Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Dis kai tris to kâlon

5 Mai 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

Chers discrets (et même fantômatiques) lecteurs de ce blog, je reviens à pas feutrés sur les lieux de mon forfait (ce blog), bien décidé à ne plus y écrire sur le même ton, ni dans le même style qu'auparavant (voilà à quoi auront servi mes dix jours d'absences du Net).

 

chambre-copie-1.JPG

Alors que vais-je vous dire aujourd'hui ? Trois fois rien : que la République serbe de Bosnie veut lancer un référendum pour dénoncer le pouvoir de la cour de justice nationale bosniaque sur son territoire. Ne m'en demandez pas plus, je n'ai pas creusé la question, c'est un journal australien qui en parle, et comme cela concerne notre continent, je voulais signaler ce fait. En parlant de notre continent, dois-je écrire un mot à propos des pressions des Etats-Unis sur le gouvernement bulgare pour refuser d'acheter des corvettes françaises (une compétition entre pays riches pour vendre à un pays pauvre des armements inutiles qu'ils mobiliseront artificiellement au service des objectifs de l'OTAN) ? Ou encore de cette réunion de MPEP à Paris sur l'Europe le 11 juin prochain sous le haut patronnage du député François Asensi ? Ou de l'habile manoeuvre de la Ligue du Nord italienne pour circonscrire l'engagement de son pays dans la guerre de Libye à quelques jours des élections municipales ?

 

Ou bien de la Syrie ? Triste la Syrie... Quand il faut faire le choix entre l'aspiration des peuples à la liberté et l'efficacité anti-impérialistes qu'on prête aux gouvernements des peuples je reste malgré tout enclin à soutenir l'aspiration à la liberté, même si, je le sais, notre culture MacDo n'aura pas son pareil pour étouffer le peuple quand les gouvernants anti-impérialistes seront renversés. Je ne serais pas de gauche sinon.  Un ami disait il y a peu : "le Front de libération de la palestine dans les années 1970 disait que le peuple arabe devrait en priorité renverser les monarchies du golfe, et peut-être les gouvernants socialisants d'Egypte et de Syrie, toute la nuance est dans ce 'peut-être' ". Mais je ne suis pas d'accord. Bien sûr le renversement des pétromonarchies est essentiel pour l'équilibre du monde - et notre soutien au peuple du Bahrein aussi, à ce titre justement.  Mais il n'y a pas de "peut-être" valable pour légitimer à tout prix le gouvernement du Baas à Damas. Bien sûr il faut développer de l'info alternative sérieusement (je dis bien sérieusement, c'est à dire pas à la manière des conspirationnistes) : il faut donner les arguments favorables au gouvernement syrien quand ils sont avérés, mais il faut aussi entendre les opposants. Je vois circuler des textes étranges sur le Net, sur les sites favorables à M. Bachar el-Assad. Une lettre en français - avec des fautes - qu'on dit écrite par une religieuse syrienne chrétienne qui prétend ne pas faire de la politique et qui ne fait que cela d'un bout à l'autre. Quelqu'un a-t-il vérifié l'authenticité de cette missive ? Connaissant les Internautes j'en doute.

 

Je devais me rendre en Biélorussie aujourd'hui même, tout acquis à la volonté de faire preuve d'ouverture et de sens des nuances. Sensible aux arguments de certains amis qui soutiennent que le système social biélorusse reste plus favorable aux pauvres que celui des Ukrainiens, et que ce pays est le seul membre européen du Mouvement des non-alignés. Sur Facebook j'ai rencontré une jeune enseignante à l'université de Minsk qui m'a dit en substance : "J'ignore si nous avons le meilleur système social de la région, mais ce que je sais c'est que tous mes amis et collègues ont fui à l'Ouest". Risquais-je alors de me trouver, comme à Belgrade en 2000, entre le marteau d'une petite bourgeoisie dans l'impasse qui rêve d'Europe et l'enclume des classes populaires qui votent pour le gouvernement ? On aura beau dire que ces clivages et ces impasses sont causés par l'ingérence occidentale, par les votes inlassables de M. Cohn Bendit - pauvre et pitoyable M. Cohn Bendit ! affalé sur les bancs de l'assemblée européenne, jouissant infiniment d'un Ego sans mérite, et avec lui les milliers de lecteurs de Télérama - pour l'isolement du régime de Loukachenko, franchement je ne veux plus mettre le doigt dans l'engrenage des choix impossibles "Empire occidental versus petites dictatures". Je laisse ces combats à d'autres, et je suis bien content que mon voyage à Minsk ait été finalement annulé.

 

Moi qui me suis souvent moqué d'Albert Camus - au point que cela m'a valu le vif mépris de camusolâtres du blog de la Lettre volée - je finis par le demander s'il n'y a pas dans le "entre la justice et ma mère je choisis ma mère" la promesse d'un programme politique plus fécond que l'anti-impérialisme classique.

 

Beaucoup annoncent aux Arabes les mêmes déconvenues qu'aux peuples d'Europe de l'Est (dont beaucoup selon divers sondages regrettent le communisme soviétique). La culture Coca Cola vous détruira leurs disent-ils. A cela certains Tunisiens répondent : "Nous voulons faire comme les Turcs" et il est vrai que la Turquie donne au monde en ce moment des drôles de leçons de souplesse et de singularité. Parfois il faut poser la plume, réfléchir, humer l'air, chercher ailleurs les solutions aux impasses. Quand le système politique vous demande "Israël ou Iran ?" il faut savoir répondre "Turquie". Quand il demande "Union européenne ou Biélorussie ?", il faut trouver une autre réponse. Une réponse qu'il faut construire.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

E


non tu as raison. il y avait une deuxième lecteur avec qui tu t'étais accroché. ça me revient !



Répondre
E


Tu as mis un s incorrect à camusolatre. à part ça bon retour ! ça me paraît bien parti !



Répondre