Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Epicurisme et stoïcisme

16 Février 2014 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

diogenosJ'ai beaucoup soutenu le stoïcisme contre l'épicurisme - car je n'aime pas le côté "secte religieuse à l'écart du monde". Mais, c'est une thèse de l'historienne Mme Renée Koch-Piettre et pas seulement d'elle, l'église chrétienne, comme grand entreprise révolutionnaire de transformation du monde, s'est inspirée des deux écoles. Aux épicuriens elle emprunte la notion d'église avec ses rituels (que n'avaient pas les stoïciens), aux stoïciens la vision des hommes comme organes d'un corps universel. L'Eglise est une volonté d'étendre l'épicurisme aux dimensions du stoïcisme, c'est à dire à l'ensemble de la société, tout comme si l'on veut l'Islam est une tentative d'étendre les règles exigeantes et totalisantes du judaïsme - initialement réservées au "peuple élu" - à l'univers entier.

 

Saint Paul a grandi à Tarse en Cilicie, grand centre d'étude à la fois du stoïcisme et de l'épicurisme. Sa très bonne connaissance de ces écoles se vérifie quand il discute avec l'Aréopage d'Athènes dans les Actes des Apôtres.

 

Peut-être avons nous donc besoin des deux logiques, stoïcienne et épicurienne...

 

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? Parce que je vois apparaître dans les milieux ésotériques actuellement (milieux petits bourgeois ou populaires assez invisibles des écrans officiels et pourtant il s'y joue des choses importantes sur le plan humain pour qui sait voir par delà les mots, "rien de ce qui est humain ne saurait m'être étranger", humani nihil a me alienum puto), des logiques épicuriennes : des chaînes d' "amis" se créent, sur la base de douleurs personnelles, d'envies d'aider et d'aimer.

 

Après un rude coup subi fin décembre, j'ai été dans la position de Kant dialoguant avec le mage Swedenborg dans un échange avec une jeune médium. Je voudrais d'ailleurs travailler avec le photographe Guillaume Poli, qui fut mon complice sur l'Abkhazie, sur l'univers de cette femme. J'entrevois à travers elle ces chaînes d'amitiés néo-épicuriennes (mais paradoxalement moins ecclésiales, plus libres et libertaires que l'épicurisme originel) entre gens seuls qui ont besoin de se sentir en symbiose avec des forces universelles. Tout cela mérite beaucoup de respect car ces gens brisent l'égoïsme de notre époque, ils cassent l'instinct de destruction, eux qui ont le sens du don et de la responsabilité pour autrui. Moi qui suis fidèle au Christ de Pasolini tout en étant rationaliste et athée, je suis dans leur camp, sans hésitation, contre les arrivistes, les obsédés de l'égo, les pilleurs et pilleuses, les trouillards de tout poil.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article