Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Tristesse du combat anti-guerre

3 Avril 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Vu ce soir le documentaire d'Arte sur l'OTAN. Bien pourri, bien hypocrite, bien factuellement faux, comme nous savons les faire. Factuellement faux ce qui est dit sur la Yougoslavie, y compris le bilan des morts de la guerre de Bosnie. Hypocrite, insidieuse, la façon de parler des Grecs qui demandent qu'on épargne leurs usines en Serbie en 1999 (au lieu de parler des usines qu'on a bombardées uniquement pour des raisons sordides), la manière de parler de la guerre d'Ossétie (on parle des Géorgiens qui quittent l'Ossétie, pas des Ossètes qui furent chassés par l'offensive géorgienne, d'ailleurs les Géorgiens ne sont pas présentés comme des agresseurs). Tout le documentaire était à vomir.

A vomir toutes ces Otâneries.

Les jeunes anti-OTANs ce soir parqués dans une banlieue de Strasbourg. Devant se battre pour être visibles dans la ville. Exposés aux violences policières. A vomir.

A vomir mon impuissance. Mon incapacité à exprimer toute cette abjection dans mes écrits et à en faire un combat à la fois efficace et sincère. Au mieux j'en aurai fait un combat bureaucratique.

Une amie me disait en 2007 que nous les gens dont les ascendants avaient été touchés par les guerres (elle et moi étions des enfants de réfugiés républicains espagnols) ressentions les guerres différemment des autres. Elle disait avoir ressenti physiquement, à Paris, les bombardements de Bagdad en 1991 comme des échos à ceux de Bilbao, qu'elle n'avait pourtant pas connus (sa mère les avait connus). Je pense que j'ai ressenti moi aussi une empathie spéciale avec la population de la République fédérale de Yougoslavie en 1999. C'est pourquoi le cynisme de cette guerre, les mensonges autour d'elle m'ont touché particulièrement, et c'est pourquoi me touchent encore des reportages odieux comme celui que nous présente Arte ce soir.

Mais si j'ai échoué à faire passer cela dans mes livres, cet échec se double de celui des autres "résistants", par exemple de cette amie berbère que je connais et qui n'arrive pas à parler de son vécu, de la guerre d'Algérie, de la guerre qu'elle a dû mener dans sa tête, avec et contre l'Occident, pendant plusieurs décennies. Nous sommes tous dans l'échec, le silence. Chaque parole que nous faisons sortir contre les immondices du discours dominant est facilement retournée contre nous pour que nous ne puissions même pas supporter ce que nous aurions à dire.

Pendant ce temps, la bêtise triomphe. La bêtise chargée de son vide abyssal. "Le gentil Obama". "Nicolas Sarkozy et Barack Obama réconciliés". "Le retour logique de la France dans le commandement intégré". Tout ce blabla abject, blabla qui n'a pas de sens, sauf celui de rendre tout le monde complice de toute cette abjection.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

edgar 05/04/2009 21:56

même si nous pouvons chacun être sensibles à des perversions différentes de ce système, et diverger sur les remèdes, je comprends et partage ton dégoût pour le matraquage communicationnel auquel nous sommes soumis.

Eva R-sistons 04/04/2009 09:03

Je vais rajouter ça sur mon blog R-sistons à la désinfo, je parle de la manière dont les médias traitent de l'OTAN - à vomir !bises evahttp://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-29845118.html