Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

L'Occident est-il barbare ?

16 Janvier 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme

p1000036.jpgLes médias et les politiciens occidentaux sont manichéens, de mauvaise foi, menteurs. Voilà qui est très clair.  Voyez par exemple la stupidité malveillante de l'AFP à propos des derniers discours de Chavez et Ahmadinejad. L'AFP transforme en discours guerrier des allucations qui sont des homélies de prêtres (catholique et musulman) saturé d'amour et de compassion - voyez la vidéo ci-dessous, pas du tout surprenante quand on connaît un peu la rhétorique dans laquelle baignent ces hommes.

 

Mes chers anciens camarades de Sciences Po qui étiez dans la section "communication", quand j'étais dans la section" service public", vous êtes de sombres abrutis, sachez le, et je le répèterai tant qu'aucun de vous n'aura le courage de se désolidatiser radicalement du système crétin qui vous fait vivre.

 

Mais la bêtise méchante est une chose - et dans ce domaine j'accorde la palme aux Occidentaux sans hésiter -, et, bien sûr, la barbarie en est une autre.

 

L'Occident est-il barbare ? C'est une question qu'on s'est souvent posé. Bien sûr des millions d'Indiens tués, des Congolais réduits à l'esclavage dans les plantations de caoutchouc, les camps de concentration au Kenya, ce n'est pas glorieux. Mais il y avait toujours des Châteaubriand (au début du XIXe siècle à propos des Indiens), ou des Hannah Arendt au XXe, pour nous dire "ce n'est pas 'tout l'Occident', c'en est la lie : des colons aventuriers, des administrateurs un peu trop livrés à eux-mêmes, des grandes entreprises sans scrupule, des militaires mal contrôlés"... Soit, à la rigueur, admettons. Mais enfin quand même quand les gouvernements ne contrôlent pas, c'est au minimum de la barbarie par abstention, de la complicité passive.

 

Plus problématiques sont les crimes commis directement sous la signature des gouvernants : Hiroshima, l'agent orange au Vietnam. On dit qu'Hiroshima a économisé aux Américains des centaines de milliers de morts. Pas certain quand on pense que le Japon était déjà très affaibli, mais quand même, admettons, l'objection signifie quand même que les centaines de milliers de civils japonais tués valent moins que les milliers de soldats américains virtuellement tués. Sordide comptabilité. Sur le Vietnam on nous dira "les exfoliants visaient la végétation, les Américains si démocrates et progressistes et adorables n'ont simplement pas pensé qu'il y avait des gens dessous". Heum heum...

 

Allez soyons généreux, admettons que tout cela c'est du passé. Il y avait des guerres nombreuses chaudes et froides, le prix des vies humaines ne pesait pas aussi lourd qu'aujorud'hui. Et les 1 millions d'Irakiens mort de l'embargo dans les années 1990 ? "La faute à Saddam Hussein, il aurait accepté tous les diktats étatsuniens, ces gens vivraient encore". Et la violence des guerres de 1990 et 2003 ? Violence nécessaire, inéluctable, l'armée adverse retranchée derrière des boucliers humains...

 

Heum heum... Et Pancevo ? Pourquoi bombarde-t-on un complexe chimique civil en 1999 en Serbie sans présence militaire à proximité ? Et Falloujah et Syrte ? pourquoi employer du phosphore ? Simples erreurs ?

 

Difficile d'avoir des explications claires là dessus. La justice internationale n'est pas autorisée à enquêter. Quand même elle le serait avec des Del Ponte et des Moreno Ocampo, on pourrait plutôt compter sur eux pour glisser la poussière sous le tapis. Leurs regards vont toujours dans la même direction...

 

Mais j'entends aussi le contre-argument qui dit que les militants antiguerre exagèrent la barbarie de nos forces. Combien de fois a-t-on lu que les armes à l'uranium appauvri étaient volontairement destinées à tuer les civils à petit feu ? combien de fois a-t-on parlé d'armes chimiques ou nucléaires employées par les Occidentaux sans le moindre début de preuve ? On peut déplorer qu'il n'y ait pas d'organe réellement indépendants pour faire la part des choses entre la dissimulation cynique de nos médias et l'exagération des victimes. Combien de civils tuons nous ? Avec quelles armes ? Dans quelles circonstances ? La question reste largement sans réponse, et le silence nourrit les spéculations, même les plus irrationnelles.

 

Mon interrogation personnelle sur le degré de barbarie de nos pays ressurgit aujourd'hui où il est question de centrales nucléaires. Je lis ces derniers jours que nos amis israéliens n'ont pas fait leur deuil de l'idée de bombarder l'Iran (ils en avaient déjà agité la menace en septembre dernier). Mais bombarder quoi en Iran ? Un analyste en 2008 a dit quelque chose dans le genre "bombarder les installations iraniennes, c'est bombarder des centrales nucléaires en activité, ça ne s'est jamais fait - puisque l'installation irakienne en 1980 était seulement en construction - et ça tuera des centaines de milliers de gens, sans parler des cancers subséquents". Je me dis que les Occidentaux et leurs alliés ne sont quand même pas assez fous pour ce genre de chose. Ils se sont plantés sur Pancevo, mais leur inconscience ne peut pas atteindre une échelle aussi vaste. Je me rappelle aussi avoir lu que dans les années 90 on avait proposé à Bill Clinton de bombarder des centrales nucléaires en Corée du Nord et qu'il aurait refusé. Vrai, faux ? Des militaires peuvent-ils vraiment proposer cela ?

 

Franchement je ne sais pas. Et si l'on ne bombarde pas des centrales en activité, que bombarde-t-on ? Cette montagne près de la ville sainte de Qoms en Iran où  l'on disait la semaine dernière que l'Iran enrichissait l'uranium à un degré supérieur à ce qui avait été fait jusque là ? Bombarder une montagne revient à bombarder Tora Bora l'abri sousterrain de Ben Laden en 2001 non ? Ca ne mène à rien. Alors que comptent-ils faire ? Faire semblant de bombarder une centrale mais en réalité bombarder les routes, les transformateurs électriques, les ponts comme ils l'ont fait en Serbie, jusqu'au "regime change" comme ils disent ? J'observe qu'en Libye ils ont été plutôt modérés sur les bombardements d'infrastructures. C'est ce qu'il semble à tout le moins. Peut-être parce que le mandat de l'ONU ne les autorisait pas à grand chose (et d'ailleurs les autorisait à bien moins qu'ils ne se sont permis). En Iran il y aurait d'autres obstacles : l'énervement de la Russie et de la Chine, mais aussi des difficultés techniques comme la capacité pour les missiles iraniens de couler des navires américains en représailles, ou pour les mollahs chiites de provoquer un soulèvement en Irak. Jusqu'où l'Occident est-il prêt à bombarder ? Quel niveau d'humanité et de rationalité nos systèmes politiques et militaires ont-ils conservé ?

 

Questions difficiles. En 1914, personne de croyait qu'on partait pour une saignée à blanc de l'Europe. Certains engrenages dépassent la modération individuelle des dirigeants. Basculerions-nous dans un de ces engrenages si l'iran était attaqué ? Nous n'en savons hélas rien, et nous en savons d'autant moins que nous ne savons même pas quels niveaux de inhumanité ou au contraire de retenue ont déjà été atteints dans les récentes guerres...

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article