Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Projets

11 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

J'ai reçu une invitation d'un responsable d'un cercle de droite à contribuer à un ouvrage collectif sur un sujet intéressant. J'ai réfléchi, pris conseil auprès d'amis qui eux-mêmes étaient partagés. Puis j'ai finalement refusé.

Je suis pourtant très ouvert au dialogue avec tout le monde. On ne progresse que par le dialogue. Une de mes amies italiennes est revenue il y a huit jours ravie d'une conversation avec un partisan de Mobutu qui avait un discours du défunt maréchal en guise de sonnerie sur son téléphone portable. Elle, qui détestait Mobutu au nom de l'héritage de Lumumba, a découvert que ce partisan du dictateur déchu partageait la même passion qu'elle pour le père de l'indépendance du Congo, sans qu'il trouve cela contradictoire avec son amour pour Mobutu. Cette amie est ainsi sortie de la conversation avec l'idée que l'opposition schématique Lumumba/Mobutu qu'affectionne l'ultra-gauche (dans un cinéma rue de la clé il y a 7 ans on diffusait successivement un film sur l'assassinat de Lumumba et "Mobutu roi du Zaïre") pouvait être dépassée. Le dialogue l'a faite avancer.

Mais les ouvrages collectifs ont une finalité ambiguë et sont des sources de confusions, et d'étiquetages en tout genre. La portée d'un tel livre va au delà du simple dialogue, du simple débat d'idée. Or il se trouve que j'ai un petit projet en tête en ce moment. Un projet qui en fédèrerait d'autres, et pourrait donner un sens à mes tentatives des dix dernières années. Mais je dois rester discret là-dessus tant que je n'en suis qu'aux premières prises de contact. Je pense qu'une contribution à un livre conservateur aurait pu limiter, justement, mes prises de contact.

Vous souvenez-vous que dans les années 1910 le Conseil d'Etat a rendus des arrêts faisant obstacle à ce qu'on appelait à l'époque le "socialisme municipal", c'est-à-dire une tentative de faire la révolution socialiste à partir des communes, quand une majorité de cette tendance les dirigeait, à défaut de la faire au niveau national. Et si l'on se lançait dans l'anti-impérialisme municipal maintenant ? Songez à Creil, songez à Grigny où des élus se sont découverts une vocation bolivarienne. Songez à Bagnolet dont le maire se rend à Gaza juste après le retrait de Tsahal. Vous ne voyez pas bien à quoi je songe ? Patience. Des pistes d'action très concrètes vont peut-être s'ouvrir dans cette direction.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article