Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La guerre des mots

10 Décembre 2006 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

C'est un phénomène que l'on a bien connu pendant la guerre de Yougoslavie, dans le cadre du conflit israëlo-palestinien, et dans tous les conflits où les structures gouvernantes occidentales adoptent un point de vue partial : il suffit d'un choix habile de mots pour influencer l'opinion publique dans un certain sens.

Quand des personnes se rassemblent dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement, si ledit gouvernement est notre ennemi (comme par exemple le gouvernement de Biélorussie), on dira que "le peuple est dans la rue" (même si ces gens ne représentent qu'une minorité). En revanche si ce gouvernement est notre allié, on dira que c'est une "foule", une "masse" (par exemple les "masses arabes" quand il y a des manifestations à Gaza ou au Caire), ou une faction pour laquelle on inventera une appellation stéréotypée suivant les régions ("nostalgiques de l'ex-URSS", "fraction radicale", "personnes manipulées l'Iran, les intégristes"). La guerre des dénominations et des épithètes est la plus importante pour orienter les points de vue, et les journalistes ne sont jamais à court d'imagination. Elle suppose aussi toute une construction préalable de l'image des conflits, qui présente les alliés des gouvernants occidentaux sous un jour favorable : ceux-ci seront toujours décrits comme les "démocrates", "modernes", "jeunes", "ouverts au monde", tandis que les autres, surtout s'ils se battent pour la souveraineté de leur pays et le droit du peuple à son indépendance seront les "nationalistes", les "fanatiques", ou mieux encore "ultra-fanatiques", "ultra-conservateurs". Le système de dénigrement de l'adversaire fonctionne partout, du Nicaragua à la Chine.

En ce qui concerne le Liban en ce moment, où des centaines de milliers de manifestants réclament pacifiquement depuis plusieurs jours la démission du gouvernement pro-occidental (protégé par une garde prétorienne états-unienne http://www.voltairenet.org/article144272.html), le qualificatif magique en ce moment est "pro-syrien" (http://www.voltairenet.org/article144274.html) une appellation qui permet de dénigrer l'immense coalition qui s'est formée du Hezbollah chiite aux chrétiens libanais favorables au Général Aoun - majoritaires dans leur communauté - (comme le notait un commentateur sur le site www.quibla.net "Il y a même des Maronites dans les deux camps ! C’est dire ! ! !" - car les maronites étaient jusque là les meilleurs appuis des Occidentaux au Liban). Ces groupes soi-disant "pro-syriens" qui en fait demandent l'arrêt de l'ingérence occidentale représentent la majorité de la population ( http://happening-here.blogspot.com/). Mais les Etats-Unis et leurs alliés européens, qui ont détruit l'Irak soi-disant pour y instaurer la "démocratie", sont cette fois prêts à précipiter le Liban dans la guerre civile pour l'empêcher de la retrouver.

Pendant ce temps la Grande Bretagne, qui commande les forces de l'OTAN en Afghanistan où elle a 4 000 hommes, accuse la CIA de lui faire perdre ses batailles face aux Talibans dans le sud du pays (http://news.independent.co.uk/world/middle_east/article2062489.ece) et la France est engagée dans une guerre "clandestine" - et pourtant en ordre rangé, avec avions de combat et blindés - au Tchad et au Centrafrique dans l'indifférence médiatique générale (Jean-Dominique MERCHET - Libération - mardi 5 décembre 2006 - http://www.liberation.fr/actualite/monde/221240.FR.php ).

La banalité du néo-colonialisme au jour le jour...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article