Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Bilan d'étape

18 Mai 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

Je suis dans un état d'esprit assez médidatif et expectatif. L'élection présidentielle a amené le pays dans une configuration politique assez nouvelle au milieu de problèmes qui eux ne sont pas nouveaux, et qui sont graves.

 

exc.jpgLa nouvelle configuration, c'est l'affaiblissement de la droite, la montée de l'extrême-droite. Une opposition souverainiste atomisée, et un Front de gauche au milieu du gué qui a sorti la gauche de la gauche de la marginalité sans réussir à en faire une alternative politique dans l'immédiat.

 

Les jours qui ont suivi l'élection n'ont pas apporté de très bonnes nouvelles. Le nouveau gouvernement me paraît assez faible. Très resserré autour du clan socialiste, il est déjà voué à des dissensions. Le premier secrétaire du Parti socialiste frustré de n'avoir pas obtenu le poste de premier ministre paraît vouloir engager l'épreuve de force avec le président de la République sur le contrôle des députés au Parlement. Au sein du gouvernement les postes importants sont attribués aux sociaux-libéraux, mais un ministère plus social de "redressement économique" est confié à M. Montebourg qui, s'il suit son naturel, sera amené à s'opposer ouvertement au ministre social-libéral de l'économie M. Sapin. Par ailleurs M. Hollande n'a fait preuve d'aucun esprit de confrontation avec Mme Merkel, et l'on s'oriente vers un addendum assez peu prometteur au Mécanisme européen de stabilité qui annoncera un peu de relance par l'offre.

 

Le Front de Gauche confirme son déclin. Les négociations directes entre le PC et le PS pendant quelques jours ont mis en doute sa cohésion. Le choix de M. Mélenchon d'aller affronter directement Mme Le Pen aux législatives peut raisonnablement laisser dubitatif. La manière dont il interpelle le premier ministre dans une lettre ouverte sous l'intitulé "monsieur le premier ministre, cher camarade" montre qu'il n'a pas coupé le cordon ombilical avec le PS, et tout laisse à penser qu'entre l'option Chavez et celle de Mitterrand, son tropisme personnel le porte toujours plus vers la seconde, malgré ses déclarations audacieuses d'il y a quelques mois. Tout cela n'est pas de bon augure.

 

Les problèmes restent les mêmes. La crise de l'euro que l'éventuelle sortie de la Grèce du dispositif (merci Mme Merkel de chercher à convaincre le peuple grec par référendum à clarifier sur cette question les ambigüités de Syriza) et les spéculations contre l'Espagne et l'Italie risquent de raviver. Les menaces de guerre contre l'Iran (avec cette étonnante mission de M. Rocard dont on ne sait toujours pas si elle prépare ou non une éventuelle démarcation de M. Hollande).

 

Je suis pour ma part dans une certaine expectative sceptique. Je me suis démarqué des petits groupes anti-impérialistes avec lesquels je n'ai pratiquement plus de contact et dont l'amateurisme théorique aussi bien que pratique avait fini par m'exapérer. Je nourris beaucoup moins le blog de l'Atlas alternatif qu'auparavant et il est vrai que l'actualité me donne moins de raisons de le faire, comme si nous traversions au niveau mondial une sorte de calme avant la tempête. J'ai attiré le mois dernier l'attention des lecteurs sur les intérêts pétroliers du Qatar au Sahel, mais, pour le reste, je ne vois pas trop de sujets intéressants en ce moment. Peut-être l'union politique entre le Bahrein et l'Arabie saoudite faite au mépris de la population de cet émirat. Mes orientations professionnelles à la rentrée devraient logiquement m'éloigner du travail pour ce blog et donc, d'une certaine façon, parachever mon déinvestissement progressif de l'information alternative. De même la réticence des éditeurs comme Le Cygne à publier mes manuscrits encourage ma tendance à réorienter mes travaux.

 

Cesser de faire de l'information alternative ne signifie pas arrêter d'en lire et de réfléchir dessus pour ma culture personnelle (ce dont je laisserai quelques traces sur ce blog). Il n'est d'ailleurs pas impossible que je sois amené, dans le cadre de mes nombreuses activités en dehors de la politique, à collaborer avec des acteurs sociaux chinois à la rentrée. Mes connaissances en relations internationales seront surtout utilisées dans cette perspective. Pour le reste j'entends faire preuve de beaucoup de prudence dans mes actes et mes jugements.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article