Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'intelligence comme "lethal mutation"

20 Décembre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Philosophie et philosophes

p1000207.jpgUn argument que j'ai entendu récemment dans une conférence de Chomsky, mais qu'il a emprunté aux biologistes, et que je trouve résumé ici : "If you take a look at biological success, which is essentially measured by how many of us are there, the organisms that do quite well are those that mutate very quickly, like bacteria, or those that are stuck in a fixed ecological niche, like beetles. They do fine. And they may survive the environmental crisis. But as you go up the scale of what we call intelligence, they are less and less successful. By the time you get to mammals, there are very few of them as compared with, say, insects. By the time you get to humans, the origin of humans may be 100,000 years ago, there is a very small group. We are kind of misled now because there are a lot of humans around, but that’s a matter of a few thousand years, which is meaningless from an evolutionary..."

 

De quoi il est déduite que l'intelligence est une "mutation mortelle" ("lethal mutation") à l'échelle du devenir des organismes vivants.

 

Lorsque Chomsky l'énonçait dans la conférence que j'écoutais, il disait qu'une prochaine guerre mondiale finirait sans doute par "réaligner" l'humanité sur cette norme biologique qui veut que plus on est une espèce intelligente plus on est voué à être en nombre restreint et à s'éteindre au moindre changement d'environnement. Sur le moment je n'ai pu m'empêcher de songer que c'était là typiquement la pensée d'un théoricien vieillissant qui trouve commodément dans la biologie une légitimation de son pessimisme personnel, et procède, ce faisant, à une extension abusive des conclusions de cette science (laquelle, pour l'heure, est plutôt vouée à voir dans l'intelligence humaine une exception au sort funeste réservé aux autres organismes élaborés). Mais il est clair que je n'évacuerai pas simplement cette intuition chomskyenne sur la base d'un diagnostic psychologique un peu léger, et que je vais sans doute dans les années à venir creuser cette idée, tenter d'en comprendre mieux  les fondements, les implications, et la mettre à l'épreuve de diverses autres objections possibles dans des registres variés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article