Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'héritage maoïste dans la mouvance anti-impérialiste

8 Novembre 2008 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

Un des protagonistes du livre "10 ans sur la planète résistante" m'écrivait  il y a peu :

"Il y a en gros trois théories sur le bilan de l'impérialisme :
- celle des maos pour qui l'impérialisme crée un bénéfice global pour l'Occident
- celle de Marx, Hobson etc. jeu à somme nulle, mais profits privés etc.
- celui d'Antiwar.com, Buchanan etc (un peu Hobson et Marx); perte pour l'Occident, mais gains pour une toute petite minorité ici - dont les idéologues etc.aussi le complexe militaro-industriel etc.

J'ai tendance a me rapprocher de la 3ème théorie - en tout cas ce serait la plus efficace-mais je ne crois pas aux pieux mensonges."

Cette typologie, par delà son intérêt propre, me faisait songer à l'importance de l'héritage maoïste dans les milieux militants qui ont lutté contre les guerres et ingérences impériales depuis dix ans. Ceux que, dans le bouquin précité, j'appelle "Le Fils de l'avocat connu" et "Le Missionnaire", par exemple, se réclamaient de leur formation maoïste. Il en est de même de l'économiste Samir Amin dont les analyses sont souvent reprises dans la presse de gauche et sur le Net. De même un numéro de la revue Commune de 2006 intitulé "M... le maudit" était consacré à Mao...

Vendredi dernier un mien ami m'a surpris en m'expliquant que lui aussi était de formation maoïste. Il me l'a écrit en ces termes :

"Dans les années 1970, j'étais mao mais non encarté, car j'étais dans un pays du bloc soviétique, et je diffusais à l'intérieur des organisations officielles dont j'étais membre la propagande des maos de ce pays ou autres, qui bien entendu étaient clandestins. Mais, à partir de 1976-78 (élimination de la "bande des quatre", montée de Deng Xiao Ping, rupture sino-albanaise, question cambodgienne, etc.), le "maoisme" s'est de fait désagrégé, donc je restais et reste fidèle à certaines idées, mais bien évidemment pas à une ligne qui de toute façon n'existe plus, si jamais elle a vraiment existé. De Mao en fait, j'ai retenu l'idée que la lutte des classes se déroule aussi dans le socialisme et à l'intérieur du parti, à l'intérieur de chaque individu aussi. ...ce que les musulmans appellent le "grand djihad" ou djihad intérieur. Avec les Chinois je n'ai en revanche jamais été d'accord sur le fait, qui était d'ailleurs contradictoire avec leur philosophie de départ, qu'il fallait rompre avec les communistes "révisionnistes" pour créer des organisations 100% révolutionnaires. J'ai toujours milité dans ce pays du bloc soviétique au sein des organisations "pro-soviétiques", à la marge. J'ai toujours pensé qu'il fallait être là où se trouvaient "les masses". "

J'espère d'ailleurs que cet ami publiera un jour ses mémoires sur cette activité maoïste "clandestine" dans un pays d'Europe de l'Est.

Je ne m'inscris pas dans le courant de pensée maoïste, ni dans aucune école de pensée issue du marxisme-léninisme, mais je trouve intéressant du point de vue de l'histoire des idées que le maoïsme résonne encore au coeur des années 2000, malgré la diabolisation dont il a fait l'objet dans la culture dominante. Et d'ailleurs n'est-il pas aujourd'hui encore en train d'inspirer des mouvements importants, au Népal, en Inde ?

Voilà encore un aspect de la réalité ignoré par la culture officielle et qu'il faut prendre au sérieux, me semble-t-il.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article