Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

La polémique entre Le Grand Soir et des proches d'ACRIMED : comment combattre le rouge-brunisme

11 Avril 2011 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

La polémique qui oppose Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine d'une part, au site Le Grand Soir d'autre part (voir ici), pose à nouveau la question du combat contre le rouge-brunisme : où le commencer, où le finir.

 

magasin.jpg

Je connais cela depuis 12 ans, depuis  mon engagement sur le Kosovo (je vous renvoie à mon récit  "10 ans sur la planète"), depuis ce temps où je faisais en sorte que des collaborateurs d'une revue d'extrême droite ne puissent pas signer l'Appel de Bruxelles que nous avions lancé contre la politique de l'OTAN dans les Balkans.

 

Oui, il faut se tenir loin de l'extrême droite, le plus possible. Ce n'est pas de l'ostracisme. C'est une question de cohérence interne de ce que l'on fait et de ce que l'on dit. Et non seulement de l'extrême droite, mais aussi de ces esprits aventureux qui, inspirés par des valeurs de "gauche " au départ (comme il y en a par exemple beaucoup dans la bande à Dieudonné), se retrouvent ensuite à faire des projets communs avec des gens d'extrême droite.

 

Ce n'est pas par goût narcissique pour la "pureté" que je dis cela. Mais parce que l'extrême droite vit dans une tournure d'esprit, une fantasmagorie, aux antipodes du rationalisme, et que, si l'on prend ce chemin, on se retrouve très vite dans des délires du type "complot judéo-maçonique", "illuminati" et autres qui sont le triangle des Bermudes de la compréhension des phénomènes sociaux.

 

Je l'ai déjà dit à beaucoup d' anti-impérialistes sincères : pas de citation de LaRouch par exemple (un complotiste étatsunien) sans avoir recoupé dix fois les informations qu'il donne. Et si ses informations viennent d'ailleurs, autant citer les sources directes et pas ses interprétations hasardeuses. Idem pour ses équivalents français. Toujours garder des repères rationnels, éviter les délires interprétatifs. Qu'on le veuille ou non la culture de la compréhension rationnelle des phénomènes sociaux (et donc des relations internationales qui en font partie) est historiquement à gauche (même si l'on peut reprocher à la gauche de parfois faillir à cette obligation et de s'embarquer dans des spéculations plutôt religieuses comme le marxisme-léninisme, mais refermons cette parenthèse).

 

Donc oui, le refus du rouge-brunisme est nécessaire. Mais attention à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. L'article qui attaque le Grand Soir me semble aller trop loin en accusant aussi de "soutien aux dictateurs" (assimilé, dans leur logique, au rouge-brunisme), la remise en cause du chiffre des "6 000 opposants morts sous les bombes de Kadhafi" qu'on nous sort partout. Si l'on suit cette logique personne n'aurait jamais démystifié la pseudo "opération fer-à-cheval" de 1999 au Kosovo, ni réfléchi sereinement sur les révolutions colorées en Europe de l'Est. Pourquoi n'a-t-on pas le droit de pousser l'analyse jusqu'à remettre en cause les dogmes les mieux ancrés de la propagande de guerre ? Je crois que, pour le coup, les auteurs de l'article vont trop loin dans ce qu'ils reprochent au Grand Soir, en tout cas en ce qui concerne le dossier libyen.

 

Mais le sujet est empoisonné jusqu'à la moelle. La Guilt by association est au détour de chaque article. Je sais que si Le Grand soir a souvent ignoré mes articles (ce dont je ne me plains pas), d'autres sites épinglés par l'article de Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine en ont publié certains. Et je sais que ces reprises ont probablement poussé certains à me considérer  - parfaitement à tort - comme un rouge-brun moi-même. Qui sait si ce n'est pas la raison pour laquelle l'Huma Dimanche n'a plus jamais répondu à mes mails depuis 2007 et Syllepse a refusé de me publier ? On ne sait jamais qui dit quoi derrière votre dos, quelle réputation on vous fait, et on ne peut jamais jurer, quand on combat l'impérialisme, qu'un de vos amis n'est pas considéré (à tort là aussi) comme un rouge-brun.

 

En 1999 le champion de la chasse aux sorcières rouges-brunes était Didier Daenyncks, il a fait des émules à gauche. Le bout du bout de cette logique d' "épuration" de la gauche, est qu'on finit par ne plus faire de journalisme d'investigation de peur que l'investigation ne profite à des régimes qu'on n'aime pas, ce qui nous reviendrait en boomerang sous l'étiquette infâmante du rouge-brunisme. On n'ose plus remettre en cause les thèses officielles sur Kadhafi, l'Iran,Milosevic, Chavez (la Guilt ne s'arrête jamais), et l'on n'est plus que dans le discours abstrait : "vive la démocratie parfaite, la laïcité parfaite, la paix parfaite, la bonté, la générosité, ni-méchant OTAN, ni-méchant Milosevic, ni-méchant rien du tout, notre idéal politique et cela seul mérite qu'on agisse pour lui".  Le mécanisme implacable de l'enfermement de la contestation dans un idéalisme impuissant.

 

Saurons nous tenir le cap du refus du rouge-brunisme sans paralysie complète de l'action ? Facile en théorie, compliqué en pratique. Tenez : ce weekend j'ai publié un article sur Kadhafi vu par le Baas. Un ami (peut-être pas assez vigilant à l'égard du rouge-brunisme) me l'avait transmis par mail en provenance de je-ne-sais-où. Je le trouve intéressant d'un point de vue psychologique. Mais je découvre en lisant Marie-Anne Boutoleau et Joe Rashkounine que celui qui l'a traduit est proche des rouges-bruns. Que dois-je faire ? Gommer le nom du traducteur - ce qui est contraire à l'étiquette d'Internet ? Supprimer carrément l'article au risque de priver le lecteur (et ma réflexion) d'un outil de compréhension des régimes arabes ? Je choisis de laisser l'article sur mon blog, tout en étant conscient que des lecteurs rapides y verront des raisons supplémentaires de me soupçonner.

 

Dommage quand même. La grande question que je me pose depuis 2000 est de savoir si nous pourrions un jour faire un courant anti-impérialiste vraiment de gauche et sans ambiguités. Un courant avec des auteurs, des traducteurs, des informateurs, des distributeurs qui n'aient strictement aucune accointances, aucun rapport avec l'extrême droite. Sera-t-on capable de n'avoir dans nos rangs, autour de nous que des gens qui ont les idées parfaitement claires sur les dangers des théories du complot, sur la nécessité de séparer strictement judaïsme et sionisme, et d'arrêter de prêter à ce dernier des pouvoirs qu'il n'a pas, sur l'impératif de vérification de l'information et d'encadrement critique de l'interprétation ?

 

Dans un monde où l'extrême droite n'existerait pas ce serait facile. Mais à l'heure où le FN atteint bientôt les 20 % le nombre des papillons attirés par cette lumière ne fera qu'augmenter.

 

Mon retour à la littérature très souvent (notamment dans le choix de publier des récits de voyage plutôt que des essais) procède d'une forme de découragement devant l'ampleur du laminage de la problématique anti-impérialiste par le rouge-brunisme. Tout est assêché et perverti. Le terrain de l'action contre la domination euro-atlantisme me paraît avoir été rendu aussi stérile par la compromission rouge-bruniste que par le fantasme idéaliste d'une purification dans des cieux éthérés. La littérature reste alors le dernier moyen de s'amuser de ces impasses, en attendant des jours meilleurs...

 

-------

 

ps : quelques mois après la publication de ce billet, un addendum à l'article polémique mentionné ici, pubié sur "Conspihorsdenosvies" a qualifié l'auteur de ce blog d' "admirateur de Milosevic et de Chavez", ce qui est d'autant plus savoureux qu'en 2000 F. Delorca avait fondé un site d'info alternative avec des opposants au président serbe et dont le webmestre était membre d'Otpor... En sens inverse, sur une page http://aredam.net/revue.html, le blog de l'Atlas alternatif dirigé par F. Delorca était classé dans la catégorie "Sites renfermant des informations mais crypto-sioniste, ou sioniste de gauche ce qui est équivalent, à façade pro palestinienne" au même titre qu'Europalestine,  ISM et Info-Palestine...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

V
<br /> Erreur : il ne s'agit pas de "proches d'ACRIMED". La faussaire Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet s'en est revendiquée à maintes reprises avant d'être désavouée par ACRIMED.<br />
Répondre
F
<br /> <br /> Merci, mais le billet est du 11 avril 2011, et le désaveu de Mme Guyet par l'ACRIMED datant du 19 juillet 2011 lui est postérieur<br /> (http://www.legrandsoir.info/droit-de-reponse-d-acrimed-une-mise-en-cause-injustifiee.html) Cordialement FD<br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> <br /> Je tiens à préciser les raisons pour lesquelles j'utilise une police de caractères un peu plus grosse, car étant simultanément moins jeune qu'autrefois et affligé<br /> d'une vue insuffisante, je peine avec la taille standard des caractères que tu as choisi Frédéric. D'accord avec ton article et le commentaire de dustyboy. Merci Frédéric d'avoir réagi à cette<br /> polémique. Sur le site « Article XI », certains comentateurs se sont élevés contre les excès de cette croisade de purification idéologique. Ils ont réfutés l'assimilation selon lequel être contre<br /> la guerre en Libye équivaudrait à être simultanément un partisan de Khadafi et un rouge-brun. Je n'ai pas pu tenir ma promesse de continuer à écrire sur La Libye parce qu'il m'est arrivé une<br /> tuile, mais on peut remarquer que des personnes n'ayant aucun lien avec le stalinisme, donc insoupsonables même si l'on suivait les critères contre-productifs de « désinfection idélogique » que<br /> prônent « Article XI », CQFD… sont opposées à cette guerre.<br /> <br /> <br /> Je pense notamment aux sites anarchistes Indymédia qui relayent des militants anarchistes arabes opposés à Khadafi et à la guerre.<br /> <br /> <br /> http://nantes.indymedia.org/article/23287<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Celui très intéressant, j'espère qu'il sera de nouveau accessible :<br /> <br /> <br /> http://paris.indymedia.org/spip.php?article6341<br /> <br /> <br /> Des sites trostskystes condamnent l'intervention guerrière en Libye :<br /> <br /> <br /> http://www.wsws.org/articles/2011/mar2011/pers-m28.shtml<br /> <br /> <br /> Donc les assimilations sauvages : ( être anti-guerre en Libye = être rouges-bruns ) sont fausses pour beaucoup de personnes, parmi lesquels nous pouvons citer et<br /> encore de manière non-exhaustive : les personnes attachés à la souveraineté des peuples, les anti-impérialistes lucides, les anarchistes, les trotskystes authentiques, les communistes attachés<br /> aux débats démocratiques.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Si l'on part de la situation des gens les plus concernés comme tu l'as fait en Ex-Yougoslavie, je crois que l'on peut aboutir à une vision pas trop erronée de la<br /> situation. Les a-priori, les parallèles abusifs avec des situations passées sont la meilleure manière de se planter.<br /> <br /> <br /> Lutter contre les rouges-bruns et contre l'épandage de la mélasse rouge-brune dans laquelle certains groupes de personnes veulent nous engluer est vital. J'avais<br /> écrit, peut-être de manière pas assez approfondie, à ce sujet ici : http://etienne.chouard.free.fr/mocrie/viewtopic.php?pid=1013#p1013<br /> <br /> <br /> J'aimerais avoir le temps de creuser là-dessus, qui veut engluer les anti-impérialistes sincères, quels sont leurs buts, quels sont les canaux qu'ils<br /> empruntent.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Une enquête concernant le site Mécanopolis effectuée par Indymédia :<br /> <br /> <br /> http://nantes.indymedia.org/article/20703<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je te cite : « La grande question que je me pose depuis 2000 est de savoir si nous pourrions un jour faire un courant anti-impérialiste vraiment de gauche et sans<br /> ambiguités. Un courant avec des auteurs, des traducteurs, des informateurs, des distributeurs qui n'aient strictement aucune accointances, aucun rapport avec l'extrême droite. »<br /> <br /> <br /> Une question :<br /> <br /> <br /> A] Tu ne m'as pas répondu quand j'ai évoqué « Le Monde Diplomatique » et sa fondation comme réponse à cette question. Pour ma part, « Le Monde Diplomatique » entre<br /> parfaitement dans les critères que tu définis à juste titre, alors pourquoi cette non-réponse ?<br /> <br /> <br /> et une remarque :<br /> <br /> <br /> B] Ce fameux courant anti-impérialiste de gauche ne devra jamais être lié à un parti quelconque, parce qu'a contrario si il l'était et que ce parti arrivait au<br /> gouvernement, nous n'aurions aucune garantie du fait qu'il mène à 100 % du temps et dans tous les domaines la politique anti-impérialiste de gauche souhaitée<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Gilles Pour moi les petits caractères (pré imposés par overblog) sont plus jolis, discrétion oblige . Sur le Diplo je<br /> n'ai pas eu de bons rapports avec eux du temps où une amie des politiciens kosovars dirigeait la section Balkans. Le Diplo était un peu flou aussi pendant la guerre d'Irak. J'apprécie plus le<br /> Diplo depuis qu'Halimi a succédé à Ramonet... surtout depuis qu'il mentionne mes livres ! Blague à part je t'en<br /> reparlerai plus en détail un jour. Jette un oeil à mon "10 ans sur la planète" sur ce sujet comme sur d'autres si tu en as l'occasion. Je peux même t'en envoyer un exemplaire. Bien sûr que l'anti<br /> impérialisme doit être coupé des partis, chez nous comme ailleurs, sinon on tombe dans les divisions "Vive Besancenot" "Vive Méluche" "Alliance avec le PS" "Non pas d'alliance" "Gbagbo facho"<br /> "Gbagbo progressiste" "Vie la Russie" "A bas la Russie". Bref tous les clivages qui paralysent l'action depuis 15 ans <br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Bon petit article qui résume assez bien la difficulté d'aujourd'hui. J'ai moi-même des amis et, pire, des gens de ma famille adeptes de théories du complot, d'un antisionisme mal placé que je<br /> m'efforce d'essayer de convaincre avec des livres et des idées rationnelles...c'est extrêmement difficile. Et les sites comme "egalité & reconciliation" n'aident pas...Compliqué cette époque.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre