Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Poussières d'Empires

18 Février 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

O l'heureux temps de la mondialisation ! Où il est désormais possible de se consoler des mauvaises ventes dans l'Hexagone en espérant une traduction à l'étranger... Oui, mais il paraît que c'est plus délicat pour les ouvrages collectifs. C'est du moins ce qui se dit chez Morebooks - des spécialistes de l'intermédiation pour les publications à l'étranger. Cuisine éditoriale bien complexe.

A combien d'exemplaires l'Atlas alternatif s'est-il vendu en France ? 1 000 exemplaires ? 1 500 ? Seul l'éditeur le sait, et il ne le dira pas - on tient le niveau de ventes secrets, c'est une affaire habituelle chez les petits éditeurs. Tout ce que je vois c'est que sur ce blog quinze personnes toutes les semaines regardent la page des librairies qui ont vendu l'Atlas.

Et l'étranger ? Si je vous racontais la risible aventure de mes efforts pour diffuser l'Atlas en Italie, en Grande-Bretagne, en Russie.

En 2006 Marie-Ange Patrizio allant apporter un exemplaire du livre à Emmanuele Giordana, journaliste d'Il Manifesto, et éditeur (dans le cadre de Lettera 22), qui me pria de le transmettre à je ne sais plus quel éditeur spécialisé sur l'Asie (ce que je fis naturellement, mais en vain). En 2007 notre amie Marina, qui sur le front russe nous promet une publication chez Regnum à Moscou (un éditeur dont je ne sais rien du reste) et puis... on ne sait plus trop.

Sur le front anglo-saxon j'ai remué ciel et terre, rencontré l'éditeur indien Jasmer Singh qui avait de grands projets dans son pays, et Sebastien Budgen de Verso, et par e-mail Ann Beech et David Castle de Pluto. De jolis faux espoirs. J'ai payé un traducteur de ma poche ici en France. Ce n'était pas donné. Il s'est lourdement démené l'été dernier. What for ? Les éditeurs déclinent leur compétence, comme on dit en justice. J'ai tenté ma chance, via David Graeber, auprès des éditeurs alternatifs états-uniens. AKPress surtout. Peine perdue. Il paraît qu'ils sont "harcelés" par le gouvernement états-unien en ce moment. Toute cette histoire va se terminer chez un éditeur en ligne, à condition encore que quelque volontaire veuille bien relire la version traduite.

Je suis à l'heure espagnole en ce moment. Une dame de Soria qui a traduit un de mes articles pour le réseau Tlaxcala m'envoie très gentiment une liste d'éditeurs potentiels outre-Pyrénées. Je doute que cela aboutisse à quoi que ce soit. Au moins, en attendant, je m'offre deux minutes de rêve autour de l'aride meceta castillane. Il n'y a pas de petits profits oniriques. don_quichote300.jpg

Par parenthèse l'Espagne est le seul pays aujourd'hui à sauver l'honneur de l'Europe occidentale en refusant de reconnaître le Kosovo. Elle le fait pour des motifs égoïstes, mais elle le fait, c'est déjà ça... 

Le gouvernement fantoche d'Afghanistan - voir http://www.b92.net/eng/news/politics-article.php?yyyy=2008&mm=02&dd=18&nav_id=47809 - pour sa part est le premier à avoir reconnu le régime de Pristina... Entre clients de l'administration Bush, il faut bien s'entraider. Cela rappelle tous ces roitelets orientaux qui, à l'époque de César, dépendaient de Rome pour tout. Les Mithridate de Pergame, les Ariobarzane de Cappadoce. Tous débiteurs des largesses des consuls, des sénateurs, des vieilles familles de l'Aventin. Des poussières de pouvoir politique comme les aiment les Empires.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article