Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

De Mélenchon à Agora

7 Janvier 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

M. Mélenchon, après s'être enlisé dans de sinistres querelles d'appareil avec le PCF pour la constitution des listes aux régionales, enfourche le cheval de bataille de la défense d'une loi liberticide sur la burqa sur son blog aujourd'hui. Je doute que cela donne très envie aux électeurs de la gauche de la gauche de se mobiliser pour elle. DSK n'a pas à s'inquiéter pour son élection à la prochaine présidentielle.
monastere-copie-1.jpg
Un lecteur de mon blog hier a justement nuancé mon intérêt pour le film que je  n'ai toujours pas vu Agora (mais j'avais précisé que cette intérêt allait au film dans la mesure où il reflétait la façon dont notre époque regarde son passé, rien de plus).

Je n'aime pas le thème (présent dans ce film et ailleurs) de la défense du paganisme contre le christianisme, qui procède du même réflexe que l'islamophobie et même que l'anticommunisme. J'y vois le côté bobo cool qui aime bien que les gens "ne croient pas trop à ce qu'ils croient" (les croyances soi-disant un peu sceptiques des païens philosophes leur plaisent davantage - cela dit ils se trompent complètement car les néoplatoniciens étaient tout aussi religieux que les chrétiens). En tout cas les commentaires du film dans la presse bourgeoise qui parlent des échos de l'époque contemporaine que trouve le film, sur le thème de l'intégrisme notamment, ont manifestement en tête l'équation premiers chrétiens=talibans / païens=bobos "laïques" éclairés.

Historiquement, il existe d'ailleurs un lien organique entre l'intransigeance des premiers chrétiens et la naissance de l'Islam, l'Islam étant apparu au contact des sectes chrétiennes hérétiques les plus rigoristes (judéo-chrétiens, nestoriens). L'allergie de notre époque à l'égard de tout ce qui est rigoriste ne me dit rien qui vaille. Autant la défense du paganisme était intéressante dans les années 70-80 à l'époque de Jerphagnon, le maitre d'Onfray ès-athéisme à Caen, face à une Eglise décadante mais encore stérilisante, autant aujourd'hui elle n'est plus que le porte-drapeau d'un esprit de consommation vide et intolérant. Je vous incite à nouveau à lire le Saint Paul de Badiou, voire quelques intuitions de Zizek sur paganisme et christianisme dans La Marionnette et le Nain. Des regards intéressants sur le "génie" du premier christianisme.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

G
<br /> Un peu d'anti-cléricalisme nom de Dieu !<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://www.deljehier.levillage.org/telechargements/le_pere_duchesne.mp3Ne prenez pas tout au tragique ! Le rigorisme, c'est bien par moments. Cela me plaît cette rigueur, cet effort. Mais trop<br /> longtemps, ce n'est plus la nature de l'être humain moyen. Il ne reste plus que les gens qui habitent dans les déserts, les hypocrites, les mystiques et les gens de mauvaise santé pour tenir le<br /> rigorisme sur le long terme. C'est comme la fête, cela me plaît le relâchement, l'explosion, la libération du refoulé, mais un peu ça va, tout le temps, ce n'est pas possible, sauf pour les bons<br /> vivants et les fêtards invétérés. Un petite dose d'anti-cléricalisme désuet ne vous ferait pas de mal, nom de Dieu !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Musique !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> Cher Gilles, j'ai eu mes périodes anti-cléricales, et grivoises, et tout ce qu'on veut. J'ai même apprécié Onfray (malgré sa vacuité profonde) à certains moments de mon parcours. Mais tout est<br /> affaire de circonstances (les stoïciens avaient raison là dessus). Et en ce moment on laisse affamer Gaza et dépecer l'Irak, et l'on prépare de nouvelles guerres, principalement par haine de<br /> l'intégrisme religieux. Donc en de pareilles circonstances, je préfère rappeler nos amis bobos à un devoir de compréhension et de respect de la logique d'autrui, même dans ses aspects a priori les<br /> plus antipathiques.<br /> <br /> <br />