Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Les tenir en respect...

16 Mai 2007 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Billets divers de Delorca

Nous autres qui nous sommes fermement opposés au bombardement de Belgrade en 1999 (*) et aux calmonies sur la Yougoslavie de Milosevic (je veux dire nous autres les 1 % d'esprits de gauche sincèrement révulsés par ce que l'OTAN a osé faire dans les Balkans), gardons une forme de solidarité entre nous. Même si nous ne nous voyons guère, nous réagissons à l'unisson aux grandes mobilisations émotivo-totalitaires de notre époque, et continuons de porter un regard critique sur ce qu'il se passe sur les bords du Danube (dont le reste de l'opinion publique française se moque éperdument).

Je n'ai donc pas été surpris de recevoir avant-hier le mail suivant de Marc-Antoine Coppo :

" Soulagement à Washington, Bruxelles et dans les médias bien-pensants : le spectre de Slobodan Milosevic est retourné dans son cercueil.

Après plusieurs mois d'atermoiements et l'inquiétante élection d'un proche de Vojislav Seselj à la présidence de la Chambre des députés, les choses se sont finalement arrangées en Serbie : les gentils démocrates pro-européens se sont enfin entendus pour former un gouvernement de bric et de broc, et renvoyer les affreux ultra-nationalistes pro-russes dans l'opposition. La normalisation se poursuit. Ouf, on respire !  "

La première phrase fait allusion à l'exclamation du présentateur du journal de France Culture " Milosevic n'est pas mort !" lors de la proclamation des derniers résultats électoraux à Belgrade.

Les humiliations à l'encontre de la Serbie se multiplient à longueur d'années dans l'indifférence générale. Voilà six mois que ce pays n'avait pas de gouvernement tout simplement parce que l'Union européenne s'évertuait à empêcher la formation d'une coalition entre le parti de Kostunica et celui de Seselj. L'UE étant habituée à gouverner dans un mépris souverain à l'égard des peuples à l'intérieur de ses frontières, agit de même à l'extérieur. Elle diabolise donc tout ce qui n'entre pas dans son mode de pensée : le Hamas en Palestine, le nationalisme serbe. Mais qu'espère-t-elle obtenir de la sorte à part précisément exaspérer les peuples et radicaliser toujours davantage les mouvements auxquels elle s'oppose ? 

Comme le disait je ne sais plus qui à propos de la Palestine : "Vous n'avez pas voulu négocier avec Arafat et vous avez maintenant en face de vous le Hamas ; vous ne voulez pas négocier avec le Hamas, et vous aurez en face de vous le Djihad islamique ; vous ne voudrez pas négocier avec le Djohad islamique, et vous aurez en face de vous Al Qaida ". De le même manière on peut affirmer à propos de la Serbie : "Vous n'avez pas voulu laisser le parti socialiste gouverner la Serbie, et vous avez aujourd'hui l'extrême-droite serbe qui devance les autres partis politiques. Vous voulez empêcher l'extrême droite de gouverner avec Kostunica, et demain c'est une nouvelle guerre que vous aurez dans les Balkans"

Que l'on me comprenne bien. Je n'ai jamais eu une grande sympathie pour le Parti socialiste serbe qui avait ses défauts, et je n'en ai pas pour l'extrême-droite. Mais on ne gouverne pas dans l'hystérie moralisatrice. Quand un peuple soutient une tendance politique, il faut en premier lieu analyser froidement le phénomène (pas le diaboliser), en second lieu respecter les choix de ce peuple et voir ce que l'on peut faire avec cela pour éviter que ce ne soit pire. Mais l'Union européenne qui pourtant se gargarise du mot "respect" agit exactement à rebours. On diabolise et on réprime d'abord, on réfléchit ensuite.

Le seul peuple des Balkans auquel est reconnu - et chez qui est même encouragé - le droit à être gouverné par des extrémistes nationalistes est le peuple albanais du Kosovo dont nombre de dirigeants, ex chefs de l'UCK responsables de nombreux crimes de guerre, n'ont jamais été inquiétés par le Tribunal pénal international. Et, comme l'Union européenne aime récompenser le vice, elle leur promet l'indépendance en prime.

Je prépare un bouquin de souvenirs sur le combat anti-OTAN de 1999. Je vous tiendrai au courant.

-----------------------------------------------

(*) Rappelez vous que Claude Lanzman a  qualifié ce scandale "d'Affaire Dreyfus du XX ème siècle"

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article