Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Des Aztèques, des civilisations, des singes et des homo sapiens

5 Février 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Divers histoire

azteques.jpgEn 2001, Paul Hosotte a publié chez Economica L'Empire aztèque, impérialisme militaire et terrorisme d'Etat. Il y explique que le régime politique des Aztèques (du XIV ème au XVI ème siècle) était épouvantable. Entre autres coutumes sanglantes, ceux-ci imposaient notamment qu’au mois d’Ochapanitzli, le mois du « Balayage » (du 21 août au 9 septembre), dédié aux déesses chtoniennes, chaque quartier de Mexico offre une femme que l’on décapitait au préalable pour l’écorcher ensuite. Le prêtre revêtait ensuite la peau de la « déesse » (de la victime) et la fête se poursuivait, émaillée de nouveaux sacrifices, les membres des êtres livrés aux sacrifices étant ensuite mangés dans des repas collectifs. ce n'est qu'un exemple des horreurs qui s'égrainaient ainsi tout au long de l'année à dates fixes et qui tenaient la population dans une peur panique.

 

Paul Hosotte n'a pas écrit au XIXe siècle sur arrière-fond de préjugés raciaux. Il écrit en 2001. Ce n'est pas le premier zozo venu. Il est neuro-psychiatre de formation. "Outre son doctorat en médecine, il est titulaire de plusieurs diplômes dont un doctorat en anthropologie.", précise son éditeur. Je n'ai pas de raison de mettre en doute le contenu de son livre sur les Aztèques qui fait autorité et traîne dans de nombreuses bibliothèques publiques.

 

Sur la base de ce que Paul Hosotte dit, et jusqu'à ce que quelqu'un d'autre me démontre autre chose sur la civilisation aztèque, j'ai le droit de juger si cette civilisation dont l'équilibre reposait sur la terreur vaut "plus" ou moins, que la civilisation chinoise de la même époque, que la culture pygmée (j'emploie pour les pygmées le mot "culture" et non celui de civilisation, car civilisation vient de "civis" et suppose un réseau de villes) ou que la civilisation espagnole de la même époque (qui allait la détruire in fine).

 

J'ai le droit de juger de cette question non seulement de mon point de vue individuel occidental, mais aussi du point de vue universel des êtres humains, car j'affirme que, de iure, il existe une universalité du bien humain fondé sur l'universalité de la nature de notre espèce. Et je dis que quiconque me dénie ce droit est en fait un relativiste obscurantiste, nihiliste (car son relativisme se contredit lui-même et conduit au néant).

 

Bien sûr le passage à un point de vue universel ne prolonge pas mon point de vue subjectif occidental. Mon jugement universel doit passer par une critique et une relativisation des valeurs occidentales.

 

En tant qu'occidental je peux vouloir dire que la civilisation espagnole du XVe siècle valait plus que celle de l'empire chinois et plus que la culture des Pygmées parce que la civilisation espagnole m'est plus familière que les autres (quoique moins que je ne le crois, rappelez vous comme Fumaroli nous a restituté l'extranéité de la culture française classique par rapport à la nôtre). Mais cet avis subjectif n'a aucun intérêt. Car un Chinois ou un Pygmée pas trop occidentalisés (s'il en reste) diraient autre chose.

 

Je suis bien incapable de dire si, du point de vue universel, la culture pygmée était meilleure. Je pense que de iure il serait possible de le dire, si l'on pouvait mettre en place une batterie d'indices de bien-être, de moralité, de développement etc. De iure, on pourrait dire s'il vaut mieux pour l'humanité vivre dans des maisons ou dans des forêts, avoir une forte natalité ou pas, avoir des structures hiérarchiques ou pas, rire beaucoup ou peu, avoir une écriture compliquée, une écriture simple, ou ne pas en avoir du tout, et jauger les cultures à l'aune de cette batterie de critères. Mais j'en suis incapable, et sans doute personne ne peut le faire de facto.

 

Mais ce qui est sûr, c'est que de iure, comme de facto, je puis dire, sans hésiter, d'un point de vue universel, que pratiquement toutes les civiisations et cultures humaines ayant existé sur cette terre (et notamment celles de Chine, d'Espagne, et celles des Pygmées au XVe siècle) valaient mieux que la civilisation aztèque. Au vu des travaux d'Hosotte je peux le dire, avec l'assurance de l'affirmer sans être victime du buais d'approche occidental. Parce qu'aucune espèce animale ou humaine (je devrais dire "animale y compris humaine) ne gagne quoi que ce soit à vivre douze mois sur douze dans la terreur de sacrifices rituels. Si on m'explique que l'orgie de sang élevait très sensiblement le niveau de spiritualité de ce peuple et lui permettait de se transcender, je ne le croirai tout simplement pas. Si quelqu'un venait me prouver (compte tenu des éléments perdus sur cette civilisation lointaine il ne le pourra pas) que grâce à cette terreur les gens par ailleurs riaient beaucoup plus, appréciaient mieux chaque instant qui passe ou étaient plus aimables avec leur prochain, ou plus courageux devant certaines épreuves, ou plus intelligents, plus doués pour les arts, ces avantages "collatéraux" ne me persuaderaient pas davantage de valider le meurtre de masse comme utile à l'élévation humaine. Bref, sauf à démontrer que la thèse de Paul Hosotte est factuellement fausse, nous avons là le cas d'une civilisation qu'on peut, sans hésiter, et d'un point de vue universel, juger parfaitement inférieure à toutes les autres.

 

Voilà ma contribution au débat un peu enflammé qui s'est développé aujourd'hui sur les hiérarchies des civilisations.

 

Pour finir signalons qu'un singe qu'on croyait éteint vient d'être aperçu, il y a 15 jours dans les forêts de Bornéo : le Presbytis hosei canicrus autrement appelé langur de Miller. Ce qui va donner sans doute beaucoup de travail à nos amis scientifique, et, peut-être, nous permettre d'en savoir encore plus sur la branche de primate cousine de la nôtre à laquelle il appartient, donc sur nous-mêmes aussi. Une bonne nouvelle en somme...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article