Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Caracas : risque de coup d'Etat écarté mais la vigilance reste de mise

17 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

f_te_de_l__huma_2006_008.jpgM. Lemoine dans le Diplo sur le Venezuela : « Quatre sièges régionaux du PSUV ont été incendiés le 15 avril, plusieurs centres médicaux et leurs médecins cubains ont été pris d’assaut, des radios communautaires ont été attaquées, quatre militants chavistes ont été tués (les affrontements post-électoraux ont fait sept morts au total). Dans un climat de tension rappelant les semaines qui ont précédé le coup d’Etat du 11 avril 2002, un concert de casseroles — le fameux cacerolazo — a résonné pendant une heure dans les quartiers bourgeois de Caracas tandis que la Garde nationale, à coups de gaz lacrymogènes, dispersait des milliers de manifestants.

M. Capriles continuant à appeler ses partisans à descendre dans la rue, se dirige-t-on vers une recrudescence d’actions destinées à créer un climat de déstabilisation et d’ingouvernabilité ? Le 26 mars dernier, trois députés de droite, MM. Ricardo Sánchez (suppléant de Mme María Corina Machado), Andres Avelino (suppléant de M. Edgar Zambrano) et Carlos Vargas (suppléant de M. Rodolfo Rodríguez), ont retiré leur appui à M. Capriles en dénonçant l’existence d’un plan élaboré par la MUD pour rejeter les résultats émis par le CNE lors de l’élection du 14 avril et orchestrer une période de violence dans le pays. »
 

 

L'ex-président brésilien Lula, chouchou des médias occidentaux face à Chavez, déclare à propos du refus des USA de reconnaître la victoire de Maduro : "Quand on occupe des fonctions présidentielles il y a des choses qu’on ne peut pas dire, par diplomatie, mais aujoud’hui je peux les dire : de temps en temps les États-Unis s’ingèrent dans les élection organisées dans un autre pays. Ils devraient s’occuper de leurs affaires et nous laisser choisir notre destin."

 

Un Français à Caracas lui pense que désormais le risque de coup d'Etat est écarté, certains partisans de Capriles, jusque là séduits par son look consensuel et presque "luliste", se seraient démarqués de ses nouvelles velléités putschistes. Ouf ! Mais la vigilance reste de mise.

 

Au passage je note que la position de la France sur l'élection de Maduro est particulièrement laconique est obscure, typiquement hollandienne :

 

"Le Conseil national électoral, autorité compétente en la matière, a proclamé le 16 avril la victoire de M. Nicolás Maduro à l’issue du scrutin présidentiel organisé le 14 avril au Venezuela. La France prend acte de cette proclamation.

De violents incidents ont éclaté à Caracas et dans plusieurs villes. Il est important que le dialogue et le respect de l’ordre institutionnel prévalent."

 

La France "prend acte de la proclamation", c'est le minimim minimorum de la reconnaîssance du nouveau président...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article