Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Encore la philosophie du geste

12 Avril 2013 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les rapports hommes-femmes

On m'a parfois reproché sur ce blog ma philosophie du geste. Mais en certaines circonstances historiques l'acte est plus important que l'idée. Sur ce point je rejoins les stoïciens qui juraient par Hercule demi-dieu de l'action. C'est en ce sens qu'en 2006 quand Israël échouait à soumettre le Liban il fut bon de découvrir les répliques d'Houria Bouteldja à Finkielkraut dans l'émission de Taddeï, et ce, bien qu'en suite certains aspects de la doctrine des Indigènes de la République aient pu me déplaire. Pour la même raison on pouvait apprécier les nombreux gestes de Chavez (sur les nationalisations, la lutte anti-impérialiste etc) tout en gardant des réserves sur d'autres aspects de sa politique. C'est en vertu de ce principe que je regrettais hier l'intellectualisme et l'halimisme de Mona Chollet sur les Femen, qui révèle beaucoup de particularités d'âge, de culture de l'auteur et de son milieu professionnel (notez que je ne parle pas d' "habitus"), ce qui évidemment ne m'empêche pas, comme elle, de regretter divers aspects du point de vue des Femen (notamment la brutalité sommaire de leur universalisme, et bien des dimensions de leurs happenings et de leur imaginaire). Quand une poignée de jeunes de 22-23 ans inventent un type d'acte ou un geste qui entre en résonance avec la problématique d'une époque, comme quand un chef d'Etat lance des initiatives à contre-courant, on ne peut pas s'enfermer dans une négativité arrogante (ou se lancer dans une herméneutique professorale de leur discours comme le fait Chollet). Le geste mérite aussi d'être considéré en lui-même et sous ses différents aspects.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article