Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Bien choisir l'argument

28 Septembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Peuples d'Europe et UE

On ne peut pas se réjouir de ce qu'est devenu l'espace de la contestation en France, avec ses trois blocs : le Front de gauche, le Front national et, au milieu, cette mouvance hétéroclite gaullo-marxo-nationale qui signe des pétitions de bas étage sur la Syrie (mouvance qui n'existe guère dans le paysage électoral, mais qui s'agite beaucoup sur le Net).

 

Je ne me reconnais guère dans aucune de ces trois sphères (même si je garde une proximité culturelle avec le Front de gauche). Le Front national me heurte par sa xénophobie (non pas que je sois un xénophile naïf, mais la culture de l'excès qui sévit à l'extrême-droite n'est pas ma tasse de thé), le Front de gauche me dépait pour sa complaisance à l'égard de l'atlantisme et du fédéralisme européen, les gaullo-marxo à cause de leurs réflexes passéistes et leur manque d'imagination (par exemple quel projet sociétal cette mouvance nous propose-t-elle en termes de progrès culturels, progrès dans les relations humaine, conquête de libertés nouvelles ?).

 

Ces trois mouvances se contentent de peu, et sont loin, bien loin d'être à la hauteur des enjeux de notre époque.

 

Ou sont par exemple les réflexion nécessaires sur les nouvelles technologies ? Jean-Luc Mélenchon m'avait fait sourire pendant la campagne avec sa trouvaille "il faut conquérir le fond des océans". C'est quand même un peu court par rapport au flot d'innovation que chaque année charrie. Qui pense cela ? Qui réfléchit sur l'impact politique d'Internet sur les rapports entre les citoyens, avec les Etat etc ?

 

Bon, à part ça j'écoute en ce moment les partisans du Traité européen "TSCG". Leurs arguments "3 % de déficit structurel, c'est moins bête que les critères de Maastricht", "il y a des mécanismes de consultation des parlements plus intelligents qu'à l'époque de Maastricht". Et Henri Guaino (un homme respectable, qui m'intrigue toujours un peu depuis qu'il est devenu sarkozyste) qui sousentend que de toute façon ce traité ne sera pas appliqué.

 

Pour ma part je suis hostile à ce traité parce que je refuse le fédéralisme européen, voilà tout. Nos parlements sont les seuls qui puissent voter le budget des Etats au nom des peuples, un point c'est tout. Halte au règne du néo-libéralisme, de la finance, halte à la spéculation, à la fraude, à la marchandisation de tout.

 

Ensuite je n'entre pas dans les grands débats sur le fait de savoir si l'austérité nous renvoie au temps de Zola ou pas. Ca ne m'intéresse pas. Il y a beaucoup d'exagérations dans ces débats là. L'antieuropéiste Edgar aujourd'hui nous fait pleurer sur l'Espagne. Mais il y a une telle opacité dans la situation de peuples.

 

misery.jpgA l'échelle mondiale depuis 20 ans on nous dit que les inégalités dans le monde augmentent. C'est exact au sein de chaque pays. Mais l'on oublie de nous préciser, que l'analphabétisme a reculé partout, que l'espérance de vie a fait des bonds, que la famine ne touche plus guère que l'Afrique. On m'explique que la Grèce a connu une tragédie parce qu'on ne vaccine plus les enfants dans les écoles. Mais en quoi la suspension pendant trois ou cinq ans des vaccinations est-elle réellement tragique ? Bien sûr qu'il y a de vrais drames. Et bien sûr ces drames sont choquants au regard de richesses éhontées qu'une petite minorité accumule. Mais qui va vraiment bien, et qui va vraiment mal ? Les Grecs, comme les Espagnols, ont encore le matelas du bien-être des années 80. Beaucoup ont des résidences secondaires, des familles pour les aider. Je veux bien plaindre les Espagnols, mais savez vous combien de jeunes chez eux étaient des ninistas (qui en veulent "ni étudier ni travailler") comme on disait ? Je ne critique pas le fait de refuser de bosser. Je suis un grand défenseur du droit au néant, à la paresse, à la lenteur, que moi-même je m'impose comme un devoir quand je le peux. Mais quand une société compte de larges pans adeptes de cette phlosophie-là, je ne prends pas des accents à la Zola. Moi je ne sais pas ce qu'il se passe en Espagne. Mes cousins quand ils en reviennent me disent des trucs bien sûr, mais je ne prétends pas en savoir assez pour juger.

 

Par exemple, puisque nous parlons de technologies, savez vous qu'en Espagne comme en Italie les gens ont en moyenne plus d'un abonnement de téléphone portable par personne ? Je ne sais pas du tout si c'est en soi une richesse. Nous autres en France sommes les moins bien équipés d'Europe en la matière. Nous sommes moins bien lotis que les Serbes et les Albanais ! Je n'ai jamais eu le temps de faire une analyse sur l'impact du portable sur le bien-être (à nos chers partis contestataires de le faire ! ou aux universitaires, mais vu leur ineptie je sais que ces derniers s'en abstiendront). Je soupçonne juste que ça encourage une société de la parlotte, que cela suscite des sources de mal-être nouveau, et des tonnes de gaspillages (car on change son téléphone tous les trois ans). Accessoirement ça a financé une guerre horrible au Congo, je referme la parenthèse. Non, vraiment, je ne sais pas où l'ordre libéral apporte du mieux, apporte du pire. Il faut manifester dimanche contre cet ordre en tant qu'il prive les peuples de leur droit de décider, mais pas sur des spéculations oiseuses sur le bien-être matériel de chacun.

 

Pour finir sur les illusions de la représentation du monde que chacun se fait, je songe à cette conversation que j'ai eue cette semaine avec des fonctionnaires d'âges mur qui oeuvrent en Seine-Saint-Denis. Tous se complaisaient dans un discours apocalyptique "ici trois quarts des gens vivent de l'assistanat, c'est une pauvreté terrible" disaient-ils. J'ai corrigé : "Le taux de chômage est de seulement deux points supérieur à la moyenne nationale, et c'est un département qui crée énormément d'emploi. Les poches de pauvreté existent. Elles expliquent par exemple que la mortalité infantile dépasse la moyenne nationale. Je ne nierais pas le taux de chômage de certaines cités, l'immensité du problème du logement, la détérioration de nombreux services publics, mais je ne peux pas laisser dire que tout le monde y vit du RSA". On m'a écouté avec intérêt, le misérabilisme est tellement à la mode dans une certaine fonction publique d'Etat, qui du coup se sent dans le "93" dans la peau des administrateurs coloniaux d'autrefois (ce qui lui permet ensuite d'y dépoyer un paternalisme à deux balles, dans un jeu sado-masochiste des plus malsains). Je soupçonne beaucoup de gens d'avoir le même regard sur l'Europe du Sud, y compris et surtout parmi ceux qui critiquent l'européisme. Mes amis ne critiquez pas, avec des arguments incertains, notamment d'ordre économique. Défendez le principe du social empowerment, du progrès des consciences, et laissez de côté tout le reste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

edgar 29/09/2012 02:34


ami, chaque fois que je mets en avant une photo, tu as la même réaction (je ne sais pas si tu te souviens de l'enfant irakien. depuis le photographe est mort d'ailleurs).


je ne veux pas faire pleurer sur l'espagne - pays qui ne m'attire pas mais à propos duquel je ne veux entretenir aucun misérabilisme.


Je crois cependant qu'on est à deux doigts de déposséder les espagnols de leur démocratie, en les rendant à tout jamais esclaves de leur dette (s'ils ne peuvent quitter l'euro). Peut être cet
enchaînement mériterait-il d'être précisé.


La photo illustrait, elle ne voulait pas prouver. Je sais bien que le simple fait de choisir le noir et blanc produit déjà un effet trompeur.


à plus, ami.