Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Encore un livre...

28 Mars 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le quotidien

On sort des livres. On sait qu'on aurait pu faire mieux. Qu'on aurait dû.


Oui, mais voilà. Un livre, c'est comme toute autre production de l'existence.On dispose d'un temps limité, comme un devoir sur table à l'école. On fait ce qui est possible. C'est tout. Si je n'avais pas dû m'occuper de mon blondinet de filston, si tel connard au bureau n'avait pas sapé mon énergie, si tel voisin du dessous avait été moins bruyant, si tel intellectuel m'avait donné un peu plus confiance en moi dans les années précédentes, si les militants m'avaient moins découragé, si ce monde allait un peu mieux, peut être tel livre ou tel autre aurait-il été plus soigné. Avec des si...
don_quichote300.jpg
On publie. Tant qu'on peut. Aussi bien qu'on peut. On me taxe d' "écrivain prolixe" dans mon entourage, avec un tantinet d'ironie. Je m'en fous. Je ne publie que ce qui me semble devoir l'être. Après, à Dieu va..

Il dépend ensuite des journalistes, écrivaillons en tout genre, de vous convaincre que votre livre valait mieux ou moins bien que la dernière des bouses publiées à compte d'auteur. En ce moment pas mal de journalistes font sembant d'estimer mon bouquin de sociologie du corps de 2008. Je vais en profiter pour leur refiler mes dernières réflexions sur l'histoire du monde que L'Harmattan publie cette semaine. J'arrête de me demander ce qu'elles valent. Ca n'a plus aucune importance. Peut-être certains s'en enticheront, peut-être pas. Apparemment si L'Harmattan l'a publié c'est qu'ils y croient un peu (car ils ne publient pas n'importe quoi). Ca n'a aucune importance.

Si j'étais mieux inséré dans le milieu universitaire, je me fierais à l'avis de mes pairs plus qu'à celui des journalistes. Mais j'ai vu vers quelle médiocrité les maîtres de conf' tendent. Je ne me fie pas plus à leur jugement qu'à celui des chroniqueuses de Femme actuelle. Je suis en apesanteur complète. Sans aucun élément de jugement autre que quelques retours de lecteurs, ou des indices bizarres, difficiles à interpréter comme celui-ci : trois bibliothèques universitaires ont fait l'acquisition de mon bouquin sur la Transnistrie.

Tout en publiant mon livre sur l'histoire du monde, je continue de relire celui sur l'Abkhazie, ce qui est fastidieux au possible. Dernière ligne droite.

Sur le volet politique, si vous avez lu le blog de l'Atlas alternatif ces temps-ci vous devez savoir vers quels pays mes intérêts penchent en ce moment. Vous pouvez y ajouter le Mali, après une conversation passionante hier avec un conseiller de la présidence de la République de ce pays.

A part ça, je ne résiste pas au plaisir de vous citer les gros titres de laRepublica.es aujourd'hui. Ils sont si décalés par rapport à ceux de la presse bourgeoise, et cependant disent quelque chose de réel sur ce monde. Même si vous n'êtes pas hispanisant vous en comprendrez sans doute le sens :

 - Tailandia al borde de la Revolución 
 - Miles de personas se manfiestan en Moscú "contra el capitalismo" - Los comunistas rusos salieron a la calle en las principales capitales

-  El presidente de Ucrania impone la Orden al Mérito a Fidel Castro

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article