Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Condition féminine et toilettes publiques

11 Juillet 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

Les mots clés "massages chinois", "'viols de femmes allemandes par les Russes à Berlin", "homme blanc qui aime des femmes noires" etc continuent à attirer pas mal de lecteurs vers ce blog, sans doute parce que ces sujets sont peu traités sur le Net français.

 

Continuons dans nos remarques sur la condition féminine avec ce petit billet, en abordant encore un sujet peu traité : les toilettes publiques.

 

Entre octobre 2003 et janvier 2004, dans le cadre de l'élaboration du schéma départemental des collèges, le Conseil général de la Seine Saint denis a largement consulté les collégiens eux-mêmes. Une des conclusions de l'étude concernait les toilettes :

 

"Un bon nombre d'élèves n'osent pas utiliser les toilettes de leur collège faute d'intimité et de confort" (p. 8).

 

Cet élément a surpris paraît-il. Les planificateurs n'auraient pas spontanément pensé à travailler sur cet aspect des choses.

 

J'ai repensé à ce détail quand j'ai vu la semaine dernière ce reportage à la BBC à propos du Kenya intitulé "Fears of rape in Kenya's slums 'trap women'"

 

"Fear of sexual violence is keeping poor Kenyan women away from communal toilets, and increasing the risk of disease, Amnesty International says." 'La peur des violences sexuelle maintient les femmes kenyanes pauvres à l'écart des toilettes communales, ce qui augmente les risques de maladie" disait le reportage dont on peut retrouver le texte sur le Net. Les dames de Nairobi qui vivent dans les bidonvilles (plus de la moitié de la population de Nairobi) disait l'article, n'osant pas aller jusqu'aux toilettes la nuit, font leurs besoins dans des sacs plastiques qu'elles balancent ensuite aux ordures.

 

J'ai repensé aussi à un propos de Patricia Latour, auteure d'un bouquin sur les femmes en 1936. Un ami m'a rapporté ses propos selon lesquels à l'époque du Front populaire une des revendications majeures des ouvrières était de disposer de toilettes qui ferment à clés pour que les contremaîtres n'aillent pas se rincer l'oeil.

 

Si la condition maternelle entretient souvent les femmes dans pipi-caca, il faut songer qu'à cela s'ajoute pour beaucoup d'entre elles, filles, mères, et grand-mères que les toilettes sont lieu d'un risque de violence spécifique, de violence "de genre" comme disent les Anglo-saxons, dont un homme bourgeois ne peut même pas soupçonner l'existence. La Grande-Bretagne s'oriente vers une solution originale : la vidéo-surveillance. En Grande-Bretagne 10 % des lycées vidéo-surveillent leurs toilettes, apprenait-on en avril dernier. Une violence institutionnelle qui n'est pas du goût de tout le monde et qui en tout cas ne renforcera pas, le sentiment d'intimité.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article