Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'anti-impérialisme

14 Juillet 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants"

Il est bien clair que l'idée que défend le mouvement anti-impérialiste (que les technostructures occidentales ont un ascendant néfaste sur le monde, et que tous les phénomènes qu'on nous présente comme des calamités pour l'humanité telles que les dictatures du tiers-monde, l'islamisme, la puissance de la Chine, le souverainisme russe, sont largement des épouvantails qui parasitent nos grilles d'analyse) demeure très minoritaire, même dans les mouvements issus de la tradition anti-impérialiste (gauche de la gauche).

Dans ces mouvements on reproche aux anti-impérialistes d'être paranoïaques à l'égard des pouvoirs économiques et politiques européens et nord-américains, de simplifier les problématiques politiques et de tolérer des formes de barbarie dans les pays adversaires de l'Occident.

A mon avis la position de nos adversaires est largement irréfléchie, et révèle surtout une forte dépendance à l'égard des clichés médiatiques. On le découvre lorsqu'on les pousse à parler en détail des pays diabolisés par l'Occident, dont on se rend compte le plus souvent qu'ils ne connaissent pas grand chose. Mais la difficulté à les convaincre de leur erreur tient à des ressorts narcissiques collectifs très difficiles à désamorcer : les pays européens et les Etats-Unis (surtout avec la façade Obama) se persuadent si bien qu'ils sont les parents naturels des droits de l'homme et de la liberté, que, quiconque veut se donner une image d'intelligence et de vertu est enclin à en défendre d'emblée l'interventionnisme. Le chic du chic en la matière étant de se dire à la fois "pour" l'interventionnisme humanitaire européen, et "contre" son instrumentalisation économique et militaire (par les multinationales, l'OTAN etc).

Illustration de cette tendance "chic" de l'interventionnisme européen : la motion de solidarité avec la "révolution verte" iranienne proposée récemment par le PC et les Verts au conseil municipal de Paris.

L'évolution du capitalisme, qui flatte le narcissisme bourgeois et, à travers les nouvelles technologies (Internet), coupe les gens du contact direct avec le magma des réalités humaines encourage les crispations sur des prises de position très intégristes et interventionnistes (ce qui pousse au "choc des civilisations"). Se forme ainsi une classe moyenne européenne très néocolonialiste, dont paradoxalement le noyau dur est souvent composé de gens qui se disent "de gauche" voire "communistes" (peut-être parce qu'ils sont les plus dévoués au combat et les plus idéalistes, les plus "solidaires"), alors que leurs ancêtres dans l'histoire des idées étaient plutôt aux côtés des Viet minh et du FLN (mais une certaine intoxication médiatique sur les "crimes des révolutions" les conduit aussi à renier l'héritage FLN/Viet minh).

Je trouve une illustration de ce phénomène dans les polémiques actuelles sur la burqa, mais aussi sur un mouvement comme les Indigènes de la République (mouvement qui reprend le discours des luttes anti-coloniales, et qui veut isoler une singularité des descendants des colonisés face aux structures coloniales qui les oppressent).

Il est très étonnant de voir la haine que suscite ce mouvement chez ceux qui prétendent défendre l'héritage culturel français. Je trouve sur Facebook un groupe qui s'appelle "Condamner Houria Bouteldja "racisme anti blanc" ", qui parle à propos de Mme Bouteldja d' "extrémisme arabe en jupon", et la traite de "dinde du Ramadan". Une rapide étude de ce groupe montre qu'une partie de ses membres sont des lepennistes. Vous avez aussi un groupe qui s'intitule "Je déteste Houria Bouteldja" consacré à ceux qui ne "supportent pas" l' "incohérence historique et idéologique"  de la porte-parole des Indigènes de la République, et "l'arrogance qu'elle dégage", se référant à son mouvement comme à "des fous dangereux dont le but est de réduire la cohésion nationale" (quand on parle de "fous dangereux", c'est qu'on veut la guerre, rappelez vous que dans la phraséologie dominante les "fous dangereux" sont ou ont été S. Milosevic, S. Hussein, Kim Jong Il, M. Ahmadinejad, H. Chavez). Un tel groupe, uniquement dédié à la détestation d'une personne, est d'ailleurs privé. On se demande bien ce que les gens de ce groupe ont à se dire à longueur de journée... En outre, je tiens de source sûre que l'identité d'Houria Bouteldja est usurpée sur Facebook.

Phénomène intéressant dans ce déchaînement de haine, il existe une page " "Indigènes de la République" nous vous enculons" qui est administrée par un très jeune homme (avec qui j'ai eu quelques discussions courtoises sur le forum Atlas alternatif de Facebook, où notre désaccord s'est révélé dans toutes ses dimensions). Ce garçon se dit de sensibilité communiste, et explique joliment dans une de ses interventions sur cette page que "comme programme de partouze, j'aurais plutôt vu Madame Bouteldja jouer avec les missiles de Messieurs Ahmadinejad et Nasrallah..." (du point de vue anthropologique, je suis toujours amusé de voir ce que produit le vocabulaire masculin machiste contre des femmes politiques "non conformes" à la ligne dominante, cela me rappelle la vidéo que la droite argentine avait faite contre Mme Cristina Kirchner qui la montrait au lit avec Fidel Castro et Hugo Chavez).

Que des tenants de la gauche laïciste créent le même type de page sur Facebook que les lepennistes avec leur "Condamner Houria Bouteldja "racisme anti blanc" " en dit long sur les recompositions de l'espace politique que provoque la question du néocolonialisme.

Vous me direz que tout cela n'est pas nouveau. De tout temps la gauche (y compris l'Internationale socialiste à ses débuts) a eu du mal à intégrer la question coloniale à ses problématiques (à de notables exceptions comme Karl Marx, Octave Mirbeau, George Orwell). La propension du petit employé et même de l'ouvrier blancs à se comporter en petits bourgeois à l'égard du colonisé arabe ou noir, à lui imposer le silence au nom de l'unité de la République ou de la Révolution à venir (et aujourd'hui au nom des droits de l'homme) est aussi ancienne qu'inquiétante. En plus elle se déploie sur fond de complexe de forteresse assiégée (ces barbares assassins avec leur islamisme, leurs missiles nucléaires, leurs furies lubriques et voilées, etc), la pire des mentalités pour aborder sereinement les problèmes politiques d'une époque.

Face à cela la mouvance anti impérialiste est divisée. La journaliste américaine D. Johnstone expliquait il y a peu dans un article que les tendances pro-palestiniennes en France ne dialoguent pas entre elles. On peut en dire autant des tendances antiimpérialistes en général. Par delà les problèmes de personnes, il y a une question philosophique importante qui peut difficilement être surmontée dans cette mouvance : celle du statut véritable des valeurs occidentales dans le devenir de l'humanité, et de leur contenu.

Certains pensent que les valeurs individualistes de l'Occident sont la voie réelle d'émancipation des peuples. Selon eux, il faut être anti-impérialiste pour les voir triompher, car l'impérialisme, lié à des intérêts économiques et politiques égoïstes, crée de la division, de la guerre, et empêche les peuples du Sud de jouir de nos valeurs (je pense que cette position est  par exemple à l'arrière plan de la mouvance chomskyenne).

D'autres estiment que toutes les autres valeurs des cultures non-occidentales (y compris celles qui émergent en ce moment au contact de la modernité occidentale comme l'islamisme) sont en soi respectables, et que les peuples ne trouveront pas plus de bonheur dans l'individualisme consumériste venu des pays riches que dans leurs valeurs traditionnelles (position qui se module de diverses façons : on peut trouver à l'islamisme ou à l'intégrisme bouddhiste, ou à l'indigénisme amérindien des défauts, mais s'interdire tout jugement, ou au contraire valoriser des tendances un peu "sociales" en leur sein etc).

Les premiers peuvent passer pour des alliés objectifs du capitalisme triomphant. Les autres pour les complices potentiels des dictatures qui instrumentalisent les "valeurs traditionnelles" de leurs peuples.

Ce clivage ressurgit périodiquement, notamment quand des "révolutions colorées" menacent des dictatures du tiers-monde (ou des régimes semi-dictatoriaux). On ne peut en sortir, je crois, que par une réflexion philosophique sur ce que peuvent être des valeurs universelles qui ne soient pas un sousproduit du capitalisme occidental globalisé. Débat extrêmement complexe qui nécessite qu'on mobilise à la fois une connaissance approfondie des diverses cultures du monde, un savoir sur la nature humaine (concept fort heureusement remis au goût du jour par la psychologie évolutionniste) et une réflexion sérieuse sur le système de gouvernement humain auquel il faut aspirer. Je ne crois pas que la mouvance anti-impérialiste puisse faire l'économie de cette réflexion-là. Mais avons-nous le temps de philosopher au vu de la gravité des enjeux actuels, dans une humanité qui n'a jamais aussi nombreuse, jamais autant en déséquilibre avec son environnement écologique, jamais aussi instruite (globalement), jamais aussi inégale, jamais aussi servie et desservie par la technologie, jamais aussi capable du meilleur comme du pire ?

FD

PS : J'observe que je reçois de temps en temps sur mon blog des visites à provenance du Vietnam. Je regrette de n'avoir pas trop l'occasion de parler de ce pays, qui fut une nation martyre au 20 ème siècle, et dont l'évolution actuelle dans un espace asiatique dominé par le productivisme capitaliste mériterait sans doute qu'on l'étudie plus en détail. Mais j'avoue que ma compétence sur ce point fait défaut.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

G
<br /> <br /> Un peu de musique peu connue sur la guerre du Vietnam: http://www.deljehier.levillage.org/11_chants_de_lutte.htm<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
Marx une exception en matière de discours colonial ? J'ai bien peur que non... Il est temps pour vous de lire Edward Saïd !
Répondre
C
Encore une fois, tout à fait d'accord avec vous là-dessus. Et merci de mentionner Toussaint Louverture, qui est un des héros-maison : http://www.robespierreoulamort.net(site en rade pour cause d'incurie informatique mais plus pour trop longtemps j'espère).
Répondre
C
Article bien intéressant. Tout ce que vous dites est non seulement juste autant que regrettable, mais le plus triste est qu'on trouve aussi ce genre d'oeillères en sens inverse. Hélas, il se trouve, oui, que l'anticolonialisme devienne lui-même raciste, "à rebours" pourrait-on dire. Rien de pire qu'être partiellement éduqué mais pas assez... La frustration trop compréhensible des victimes du colonialisme les pousse quelquefois à reprendre à leur compte la pire des propagandes anti-humanitaires, manipulation essentiellement dirigée contre eux, qu'ils gobent cependant -  l'hameçon et la ligne avec - à la grande satisfaction des cyniques manipulateurs, mais comment le leur faire savoir ? Comme ici, par exemple : http://www.legrandsoir.info/Si-j-etais-un-intellectuel-occidental-de-gauche.htmlNon tant l'article en lui-même que le dialogue de sourds à plusieurs voix qui suit.Il reste encore un sacré bout de chemin à faire.
Répondre
F
<br /> Oui, vous pointez du doigt un vrai problème. Le flirt des opprimés (et des anti-impérialistes) avec les tendances les plus obscurantistes de la pensée européenne. Ce n'est pas nouveau. On avait<br /> déjà cela au temps du nazisme (et Goebbels dans ses mémoires quand il parle des Anglo-américains dénonce leur "impérialisme" ce qui explique qu'il ait touvé dès les années 40 des alliés dans le<br /> monde arabe).<br /> <br /> Je ne diabolise ni n'idéalise personne. Donc je n'idéalise pas les Lumières. Mais le procès que leur font certains anti-impérialistes est infondé. C'est en leur nom que Toussaint Louverture a<br /> libéré Haïti. Il est très difficile de rejeter en bloc le modernisme et le progressiste, qui ont tout de même énormément amélioré la situation matérielle et morale de notre espèce, au motif<br /> qu'ils créent de l'individualisme, du consumérisme, et du colonialisme. Je reste du côté de ceux qui veulent encore utiliser les ressources émancipatrices du progressismes contre les méfaits qu'il<br /> a produits, plutôt que de prôner le retour à un Moyen Age mythologique (qui en réalité était lui aussi travaillé par un certain progressisme, en Europe, et dans d'autres<br /> civilisations)<br /> <br /> Il faut arriver que à rappeler que l'essence du progressisme n'est pas seulement européenne, et que celui-ci peut être pensé sur des bases réellement universelles et non impérialistes (notamment à<br /> partir du progressisme des cultures non occidentales qui a toujours existé, sous diverses formes).<br /> <br /> Je pense qu'en France, en Europe, il faut aider des mouvements anti impérialistes qui restent encore ouverts au progrès (comme entre autres les Indigènes de la République), quels que soient<br /> leurs défauts, comme on aurait dû le faire en Palestine du temps où Israël liquidait Yasser Arafat, ne pas laisser la place au fanclub du Moyen Age mythifié.<br /> <br /> <br />