Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Verrazane et Marguerite de Navarre

19 Août 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Renaissance - Auteurs et personnalités, #Béarn, #Christianisme, #Le quotidien

Il y a si peu de liberté ! Dans les trains des gens vous interpellent dès que vous descendez votre masque sous le nez ! C'était donc une joie pour moi de voir dimanche dernier du haut du pont d'Espagne à Pau un pêcheur exhiber une truite au bout de sa ligne et la montrer à sa petite fille émerveillée. Voilà un plaisir simple et sain que les technofascistes n'ont pu lui voler. C'est devenu si rare.

En longeant le château de Marguerite de Navarre (Marguerite d'Angoulême), la soeur de François Ie, je songeais que c'est à cause d'elle que le pauvre navigateur, toscan de Lyon, Jean de Verrazane, Giovanni da Verrazzano, qui périt tristement dévoré par les cannibales, nomma le site de New-York "Angoulême" ou "Nouvelle Angoulême" en 1524 et la baie de l'Hudson "Baie Ste Marguerite".

S'il a nommé cette baie en l'honneur de la "Marguerite des Marguerites" et non de son frère le roi, c'est qu'elle a dû l'impressionner. Comme je l'ai déjà dit, les dames de la cour à l'époque se devaient d'incarner le sommet du bon goût et tout ce que le royaume très chrétien de France, fille ainée de l'Eglise, avait de plus splendide, et c'est ce que faisait la reine de Navarre en sa propre cour comme à la cour de son frère, si bien qu'il est un peu vain de la décrire seulement comme une "grande intellectuelle" à la Marguerite Yourcenar comme le font nos contemporains. J'ai voulu avoir des renseignements sur la rencontre entre Verrazane et Marguerite.

En attendant j'ai jeté un oeil à son Heptaméron pour voir si elle y parlait des expéditions en Amérique. Il évoque celle de Robertval, "chef par le commandement du Roy son maistre, en l'isles de Canadas" (en 1542) dans sa 67ème nouvelle. C'est une belle histoire qui me rappelle la série de mon enfance "Les robins suisses". Robertval abandonne un homme qui l'avait trahi, ainsi que sa femme sur un littoral inhospitalier. La femme est pieuse et lit beaucoup le Nouveau Testament (notez la petite connotation protestante : on ne dit pas qu'elle récite des Ave Maria et des Pater Noster). Elle assiste loyalement son mari. Ils résistent au milieu hostile. Le mari meurt. La femme survit, défend la dépouille mortelle de son homme qu'elle a enterré profondément, fac aux bêtes et sera finalement ramenée affaiblie mais vivante à la Rochelle par un navire de passage. L'histoire rappelle la question de l'amour au de la mort que j'avais évoqué dans ce billet à propos de Marguerite de Navarre et de Bourdeille. La reine de Navarre l'agrémente in fine de citations des épîtres de Paul en l'honneur des femmes qui comblerait d'aise les chrétiennes de notre époque attachées à la défense à la fois de leur foi et de leur sexe (mais Marguerite de Valois a la prudence de tout rattacher à la bonté de Dieu sans mérite pour l'humain). Une chronique précise que cette femme nommée Marguerite comme la reine était nièce de Robertval et qu'elle avait été déposée sur l'île dite "île à la demoiselle" sur le Saint Laurent (52e degré nord) avec son amant qui s'était montré trop assidu à son égard aux yeux du capitaine. Ce que la reine de Navarre emportée dans la mode italienne du thème galant "amour toujours" (comme dans l'affaire de Bourdeille d'ailleurs), c'est qu'il s'agissait d'une idylle adultérine...

Pour ce qui concerne plus précisément la rencontre de Marguerite avec Verrazane, j'ai pensé aller lire quelques livres à la médiathèque de Dieppe, ville où le marin a un portrait gravé dans le marbre, et où se trouvent quelques livres sur lui. Mais le temps et le courage de reprendre un train avec un masque sur le nez me font un peu défaut pour l'instant...

En y songeant je me dis que peut-être suis-je trop indulgent envers Marguerite de Navarre, dont j'ai montré aussi les faiblesses pour le spiritisme mêlé à la passion charnelle - cf ici - et le libertinage des quintinistes sous couvert de protestantisme. Le marquis de la Franquerie dans son "La vierge Marie dans l'Histoire de France" (1939) fut très sévère pour Marguerite."Malheureusement, écrit-il p. 123, le roi (François Ier) ne resta pas longtemps sous la pieuse influence de la reine Claude de France, il tomba sous celle des libertins et surtout de sa soeur, Marguerite, qui déjà protégeait les hérétiques et, après son mariage avec Henri d'Albret, en 1527, allait faire de sa cour de Nérac le refuge de Calvin. Au lieu de se conduire en Roi très chrétien, François Ier favorisa la Renaissance, qui 'étalera la pourriture païenne' et 'prêchera l'erreur et le vice' ". Il attribue au déclin spirituel du roi sous l'influence de sa soeur sa captivité à Pavie (dont il ne réchappa que grâce à un voeu à la Sainte Vierge), puis la mort de six de ses sept fils

Après tout, qui sait si les accointances de Verrazane pour Marguerite de Valois, ne participent pas de sa dépravation qui le conduisit à finir sous la dents des cannibales dans les Caraïbes ?

En tout cas ces escapades historiques restent un petit plaisir gratuit et innocent que l'on peut encore s'accorder pour fuir une époque pesante. Celle qui précédait les guerres de religion ne valait peut-être pas mieux, mais au moins elle est très lointaine. Se déplacer vers elle par l'esprit suffit à relâcher un peu la pression du présent.

Lire la suite

Une étude fantaisiste sur le lien 5G-Covid ?

18 Août 2020 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #coronavirus-vaccination-big pharma, #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants"

Pour faire suite à nos interrogations du printemps dernier sur le lien 5G-Coronavirus, signalons ce point :

Sept docteurs et professeurs Fioranelli (professeur agrégé de physiologue dans un département de physique nucléaire à l’Université Guglielmo Marconi de Rome), Sepehri, Roccia, Jafferany, Olisova, Lomonosov et Lotti ont publié une étude scientifique intitulée “Technologie 5G et induction du coronavirus dans les cellules de la peau” (5G Technology and induction of coronavirus in skin cells).

L'étude a été publiée le 16 juillet dans le magazine Biolife, et repris par la base de données PubMed, puis retiré.

Dans cette recherche, les auteurs affirment que les ondes millimétriques 5G pourraient être absorbées par des cellules dermatologiques agissant comme des antennes, transférées vers d’autres cellules et jouer le rôle principal dans la production de coronavirus dans les cellules biologiques. L'ADN est construit à partir d'électrons et d'atomes chargés et a une structure semblable à un inducteur. Cette structure pourrait être divisée en inducteurs linéaires, toroïdaux et ronds. Les inducteurs interagissent avec les ondes électromagnétiques externes, se déplacent et produisent des ondes supplémentaires dans les cellules. Les formes de ces ondes sont similaires aux formes des bases hexagonales et pentagonales de leur source d'ADN. Ces ondes produisent des trous dans les liquides à l'intérieur du noyau. Pour combler ces trous, des bases hexagonales et pentagonales supplémentaires sont produites. Selon les auteurs, ces bases pourraient se rejoindre et former des structures de type virus telles que le coronavirus. Pour produire ces virus au sein d'une cellule, il est nécessaire que la longueur d'onde des ondes externes soit plus courte que la taille de la cellule, expliquent-ils. Ainsi, les ondes millimétriques 5G pourraient être de bons candidats pour la construction de structures de type virus telles que les coronavirus (COVID-19) dans les cellules.

La néerlandaise Elisabeth Bik (voir ici), entre autres, a jugé ce travail purement fantaisiste car il repose seulement sur des graphiques sans la moindre vérification empirique statistique.

Lire la suite