Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La folie (suite)

12 Mars 2010 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Abkhazie

La folie avait bonne presse dans les années 60-70. Artaud et son théâtre de la cruauté reu par Derrida. Foucault prenant la folie (au sens péjoratif du terme) pour une invention d'un ordre encore plus fou, celui du classicism moderne. Piaget s'emportant contre l'irrationnalité de la philosophie de Sartre. La folie des écrits de Lacan.

Aujourd'hui plus personne ne juge utile de côtoyer la folie dans son travail d'écriture. C'est pourquoi tout le monde accepte le style d'analyse des pseudo-spécialistes médiatico-universitaires à la Frédéric Ancel. Moi je refuse absolument ce fonctionnement-là.

Cet après-midi j'ai à peu près terminé d'écrire mon bouquin sur l'Abkhazie (même s'il y aura un gros travail de relecture). Il y a plusieurs originalités dans le livre. D'abord parce que je produis dans l'espace de l'écriture ce qui caractérise l'organisation des soirées d'Arte (ou des Dossiers de l'écran d'Antenne 2 autrefois) : d'abord un film, ensuite une analyse. Le film, c'est le récit de voyage, augmenté des "voix" des gens interviewés. Puis une analyse crypto-universitaire. J'avais déjà un peu procédé comme ça dans "Transnistrie".

Ca permet de faire entendre non seulement la première personne de l'auteur, mais aussi celle de tout le monde, c'est à dire de chaque sujet aux prises avec le risque de sa propre folie (même si c'est une folie douce). C'est une refus de la mise à plat pure et simple, de l'objectivation docte qui prétend aligner des faits, mais qui n'aligne en fait que des énoncés dogmatiques, parce que les faits ne sont jamais mis en rapport avec leur propre limite.

Quelqu'un m'a raconté une blague abkhaze cet après-midi : "Dieu envoie des anges pour voir ce qu’il se passe en Abkhazie et en Géorgie.  Quand les anges reviennent, Il demande en premier ce qu’ils ont vu en Géorgie. Les anges disent : « Les Géorgiens sont entraînés par les Américains, ils ont des armes, de l’argent, ils préparent leurs plans ». Puis Dieu leur demande ce qu’ils ont vu en Abkhazie. Les anges répondent : « Hé bien, ils font la fête, ils boivent, ils portent des toasts comme toujours, ils profitent de la vie ».  Alors Dieu dit: « Je m’en doutais. Ils comptent sur Moi une fois de plus »." Je la mettrai en exergue de mon livre. C'est une très bonne introduction, parce qu'elle révèle la manière dont un peuple interroge sa propre folie : sa folie spécifique, en tant que nation de SURVIVANTS de se polariser sur l'instant, au risque de ne plus survivre du tout (car la pire des menaces le guête). C'est l'irrationnalité de Médée, évidemment. Mais chut ! Gardons cela pour le livre !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article