prétendent que les Yézidis sont leurs frères, et qu'un étrange gourou de secte que Léo Zagami considère comme crowlésien fait de la propagande pour eux en Amérique du Nord.

Et il existe un enjeu spécifique au christianisme qui impose à ses adeptes de libérer l'humanité des emprises démoniaques. D'un point de vue biblique, la religion yézidie présente des aspects de sorcellerie. Sans même se demander si leur Dieu-paon est Lucifer, ni si leur rapport "dialectique" au Mal, qui existe aussi dans le soufisme, est compatible avec la Bible, on voit bien que leur culte du soleil, et leurs rituels qui engagent des entités invisibles sont antithétiques du message de libération christique. Mais il est clair aussi que la réponse de mon amie pose à juste titre la question de la manière dont la prédication se fait : "dis que tu as vu Jésus et je te donne un sac de riz" relève de la pure brutalité impérialiste, un peu comme les bombardiers américains qui balançaient en 1999 des tracts disant "si vous ne renversez pas Milosevic nous vous écraserons". Ce n'est plus du "spiritual warfare" (du combat spirituel), c'est du chantage odieux et méprisable dépourvu de tout respect pour les vies et les coutumes d'autrui. J'observe que le type qui interviewe ce Yézidi est guitariste de Bethel Music. Or les communautés de Bethel sont critiquées par beaucoup de chrétiens bibliques comme ayant recours à des procédés charismatiques quasi-démoniaques de type New Age (voir le témoignage de Lindsay Davis, interviewée par la médium repentie Doreen Virtue). Par ailleurs ce guitariste a été candidat républicain à la députation pour le parti républicain en Californie. On a là une forme de prédication chrétienne inféodée à des intérêts impérialistes très active au Proche-Orient et très dangereuse qui, en réalité, dénature très profondément la démarche évangélique proposée par la Bible.

Lire la suite