Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'impérialisme selon Jean-Pierre Chevènement

2 Avril 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

"Les Etats-Unis n’ont accepté que de donner un « coup de main » limité à la France et à la Grande-Bretagne en Libye. Nos deux vieilles nations doivent, ensemble, relayer le leadership américain en prenant soin de rester dans le cadre de la légalité internationale (la protection des civils) et en rassemblant le maximum de pays arabes, africains et plus généralement émergents, autour d’une politique dont le but ne peut être que de réunir les conditions de l’autodétermination du peuple libyen. Respectons la volonté de démocratie qui s’exprime dans le monde arabe. C’est ainsi que nous préparerons au mieux l’avenir d’une grande Europe démocratique des nations allant de la Méditerranée jusqu’à la Russie. La Grande-Bretagne et la France peuvent jouer ensemble un rôle moteur, non pas tant pour maintenir notre statut que pour permettre à l’Europe d’exister comme « pôle » dans le monde multipolaire de demain."

 

 JP Chevènement dans le Guardian.

 

Idem son intervention au Sénat ci-dessous (évidemment je désapprouve, c'est d'une naïveté désolante)

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

B
<br /> <br /> Bien que n´ayant pas le temps d´écouter attentivement le discours que vous mettez sur votre blog, vous en concluez quand même à l´impérialisme de JPC, en titre. C´est léger. Son propos est<br /> beaucoup plus complet, plus subtil et appuyé sur des principes contraires à l´impérialisme ou au droit d´ingérence, qui revient au même.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Ecoutez mon cher BG d'Helsinki, vous adoptez un ton désagréable en m'accusant d'être léger, et vous êtes malveillant en feignant de croire que je n'ai pas écouté attentivement le discours de<br /> Chevènement. Soyez un peu plus courtois sur la forme et rigoureux  sur le fond, car je pourrais bien "modérer" vos commentaires sur mon blog sans préavis. N'oubliez pas que vous êtes mon<br /> hôte ici ! Comme tous les gens qui écrivent sous couvert d'anonymat dans le face-à-face lâche avec un écran, vous oubliez que le débat vous oppose à une personne réelle, ce qui devrait vous<br /> interdire le luxe d'attaques personnelles discourtoises et gratuites.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> <br /> Je suis entièrement d´accord avec vous sur les points 1 et 2. Sur le 1, je ne suis dupe ni des propos de clémence de Kadafi, ni des chiffres sur des massacres avec plein de zéros. Sur le 2, je<br /> déplore aussi qu´il n´y ait pas eu de volonté plus ferme pour des négociations, au lieu de passer à l´option militaire. Je suis au courant aussi que Chavez avait proposé ses bons offices et je<br /> lui donne raison (sur ca aussi). Mais si on est passé aussi vite à l´option militaire ouverte c´est que ceux qui l´ont fait avaient déjà décidé de se débarasser de Kadafi. Là je suis bien<br /> d´accord que ce n´est pas à nous de décider qui doit gouverner ou pas la Libye. Mais comme on ne fait de politique qu´à partir des réalités et que la réalité c´est que "on" ne veut plus de Kadafi<br /> et que pour y aider "on" a fait voter une résolution autorisant l´usage de la force, ca ne sert pas beaucoup de ne faire que déplorer et il vaut mieux utiliser la tribune du Sénat pour encourager<br /> notre gouvernement à agir dans le sens d´un débouché politique que de se lamenter. Parce que ce que la ligne que JPC défend c´est la recherche d´une solution politique pour que les Libyens<br /> décident eux-mêmes. Évidement j´ai beaucoup de raisons aussi de croire que ce n´est pas du tout le projet initial mais c´est le seul qu´on puisse défendre comme républicains de gauche. On part<br /> des réalités et pas d´une situation rêvée telle qu´elle devrait être. Ce n´est pas JPC qui a fomenté une rébellion armée, ce n´est pas JPC qui lui a fourni armes et matériels, ce n´est pas JPC<br /> qui envoie des conseillers militaires aux insurgés. Mais c´est pourtant la situation telle qu´elle est et à partir de laquelle il faut trouver une issue. J´ajoute que je n´ai pas non plus entendu<br /> JPC dire que Kadafi devait partir alors que j´ai entendu les Américains le dire depuis le début, et même le minex du pays où je réside, ce qui m´a fait me tordre de rire.<br /> <br /> <br /> Je pense que JPC a raison d´utiliser la tribune du Sénat pour inciter le gouvernement à aller dans le bon sens, sur ce sujet comme sur d´autres...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je reviens sur deux points :<br /> <br /> <br /> 1 les anciennes puissances coloniales n´ont pasde légitimité à intervenir là ? D´accord, je n´aime pas trop non plus, mais la France notamment ne peut pas être jetée à la poubelle définitivement<br /> à cause de la colonisation. Ou alors il faudrait raser l´Allemagne de la carte. Ensuite, qu´on le veuille ou non, il y a un cadre légal (qui n´existait ni en Serbie ni en Irak) que la Chine et la<br /> Russie ont accepté tacitement. Enfin à part la France et la GB il n´y pas grand monde dans les environs qui soit encore capable d´aligner une armée digne de ce nom pour appliquer ladite<br /> résolution.<br /> <br /> <br /> 2. Il y a plein d´autres résolutions qui ne sont pas appliquées ? C´est parfaitement vrai. Et j´ajouterait même que la 1244 par exemple est constament violée par ceux qui ont poussé à l´adoption<br /> de la 1973. Mais devant un juge ca ne marche jamais de dire qu´un voleur doit être acquitté parce d´autres volent en toute impunité. Ca marche dans le monde enchanté de Oui-oui, mais notre monde<br /> est malheureusement très différent et il marche sur la tête. Alors voilà, il faut essayer de le mettre à l´endroit, à partir de ce qu´il est. Il y a des choses qui bougent, même si la proposition<br /> de l´Union africaine a été rejetée j´entends que Juppé veut un processus politique. Les insurgés ne veulent plus de Kadafi, les Occidendaux non plus. Ce qui va se passer c´est que les<br /> chancelleries vont nous préparer un après-Kadafi, mais je fais confiance aux Libyens pour s´en débarasser s´ils n´en veulent pas.<br /> <br /> <br /> Je reste sceptique sur cette intervention, mais je fais confiance aux Libyens pour trouver les voies de leur avenir. J´ai la faiblesse de croire en la raison des nations et que la volonté des<br /> peuples peut triompher de bien pires obstacles. Sans être naïf, je suis optimiste.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Malheureusement je n'ai pas trop le temps de développer. Si on réécoute les propos de JPC je ne suis pas sûr qu'il ait été si lucide sur les point 1 et 2 que son intervention au Sénat soit juste<br /> un moyen habile de "limiter" utilement la casse. La tournure de ses phrases ne le laisse pas penser. Sur la légitimité de l'Ouest à être gendarme du monde, je maintiens qu'elle n'existe pas, de<br /> même que la légitimité de la France à faire la police de l'Afrique est inexistante compte tenu du poids de l'histoire (tout comme celle de l 'Allemagne à faire la police en Europe de l'Est).<br /> En ce moment l'idée même qu'il y ait des "gendarmes du monde" est contre produuctive et légitime l'existence de dictateurs repressifs qui jouent sur le ressort national. Il faut penser les choses<br /> autrement. De même qu'il faut penser une ONU sans conseil de sécurité. Quant à la volonté du peuple libyen de virer Kadhafi elle n'est pas claire. La guerre civile actuelle montre que la<br /> Tripolitaine fait bloc derrière le dictateur (si bien que son régime résiste malgré les bombardements et les pénuries), tandis que la Cyrénaïque soutenue par l'Ouest fait bloc derrière sa bande<br /> de "rigolos" (pour reprendre les mots de Vergès) et de djihadistes (pardon d'employer des mots durs, mais c'est pour faire un peu contrepoids à la novlang médiatique les concernant). Tous le pays<br /> arabes ne sont pas comme la Tunisie.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> <br /> La résolution 1973 n´est pas plus illégitime qu´une autre. Elle s´appuie sur le nouveau concept de protection des populations qui a été introduit il y a quelques années. Enfin, je crois. Je suis<br /> aussi très méfiant vis-à-vis de ce concept parceque j´ y vois le faux-nez du "droit d´ingérence", mais en même temps l´idée de protection des populations ne peut pas être écartée d´un revers de<br /> manche au seul motif que ce serait le prétexte à une politique néocoloniale. Certes, c´est sans doute le cas, mais ca ne suffit à jeter le bébé avec l´eau du bain. Quant-à la Chine et à la<br /> Russie, bien la seule annonce de leur véto aurait dissuadé la présentation de toute résolution en ce sens. Un véto ne m´aurait pas choqué, mais j´interprète leur abstention par une approbation<br /> avec fortes réserves. Et c´est là qu´on arrive au principal, c´est-à-dire l´interprétation de la RCS 1973. Car oui, elle donne incontestablement un avantage aux opposants à Kadafi, et elle a<br /> peut-être empêché qu´ils se voient infliger une sévère dérouillée très rapidement, mais ce qui compte, et c´est ce pourquoi je ne déspprouve pas en bloc la résolution ni l´intervention, c´est<br /> qu´elle peut ouvrir la voie à un processus politique, dont j´ai la naïveté (moi aussi) de croire qu´il peut (je ne dis pas, qu´il va) déboucher sur la prise en main par le peuple libyen de sa<br /> destinée. Cette possibilité a plus de chances d´aboutir avec la 1973 que sans.<br /> <br /> <br /> Dans son intervention au Sénat JPC encourage nos dirigeants à favoriser rapidement un tel processus, car il faut bien partir des réalités. Et la réalité c´est que résolution ou pas, les<br /> Occidentaux étaient déjà engagés contre Kadafi. Évidemment on peut craindre le pire : l´enlisement dans la guerre civile, le protectorat etc. Mais il faut faire confiance aux peuples. Celui-là<br /> c´est déjà libéré de ses colonisateurs et je n´infantilise pas les Libyens au point de penser qu´ils ne seront pas capables de prendre leur avenir en mains. Le plus tôt sera le mieux.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Votre argumentation est intéressante et il est clair qu'elle a séduit une partie de la gauche qui, en 1999 encore, était plus réservée à l'égard du droit d'ingérence. Mais il faut regarder le<br /> détail des choses.<br /> <br /> <br /> 1) Y avait-il un besoin particulier de "protéger" les civils ? Oui, si l'on croit que le régime sanguinaire "par essence" allait les massacrer. Mais les l'indice du massacre possible reposait<br /> seulement sur l'info selon laquelle le régime avait déjà tué 6 000 personnes.Or ce point n'a jamais été prouvé. Le chiffre repose seulement sur l'allégation d'un opposant. Je me souviens que<br /> Kadhafi à la veille de l'assaut sur Benghazi promettait qu'il n'y aurait pas de répression contre les civils et que même les combattants armés pourraient s'enfuir en Egypte. Les promesses d'un<br /> dictateur valent ce qu'elles valent mais on peut supposer que la crainte du boycott occidental pouvait à soi seule l'inciter à tenir parole.<br /> <br /> <br /> 2) à supposer même que l'on ne fasse pas confiance à Kadhafi et que le régime soit effectivement sanguinaire à l'égard des civils, n'y aurait-il pas eu la possibilité de trouver une issue au<br /> conflit par la négociation ? Rappelons qu'avant la résolution 1973 le fils de Kadhafi proposait des réformes, et Hugo Chavez avait proposé une médiation refusée par les insurgés qui savaient,<br /> précisément, que la résolution de l'ONU qu'ils attendaient, défendue aux USA par l'entourage d'H. Clinton, John Kerry et en France par beaucoup d'interventionniste, leur donnerait plus de<br /> perspectives que la négociation. L'Occident pouvait faire pression sur les insurgés pour qu'ils acceptent le plan de Chavez.<br /> <br /> <br /> Les préalables 1) et 2) étant écartés, la résolution me paraît illégitime car elle repose sur beaucoup d'approximations quant à l'ampleur de la propension répressive de Kadhafi et sur un certain<br /> bras de fer avec la Russie et la Chine, elles-mêmes victimes de beaucoup d'ingérences occidentales depuis 10 ans.<br /> <br /> <br /> A supposer même enfin, que l'examen sérieux des points 1) et 2) ait conduit à la conclusion certaine selon laquelle il fallait venir en aide à des civils menacés, ce soin ne pouvait pas, ne<br /> devait pas, revenir à des puissances occidentales autrefois colonisatrices qui avaient des intérêts particuliers dans l'économie libyenne, et qui ont déjà, par le passé, beaucoup contourné le<br /> droit international (intervention au Kosovo en mars 1999 sans l'aval du conseil de sécurité de l'ONU, installation en juin 1999 d'une force multinationale sans présence significative des Russes<br /> contrairement à ce que prévoyait la résolution du conseil de sécurité, absence de protection des civils non albanais en volation de la résolution, guerre d'irak sans résolution du conseil de<br /> sécurité, ignorance des résolutions de l'assemblée générale sur Cuba, sur la Palestine, sur Mayotte, ignorance des arrêts de la cour internationale de justice sur le Nicaragua, sur la Palestine)<br /> j'en passe et des meilleures.<br /> <br /> <br /> Donc à supposer même qu'au bout du bout l'ingérence militaire sous forme de zone d'exclusion aérienne ait été vraiment indispensable pour prévenir un danger vraiment tangible, c'est à des pays de<br /> l'Union africaine qu'il revenait de la mettre en oeuvre, et certainement pas aux Occidentaux (qui par ailleurs ont souverainement ignoré d'autres répressions de civils, au Bahrein, à Gaza). Si M.<br /> Chevènement était convaincu de l'illégitimité des Occidentaux à s'ériger en gendarmes du monde, il aurait réfléchi dans cette direction là. Je crois qu'il était beaucoup plus lucide et courageux<br /> là dessus en 1991 (où là aussi on alléguait des massacres commis par l'Irak) et en 1999 qu'aujourd'hui.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> <br /> Il y a quand même une résolution du CSNU qui donne un cadre légal à l´intervention armée en Libye. Ce qui n´était pas le cas en Serbie ou en Irak un peu plus tard. En revanche, et c´est là que je<br /> partage les craintes de Chevènement, la résolution 1973 peut être interprétée dans un sens toujours plus large. D´ailleurs certains gouvernements affichent clairement que le départ du "guide" est<br /> un des buts. Ce n´est pas dans la résolution. Dans une autre intervention il disait clairement qu´elle devait être interpétée au sens strict et que ce sont les Libyens qui doivent décider de leur<br /> avenir. C´est exactement le contraire de ce que font notammement les USA en réclamant depuis le début le départ de Kadaffi.<br /> <br /> <br /> J´ajouterais pour la défense de JPC que c´est un peu n´importe quoi de dire qu´il se renie pour revenir au pouvoir, car il ne se renie sur rien et ses trois démissions gouvernementales montrent<br /> qu´il n´est pas du genre à se renier pour garder le pouvoir.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> C'est vrai qu'il y avait une résolution, mais cette résolution, acceptée du bout des lèvres par les abstentionnistes (Russie, Chine, Allemagne, Brésil) elle-même n'était pas légitime. Beaucoup on<br /> feint de croire qu'elle ne visait qu'à "protéger" les civils. Mais d'une part l'instauration d'une zone d'exclusion exige qu'on bombarde au moins la défense du pays concerné, d'autre part comme<br /> me le disait un brillant journaliste ex-électeur de JP Chevènement hier : les civils qu'on défend se sentent armés par notre défense, cela les encourage à prendre partie pour les opposants, donc<br /> déjà leur protection conduit à mettre le doigt dans l'engrenage de la guerre civile<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> il est pitioyable dans sa façon de se ménager la chance d'un retour au prix de ses idées. A croire que la seule chose qu'il ait jamais aimé est de participer à la puissance, qu'elle qu'elle soit.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Sa période comateuse lui a grillee quelques neurones..Me semble-t-il ????<br /> <br /> <br /> ...".l'INTERVENTION" dit-il alors que c'est une declaration de guerre-) EST ET RESTERA DANS Les mémoires comme OCCIDENTALE, PREDATRICE et ayant deux objectifs bien précis pétrole et géostratégie<br /> par le biais d'une occupation durable de la Libye par les forces d'occupation occidentale et, leur bras armé Otan...Et, pendant cette occupation les occidentaux vont  se faire péter la panse<br /> du pétrole Libyen à moindre coût...Ce scénario n'est possible bien sur qu'à condition que Kadhafi perd la premiére manche de cette guerre coloniale...<br /> <br /> <br /> Que l'on CESSE -'d'espérer-  nous endormir avec des chansonnettes pour enfants attardés...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Hadria RIVIERE<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre