Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Boys and girls

12 Mai 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

women-save.jpgLa revue Books que je lisais cette semaine consacre, entre autres choses intéressantes, deux pages aux mémoires de Casanova. Celui-ci est resté dans l'histoire de notre espèce non pas comme un grand consommateur de sexe, mais comme une sorte de héros de la séduction parce qu'il s'est montré tout au long de sa vie d'une immense générosité et bienveillance non seulement à l'égard de ses conquêtes (dont on évalue le nombre à 150 environ, ce qui n'est pas énorme) mais aussi à l'égard du jeu amoureux lui-même et des inévitables revers de fortune qu'il implique.

 

Vous savez qu'à la fin de la métaphysique (et à la fin du christianisme) - disons avec les Lumières - certains ont cherché le sens de la vie humaine dans l'action politique, perçue comme le seul horizon d'exercice légitime de la rationalité (voyez Lefort là-dessus)... quitte à ce que tout cela se termine dans un goulag... D'autres sont revenus plutôt à ce constat de base : que l'humanité comme toutes les espèces de mammifères est divisée entre hommes et femmes, et que, à la différence de beaucoup d'espèces, elle est susceptible d'éprouver du désir à toute période de l'année et de la vie adulte, de sorte que le jeu infini des possibilités d'action qu'ouvrait cet état de fait pouvait occuper utilement une bonne partie de notre état d'esprit nocturne et diurne pourvu qu'on sut l'encadrer de certaines règles et lui donner un certain style... Autrement dit retournons dans la cour de récré de notre enfance et, au lieu de jouer au foot ou aux billes avec les garçons de notre âge, allons voir du côté des filles... (Pas de régression freudienne là, pensez putôt au Dionysos enfant de Nietzsche).

 

L'époque actuelle ne se prête pas beaucoup à la mise en oeuvre de la philosophie de Casanova. Parce qu'il y a les violents (façon DSK si l'on en croit la mère de Banon et certaines accusations judiciaires récentes) ; parce qu'il y a la political correctness et ses cohortes d'inquisiteurs (voyez cependant la décision récente du Conseil constitutionnel assez opportune à mon sens de censurer la loi sur le harcèlement sexuel) ; parce qu'il y a un certain climat de malveillance, de jalousie, de rivalité, de mépris entre les gens qui laisse peu de place à l'idéal de générosité que la séduction implique. Le capitalisme préfère vendre de l'Eros en conserve dans ses publicités, son packaging, sur ses écrans d'ordinateur, faire du teasing, du fétichisme de la marchandise en de la marchandisation mortifère du fétiche.

 

Et cependant il se trouve encore des gens pour y croire. Voyez donc le site ci-joint dont un auteur m'a parlé il y a peu. Il offre quelques bonnes surprises dont l'éclectisme méthodologique (l'ouverture à la sociologie, à l'histoire, à la psychologie évolutionnaire), la manière dont il mêle théorie et pratique (avec son espace de rencontre), ainsi que son côté militant. Militer pour l'adultère comme il le fait est un choix difficile dans une société dont le fonctionnement et les institutions ne sont pas a priori définies pour favoriser son développement (même si, comme il le signale dans ses pages, la France est le pays le moins mal loti en la matière). Mais peut-être les conditions historiques du moment, vu le niveau d'éducation que nous avons atteint et le degré d'émancipation des femmes (même si beaucoup reste à faire), s'y prêtent-elles et le jeu en vaut peut-être la chandelle. Un des enjeux bien sûr est de venir à bout de l'instinct de jalousie et de possession, probablement hérité de notre rapport génétique à la procréation mais aussi des formations culturelles issues des sociétés agraires, ou en tout cas d'apprendre à composer intelligemment avec lui comme notre espèce a appris à composer avec l'instinct de meurtre. Les militants de ce site (dont j'ignore le profil sociologique et psychologique) tiennent en tout cas entre leurs mains un projet sociétal qui est peut-être un prélude au communisme sexuel rêvé par certains philosophes antiques. En tout cas un moyen de réintroduire du jeu casanovesque dans notre société si peu encline ces derniers temps à le valoriser.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article