Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Mes livres dans les milieux parisiens

18 Septembre 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Actualité de mes publications

J'ai été interviewé hier par une revue parisienne branchée sur un livre d'anthropologie sur la nudité que j'ai publié sous mon nom d'état civil à l'automne 2008. Bien sûr la moitié de mes réponses (que j'ai essayé de faire courtes) ont été coupées et réduites de moitié, et le journaliste a déclaré qu'il intègrerait le reste dans son propre article sur la nudité à la TV (nul n'est propriétaire de ses idées), mais cela ne me gène guère. L'important était que le journaliste ait lu mon livre (ce qui était visiblement le cas), et qu'on parle de l'ouvrage pour mon éditeur (je ne cherche pas à en vendre de tonnes mais juste un minimum pour qu'il pense n'avoir pas eu tort de m'accepter dans son catalogue).

Il s'agit d'une troisième mention dans les milieux parisiens après une bonne recension de la revue Sciences Humaines au printemps, et une interview sur le blog de Lili Castille (je devrais peut-être aussi compter l'interview dans Le Mague dans ce registre, mais je crois que ce magazine est girondin).

Je ne pense pas que ce succès relatif auprès des médias nuise à mon image dans l'université (où je suis mal implanté, je n'ai même pas eu le courage de postuler pour la qualif). Celle-ci connaît une telle crise. L'étudiante (doctorante) qui m'invite à la conférence de Cannes paraissait trouver plus intéressants mes textes que ceux qu'elle avait lus sous la plume de certains universitaires sûr le même sujet. Beaucoup de profs ne croient plus en ce qu'ils font et la qualité de la recherche s'en ressent. Dès lors un outsider comme moi n'est plus aussi handicapé pour mener une recherche indépendante, d'autant que beaucoup de moyens d'information indépendants (notamment Internet), me permettent de constituer progressivement un public. J'attends néanmoins beaucoup de la conférence de Cannes où, d'après l'organisatrice, je serai devant un public de chercheurs qui ont besoin de cadres de pensée pour leurs travaux. Sera-ce la première et dernière fois où je serai conduit à infuencer de très près des chercheurs ?

En tout cas, je n'ai toujours pas trouvé le moyen de faire le lien entre mon livre sur la nudité et mes livres politiques. J'ai proposé avant la Fête de l'Humanité un opuscule sur socialisme et érotisme au Temps des Cerises, mais ceux-ci n'ont pas l'air chaud pour me répondre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article