Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Jean-Christophe Victor, la Syrie, "L'Innocence des Musulmans", Patrick Timsit

23 Septembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Mes enfants aujourd'hui nous allons apprendre une nouvelle chanson. Regardez la vidéo ci-dessous "Moustique".

 

Et après avoir regardé Le Dessous des Cartes "Les implications de la crise en Syrie 2/2" diffusé hier sur Arte, chantez sur le même air que cette chanson : "Jean-Christophe Victor tu es un bandit", "Jean-Christophe Victor tu es un imposteur".

 

Pas très sophistiqué comme critique ? A la mesure de la lourdeur et de la bêtise de la propagande que nous subissons. On n'a pas envie d'être élégant quand on nous assomme avec tant de bêtise. Une émission qui choisit ses dates de la façon la plus arbitraire (par exemple sur la relation entre la Syrie et le Liban), qui simplifie à outrance dans un sens biaisé et qui se termine sur la conclusion ô combien impartiale selon laquelle si le Conseil de sécurité est paralysé on pourrait au moins traduire Bachar el-Assad devant la Cour pénale internationale.... Ri-di-cule.

 

Je demande solennellement à la chaîne Arte (et vous pouvez faire de même) qu'il soit précisé sous le nom "Jean-Christophe Victor" "ancien conseiller politique de l'OTAN". Quand un général me parle, je veux voir ses épaulettes. Il faut cesser de nous faire prendre pour des analyses neutres la propagande de bas étage. Messieurs nous ne sommes pas si idiots que nous en avons l'air.

 

En parlant de choses pas sophistiquées, j'ai regardé ce petit clip (car ce n'est même pas un vrai film" de 13 mn sur Internet, "L'innocence des Musulmans". Le travail est de si mauvaise facture qu'on ne peut croire à un "plan" de la CIA ou des milieux évangélistes. Voilà un pauvre idiot de copte égyptien qui a bricolé sa petite "oeuvre" dans son coin, inspirée par les souffrances sans doute réelles de sa communauté en Egypte (ou des inquiétudes légitimes qu'elle éprouve), et le voilà dépassé par les événements, obligé de se cacher après que sa diffusion ait déjà causé la mort dizaines de personnes dans le monde de fous où nous vivons. Possible que certains fanatiques salafistes aient trouvé dans ce court-métrage de bas étage matière à s'enflammer (ils ne l'eussent pas fait devant un film des Monthy Python qu'ils n'auraient pas compris) et à faire progresser leur cause pour l'anniversaire du 11 septembre. Puis c'est l'engrenage, les médias, chacun se sentant obligé d'y mettre son grain de sel, même Nasrallah au Liban (lui qui n'a rien à voir avec les salafistes). Voilà à peu près comment je vois les choses. Heureusement il n'y a pas de contagion en France, et réjouissons nous que M. Ramadan ait gardé une ligne modérée (plus modérée que Charlie Hebdo).

 

Ensuite, je suis bien d'accord : il faudra bien que les peuples musulmans acceptent un joue le droit à la caricature, mais commençons d'abord à retirer les troupes de l'OTAN des pays du Golfe, suspendre notre soutien à l'occupation des territoires palestinien et au blocus de Gaza, cesser de jouer les va-t-en guerre en Iran, en Afghanistan, et nous pourrons alors plus sereinement donner des leçons de liberté de la création cinématographique, et même de liberté des propagandistes. Au fait, j'ai entendu hier le comédien Patrick Timsit que l'extrême droite présente comme un "sioniste" parce qu'il défend le droit d'Israël à exister tenir des propos assez originaux et assez justes hier dans "Salut les terriens" sur cette histoire de caricatures de Charlie Hebdo. Bon on préfèrerait citer des propos de professeurs d'université que de comiques troupiers sur ce genre de problème. Mais puisque les professeurs n'interviennent plus guère dans le débat public depuis longtemps, on se rabat sur les propos de comptoir, lorsqu'au moins ils sont empreints d'un certain bon sens.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article